Test - Nail’d

«Le plus sale à l’arrivée gagne» , - 0 réaction(s)

Alors que j’étais lancé dans une course folle, ma fille m’a posé la question qui tue : « Ça veut dire quoi, nail’d ? ». Autant l’avouer, je n’en sais rien. Par contre, si cela sous-entend vitesse, réflexes, arcade, boue, eau et quad, alors c’est un bon titre car cela décrit parfaitement les intentions du jeu.

On dirait qu’ça t’gêne de marcher dans la boue

Surtout bien viser...

Ceux qui connaissent Pure ont déjà une idée relativement précise de ce qu’est Nail’d, tant les deux jeux montrent des similitudes importantes. Heureusement, quelques différences non-négligeables font que nous n’avons pas à faire à un simple copier-coller. Ici on va donc prendre les commandes d’un quad dans des courses endiablées, dans le but de grimper dans la hiérarchie en passant par de nombreux tournois, jusqu’au titre suprême de roi du guidon. Histoire de se reposer, on pourra aussi s’entraîner en contre la montre ou bien ne pas se préoccuper des circuits dans un mode hors-piste où on peut aller où on veut dans un environnement ouvert. Au fil des victoires, on débloquera des autocollants ou des peintures pour avoir le plus joli quad du monde, ou bien des pièces détachées pour améliorer ses performances (enfin, il parait…dans les faits cela ne change pas grand-chose).

Tourisme en Grèce

Et si jouer seul est trop facile pour vous, vous pourrez vous frotter à la concurrence mondiale en ligne, ou bien en local en reliant deux consoles. Et non, pas d’écran splitté. Il y a une petite quinzaine d’environnements, proposant des circuits tortueux, voire vicieux.

Manette en main, surtout ne vous attendez pas à un réalisme minimum, ce n’est pas du tout le but : c’est la vitesse qui prime avant tout. La maniabilité au sol est donc très basique, et dans les airs on peut continuer de diriger son véhicule pour le faire atterrir à l’endroit souhaité. En d’autres termes, on a surtout la sensation de diriger une caméra plutôt qu’un véhicule, la seule vague concession au quad étant qu’on peut incliner le stick pour bouger le pilote et influer sur les appuis de la bécane. Plus qu’un feeling de jeu de course classique, on a plutôt un feeling proche de celui ressenti dans les jeux Sonic. En effet, contrairement aux apparences, Nail’d n’est pas réellement un jeu de course. C’est plutôt un jeu de réflexes. Le quad va déjà très vite de base, et atteint des vitesses hallucinantes dès qu’on utilise un boost distribué très généreusement. Le frein n’ayant aucune utilité, on va en permanence vite, très, très vite.

Bilan

On a aimé :
  • Le fun de la vitesse
  • Des circuits bien étudiés
  • Le jeu en ligne
On n’a pas aimé :
  • Des choix discutables
  • Pas assez de folie
  • Trop répétitif
  • Pas de multijoueur en local
Vitesse et précipitation

Au global, Nail’d se révèle être un titre pas désagréable à jouer, mais qui n’arrive pas à atteindre sa cible à cause d’un choix de gameplay n’assumant pas jusqu’au bout le principe de fun pur. Ce mauvais équilibre atténue la portée des intentions initiales et génère une frustration regrettable dans les courses. Il n’en demeure pas moins un titre tout à fait fréquentable grâce aux sensations fournies et au design redoutable de ses circuits.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Nail’d

Genre : Courses

Editeur : Deepsilver

Développeur : Techland

Date de sortie : 13/01/2011

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3