Test - MotoGP 21 - Un gameplay excellent, mais…

«Pour les fans du genre» , - 2 réaction(s)

Alors que la saison bat son plein, Milestone s’apprête à sortir MotoGP 21. Après les déceptions qu’étaient MXGP 2020 et Monster Energy Supercross 4, le studio italien compte bien redorer son blason avec sa licence la plus populaire. Ce nouvel opus est le premier de la franchise à sortir sur les consoles de nouvelle génération et s’annonce comme toujours plein de promesses, mais qu’en est-il réellement ?

Une expérience de jeu peaufinée

En avril 2020 sortait MotoGP 20 et nous l’avions beaucoup apprécié. Le jeu avait un contenu hyper dense et semblait avoir franchi un cap supplémentaire par rapport aux opus précédents. On le sait, Milestone est réputé pour recycler de nombreuses choses à travers ses licences et nous étions peu enthousiastes à l’idée de retrouver un jeu auquel on a l’impression d’avoir déjà joué maintes fois.

Pourtant habitués à la discipline et au gameplay généralement proposé par la franchise, nos premiers tours de roues nous ont très agréablement surpris. Cette année, l’expérience de jeu se veut beaucoup plus exigeante et réaliste manette en main. La moto alourdie est plus difficile à placer sur la piste et il faut quelques tours pour s’habituer à cette nouvelle inertie. La physique est bien meilleure et on prend plaisir à se battre avec la machine. Ce sentiment se confirme sur les phases de freinage grandement ajustées par rapport à l’opus précédent, avec ici aussi un transfert de masse et une inertie plus crédibles. Ce qui était plutôt punitif l’an dernier est ici grisant avec ce sentiment agréable d’être sur le fil. De plus, il faut cette année gérer les freins en veillant à les maintenir dans la bonne température afin que leur efficacité soit maximale. Divers types de disques sont proposés avant la course, certains sont par exemple plus faciles à monter en température mais refroidissent moins bien et peuvent se révéler problématiques selon les pistes et notre style de pilotage. De manière générale, la gestion de la moto joue une fois encore un rôle très important pendant la course.

L’autre gros point sur lequel le studio a travaillé est assurément le grip et la gestion de la puissance sur la roue arrière. Donnant souvent l’impression de jouer au yoyo dès la remise des gaz sur les opus précédents, le train arrière est désormais beaucoup plus collé au sol. Ajuster son filet de gaz reste toujours primordial mais devient beaucoup plus satisfaisant grâce à un contrôle accru sur l’adhérence en sortie de virage. Jadis ennuyeuses car trop aseptisées, même les motos de la catégorie Moto3 gagnent en intérêt cette année en se montrant également joueuses.

Si les sensations sont si bonnes, c’est dû aussi en grande partie aux vibrations dans la manette qui donnent avec justesse des informations sur l’état de nos pneus et permettent de suivre précisément l’évolution du grip. À l’image de ce qu’arrive très bien à faire Codemasters sur la franchise F1, les Italiens semblent avoir trouvé la recette pour proposer un très bon ressenti manette en main.

Freine tard, accélère tôt !

Soucieux de vouloir pousser l’immersion toujours plus loin, Milestone propose cette année un tout nouveau système de crash. Habituellement, lorsqu’on chute dans un jeu de moto, on réapparaît directement sur la piste en perdant une poignée de secondes. Avec MotoGP 21, il faut désormais se relever, courir vers la moto et remonter en selle avant de reprendre la piste. Longtemps rêvée par de nombreux joueurs, cette particularité change complètement la donne puisque le temps perdu en cas de chute est désormais beaucoup plus important.

En revanche, les concurrents gérés par l’IA ne sont pas concernés par cette nouvelle fonctionnalité. C’est donc forcément un gros désavantage pour le joueur qui empêche d’en profiter pleinement. Heureusement, l’option est désactivable pour ceux qui n’ont pas envie de crapahuter après leur moto dans le bac à gravier.

Au rang des inepties, on ne peut pas omettre de signaler que Milestone a, comme pour Monster Energy Supercross 4, choisi de faire deux versions différentes de son jeu. En effet, MotoGP 21 est disponible sur Xbox One ainsi que sur Xbox Series X|S, mais n’est pas compatible Smart Delivery et la communauté en ligne déjà fragile est une nouvelle fois divisée. C’est d’autant plus regrettable que l’expérience multijoueur est assez complète avec notamment la présence cette année encore du mode Directeur de course. C’est vraiment le gros point noir du titre qui fera à coup sûr grincer des dents les groupes d’amis qui souhaitent se tirer la bourre ensemble. Avec 22 places sur la grille en ligne pour la version Xbox Series X|S contre 16 sur Xbox One, il y a vraiment de quoi s’amuser, mais à condition de trouver suffisamment de joueurs, bien évidemment.

Un contenu toujours aussi dense

Comme chaque année, la licence MotoGP jouit d’un contenu hyper dense et ce nouvel opus ne déroge pas à la règle. On retrouve l’intégralité des teams, pilotes, motos et circuits de la saison 2021 avec la possibilité de prendre part au calendrier initial ou à celui aménagé par la Dorna à cause du coronavirus. Le mode carrière est toujours aussi complet avec les essais hivernaux, la gestion du personnel et la création d’une équipe à manager. Toutes les séances d’un week-end de course sont évidemment présentes et on note cette année l’intégration au jeu du “long lap penalty”, une portion du circuit à emprunter en cas de pénalité.

Les joueurs nostalgiques pourront également retrouver les catégories historiques avec plus de 40 pilotes de légende et quelques circuits d’antan. Ces derniers sont directement accessibles dès le début du jeu plutôt qu’à acheter dans un mode dédié comme c‘était le cas l’an dernier. La personnalisation est quant à elle toujours très complète avec notamment la possibilité de décorer intégralement ses casques ou dessiner ses numéros. On regrette simplement l’absence d’une interface de partage plus poussée avec la communauté.

Au niveau de la technique, MotoGP 21 offre comme toujours des motos et pilotes visuellement très réussis quand les circuits et bords de pistes restent assez inégaux. Testé sur Xbox Series X, le jeu tourne en 4K dynamique à 60 fps de façon stable et est compatible HDR. On restera plus prudent quant aux versions Xbox One que nous n’avons pas eu l’occasion de tester. La partie sonore semble également avoir été légèrement revue, notamment sur le son des moteurs de la catégorie reine.

Bilan

On a aimé :
  • Un gameplay excellent
  • Techniquement solide sur Xbox Series X
  • Un contenu dense
  • Mode carrière complet
  • L’apparition du “long lap penalty”
  • Le nouveau système de crash…
On n’a pas aimé :
  • ... mais qui favorise l’IA
  • Non compatible Smart Delivery
  • Communauté en ligne divisée en deux
On frôle le coup de cœur

MotoGP 21 est l’épisode qui propose le meilleur gameplay de la série. Grandement amélioré par rapport à l’opus précédent, il offre une expérience manette en main moins punitive et beaucoup mieux dosée en poussant l’immersion un bon cran au-dessus. Malheureusement, comme ce fut le cas pour Monster Energy Supercross 4, Milestone propose deux versions différentes de son titre sur Xbox One et Xbox Series X|S qui viennent diviser une communauté en ligne déjà très fragile. On frôle donc le coup de cœur à cause de ce faux pas.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

MotoGP 21

Genre : Courses

Editeur : Milestone

Développeur : Milestone

Date de sortie : 22 avril 2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch

2 reactions

avatar

alaindc

22 avr 2021 @ 13:04

Gros point noir...qu’un joueur qui l’achète sur Xbox one, devra l’acheter de nouveau s’il trouve une console nextgen. Ils auraient pu, au minimum, offrir un upgrade payant, façon dlc. Ce détail me tiendra loin de ce jeux.

avatar

SauroneMX338

Rédaction

22 avr 2021 @ 13:57

C’est assez frustrant en effet. Le jeu reste jouable sur Series X via la rétrocompatibilité mais il faut repasser à la caisse pour avoir les améliorations de la version « next-gen ».