Test - GTA V

«What’s the meaning of life ?» , - 17 réaction(s)

Peu de jeux peuvent se vanter de faire mouvoir d’une manière ou d’une autre des peuples entiers. Si une série entre dans cette catégorie très VIP, c’est bien la saga de Rockstar qui, en plus de défrayer l’actualité vidéoludique à chaque sortie d’un de ses titres, fait également parler d’elle dans les faits divers, dans les associations de personnes qui prétendent être la police morale du monde, mais aussi dans les toilettes au boulot pour couvrir le plouf honteux qui peut être produit dans cet endroit. Et quand le tant attendu numéro 5 (désolé Coco, on ne parle pas du tiens !) pointe enfin le bout de son nez après avoir fait poireauter des milliards de gens, fait s’entretuer des milliers de hamsters de combat, et fait consommer des centaines de milliards de boites de mouchoirs et autres essuie-tout, on ne peut que sauter sur l’occasion. Hein ? Comment ça cette intro ne reflète pas cette saga ? Vous avez de la violence, des narcissiques qui croient savoir tout mieux que les autres, du détournement d’image de marque, des morts, et même du sexe ! On ne peut pas être plus dedans ! (Dans le sujet, pas dans le sexe, hein ! Bande de pervers !)

Pizzas

Où que tu soies, Los Santos s
Où que tu soies, Los Santos s'en fout et continue sa « vie ».

Cela faisait longtemps que je n’avais pas mis les pieds à Los Santos. La dernière fois, c’était en compagnie de CJ qui avait fort à faire pour échapper aux affres de la vie dans Grove Street, quartier chaud très gangsta d’une ville fortement inspirée de Los Angeles. Entretemps, Rockstar m’avait fait voyager dans l’imposante Liberty City dans la peau de Niko, dans une Amérique du Sud où la drogue a son emprise sur tout le monde. Ils m’avaient également proposé quelques voyages temporels avec un séjour aux alentours de la frontière Mexicaine en compagnie de cowboys du début du XXème siècle. Sans oublier, bien sûr, la fin des années 40, où le crime et les tentatives pour l’éradiquer prenaient leur envol dans la ville des Stars : Los Angeles. C’est donc avec une très grande excitation mondiale que le jeu était attendu, quand soudain, Ding Dong, GTA V sonna à ma porte pour se faire tester, et dans une grande impatience de ma part, je le kidnappais de son boîtier pour enfourner dans la console le premier DVD. Et oui ! Vous avez bien lu, le jeu propose 2 DVD. Le premier s’installe intégralement et obligatoirement sur le disque dur, et le second restera dans la console sur toute la durée de votre partie en faisant attention à ne pas l’installer sur ce même disque dur, lui. Paré, l’excitation ne faisait que monter en moi, et allait être libérée une fois Franklin jouable.

On peut dresser Chop pour qu
On peut dresser Chop pour qu'il choppe.

Le gameplay a été revu sur de nombreux points vis à vis de GTA IV, et ce, de manière on ne peut plus intéressante, à commencer par ces boites à savon que sont les voitures. La conduite se veut ici bien plus réaliste avec une gestion poussée des dégâts, qui impactent la conduite du véhicule en question.

Bilan

On a aimé :
  • La liberté de jeu
  • Les grands espaces remplis de choses à faire
  • Le jeu multi-personnages
  • Trevor
  • L’humour propre à la série
On n’a pas aimé :
  • Les bugs (qui n’arriveront pas chez tous)
  • Bien qu’intéressante car bien narrée, l’histoire reste classique dans le genre gangsters
  • Dans l’ensemble, les personnages sont un peu plus terre à terre que dans les opus précédents

GTA V n’offre aucune surprise : c’est un hit absolu ! Et ce justement grâce à ses nombreuses surprises, qu’elles soient dans la liberté offerte aux joueurs, la quantité de choses à faire, ou même encore une approche multi-angle originale et bien abordée. Mais si le jeu fait un carton, c’est simplement parce que Rockstar sait proposer plus qu’un jeu, il propose une immersion dans un univers parodique où la satire et l’humour plus ou moins décalé sont de rigueur. Le tout dans un monde où tous les tabous sont embrassés à bras ouverts pour les étouffer de fun. On aurait aimé cependant que les bugs, du moins les plus gênants soient mieux traqués pour la sortie d’un jeu qui a su se faire attendre. On regrettera juste que l’expérience multijoueurs GTA Online doive attendre le 1er octobre pour être découverte. Mais on en reparlera dans le test de ce dernier en temps et en heure...

Xboxygen 4.33 sur 5, note basée sur 9 évaluations.
http://www.xboxygen.com/IMG/moton757.jpg?1402471915

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Grand Theft Auto V

Grand Theft Auto V
PEGI 18 Drogue Jeux de hasard Langage grossier Langage osé Sexe Violence

Genre : GTA-Like

Éditeur : Take Two

Développeur : Rockstar Games

Date de sortie : 17/09/2013

Date de sortie next-gen : 18/11/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Grand Theft Auto V

17 reactions

[-_muerte_-]

30 sep 2013 @ 20:01

Bien qu’intéressante car bien narrée, l’histoire reste classique dans le genre gangsters

Et d’autre encore mais je vais pas tous les copier coller.

On attendez beaucoup de se GTA, mais perso c plus sont multi que j’attend maintenant. Le scénario est excellent mais pour un tel jeux on s’attendez a plus. Trop de répétition pas asser de mission qui ne surprenne vraiment.

On retire Trevor il reste pas grand chose quoi.

avatar

Romx44

30 sep 2013 @ 20:06

ce GTA m’a fait n’y chaud n’y froid, c’est un GTA quoi, j’attend sur next gen pour voir des améliorations plus concrète

[-_muerte_-]

30 sep 2013 @ 20:12

j’attend sur next gen pour voir des améliorations plus concrète

Si version next-gen il y a ?

spiroz

30 sep 2013 @ 20:13

franchement épique mais clairement pas fait pour la console dans le sens ou on ne PEUT PAS proposer une conduite de ce type dans un environnement aussi réaliste , c’est un contraste de malade

aucun plaisir à rouler , on ne ressent aucunement le poids des autos, même pas un tout petit peu , ça ne dérape pas , ça ne grip pas , physique de formule 1 dans les virages ainsi que la sensibilité etc..

bref à jouer absolument sur PC avec en premier lieu et en urgence un mod qui corrige tout ça , c’est GTA , pas burnout.

davidkenobi

Rédaction

30 sep 2013 @ 20:23

[-_muerte_-] On retire Trevor il reste pas grand chose quoi.

C’est clair, Trevor est le joker du jeu, sans lui le scénario est assez fade et classique.

GzU_83

30 sep 2013 @ 21:14

et je te dirais c’est GTA pas gran tourismo ou forza ! ;-)

Vinc3iZ

30 sep 2013 @ 21:16

C’est vrai que moi la conduite de GTA IV me manque ...

spiroz

30 sep 2013 @ 21:27

« et je te dirais c’est GTA pas gran tourismo ou forza ! »

sauf que ces pseudos réponses faciles , prévisibles et d’un non sens ne servent à rien dans la mesure ou ce n’est pas parce qu’un jeu est arcade et que l’on aime pas ou que ça ne colle pas à l’univers du jeu , que l’on demande le strict opposé , donc une « simulation »...

tu sais le juste milieu...

Bron

30 sep 2013 @ 22:10

Par rapport à la conduite de Saints Row, mieux ou moins bien ?

diez979

30 sep 2013 @ 22:39

Conduite presque parfaite pour moi dans ce GTA 5. Celle trop sensible du 4 me saoulait vraiment.

12