Test - Destiny

«Vers l’infini et au-delà» , - 30 réaction(s)

Lorsque l’on s’appelle Bungie et que l’on est le père fondateur d’une saga comme Halo, qui compte l’un des plus grands nombres de fans sur une franchise chez Microsoft, pas évident de créer un nouveau FPS de science-fiction. Surtout réussir à avoir autant d’intensité, avec une vraie histoire et un background conséquent. C’est pourtant ce que le studio tente en multi-plateformes, accompagné d’Activision comme éditeur, avec sa nouvelle IP : Destiny. Celui-ci a été annoncé comme un jeu magnifique avec un nouveau monde à découvrir, ainsi qu’un solo directement intégré dans le monde multijoueurs et co-op, nécessitant une connexion permanente. A voir maintenant si ce choix et les mécaniques du jeu sont un pari gagnant.

Le Gardien et son but

Ils vont faire le ménage
Ils vont faire le ménage

Il y a plusieurs années, l’arrivée du Voyageur a permis à l’homme de coloniser des planètes du système solaire, telles que Vénus et la Lune. C’était le temps de l’âge d’or. Cependant, le Voyageur a été suivi par son ancien ennemi, “les Ténèbres”, qui l’ont attaqué. C’est à ce moment qu’il s’est mis en sommeil, au-dessus de la zone du Cosmodrome situé dans l’ancienne Russie, l’endroit où a été construite la Tour, citadelle abritant les Gardiens. L’histoire débute après avoir créé notre personnage et avoir choisi le Gardien que l’on souhaite incarner parmi 3 races et 3 classes. On est réanimé après une longue mort, tel un coma, qui a affaibli nos forces. C’est un Spectre, représenté par une sorte de petit artefact muni d’une intelligence artificielle, qui nous réveille et qui va être notre guide dans ce vaste univers. Notre but est d’éliminer les ennemis et d’en apprendre plus sur le Voyageur.

L’ancienne Russie est devenue le secteur des Déchus et notre premier objectif va être de leur échapper, en se défendant avec la première arme trouvée. C’est par ce début que l’on apprend les mécanismes du jeu, qui s’avèrent des plus faciles et connus. Les informations nécessaires s’affichant à l’écran à la simple pression de la touche View (l’endroit où l’on est et l’objectif). Qui plus est, un radar en haut à gauche de l’écran indique les ennemis aux alentours, ainsi que la direction à suivre.

Les compétences sont nombreuses et influent sur l’armure, la régénération et l’agilité de notre personnage
La compétition s
La compétition s'annonce rude

Chaque ennemi possède une barre de vie affichée au-dessus de sa tête comme dans un bon vieux Diablo, tandis que la nôtre se situe en haut au milieu de l’écran. A la manière de Master Chief dans Halo, c’est en se mettant à couvert que l’on recouvre notre énergie. La barre en bas de l’écran indique notre niveau d’expérience (XP) et ce qu’il manque pour arriver au suivant. A ce moment, on débloque des compétences parmi celles disponibles dans le menu, comme par exemple, chez les Arcaniens la grenade vortex qui inflige des dégâts continus aux ennemis pris à l’intérieur, ou encore le double saut. Les compétences sont nombreuses et influent sur l’armure, la régénération et l’agilité de notre personnage. Les informations à l’écran sont complètes et bien lisibles. De plus, des coffres sont dispersés de par les mondes, on y trouve armes, pouvoirs et minerais, que l’on peut ensuite sélectionner via le menu.

Hostile la nature

Les 3 classes de Gardiens
Les 3 classes de Gardiens

Les Gardiens sont divisés en 3 catégories avec chacun leurs spécificités. Les Arcanistes, après avoir longuement étudié le Voyageur, maîtrisent une part de ses énergies occulte. Les Titans sont aussi impitoyables que leurs ennemis, très forts, et ce sont ceux qui ont construit le Mur qui protège la citadelle. Les Chasseurs, souvent d’anciens hors-la-loi sont audacieux et ingénieux. Chacune de ces catégories contient 3 races. Les Exos, des machines infatigables qui possèdent une conscience, les Humains et les Awokens qui sont des humains qui ont changé dans des circonstances inconnues ; ils ont la peau plus claire et parsemée de décorations. A chacun de choisir la race, pour le côté esthétique, et la catégorie de Gardien de laquelle on se sent le plus proche.

On apprécie la multitude d’adversaires et le détail qui a été apporté à chacun d’eux

Bien évidemment, nos adversaires sont nombreux. Sur Terre et dans le système solaire il y a les Déchus. Sur Mars ce sont les Cabals, les Vexs sont sur Vénus et enfin, les Hives ont pris possession de la Lune. Le niveau de difficulté des ennemis rencontrés augmente à peu près en même temps que le nôtre. On en croise néanmoins certains dont la force n’est pas identifiée et qu’il peut être impossible à battre tant que l’on a pas atteint un certain niveau et que l’on possède les armes adéquates. On apprécie la multitude d’adversaires et le détail qui a été apporté à chacun d’eux, tant pour les personnages que pour leurs armes. Par contre, dommage d’avoir fait quasi tous les combats contre les boss dans des sortes d’arènes. Ça manque de diversité. On regrettera également, que même si les ennemis sont nombreux sur la carte, ce sont généralement les mêmes que l’on croise un peu partout.

Le centre de commandement à la Tour
Le centre de commandement à la Tour

D’ailleurs, en se rendant à la Tour où vivent les gardiens, on peut avoir de nouvelles armes et améliorations pour celles-ci, ou pour son armure, ainsi que des missions sous forme de contrats. C’est ici que l’on passera de longs moments à chercher ce qui convient le mieux à notre personnage. On passera voir le Cryptarque pour lui montrer ce que l’on a trouvé et afin qu’il nous le transforme en amélioration d’armure, ou d’arme. Ou alors on pourra aller échanger les matériaux récupérés sur les planètes par des munitions, protections pour notre armure, ou de nouveaux emblèmes.

Tout en un

Bien que Destiny ait une histoire solo, pour effectuer cette dernière il faut être connecté au réseau. Le solo est intégré dans le jeu et découpé en missions que l’on fait seul ou en co-op. On croise d’autre joueurs à presque tout moment, sauf durant certaines phases appelées “Période de Ténèbres” qui sont jouées selon le choix effectué, à savoir seul ou en co-op, et qui doivent être terminées sans mourir, sous peine de recommencer une partie de la mission. Un point appréciable est la possibilité d’augmenter la difficulté d’une mission. Les différents modes réservés aux affrontement contre des joueurs, le player vs player (PvP), comme on l’entend dans un multi classique, sont débloqués comme tout le reste, au fur et à mesure assez rapidement, dans des arènes situées aux 4 coins du système solaire, ou encore à “L’Epreuve”, lieu qui se situe en orbite près de la Terre.

Soyons clairs, si notre box internet est en panne pour quelque raison que ce soit, ou que les serveurs plantent, on peut ranger la galette et aller faire autre chose. Un parti pris que l’on peut trouver étonnant, car bien que le jeu soit un MMO, on retire au joueur l’accès au solo et la possibilité de continuer à évoluer, voire terminer ses missions dans le système solaire. De ce fait, on peut avoir du mal avec le concept du “pas de réseau, pas de solo”. Tout comme on peut regretter le peu de missions principales présentes sur les planètes.

Il y a par contre un point qu’il est important de souligner : seules les phases de multijoueurs nécessitent d’avoir un abonnement Xbox Live Gold. Pour le solo et co-op, la connexion suffit.

Il n’y a rien de transcendant dans le multi et le facteur nouveauté est absent
Ca va faire mal
Ca va faire mal

Les temps de chargement sont parfois un peu longs. Peut être est-ce dû à la lenteur du réseau interne du joueur, ou au temps de réponse des serveurs un peu saturés en ce début de lancement de la franchise. Pour ce qui est du PvP, on retrouve ici tout ce qui est connu dans le genre des Matchmakings. Le Carnage, qui est un mode avec des matchs à mort à seulement 6 joueurs, la Domination, simple capture de zone à 6 contre 6, le Choc avec 6 joueurs en équipe contre 6 autres, et enfin, l’Escarmouche, idem que le Choc, mais à 3 contre 3. Le tout sur des maps plutôt petites, comme Activision les aime. Du coup, on accroche ou pas, mais toujours est-il qu’il n’y a rien de transcendant dans le multi et le facteur nouveauté est absent. Qui plus est, certains modes permettent d’augmenter son XP rapidement et prennent en compte les améliorations d’armes. De ce fait, les novices sur le multi risquent d’être vite découragés. L’absence de nivelage représente aussi un problème lorsque l’on est face à des adversaires ayant déjà atteint des niveaux supérieurs avec des armes bien plus puissantes.

Seul le co-op vient réellement donner du plaisir aux joueurs. Arpenter les couloirs de la Lune pour dessouder du Hive et des Déchus sans se faire descendre et en protégeant son ou ses équipiers, donne de réels moments d’amusement. Évidemment, il faut éviter de mourir en se jetant une grenade en pleine poire, par exemple, lorsque son équipier vient de bêtement sauter dans un trou pour se protéger et qu’il en est mort. Sinon, il faudra recommencer la mission au checkpoint. Comme beaucoup de jeux construits pour du multi, Destiny est très sympa avec une bande de potes, beaucoup moins seul. Le solo et le co-op ne sont en fait qu’une succession de missions avec des quêtes annexes, souvent répétitives et courtes, sur 4 planètes différentes, et n’est que peu palpitant, contrairement à celui d’un Halo.

Ça claque la rétine et ravit les oreilles

Un petit coin de Vénus
Un petit coin de Vénus

Heureusement, les décors sont somptueux, chaque planète possède une atmosphère bien à elle, un environnement spécifique. Le tout est vraiment très beau, c’est un plaisir de prendre son temps pour regarder ce qu’il y a tout autour de nous et les détails qui ont été apportés, même si de temps à autre on peut trouver les lieux un peu vides. Dans ces cas-là, il est généralement possible de prendre notre Passereau, clone de la motojet de Star Wars, pour se déplacer plus rapidement. Sur ces territoires, les ennemis se cachent, le plus souvent dans des grottes et des sous-sols. Ces lieux fourmillent souvent de détails, on sent bien le soin apporté à l’ensemble. Mais quel dommage qu’il n’y ait pas de réelle interaction. Il est impossible de briser un écran, l’impact de nos tirs disparaît au bout de 5 secondes et jeter une grenade à côté d’une plante ou même sur un arbre n’aura strictement aucun effet sur ce dernier.

Par contre, le recul est très bien reproduit au niveau des armes . A titre d’exemple, le fusil à pompes se relève quasi instantanément après avoir servi. Selon l’arme choisie et la distance à laquelle on se trouve, il y a une réelle différence sur l’effet que cela aura sur l’adversaire. Pour le coup, le côté jeu à la Borderland, qui permet d’améliorer l’arme que l’on utilise, est très bien développé dans le jeu. Qui plus est, Bungie a fait un gros travail en arrière-plan sur leur site, où l’on peut trouver tout un tas d’infos, comme celles qui correspondent aux grimoires que l’on récupère en effectuant certaines actions.

Côté musique, on n’est pas dépaysé puisque ce sont Marty O’Donell et Mike Salvatori, qui ont déjà travaillé conjointement sur les différents Halo, accompagnés cette fois de Paul Mc Cartney, qui ont fait la bande son. Cette dernière est d’excellente facture et donne à certaines scènes une ampleur et une ambiance digne des meilleures productions cinématographiques.

Bilan

On a aimé :
  • Le co-op
  • Les détails apportés aux ennemis et aux décors
  • La beauté de certains endroits
  • La bande son
On n’a pas aimé :
  • Le scénario minimaliste du solo
  • Un multi ultra classique
  • Pas d’interaction avec les décors
  • Peu de missions principales
Un bel univers, mais sans réel scénario

Difficile de croire qu’en 2014 un jeu comme Destiny, qui a dû coûter bien cher, ait des modes PvP si classiques et un solo si peu intéressant, du fait qu’il soit inclus dans un jeu MMO -et donc représenté sous forme de missions à faire selon ses envies. Malgré cela, on apprécie la beauté des graphismes en général, l’excellent travail fait sur les personnages, et les différentes vues magnifiques sur les 4 planètes disponibles. Dommage que les modes multi n’aient pas été plus travaillés et qu’ils restent bien trop classiques. Seul le co-op donnera réellement du fun et du plaisir. Le jeu séduira ceux qui découvrent ce type d’univers pour la première fois, mais laissera un goût un peu amer à ceux qui y sont habitués, ne serait-ce que par le peu d’intérêt que procure le scénario du solo.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Destiny

Destiny
PEGI 16

Genre : FPS

Editeur : Activision

Développeur : Bungie

Date de sortie : 09/09/2014

Prévu sur :

Xbox One, Xbox 360, Playstation 4, Playstation 3

Venez discuter sur le Forum Destiny

30 reactions

Halnist

11 sep 2014 @ 13:55

Si je lis juste le récap du test, j’ai l’impression que le jeu est juste une coquille vide, mais la coquille est d’excellent facture :o

AceParty

11 sep 2014 @ 14:36

Je suis aussi surpris que vous mais Bungie a bien dit que Destiny n’est pas un MMO ici http://www.gamespot.com/articles/is-destiny-an-mmo-bungie-weighs-in/1100-6416234/ Donc on devrait éviter de le comparer aux MMO classiques pour le coup car c’est sûr il n’y rivalise pas du tout.

Kris-K

11 sep 2014 @ 14:40

Le test manque réellement de profondeur il y a des tas de points qui ne sont pas abordés je trouve que vous auriez dû attendre quelques jours afin de parler plus en détails du système d’équipement , des objets aléatoires , des coffres en or etc...

Combien de temps as tu joué au jeu monsieur le testeur ?

Activision et Bungie ont joué les chiants à ne pas distribuer d’exemplaire avant pour les testeurs mais je trouve votre test précipité

jmabate

11 sep 2014 @ 15:31

je suis pas très fan de FPS, mais halo et far cry 3 mon séduit ! pas destiny !

testé sur PS4, je trouve qu’il est plaisant à faire avec une bonne bande de pot, mais qu’il n’a d’intérêt que sur le co-op ! temps de chargement assez long, pour des escarmouches pas très plaisantes...

il y a apparemment plein d’autres choses à faire, mais le solo est très limité et le reste très redondant...

niveau production, bungie ne s’est pas trop foulé...mais il reste dans ce qui propose le mieux...un bon gameplay, une très belle ambiance visuelle et musicale avec un background intéressant !

13.5/20

c’est un avis approximatif car je ne pousse pas plus loin le jeux, car il ne m’a pas donné l’envie d’allé plus loin...mais je peut comprendre que certains l’adore et que d’autres le déteste ! cela dit bungie a bien travailler son projet...sauf qu’Activision a sur hypé son nouveau protégé ! this is business & business is good !

je pense que le jeux peut se bonifier avec les DLC à venir pour donner une durée de vie plus importante au jeux...

Longshot Spirit

11 sep 2014 @ 17:21

@ AceParty : Bungie peut communiquer sur le côté FPS du titre car c’est moins anxiogène que sur le côté MMO (qui fait encore peur à bien du monde pour son côté social et chronophage), mais dans les faits, on a quoi ?

>> Des mondes qui sont en fait des hubs, où les joueurs du serveurs se croisent et fraggent ensemble des ennemis qui respawnent au même endroit quelques secondes plus tard. On trouve même des mini missions sur ces hubs, pour tuer 5 ou 6 ennemis ou aller cueillir quelques fleurs, histoire de visiter les lieux.
>> Des « événements » communs où tous les joueurs présents sur le hub peuvent se regrouper le temps de flinguer un gros boss
>> Des classes de personnages (pas très différenciées jusqu’au lvl 15, cela dit)
>> Des missions « fermées » et scénarisées où seuls 3 joueurs peuvent se rendre, accessibles depuis le hub principal.
>> Des objets (communs, peu communs, rares, légendaires) plus ou moins modifiables

Je sais pas vous, mais moi ça me rappelle furieusement un MMO.

Vinc3iZ

11 sep 2014 @ 17:39

On m’a toujours dit que Destiny était l’un des premiers MMO FPS un truc du genre ^^

PaT Chevaliers

11 sep 2014 @ 18:52

Destiny est magnifique graphiquement parlant, mais pour le moment, je me fais chier dessus. Il a un côté bien trop répétitif (a mon goût) à bousiller de l’aliens à tout va. Ce n’est qu’une première impression hein ! rien d’alarmant non plus, vais peut être m’y faire, quand même ? :’-(

PS : Voilà pourquoi je défend bec et ongles, le fait qu’il y est des démos jouables pour la plupart des jeux... Cela évite la déception.

Merci quand même pour ce test galactique...

avatar

Raziel

11 sep 2014 @ 19:33

@ Longshot Spirit : La vraie question c’est : à tu réellement déjà jouer à un vrai MMO ? :-P

>> Oui mais entre croisées 10 personnes et 200 il y a quand même une différence, non ?
>> un événement sur Destiny regroupe quelques joueurs, un événement sur MMO en regroupe une centaine de joueurs.
>> 3 classes de personnages qui ne se différencient quasiment pas, sauf pour le pouvoir spécial et pas de type de classe « Tank » ; « DPS » ; « HEALER ».
>> ça c’est juste une coop classique.
>> Ce genre de choses est très présent dans les RPG et pas forcément les MMO.

Si pour toi cela te rappelle furieusement un MMO, alors tu viens de répondre à ma question au début de mon message. ;-)

@ Vinc3iZ : le seul jeu d’après moi, qui peut se permettre d’être considéré comme un MMO/FPS est Planetside 2

Longshot Spirit

11 sep 2014 @ 20:23

@ Raziel

Rooh :) Tu sais bien ce que je voualis dire, non ? Ca « rappelle » un MMO. Comme le Canada Dry rappelle l’alcool, si tu veux.

Destiny, niveau look, ça évoque d’avantage le MMO ou le RPG que le FPS console pur jus, quand même ! Evidemment que ça n’a rien d’un « vrai » MMO en terme de contenu, mais ça en a l’habillage, c’est ce que je voulais dire. Je soupçonne même que ce look MMO (si tu préfères) trahit une ambition de jeu plus massive à l’origine, et peut être limitée par le côté crossgen.

Et pour répondre à ton smiley : oui, je persiste : le hub, les classes, c’est pour se donner une apparence MMO, même si c’est juste du flan car rien n’est fait pour inciter les joueurs à se rencontrer.

Sinon, mes mois (années ??) entiers passés sur Guild Wars, Aion, Rift ou Star Trek Online (j’ai honte mais j’assume) se chargeront de répondre à ta première question.

Raster

11 sep 2014 @ 20:47

Un test trop hâtif avec de mauvaises infos ... La semaine prochaine, lundi, le mode RAID sera disponible, Caveau de verre sur Venus, c’est indiqué sur la carte !!!! Les modes « épique » quotidien et hebdomadaire, le programme Assaut aux 4 difficultés et quêtes aléatoires ... Bannière de Fer pour l’Epreuve ne devrait pas tarder ... Et ceux qui râlent d’une certaine facilité, essayer de faire toute la trame histoire du jeu en difficile (ce qu’on a fait...) vous en aurez pour une bonne vingtaine d’heures et vous ressentirez le scénario autrement ... Une fois le niveau Max 20 acquis, vous pouvez encore monter votre niveau avec les armes et armures assignées en « lumière ». Soit bleu Rare, violet Légendaire et Jaune Exotique ... Y a du boulot. Courage Gardiens ! C’est à partir de là qu’on se rend compte des niveaux difficiles à monter ... Et qu’on vient de terminer le didacticiel ^^ Pour ceux qui en ont marre de shooter des aliens, le multijoueur PvP sert à quoi ? Pour le multi, il y a un nivelage pour les 2 premiers modes Domination et Choc. les 2 suivants activent les niveaux et puissances de manière individuelle ...

123