Preview - On a manipulé le temps dans Quantum Break

«Code Quantum» , - 21 réaction(s)

Le magazine officiel Xbox grand-breton titrait ce mois-ci sur le jeu de Remedy : « Une ré-invention du genre jeu de tir ». Soit. Xboxygen n’ayant rien d’officiel et travaillant de manière indépendante, il nous conviendra de rester posé et cartésien quant à notre approche du jeu (il nous a été donné l’opportunité d’y jouer une poignée d’heures). Pourtant : officiel ou pas, indépendant ou pas, ré-invention ou pas, Quantum Break s’annonce réellement comme un incontournable de la ludothèque Xbox One. Explications :

Hit the road, Jack

Le contrôle du temps dans les jeux vidéo revient régulièrement hanter nos gameplays. De Brinx à Prince of Persia The Sands of Time en passant par Braid, le joueur se voit reconstruire des débris en retour rapide afin de construire ponts, échelles ou autres éléments de décor permettant d’atteindre tel ou tel endroit. Quantum Break apporte sa touche personnelle au genre. Du shoot, il y en a beaucoup, du spectaculaire aussi, des séquences cinématiques filmées également et surtout, le soft propose pléthore de super-pouvoirs liés au contrôle du temps.

La narration du jeu (Sam Lake en creative director oblige) est particulièrement bien élaborée et semblerait offrir moult rebondissements. D’autant que des embranchements scénaristiques sont possibles (les fameuses « junction », au nombre de quatre, permettent de choisir entre une voie dénuée de pitié pour son prochain et une voie plus soft). Les dialogues sont bien sentis, à mi-chemin entre le comic book américain mainstream classique et la série TV postérieure à Lost. En parlant de Lost, Dominic Monaghan, l’un des acteurs de la dite série fait partie du casting du jeu, qui est très réussi : on se plaît d’ailleurs à reconnaître divers acteurs de séries américaines ou de films hollywoodiens (X-Men, The Wire…). La cinématique filmée présentait des séquences d’action réellement bien ficelées, quoique assez classiques : poursuite en voiture, combats…

Joyce et les conquérants de la lumière

En termes de réalisation, Quantum Break se démarque de la concurrence de par son style vraiment original. On n’est pas trop client du « grain » cinématographique mais par contre la plupart des pouvoirs temporels sont accompagnés d’effets réussis, parfois composés de multiples petits polygones. Il suffit de visionner les derniers trailers et vidéos de gameplay pour se rendre compte à quel point le soft rejoint les standards de cette génération en qualité graphique, même si l’exigence nous faisait attendre plus, toujours plus. On retrouve avec plaisir la « patte » Remedy également, avec une très nette amélioration du moteur physique (le dénommé Northlight éloigne le studio des aléas propres à Max Payne ou Alan Wake dans une moindre mesure, mais on recensera quand même quelques curiosités, notamment dans la gestion physique des cadavres). On notera ici et là un peu d’aliasing également.

Le cœur du gameplay se base surtout sur les super-pouvoirs de Jack. Il peut bloquer des adversaires dans une sorte de bulle temporelle afin d’empêcher le moindre de leurs mouvements puis les mitrailler sans vergogne, il lui est possible également d’employer une vision spéciale, lui permettant d’analyser l’environnement, de déployer un bouclier déviant les tirs adverses et enfin, il a la capacité d’éviter les fusillades en se déplaçant rapidement d’une simple pression sur LB, puis de focaliser sa visée quasi automatiquement sur un ennemi afin de le réduire à néant. Ce sera cette dernière feature qui nous aura conquis. Réellement pratique dans les situations les plus inextricables, on s’est plu à éviter pour mieux surprendre l’adversaire. Quelques passages de plate-forme nécessitent également les pouvoirs de Jack, il lui est possible par exemple de reconstruire des éléments de décor qu’il aura auparavant détruits. Un dernier mot sur le sound design, très réussi : la bande-son de Petri Alanko emprunte aussi bien à l’indus qu’aux chœurs d’opéra et fait réellement mouche au cœur du jeu.

Ainsi, Quantum Break ne « ré-invente » pas le TPS mais lui apporte énormément de nouveautés qui amènent un vent de fraîcheur sur le genre. Le jeu s’annonce excellent et promet de longues heures d’immersion. On peut bien évidemment lui reprocher quelques défauts, sans doute parce que l’on en attendait énormément (peut-être trop), mais on ne peut qu’être séduit par sa narration, son atmosphère et surtout par son gameplay. L’expérience se veut à la fois immersive et ludique, dans le style auto-proclamé du « cinematic action » et on ne peut que l’attendre de pied ferme.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1363.jpg?1438949230

Accueil > Focus > Previews

Quantum Break

Quantum Break
PEGI 18

Genre : Aventure/Plates-Formes

Éditeur : Microsoft

Développeur : Remedy

Date de sortie : 5/04/2016

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Quantum Break

21 reactions

lacrasse

07 mar 2016 @ 16:19

cool,ça va etre du tout bon !!! y sera dans ma one celui là,obligé ...

Mattanys

07 mar 2016 @ 18:05

Merci pour l’avis. Hâte de découvrir le scénario et de jouer avec le temps !

avatar

Arenae

07 mar 2016 @ 19:59

Si l’on se fie aux autres preview en général, y a que ce site à être emballé en fait

avatar

bangy78

07 mar 2016 @ 22:02

Déjà que je suis hyper par ce titre, là vous me faites saliver

Jonyboy

07 mar 2016 @ 22:27

Belle preview ! Beaucoup de points couverts et on sent que ça vous a botté. Et c’est contagieux ! Quid de la durée de vie, mais vivement !!!

jmabate

07 mar 2016 @ 22:43

moi, la direction artistique me plait, la trame scénaristique m’attire ! ce jeux m’a fait de l’oeil depuis son annonce sans acteurs hollywoodiens, sans hype ! les journalistes dépendants et indépendants peuvent écrire ce qu’ils veulent...QB sera dans ma xbox one !

il ne sera peut être pas un GOTY des joueurs, de la presse, mais il fait partie des rares jeux que j’ai vraiment envie d’avoir. il aura des défauts, l’intrigue sera peut être téléphoner, un gameplay répétitif etc...qu’importe.

avatar

Arenae

07 mar 2016 @ 23:25

En même vu à quel point toute l’âme de la ONE se volatilise ailleurs, on comprends maintenant pourquoi vous êtes en chien à la moindre news de Quantum Break EleGiggle

Jonyboy

07 mar 2016 @ 23:35

Il pourrait aller vomir ailleurs que sur nos godasses l’autre là ? Il est vraiment pas rigolo en plus... C’est tout pourri ce qu’il dit à chaque fois. Le niveau de troll baisse sur le site je trouve, attention !

Valhalla

07 mar 2016 @ 23:42

Arenae Prends une aspirine et va dormir aux lieux de craché ton venin ;-) .

texazranger

08 mar 2016 @ 00:58

L’âme de la one..... faut vraiment être hydrocéphale pour humaniser un objet......Par contre j’ai hâte de tripoter le temps par tout les bouts |-). Ha au fait, diarrhéenae, toi qui aime les expressions anglaises à la c.. : Foxtrot Uniform Charlie Kilo you ;)

123