Test - Aliens : Fireteam Elite - Survivre en équipe !

«Dans l’espace, personne ne vous entend crier» , - 5 réaction(s)

Quelques mois après l’annonce de Aliens : Fireteam Elite, le studio Cold Iron nous a permis de pouvoir se lancer dans le massacre en équipe de xénomorphes le 24 août 2021. Est-ce que pour son premier titre le studio californien a rempli son contrat ?

Ils arrivent de partout !

Dès le lancement du jeu aucun doute n’est possible, la musique et les sons nous transportent dans l’univers de la saga Alien. Même pas le temps de dire ouf que l’on se retrouve déjà dans le vaisseau, qui servira de base. Bonne nouvelle, le temps de chargement du jeu est hyper rapide, ce qui est vraiment appréciable.

Le vaisseau Endeavor

Pas de fioritures, on est tout de suite dans le bain. Quelques PNJ nous interpellent afin de nous expliquer pourquoi nous sommes ici et c’est parti. Petit bémol, le jeu est en anglais, mais heureusement sous-titré en français. Nous regrettons que le jeu n’ait pas été traduit car lorsque nous sommes dans le feu de l’action, et que l’on reçoit des informations concernant les missions, ou même l’histoire, il est parfois difficile de se concentrer sur les textes au moment où les hordes d’ennemis nous attaquent. Un autre problème que nous avons recensé est la présence de flashs blancs, qui ne sont présents que dans la base mais qui deviennent extrêmement désagréables tout au long du jeu.

Il est possible de choisir entre 6 classes, nommés « Kits ».L’Artilleur permet des d’effectuer des attaques ciblées et puissantes. Le Démolisseur se spécialise dans les gros dégâts de zone, alors que le Technicien, plus défensif, préfère contrôler des zones. Le Docteur quant à lui soigne ses coéquipiers et améliore les DPS. Enfin la Phalange utilise un bouclier rétractable et peut perturber les ennemis,tandis que l’Éclaireur révèle la position des ennemis et fournit des munitions grâce à un drone piloté. Il est à noter que les deux dernières classes citées ont été rajoutées suite à des mises à jour pendant que nous testions le titre.

Alekseï Pajitnov est passé par là !

Avant de commencer à tirer dans tout ce qui bouge, passons par les apparences des joueurs et des armes. Nous pouvons choisir entre plusieurs tenues pour notre personnage, ainsi que des couleurs et stickers pour les armes. Viennent ensuite les avantages, qui permettent de personnaliser les capacités en combat, et il faut dire que le concept demeure assez sympathique. Pour ceux qui ont passé des heures sur Diablo 3, à essayer de gagner quelques cases dans l’inventaire, vous ne serez pas dépaysés. Au fur et à mesure que nous progressons dans les niveaux des Kits, des cases se débloquent et nous pouvons ainsi placer des avantages symbolisés par des tuiles pour améliorer notre Marine.

Viens ici mon minou

Il est maintenant temps de commencer le combat ! Le jeu propose quatre campagnes, chacune composée de trois missions. Un mode horde est accessible uniquement après avoir fini l’histoire une première fois. Nous pouvons choisir plusieurs niveaux de difficulté, symbolisés par un indice de points, et là aussi, les niveaux les plus difficiles seront débloqués à la fin du jeu. Cet indice est en constante évolution et augmente à chaque fois que nous ajoutons des avantages, que nous améliorons le niveau des armes et y plaçons des accessoires. Il est aussi possible pour les plus téméraires d’implémenter des « opportunités tactiques » qui offrent des bonus ou des malus avec un supplément de crédits et/ou d’expérience.

Barbecue, quelqu’un ?

Habitués au TPS, le jeu se prend en main immédiatement. Tous les mouvements sont connus que ce soit pour courir, sauter pour esquiver, se cacher derrière les murs ou les enjamber. Les deux capacités fonctionnent par cooldown, il faut donc les utiliser au bon moment, car nous avons vite remarqué qu’elles peuvent renverser le cours d’un combat. Le gameplay reste assez fluide, bien que l’on regrette une certaine lourdeur de notre personnage à certains moments. Malgré cela, le jeu demeure nerveux, car les ennemis arrivent de toute part. Alors que dans d’autres jeux on attend les ennemis au sol, ces chers xénomorphes peuvent surgir des plafonds, des murs ou des trous dissimulés ou cachés derrière des portes. Et si cela ne suffisait pas, le jeu est fait de telle sorte que si nous essayons de souffler trente secondes, les ennemis nous traquent indéfiniment.

Pour les graphismes, le Unreal Engine fait bien le travail. Sans être absolument magnifique, le jeu est beau. Les effets de lumière et les ombres oppressantes nous ont vraiment mis dans l’ambiance, ce qui accentue le regret des flashs blancs dans le vaisseau. Dans chaque campagne, nous retrouvons des images qui nous rappellent les films cultes de Alien : Le 8ème Passager, Alien 3 ou même Prometheus.

J’ai déjà vu ça quelque part…

Le bestiaire est quant à lui assez varié. Nous avons pour ennemis différents xénomorphes qui nous attaquent de près comme de loin. Certains nous attrapent même, ce qui déclenche un QTE afin de nous sortir de l’emprise de la bête. Nous rencontrons aussi au cours du jeu des droïdes tout aussi difficiles à éliminer, car ils sont particulièrement bons une fois équipés d’un fusil, un lance-roquettes ou un lance-flammes. Toutefois, la troisième « race » reste la plus difficile à contenir à cause du nombre gigantesque de spécimens qui nous attaquent en même temps, rappelant la stratégie des Floods dans Halo.

J’ai dit pas d’androïde sur mon vaisseau !

Après quelques heures de jeu, nous avons remarqué que le manque de joueurs devient vraiment problématique. Aliens : Fireteam Elite a été pensé pour jouer en groupe de 3. S’il manque un ou deux joueurs, ils sont automatiquement remplacés par des bots, qui malheureusement comme dans beaucoup de jeux sont assez inutiles… Il est même recommandé par le jeu d’éviter de jouer avec les bots dans les niveaux de difficulté élevés, ce qui pose vraiment problème à la vue du peu de personnes rencontrées lors des phases de matchmaking.

Pour les joueurs qui aiment débloquer un maximum de succès, le jeu demande de collecter beaucoup (trop) de cosmétiques, ou même de terrasser dix mille Xénomorphes. Viennent aussi les habituels succès liés aux niveaux de difficulté, ce qui risque de compliquer leur obtention si vous ne trouvez pas d’autres joueurs.

Testé sur Xbox Series X

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance des films Alien
  • Une prise en main assez simple
  • Une durée de vie importante
  • Le gameplay nerveux
  • Les différentes classes de personnage
On n’a pas aimé :
  • Les flashs irritants dans la base
  • Le manque de joueurs en ligne
  • Les bots inutiles
Un 9ème passager ?

Pour ceux qui apprécient l’univers d’Alien et les hordes d’ennemis sans fin essayant de vous occire, ce jeu est fait pour vous. La prise en main demeure assez simple, les graphismes sont appréciables, et la durée de vie du jeu est conséquente. Néanmoins, la difficulté du titre vous demandera une coordination sans faille avec vos partenaires, et c’est là que réside le véritable problème : trouver des joueurs. Lors du test, nous avons passé énormément de temps à essayer de constituer une équipe, et trop souvent nous ne jouions qu’à deux, ce qui était vraiment dommageable. Aliens : Fireteam Elite est malgré tout un bon jeu qui ravira sûrement les fans du genre.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Aliens : Fireteam Elite

Genre : TPS

Editeur : 20th Century Studios

Développeur : Cold Iron Studios

Date de sortie : 24/08/2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, Steam

5 reactions

texazranger

18 sep 2021 @ 17:52

J’ai du mal à le lâcher. Effectivement les flash sont gonflant, mais quel pied de revisiter la saga 😎et l’ambiance est là. Un premier jeu réussi pour iron studio. Pas parfait mais très bon

lacrasse

18 sep 2021 @ 18:01

Je l’ai pris en Day one à lelcerc 26 balle et bonne pioche, les niveaux sont longs, c’est bien rythmes, c’est un bon double à...

Ritalio

20 sep 2021 @ 09:14

L’ambiance à la Alien ? Qu’on parle de décors je veux bien mais pas d’ambiance.. Alien c’est pas défourailler un monument du cinéma relégué au rang de trash mobs ! Rien que pour ça pour moi ce jeu est une hérésie !

texazranger

20 sep 2021 @ 12:20

Ambiance AlienS, c’est bel et bien du bourrinage. Le 4 est encore plus bourrin. L’hérésie est plutôt pour prometheus ou covenant..

Ritalio

20 sep 2021 @ 16:29

J’avoue.. ce massacre mon dieu !