Test - Hot Wheels Unleashed - Pour les grands enfants

«It’s not the same without the flame» , - 0 réaction(s)

Difficile de ne pas connaître la marque Hot Wheels tant celle-ci est présente dans le monde du jouet. Depuis la fin des années 60, la marque est toujours aussi active dans la sortie de nouvelles voitures miniatures. Qu’ils s’agissent de modèles réels ou imaginaires, il y en a pour tous les goûts. Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve ces bolides dans un jeu vidéo, mais si l’on omet le DLC de Forza Horizon 3, cela faisait déjà une paire d’années qu’un épisode entièrement consacré à cet univers n’était pas sorti dans nos contrées. Pour ce nouveau titre, c’est le studio italien Milestone que l’on retrouve aux commandes. Plutôt spécialisé en jeux de motos ces dernières années, il était intéressant de voir ce que le studio pourrait proposer avec la licence Hot Wheels.

La course au jouet

S’il y a bien quelque chose dont le jeu ne manque pas, c’est de contenu. Hot Wheels Unleashed nous offre en effet plusieurs modes de jeu parmi lesquels on retrouve les classiques “Course rapide” et “Contre-la-montre”, jouables seul ou à deux en écran scindé. Il est également possible de se lancer dans des parties endiablées en multijoueur en ligne, mais nous n’avons pas pu expérimenter au mieux cette proposition, faute de joueurs disponibles pendant notre test. Mais avant de se lancer dans ce type de courses, il convient d’abord de s’échauffer avec le “Hot Wheels City Rumble”. Simulacre de mode scénarisé tant son pitch peut tenir sur un post-it, il n’en reste pas moins très bien réalisé. Sous forme d’un plateau de jeu, on se déplace de case en case, chacune représentant une épreuve. À chaque course réussie, le chemin s’ouvre vers de nouvelles cases et c’est à nous de choisir dans quel ordre on souhaite les réaliser. Avec un peu moins d’une centaine d’épreuves divisées en courses et contre-la-montre, ce mode saura nous tenir en haleine pendant un bon moment. D’autant que le plateau dispose également de cases “secrètes”, pour lesquelles il faudra au préalable remplir une condition parfois bien mystérieuse pour espérer les débloquer.

Le plateau du City Rumble

Chaque course réussie nous octroie diverses récompenses comme de la monnaie, des voitures, ou de la décoration (nous y reviendrons plus tard). Nos deniers fièrement gagnés, on peut alors se diriger vers la boutique du jeu pour les échanger contre l’un des modèles mis en vente (le stock change tous les jours) ou une caisse mystère renouvelable. Ces dernières fonctionnent comme les lootbox que l’on retrouve dans l’industrie du jeu vidéo depuis un bon moment déjà, mais sans la possibilité d’utiliser de l’argent réel pour en obtenir. On conserve ainsi le côté plaisant du système pour espérer collectionner toutes les voitures du jeu. Et avec 68 véhicules disponibles au lancement, il va falloir en ouvrir des boîtes ! Les caisses pouvant nous offrir des doublons, il faudra s’armer de patience pour obtenir les bolides de rareté légendaires.

Chaque boîte est une découverte

Ce système de rareté implique également la présence de statistiques propres à chaque véhicule. Vitesse, accélération, freinage, maniabilité ou encore jauge de boost, c’est autant d’éléments qu’il faut prendre en compte à chaque début de course. Et s’il est possible de changer le niveau de difficulté des adversaires pour les courses simples, il n’en est pas de même pour les épreuves contre la montre. Et autant vous le dire d’entrée, n’espérez pas battre les temps demandés sans posséder quelques bolides légendaires avec de bonnes statistiques (et là encore, il faudra s’accrocher concernant quelques épreuves). De même, si vous comptez vous lancer sur le multijoueur en ligne, il faut être conscient que le jeu n’impose aucune restriction.

Si la chance ne vous sourit pas à l’ouverture des boîtes, il reste alors la solution d’améliorer la rareté des autres voitures moyennant quelques rouages (également obtenus dans le mode Hot Wheels City Rumble ou en démontant des doublons par exemple), ce qui permet de fait l’amélioration de quelques performances.

Ma maison, mon circuit, ma voiture

Nous abordions au début de ce test la quantité du contenu proposé par ce Hot Wheels Unleashed et nous n’en avons pas encore tout à fait terminé. En effet, il y a aussi toute une partie personnalisation/création qui s’offre à nous. On peut tout d’abord personnaliser sa bannière à l’aide d’éléments débloqués en City Rumble, ce qui, on se l’accorde n’a de réel intérêt que dans les lobbies du multijoueur.

Plus intéressant en revanche, il est possible de créer des livrées pour nos véhicules et de les partager au reste de la communauté. Les options fournies sont plutôt nombreuses et les plus créatifs pourront s’en donner à cœur joie. Pour les moins inspirés, ils pourront plutôt récupérer des livrées pour les utiliser ensuite sur leurs propres véhicules.

Nom de Zeus !

N’y allons pas par quatre chemins, Milestone nous a bluffés aussi bien sur la quantité que sur la qualité de ses circuits. Avec un total de 56 pistes pour 5 environnements, nous n’avons jamais été déçus par un tracé. Sans parler de la partie graphique sur laquelle nous reviendrons, nous en avons pris plein les yeux. On enchaîne les virages surélevés, les loopings, les sauts et les autres types de virages, parfois la tête à l’envers et toujours avec un enchaînement plaisant. En plus des routes emblématiques en plastique orange et bleu, nos petites voitures sont également amenées à rouler sur le mobilier. Et pour varier un peu plus les courses à plusieurs tours, certains circuits proposent différents itinéraires, chacun ayant ses avantages et inconvénients. Enfin, gare aux terribles obstacles tels que l’araignée, le dragon ou le serpent. Autant de pièges qui auront tôt fait de nous faire passer de la première place à la dernière en quelques secondes. On vous voit venir, vous en voulez encore plus ? Pas de soucis, Hot Wheels Unleashed nous offre également un éditeur de circuit. Pas simple à prendre en main au début, il deviendra à coup sûr un parfait outil pour certains artisans de la communauté. Seul hic, bien que nos créations puissent être partagées en ligne, il n’est pas possible de récupérer les tracés des autres joueurs pour les essayer de notre côté. Seule solution, voter pour l’un d’eux lors de la sélection d’avant-course en multijoueur en ligne.

Pimp my house

Enfin, il est également possible de customiser son sous-sol. On peut ainsi modifier les sols et les murs, mais aussi le mobilier. Au début, on ne dispose que de peu d’éléments, et il faudra progresser dans le mode City Rumble pour voir le champ des possibilités s’agrandir. Mais quel intérêt de personnaliser son sous-sol nous direz-vous ? Et bien le sous-sol faisant partie des cinq mondes dans lesquels se trouvent les circuits, cela permet de vivre les courses dans son propre environnement.

Ca va déraper chérie !

Du contenu, c’est bien, mais encore faut-il que manette en main le plaisir soit là. Si l’expérience n’est pas parfaite, le fun est immédiatement présent. Milestone a fait le choix d’un jeu 100 % arcade avec une prise en main très rapide. Ainsi, après un départ où la quantité de boost disponible dépend de notre timing au démarrage, on s’élance à toute blinde sur la piste. La sensation de vitesse est bien retranscrite, on essaye alors d’aller toujours plus vite en enchaînant boost, propulseurs sur la piste ou les quelques bandes vertes augmentant la vitesse maximale. Mais gare à certains sauts ou virages, la chute n’est jamais loin et l’erreur peut être punitive pour le classement. À l’inverse, il faut aussi s’assurer de disposer de suffisamment de vitesse pour se lancer dans un looping. Il serait dommage de se retrouver à l’arrêt au milieu et de dégringoler.

Attention en bas

La gestion du boost est donc une composante primordiale des courses, et le meilleur moyen d’en récupérer, c’est de déraper ! Faciles à déclencher, les dérapages sont grisants et on s’amuse alors à faire brûler la gomme à chaque virage. Et là où certains se contenteront de glisser sans se soucier de taper la rampe de sécurité, les meilleurs chercheront à optimiser ces dérapages pour les prendre au plus près de l’intérieur du virage et les faire durer le plus longtemps possible.

Mais une ombre au tableau vient malheureusement gâcher la fête. Le titre de Milestone manque terriblement d’impact dans les collisions. Qu’il s’agisse de collisions avec le décor ou contre nos adversaires, il ne se passe presque rien. On ne ressent pas manette en main la force de l’impact, et rien ne transparaît à l’écran. Pire, on a juste l’impression de rebondir sur l’obstacle. Cela ne viendra pas détruire tout le plaisir de jeu, mais on ne peut s’empêcher de garder ce souci dans un coin de la tête pendant toute la course.

Heureusement, on oublie vite cet écueil grâce à la qualité graphique du titre et à l’ambiance qu’elle insuffle. Les environnements proposés en plus d’être réussis sont tous très différents, chacun ayant sa propre atmosphère. Les effets de lumière sont bluffants, du reflet du soleil sur la piste aux néons colorés du garage, c’est un régal pour les yeux. Ajoutés à cela, divers éléments de décor se retrouvent le long de la piste. Hot Wheels Unleashed nous offre vraiment un travail de grande qualité. Il en est de même pour la modélisation des véhicules. Toujours très propres, les modèles sont variés et les aficionados de la marque de jouet pourront peut-être y retrouver leurs bolides préférés. N’oublions pas la partie sonore, qui en l’absence de morceau mémorable contribue tout de même à cette ambiance si plaisante une fois sur la piste. On oubliera cependant les bruits des voitures tant ils se ressemblent tous hormis quelques exceptions.

La ligne de départ est bien gardée

Pour finir, et ce, alors que le jeu nous propose déjà un joli contenu au lancement, il est prévu que le titre bénéficie d’un suivi intéressant par les développeurs. Des ajouts payants déjà avec trois packs prévus, chacun apportant plusieurs véhicules, et une extension (sûrement de nouvelles courses thématiques, voire un nouvel environnement), ainsi que des éléments de customisation (circuit, sous-sol, …). Mais ce n’est pas tout, du contenu gratuit viendra également étoffer le jeu chaque mois. Enfin, à l’heure où nous écrivons ces lignes, Hot Wheels Unleashed semble céder lui aussi aux sirènes du “Battle Pass”. Est-ce qu’il sera payant ou gratuit ? Que contiendra-t-il ? Comment se fera sa progression ? Autant de questions auxquelles nous n’avons pas encore la réponse.

Testé sur Xbox Series X.

Bilan

On a aimé :
  • Le gros contenu
  • Les circuits variés et bien travaillés
  • C’est vraiment très beau
  • Le fun immédiat manette en main
On n’a pas aimé :
  • Un manque de sensations dans les collisions
Libérez la bête

Hot Wheels Unleashed est une très bonne surprise. Il avait su capter notre intérêt lors de son annonce et l’on ressort conquis de ce test. Avec son gameplay 100 % arcade et sa prise en main très facile, le fun est immédiat. Le jeu n’est pas avare en contenu tant sur le nombre de voitures que de circuits disponibles. Ces derniers sont d’ailleurs une vraie réussite, magnifiés par de superbes effets de lumière. Une seule ombre au tableau, les collisions avec l’environnement et les adversaires manquent d’impact. Il n’en reste pas moins que Milestone nous livre ici une belle copie, qui ravira à la fois les petits et les grands.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Hot Wheels Unleashed

Genre : Courses

Éditeur : Koch Media

Développeur : Milestone

Date de sortie : 30/09/2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch