Test - Hell Let Loose - Ce que vous appelez l’enfer, il appelle ça chez lui

«Seuls les morts ont vu la fin de la guerre» , - 3 réaction(s)

Sorti le 5 octobre 2021 et publié par Team 17, Hell Let Loose nous plonge dans des batailles emblématiques de la Seconde Guerre mondiale. Après de nombreux jeux nous immergeant dans l’horreur des combats entre l’Allemagne et les USA, le premier jeu des studios Black Matter réussira-t-il à nous retenir pendant de nombreuses heures dans l’enfer de la guerre ?

À la guerre comme à la guerre

Le jeu nous envoie batailler sur neuf cartes créées à partir d’authentiques images de reconnaissance via satellites telles que Omaha Beach, Foy, Carentan, Colline 400, Sainte-Marie-du-Mont ou encore la forêt de Hürtgen, ce qui augmente un peu plus l’immersion. Il faut bien avouer que tout est fait pour que le synonyme du jeu soit le mot « réaliste ». Que ce soit graphiquement avec les armes, les uniformes ou les véhicules très bien détaillés, la taille des cartes, ou que ce soit au niveau du gameplay avec le peu de balles pour abattre un ennemi, les faibles indications ATH, et même le fait d’entendre les ennemis parler à proximité, le souci du réalisme est exacerbé et l’immersion devient totale. Les batailles nous offrent deux modes de jeu, Offensive et Combat. Le premier impose à une équipe de conquérir des secteurs afin de renverser l’adversaire qui possède l’ensemble de la carte. Les défenseurs devront contenir les ennemis pendant 30 minutes afin de gagner la partie. S’ils perdent un secteur, le compteur sera réinitialisé. Ce mode est similaire au mode Ruée de Battlefield. Le second mode, Combat, nous propose une carte divisée en deux, et oblige les deux factions à se repousser en prenant des secteurs. La partie se gagne par le nombre de secteurs conquis dans un temps imparti, ce qui fait penser cette fois-ci au mode Ligne de Front de Battlefield.

Mais où sont les ennemis ?

Groupir, on reste groupir !

Hormis le fait que les objectifs de ces modes soient similaires aux jeux de Dice, la ressemblance s’arrête là. Dans Hell Let Loose, il faut obligatoirement jouer en équipe afin de pouvoir gagner, que ce soit par la communication ou par les classes choisies. Parmi la cinquantaine de joueurs dans chaque camp, le commandant dirige les troupes et permet l’envoi des véhicules. Les officiers peuvent créer des avant-postes et des garnisons, ce qui devient essentiel si nous ne voulons pas courir des centaines de mètres pour rejoindre le champ de bataille après avoir été occis par un ennemi. La présence d’une classe soutien qui permet de poser des caisses de ravitaillement est fondamentale. Le rôle de médecin est lui aussi primordial pour éviter les très longues attentes de réapparition. Que les joueurs qui passent leur temps allongés dans l’herbe et font du tir au pigeon sur des cibles à cinq cents mètres passent leur chemin, car nous ne pouvons avoir que deux snipers sur la carte, soit un par camp. Il y a aussi peu de véhicules, mais ils sont redoutables, il faut donc une classe antichar dans les escouades pour pouvoir se défendre. L’observateur joue aussi un élément très important, car il est capable de placer un point de déploiement en territoire ennemi, très pratique pour contourner les défenseurs ! Le roleplay est donc incontournable pour bien profiter du jeu.

14 classes, c’est vraiment pas mal

Parlons à présent du gameplay. Le jeu malgré sa difficulté est facile à prendre en main. Toutes les actions ou presque sont envisageables : courir accroupi ou debout, se coucher, se pencher quand nous faisons face à des angles, escalader des murs etc. Seul bémol, notre joueur ne sait pas nager ce qui pose problème pour traverser des canaux ou des marais. Les phases de lancement des grenades sont déstabilisantes, car notre joueur doit dégoupiller avant de lancer, et bien entendu il n’y a pas de « courbe » visible, ce qui nous oblige à être précautionneux car la mort d’un allié entraîne une pénalité de temps lors de notre prochaine réapparition. Les armes automatiques ont une fâcheuse tendance à finir avec le canon vers le ciel, nous avons donc vite compris que les courtes rafales sont préférables. Quant aux armes en coup par coup, elles sont dévastatrices : une balle, un mort. Encore une fois, l’ATH très sobre nous empêche de savoir si l’ennemi est mort, sauf si un headshot a été effectué, symbolisé par un son distinct.

Comme pour Dora, la carte sera votre meilleure amie !

En parlant de son, l’ambiance sonore est très bonne. Le bruit des pas dans la boue, les balles qui sifflent, les canons d’artillerie qui pilonnent au loin, les moteurs des tanks, des camions et les avions qui larguent des frappes, mais aussi les voix des ennemis et celles des collègues déformées quand ils parlent à la radio, tout est fait pour que l’on soit une fois de plus en immersion totale. Graphiquement, le moteur Unreal Engine 4 fait bien le travail. Sans être sublime, le jeu est très propre et les éclairages rendent bien. Nous avons noté que seules les fumées restent pixelisées au loin, mais cela n’affecte en rien la qualité graphique. La végétation demeure assez dense à certains endroits de la carte ce qui permet de cacher des points de réapparition ou de tendre des embuscades aux ennemis. Les forêts sont quant à elles très bien modélisées, ce qui rend les combats vitaminés et assez anxiogènes dans ces espaces.

Les forêts sont très belles

Pour les chasseurs de succès, il n’y a aucune difficulté si ce n’est deux succès qui demandent de tuer cinq puis dix ennemis sans mourir. Le reste se fera assez facilement dans le temps si vous accrochez au jeu.

Testé sur Xbox Séries X

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance sonore
  • Une bonne prise en main
  • Une durée de vie importante
  • Le teamplay exigeant
  • les nombreuses classes jouables
On n’a pas aimé :
  • Le teamplay obligatoire
  • Les fumigènes au loin trop pixelisés
  • De rares déconnexions aux serveurs assez irritantes
  • Le délai de réapparition très/trop long
Un bon jeu de guerre ?

Hell Let Loose nous a beaucoup plu malgré que ce soit un énième retour à la Seconde Guerre mondiale. Il demande beaucoup d’exigence et un teamplay intensif. Si chacun part de son côté et que les classes ne sont pas bien coordonnées, vous allez passer votre temps à courir vers le champ de bataille pour prendre une balle, attendre trente secondes pour réapparaître et bis repetita. Si par contre l’équipe est soudée et coordonnée, vous ne verrez pas les heures passer tellement le jeu est immersif et réaliste. La plus grosse difficulté vient du fait d’un ATH sobre qui est vraiment déstabilisant. Hell Let Loose est donc un bon jeu exigeant à faire entre amis.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Hell Let Loose

Genre : FPS

Editeur : Team17

Développeur : Black Matter

Date de sortie : 2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Steam

3 reactions

avatar

Cameron

22 oct 2021 @ 09:24

Merci pour ce test !
Un super jeu qui marche sur les plates bandes de BF avec aisance et propose une vraie expérience hardcore sur console. ça fait du bien ! Finalement la WW2 peut se montrer encore sympa malgré le fait de l’avoir vu vu et revu avec les licences comme COD et BF.
Chapeau aux devs pour le suivi et la qualité du titre qui vaut bien les AAA génériques qu’on nous sert chaque année ! Et de loin !

avatar

Banania

22 oct 2021 @ 11:20

« Finalement la WW2 peut se montrer encore sympa »…

Vas dire ça à une personne l’ayant vécue. :o)

ch4rlSF

23 oct 2021 @ 12:21

Point négatif, le teamplay ? Pour ce genre de jeu ? Ça revient à dire que la politesse est un point négatif dans notre quotidien...