Shawn Layden, ex PlayStation, met en garde contre le budget toujours plus élevé des jeux

«Le plus est l’ennemi du bien» le 6 septembre @ 16:012021-09-06T16:35:58+02:00" - 3 réaction(s)

PDG de Sony Worldwide de 2018 à 2019 et acteur majeur de Playstation pendant 32 ans, Shawn Layden a décidé depuis de rejoindre Streamline Studios afin de les accompagner dans leur stratégie de développement de jeux vidéo. C’est dans un entretien avec Alexander Fernandez, PDG de Streamline Studios, que Layden s’est livré à propos de son expérience au sein de PlayStation et sur ses craintes pour l’avenir de l’industrie du jeu vidéo.

L’explosion des coûts de production

Outre quelques échanges sur les enjeux de Streamline Studios et leurs ambitions, l’ancien PDG de Sony évoque l’augmentation exponentielle des coûts de production des jeux vidéo depuis quelques années. Il a lui-même été un acteur majeur dans le développement des plus grosses productions sorties par Sony telles que Uncharted, Ghosts Of Tsushima ou encore Horizon Zero Dawn. Le budget alloué à ces licences a rapidement atteint les 100 millions d’euros et selon lui, les projets prévus sur PS5 pourraient atteindre les 200 millions d’euros.

Il regrette ainsi que ce mode de production pousse les plus grands studios à sortir des suites annuelles pour être rentable, à prioriser la quantité sur la qualité. Shawn Layden prend notamment l’exemple de Call of Duty ou de Madden mais c’est un phénomène observable dans les plus grandes franchises de sport (FIFA, NBA 2K) et dans l’essor du « jeu service », des free-to-play et des micro-transactions.

Un frein à la créativité

Avec de telles sommes en jeu et la place centrale des actionnaires dans cette industrie, il est clair que cette tendance empêche les studios de prendre des risques, voire de prendre des décisions majeures. On se rappelle, par exemple, de la sortie chaotique de Cyberpunk 2077 et des actionnaires qui avaient poussés CD Projekt Red à sortir un jeu inachevé.

Dans une autre mesure, la disparition de nombreuses franchises, le manque de nouveautés et d’innovations dans les catalogues vidéoludiques sont des conséquences de ce mode de production. Que ce soit chez Sony ou chez Xbox, l’apparition de nouvelles licences sortant de l’ordinaire et offrant de nouvelles propositions est très rare depuis quelques années.

Des prises de consciences qui donnent de l’espoir

Même si les budgets toujours plus élevés des grosses productions pourraient faire prendre moins de risques aux studios, et si la génération actuelle de consoles ne comporte que peu de réelles nouveautés, l’avenir n’est pourtant pas si triste.

On peut notamment citer la sortie de Starfield l’année prochaine en exclusivité Xbox et PC, en espérant que Bethesda ait eu les moyens nécessaires pour sortir un jeu unique et rafraîchissant. Du côté de chez Microsoft, on peut également souligner la mise en lumière de très bons jeux indépendants avec le Xbox Game Pass comme OuterWilds, Hades ou encore Stardew Valley.

De son côté, Shawn Layden évoque son ambition de faciliter le développement de jeux diversifiés et uniques avec Alexander Fernandez au sein de Streamline. Il souhaite rééquilibrer l’offre actuelle face aux licences annuelles peu innovantes.

Quoi qu’il en soit, voir des piliers tels que Phil Spencer ou Shawn Layden prendre ce sujet au sérieux est rassurant. Cet éveil des consciences ne peut qu’être bénéfique pour l’industrie du jeu vidéo et pour les joueurs. Reste à voir comment le budget des grosses productions évoluera à l’avenir et si les prédictions de Shawn Layden se confirmeront.

Xbox Series X

Accueil > News

3 reactions

Manuto

06 sep 2021 @ 18:21

Je nuancerais un peu quand meme sur 2 points.

>> Les licences annuelles comme Call of Duty (ou meme Assassin’s Creed par exemple), sont developpée par plusieurs studios distincts. Du coup, il y a un roulement qui est effectué, et donne un cycle de developpement plus long pour ces jeux. Le rythme de developpement n’est donc pas forcement impactant sur la qualité des titres.

>> Quand un studio developpe une serie de jeu, il est tres difficile pour eux de prendre des risques, car derrière il y a une communauté qui est présente, qui a ses attentes, et qui ne faut pas trop bousculer dans ses habitudes. On pourrait citer un exemple tres précis : Pokemon. La licence est la même depuis des années avec toujours le meme déroulement dans le jeu (course aux arenes, puis ligue). Elle est critiquée par une partie des joueurs pour son manque de nouveauté, sa faible prise de risque... Et pourtant ... Cela se vend par million à chaque opus. Pourquoi s’embeter a prendre des risques, si ca se vend quand meme ?

Du coup, je pense que ... nous ... joueur, nous avons également une part de responsabilité dans cette situation, ou les jeux n’innovent plus vraiment. A titre perso, quand je cherche un gameplay original et qui se veut différent, je me dirige bien plus vers les studios indépendants, qui sont obligé de prendre ces risques pour se démarquer.

ch4rlSF

07 sep 2021 @ 06:15

C’est pas faux @maruto. Mais quid de rockstar/take two qui réalise un score supérieur en 5ans avec un même jeu qu’un Activision avec 5 cod réunis ? Bien que rockstar ait plusieurs studio et prennent leur temps pour allier qualité et quantité.

avatar

Dormeur du val

07 sep 2021 @ 07:01

« Le mieux est l’ennemi du bien ».|-)