Test - WWE 2K Battlegrounds - Du fun tout de suite mais pas pour longtemps

«La Fun House de WWE 2K» , - 1 réaction(s)

L’année 2020 sera décidément unique de bout en bout. Sans revenir sur les différents événements extra-vidéoludiques qui ont émaillé ces derniers mois, nous avons tout simplement le droit à une année sans véritable jeu WWE 2K. En effet, après le départ de Yuke’s et un épisode 2K20 franchement décevant (par Visuel Concept qui avait pour habitude d’assister Yuke’s sur les jeux WWE 2K), 2K Games a décidé de faire l’impasse sur la simulation de catch annuelle. En revanche, l’éditeur abat cette fois la carte de la mouture arcade des hommes en slip avec WWE 2K Battlegrounds.

Le catch pour tous

Si l’on devait faire une analogie pour expliquer WWE 2K Battlegrounds au grand public, il est un peu au catch ce que FIFA Street 3 est au foot, ou NBA Jam au basket. Exit donc toutes les combinaisons de coups plus compliquées à retenir les unes que les autres. En lieu et place, nos artistes du ring embrassent une philosophie basée sur la simplicité et l’immédiateté.

Les soumissions sont surement les plus intuitives de tous les jeux de combats du marché

Cette fois-ci, chaque combattant possède la même panoplie d’actions, à part l’utilisation d’objets très lourds réservée aux poids lourds justement. Si l’on fait le compte, on a à notre disposition : coups de poings, coups de pieds, irish whip, projection, coups spéciaux, tombé, soumission et c’est à peu près tout pour ce qui est des contrôles de base. Dans les contrôles avancés (et c’est un bien grand mot), il est possible de monter sur les cordes pour attaquer depuis les airs, d’effectuer des combos de trois coups consécutifs ou encore d’utiliser des objets et de s’en servir comme armes. Chaque bouton de la manette est attribué à une action (allez, deux maximum pour A et B qui servent respectivement aux soumissions et aux tombés) et tout est très facilement compréhensible même pour ceux n’étant pas férus de catch ou, et ça tombe bien, pour les enfants qui en sont la cible principale.

En effet, ce jeu très simple à prendre en main ressemble à un énorme bac à jouets dans lequel on prend notre superstar préférée pour aller jouer avec sur le ring. Une sensation d’autant plus marquée par le roster qui devient le rouage central de WWE 2K Battlegrounds. Fort d’une présentation de type “figurines à collectionner”, la sélection de combattants s’articule autour d’une mécanique du contenu déblocable au fil des heures de jeu en échange de points d’expérience (ou d’argent réel pour les plus pressés). Il faut bien avouer que, même si les premiers choix se limitent à une dizaine de combattants (dont, quand même, Randy Orton, Bray Wyatt, The Rock ou encore Ronda Rousey), la mécanique fonctionne bien et le temps d’implication nécessaire pour débloquer un combattant reste très accessible, ce qui est une bonne chose car il y a de quoi faire.

Qui veut un jouet ?

Le roster est en effet plutôt bien fourni avec pas loin de 80 combattants actuels, passés, homme ou femme. À quelques rares exceptions près, chacun d’entre eux possède, en plus, plusieurs tenues alternatives à déverrouiller, histoire de rendre ce total encore plus impressionnant même si l’on déplore quelques absences notables du côté de NXT, mais aussi au sein du roster principal. C’est notamment le cas de Keith Lee, Kairi Sane, Jimmy et Jey Usos ou encore de Mustafa Ali. Ce ne sont, certes, pas des superstars de tout premier plan, néanmoins on a quand même l’habitude de les voir presque toutes les semaines lors des shows rouge et bleu. Inutile cependant de crier au scandale si vous êtes un fan invétéré d’une superstar absente du jeu, car pas moins d’une soixantaine de nouveaux combattants arriveront plus tard.

La course au jouet

Du côté des modes de jeu, WWE 2K Battlegrounds se dote d’une campagne proposant une bonne soixantaine de combats ainsi que quelques rings et combattants ne pouvant être débloqués qu’en remportant certains combats, comme Braun Strowman par exemple. Contrairement à la série principale des WWE 2K, il n’y a ici aucun intérêt scénaristique à suivre dans ce mode solo. Si l’on a quand même pris beaucoup de plaisir à suivre les aventures, parfois très loufoques, de nos lutteurs ces dernières années, cette fois-ci c’est vraiment la collectionnite qui guide nos pas.

La narration du mode solo est vraiment minimale

Fort heureusement, le jeu est avant tout fait pour être partagé et ça tombe bien car la plupart des modes de jeux peuvent être joués en multijoueur local. La seule bizarrerie à signaler se trouve du côté du mythique Royal Rumble car, comme le joueur commence automatiquement en première position, ce mode de jeu n’est jouable qu’en solo. La bonne surprise vient du mode online King of the Battleground. Le principe est très simple, il s’agit d’un Royal Rumble sans fin. Le match commence avec quatre joueurs sur le ring et dès que l’un d’entre eux passe “PAR DESSUS LA TROISIÈME CORDE”, un nouveau joueur est connecté à la partie et comble le quatrième slot laissé vacant. Le but du jeu étant, non pas de gagner ce Royal Rumble, mais de faire le meilleur score possible en éliminant le plus d’adversaires et en restant le plus longtemps possible sur le ring. La frustration des fins de parties y est bien moindre, d’autant plus que les matchs s’enchaînent très vite grâce à ce concept de roulement infini.

Impact dans 3... 2... 1...

Pour terminer, et comme vous l’avez sûrement déjà remarqué, WWE 2K Battlegrounds se démarque grandement de la série principale par sa direction artistique. Ici, pas question de chercher un tant soit peu le réalisme. Les personnages et leurs animations sont cartoonesques et caricaturaux à souhait (quand on disait que c’était le FIFA Street 3 du catch) et, vu certains résultats obtenus par le passé, ce n’est pas plus mal. Néanmoins, on est obligé de souligner certains éléments de design complètement ratés. On pense notamment à Baron Corbin, The Miz ou Carmella qui ne ressemblent absolument pas aux modèles de référence. Et ça, ce n’est ni “Awesome”, ni “F.A.B.U.L.O.U.S”...

Le coin des chasseurs : Avec ses 13 succès pour un total de 1000G, WWE 2K Battlegrounds fait grimper votre score à grands coups de 50 ou 100 points par succès. Ceux-ci sont d’ailleurs assez aisés à débolquer. Il vous faudra juste un peu de patience pour arriver au bout de la campagne solo et un pointe de skill pour gagner un Royal Rumble complet. Bonne chasse.

Bilan

On a aimé :
  • Très simple à prendre en main : une direction à conserver pour le futur
  • Un roster conséquent
  • Le mode multi King of the Battleground
On n’a pas aimé :
  • Le fun s’estompe assez vite
  • Quelques absents notables
  • Pas de multi local pour le Royal Rumble !
  • Certains combattants complètement ratés
Bien pour les petits… à petit prix

Il serait malhonnête de dire que l’on n’a pas passé un bon moment sur WWE 2K Battlegrounds. Au contraire, on a même plutôt apprécié notre moment passé dessus… à condition qu’il ne s’étire pas trop, auquel cas l’ennui ne tarde pas à pointer. Le jeu n’est clairement pas désagréable, c’est même une bonne surprise la première fois que l’on pose les mains dessus. Malheureusement, on se rend vite compte que la simplicité du gameplay induit forcément un certain manque de profondeur pour peu que l’on joue seul. À plusieurs, ce n’est clairement pas la même chanson car les facteurs fun sont démultipliés. C’est donc avant tout dans ce cadre que WWE 2K Battlegrounds peut s’exprimer : à plusieurs ou auprès des plus jeunes.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

WWE 2K Battlegrounds

PEGI 12 Violence

Genre : Combat

Éditeur : 2K

Développeur : Saber Interactive

Date de sortie : 18 septembre 2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4

1 reactions

avatar

alaindc

28 sep 2020 @ 13:58

CAW très limité, insignifiant, avec très peu de choix, et dont la plupart qu’on ne peut même pas changer de couleur. Aussi, seulement 5 set de mouvements, un par type de lutteur, ce qui devient très répétitif rapidement, et quoi dire du bouton aléatoire, qui apparait pour contrer les prises, qui favorise les pitonneux avec temps de réponse rapide (ou les Ai qui eux, n’ont pas le problème de deviner le bon bouton à peser), et pas le bon timing pour contrer une prise, comme dans les précédent jeux WWE.

Très déçu de ce jeu. C’est un jeu mobile, qui demande immensément de grind, pour tout débloquer (ou d’argent), lutteurs, costumes de lutteurs, pièces de CAW ou même emplacement de sauvegarde de CAW, bonus de mouvements, etc. Si vous voulez tout débloquer, sans payer, vous en aurez pour longtemps....à endurer le gameplay limité du jeu.