Harcèlement chez Activision Blizzard : Le PDG Bobby Kotick réduit son salaire

«En espérant que cela débouche sur du concret» le 29 octobre @ 17:192021-10-29T17:21:15+02:00" - 0 réaction(s)

Activision Blizzard est présent dans plusieurs controverses liées à des affaires d’agressions sexuelles et de harcèlement depuis quelques mois. Il y a une semaine, le groupe américain a annoncé le licenciement de 20 employés et la mise à pied de 20 autres, tous impliqués dans des affaires de ce type, à différents niveaux. La société a annoncé des mesures concrètes pour faire évoluer la situation, mais l’État de Californie intente toujours un procès à Activision Blizzard pour des faits de discrimination sexuelle, de harcèlement et une culture de type « frat boy » très développée.

Aujourd’hui, c’est Bobby Kotick, le PDG controversé d’Activision Blizzard qui a demandé une réduction de son salaire jusqu’à temps que des changements concrets soit apportés.

Une tempête dans un verre d’eau

Kotick a donc déclaré qu’il n’accepterait que le salaire minimum légal californien de 62 500 dollars, et qu’il n’accepterait aucune autre prime ou compensation. Il convient toutefois de rappeler que le PDG a déjà touché 155 millions de dollars de l’entreprise par le biais d’un bonus accordé plus tôt cette année.

« Je veux m’assurer que toutes les ressources disponibles sont utilisées pour faire du groupe Activision Blizzard un exemple en matière d’excellence sur le lieu de travail. Par conséquent, j’ai demandé à notre conseil d’administration de réduire ma rémunération totale jusqu’à ce qu’il ait déterminé les nouveaux objectifs. Plus précisément, j’ai demandé au conseil d’administration de réduire ma rémunération au montant le plus bas autorisé par la loi californienne pour les personnes percevant un salaire, soit 62 500 dollars cette année. Pour être clair, il s’agit d’une réduction de ma rémunération globale, pas seulement de mon salaire. Je demande à ne recevoir aucun bonus et à ne bénéficier d’aucune participation pendant cette période. »

Rappelons que Kotick gagnait auparavant 1,75 million de dollars par an à la tête de l’empire Activision Blizzard. En avril dernier, sa rémunération a été réduite de 50 %, passant à 875 000 dollars, ce qui lui a permis de percevoir une prime annuelle pouvant atteindre 200 % de son salaire de base.

Cinq mesures significatives pour faire face aux problèmes de harcèlement et de discrimination

Le PDG d’Activision Blizzard s’est adressé à ses employés dans un courrier exposant les « progrès et les engagements pris chez Activision Blizzard ». Cinq principaux engagement ont d’ores et déjà été dévoilés, le plus notable étant l’abandon de l’arbitrage forcé pour les futurs cas de harcèlement sexuel, une mesure demandée par de nombreux employés.

Tolérance zéro

Une nouvelle politique de tolérance zéro en matière de harcèlement à l’échelle de l’entreprise, avec des règles plus strictes et un contrôle cohérent dans toute l’entreprise va être instaurée. Kotick déclare notamment :

« Tout employé d’Activision Blizzard dont on découvrira, grâce à nos nouveaux processus et ressources d’enquête, qu’il a exercé des représailles à l’encontre de quiconque a déposé une plainte de conformité sera licencié immédiatement. Dans de nombreux autres cas de mauvaise conduite sur le lieu de travail, nous ne nous appuierons plus sur des avertissements écrits : le licenciement sera l’issue, y compris dans la plupart des cas de harcèlement fondé sur toute catégorie légalement protégée. »

Une place plus importante pour les femmes et les personnes non-binaires

Kotick s’est engagé à augmenter le pourcentage de femmes et de personnes non binaires dans l’entreprise de 50 % au cours des cinq prochaines années. Il compte également investir 250 millions de dollars « pour améliorer et fluidifier les opportunités pour l’engagement de divers talents ». L’augmentation de 30 % du personnel d’Activision Blizzard issu de « communautés diverses ou sous-représentées » est également un « objectif important » pour Kotick. Cet objectif vise également les postes de direction, qui devraient être plus facilement atteignables pour des personnes compétentes issues de communautés sous-représentées.

Fin de l’arbitrage

Troisièmement, la société renoncera désormais à l’arbitrage des plaintes pour harcèlement sexuel et discrimination, créant des situations délicates pour les victimes souhaitant une prise en compte efficace et justifiée de leurs plaintes.

Une meilleure équité salariale

Quatrièmement, l’entreprise « continuera à accroître la visibilité sur l’équité salariale », un sujet sur lequel Kotick a noté que « les femmes de l’entreprise gagnaient en moyenne légèrement plus que les hommes pour un travail comparable en 2020 », selon des chiffres américains.

Meilleure communication interne

Enfin, le personnel et les actionnaires seront régulièrement informés des avancées sur l’embauche en matière de genre et de diversité, ainsi que sur les progrès globaux dans l’amélioration la culture de travail du groupe Activision Blizzard.

Reste à voir ce qu’il en sera concrètement et si les mesures annoncées par Kotick sont liées à une réelle prise de conscience de ces problèmes systémiques dans le monde de l’entreprise. Compte tenu du contexte et des actions en justice engagées contre Activision Blizzard, le groupe semble vouloir éviter les remous et les crises qui seraient très préjudiciables pour son image.

Business

Accueil > News

Business

Les infos business sont aussi sur Xboxygen !

Puisque le jeu vidéo c’est aussi un monde de gros sous, il est important de savoir quels sont les enjeux financiers qui se cachent derrière nos jeux et consoles préférés.

C’est Picsou qui va être content !