Xbox souhaite continuer à prendre des risques avec des jeux narratifs

«Pour toucher de nouveaux joueurs» le 13 juillet @ 17:302021-07-13T18:17:48+02:00" - 0 réaction(s)

Avec ses 23 studios Xbox, la marque dispose déjà d’un portefeuille de talents pour développer de nombreux jeux pour les années à venir. Il faudra patienter encore un peu avant de voir arriver les gros titres annoncés par Microsoft ces dernières années, mais Phil Spencer rappelle aujourd’hui son souhait de continuer à développer des jeux narratifs.

Des risques à prendre pour attirer de nouveaux joueurs

Ils s’appellent Elder Scrolls 6, Fable ou Senua’s Saga : Hellblade II. Ces jeux sont attendus de pied ferme par les joueurs et joueuses qui souhaitent des jeux d’aventure narratifs sur Xbox. Ils ne sont pas attendus avant plusieurs années et Senua’s Saga : Hellblade 2 semble être celui qui pourrait sortir en premier. Et même si aucune date de sortie n’est encore donnée pour le titre, Phil Spencer a tenu à rappeler au Guardian l’engagement de Xbox pour ce type de jeu.

Je pense que nous en produisons probablement plus maintenant que nous ne l’avons fait dans l’histoire de Xbox. Ceux qui possèdent les plateformes, qu’il s’agisse d’un abonnement, d’un matériel ou d’un store, investissent activement dans de nouvelles choses probablement plus risquées, car, si cela fonctionne, nous obtenons de la valeur en faisant entrer les joueurs dans l’écosystème.

Développer de grands jeux d’aventure comme peuvent l’être les Red Dead Redemption, God of War ou Uncharted nécessite des années et des budgets assez colossaux. On peut comprendre qu’il s’agisse là d’un risque pour les éditeurs, mais Microsoft sait qu’il s’agit aussi le plus souvent d’une vitrine pour une marque. Les investissements de Xbox dans ce domaine verront le jour dans les prochaines années et le prochain qui est daté n’est autre que Starfield, dont la sortie est prévue en novembre 2022.

De nouveaux services pour toucher une audience plus large

Ces dernières années, Microsoft a d’ailleurs déployé de nouveaux services afin que ses jeux touchent une audience plus large. On peut notamment citer l’offre de Cloud Gaming qui permet de jouer aux jeux Xbox de n’importe où pourvu que l’on soit abonné au Xbox Game Pass Ultimate. On peut ainsi essayer des jeux sans avoir besoin de les télécharger, ce qui réduit de facto les barrières et efforts pour y accéder.

Phil Spencer évoque également le programme Game Preview qui permet aux membres du programme Xbox Insiders de découvrir des jeux en cours de développement, et donc pas forcément finalisés.

Lorsque nous pouvons diffuser sur n’importe quel appareil - un PC ou un téléphone - nous pouvons vraiment voir comment nous créons davantage de ces types d’accès anticipé, même en tant que modèle de financement pour les créateurs parfois. Je pense que cela peut ouvrir une relation plus étroite entre le créateur et le consommateur… Les créateurs sont une priorité pour nous en ce moment.

Microsoft est une entreprise tournée vers les créateurs depuis le début. Je veux dire, sur DOS, n’importe qui pouvait créer une application – vous étiez un éditeur de jeux si vous aviez un compilateur et un lecteur de disquette. Vous venez de créer votre jeu, de le copier sur une disquette et vous le vendez ; vous êtes un éditeur de jeux. J’aime cet accès et je veux y revenir en tant qu’industrie.

Pour Matt Booty, le patron des studios Xbox, cette ouverture vers les joueurs et joueuses pour leur permettre de créer leurs propres expériences se voit également dans les jeux.

Avec Forza Horizon 5, nous avons ajouté la possibilité de concevoir des défis et des parcours d’obstacles. Nous avons Forge pour Halo, qui vous permet de concevoir vos propres niveaux multijoueur. Dans Flight Simulator, cette activité est beaucoup plus sophistiquée.

Je pense donc que nous verrons cela à l’avenir, où les gens s’attendent simplement à pouvoir faire plus grâce aux scripts et aux mods. Et avec l’ajout de Bethesda à la famille Xbox, ils ont une longue histoire de compréhension du fonctionnement des mods – nous l’avons vu avec Skyrim.

Des studios différents pour des jeux variés

Phil Spencer et Matt Booty sont sur la même longueur d’onde et évoquent tous les deux leur souhait de coller au plus proche des besoins des consommateurs. Chaque studio Xbox décide ainsi de ce qui est bon pour les joueurs qu’il souhaite toucher et Matt Booty explique bien qu’il n’imagine pas Tim Schafer se lancer dans un jeu qui comporte des saisons, tout comme Compulsion Games.

Phil Spencer et Matt Booty sont également très clairs sur le fait que si les jeux vidéo doivent élargir leur public à de nouvelles personnes et de nouveaux territoires, ils devront raconter de nouvelles histoires – et cela nécessitera de nouveaux types de studios, dans de nouveaux endroits. Cela signifie-t-il que Microsoft pourrait acheter un studio en Inde, en Afrique ou en Amérique du Sud ? « Cela me surprendrait en fait si cela ne se produisait pas », a répondu Phil Spencer, expliquant qu’il y a dans ces territoires suffisamment de talents et d’outils intéressants.

Connaissant les talents disponibles et les outils [tels que les moteurs de jeu Unity et Unreal] qui sont tellement plus accessibles… Je serais surpris si dans les trois à cinq prochaines années, vous n’y voyez pas de nombreux studios qui seraient des pôles traditionnels de développement de jeux vidéo.

En savoir plus sur la stratégie Xbox et les propos récents de Phil Spencer

Xbox Series X

Accueil > News