Activision et Microsoft : L’UE interroge les studios sur l’impact du projet de rachat

«Ça en fait des questions » le 22 décembre 2022 @ 09:002022-12-22T17:24:22+01:00" - 0 réaction(s)

Les temps sont durs pour Microsoft. La firme de Redmond traverse en effet une période pleine d’incertitude depuis que l’entreprise a déposé une offre de rachat pour s’offrir Activision Blizzard. Lancée en janvier dernier, la transaction tarde encore à se concrétiser. La société américaine se heurte en effet au scepticisme de plusieurs régulateurs, tandis que l’Union européenne vient d’y ajouter un petit grain de sel supplémentaire.

L’Union européenne questionne les studios sur leurs éventuelles craintes

Brad Smith (président et vice-PDG de Microsoft) est-il toujours aussi optimiste quant à la faisabilité de ce rachat ?

La question se pose alors que le site Reuters vient de publier un article dans lequel il annonce que l’Union européenne aurait envoyé un questionnaire de 91 pages aux différents développeurs et éditeurs de l’industrie.

Ce questionnaire serait entre les mains des concernés depuis le début du mois et aurait pour but de savoir si ce rachat pourrait remettre en question les relations passées ou futures avec Activision Blizzard.

La véritable signification derrière tout ceci est en réalité de savoir si certains jeux deviendront exclusifs aux consoles Microsoft, privant dans ce cas les joueurs se trouvant sur d’autres supports de jeux de premier plan. Par extension, les bénéfices financiers s’en trouveraient également affectés. Le questionnaire contiendrait notamment la question suivante :

Veuillez préciser quelle(s) stratégie(s) d’exclusivité partielle vous pensez que Microsoft aurait la possibilité de déployer en ce qui concerne les jeux pour consoles d’Activision Blizzard après l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft.

En outre, ce document porte aussi un regard sur la capacité potentielle de Microsoft à empêcher l’exécution de ses jeux sur des PC qui ne se trouveraient pas sous distribution Windows. Enfin, l’Union européenne s’interroge également sur le devenir de la franchise Call of Duty, et ce malgré les récentes déclarations de Microsoft qui s’est dit prêt à signer un accord sur 10 ans avec Sony.

Ce nouvel épisode venant s’ajouter à celui du fond de pension suédois et du récent procès engagé par la FTC n’était sans doute pas prévu dans le scénario envisagé par Microsoft pour qui les enjeux de ce rachat sont colossaux.

L’Union Européenne a demandé aux studios de répondre à cette enquête avant Noël. Il ne fait aucun doute que les réponses seront étudiées de près et joueront un rôle dans la décision finale.

Activision Blizzard

Accueil > News