Test - Neverdead

«Mais parfois bourré» , - 0 réaction(s)

La mort est dans 99% des cas, l’élément majeur d’un jeu vidéo, puisqu’elle accompagne le joueur en permanence lorsqu’il se défait de ses ennemis ou en s’en prend plein la tronche lui-même. Mais qu’arriverait-il si des développeurs probablement sous produits hallucinogènes se décidaient d’en faire l’axe principal du gameplay du jeu ? Et bien cela donnerait probablement Neverdead…

Les bras m’en tombent !

Dans le genre de question existentielle : Qui mourra percuté par le train : Bryce ou le Panda ?

Vous êtes dans la peau de Bryce, un p’tit jeunot de 500 balais et totalement blasé de la vie. En même temps, quand on est immortel, seul, chasseur de démon et qu’on s’est déjà fait tuer des millions de fois, y’a de quoi faire un peu la gueule. Bryce était chasseur de démons à l’époque où il était immortel et a vu son immortalité accordée malgré lui par le seigneur des démons, juste après que ce dernier ait tué sa femme. Il poursuit donc sa quête 500 ans plus tard dans ce jeu d’action à la 3ème personne. Bryce peut utiliser indépendamment dans chaque main une arme à feu (pistolets, uzi, mitraillette, fusil à pompe, lance grenade), ou utiliser son épée butterfly (comme un couteau papillon, mais en plus gros) pour trancher dans le gras de démon. D’ailleurs, certains ennemis étant insensibles aux balles, il faudra souvent monter au front et leur demander de “partir les pieds devant” à l’aide d’attaques au corps à corps.

Bryce à la recherche de sa jambe gauche adorée pendant que ce gentil toutou cherche un nonos à ronger. Que de poésie dans ce jeu.

Première chose qui marque, c’est que vous n’avez pas un, mais deux viseurs d’armes à feu : un pour chaque arme équipée. En fonction de vos mouvements et de vos tirs, vous provoquerez un certain recul, et il faudra donc ajuster un peu la cible de l’arme désirée pour atomiser le malheureux démon. Au début un peu déconcertant, ce système se révèle sympathique et efficace avec un peu de pratique. Vous pourrez de toute façon zoomer (mais cela ralentira vos déplacements) pour cibler avec précision vos adversaires sans subir de recul ce coup-ci. Le combat à l’épée se trouve lui aussi affublé d’une bonne idée de gameplay, puisque la gâchette gauche vous mettra en position d’attaque et le joystick droit servira à simuler le mouvement de vos bras pour obtenir un cocktail étonnant de coups aussi dynamiques que directionnels. Vous pourrez également parer les attaques dans la direction désirée en rajoutant la seconde gâchette dans ce petit melting-pot de commandes. Et même dans cette configuration, vous pourrez vous déplacer via le joystick gauche. Malheureusement, ce système à l’épée a ses petits défauts, à commencer par le ciblage.

C’est pas parce qu’on est héros de jeu vidéo qu’on n’a pas le droit d’avoir une sale gueule de truand.

Ce dernier se fait automatiquement lors de la pression de LT sur un ennemi qui ne sera pas forcément celui désiré. Ce qui est d’autant plus rageant lorsque l’on sait qu’il n’y a pas de moyen pour changer de cible, sans avoir à relâcher sa garde. Les attaques à l’épée ne sont pas aussi précises qu’’il semble, puisqu’en fait, les attaques se font que sur 4 axes : vertical (de haut en bas ou de bas en haut), horizontal (de gauche à droite ou de droite à gauche), ainsi que les deux diagonales. Cela permet de faire des combos simples, mais finalement pas une grosse variété d’attaques à l’épée… Ce système possède également une énorme faille, encore plus gênante que la précédente, puisqu’il occulte la possibilité de tourner la caméra, privant ainsi le joueur de l’appréciation de l’environnement et de l’action en cours et laissant le loisir à vos ennemis de vous décapiter, voire même vous démembrer. Malgré ces petits défauts, il reste néanmoins très fun à prendre en main et à latter du démon aux dents acérées sur un fond musical assez rock, faisant rappeler l’ambiance décontractée de Devil May Cry, en rajoutant l’aspect comico-gore basé sur le thème du jeu

Bilan

On a aimé :
  • Délirant
  • Un concept comme ça, pourquoi ne pas l’avoir exploité plus tôt ?
  • Plein de bonnes idées
On n’a pas aimé :
  • L’action devient un peu bordélique par moments
  • Quelques impairs dans le gameplay
  • Situations peu variées
  • Le multijoueurs pas vraiment ambitieux

Neverdead se trouve être une bonne surprise avec son concept d’immortalité et d’exploitation de ce pouvoir assez macabre doublé d’un fun immédiat et permanent. Il n’en reste pas moins que malgré une expérience plaisante, le joueur reste un peu sur sa faim de par le manque de diversité des situations, énigmes, ainsi que les quelques défauts qui gâchent un paysage de qualité.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

NeverDead

Genre : Action/Beat them up

Éditeur : Konami

Développeur : Rebellion

Date de sortie : 2/02/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3