Test - Gears 5 : une campagne indispensable !

«Salut les musclés » , - 13 réaction(s)

Franchise incontournable de la Xbox, Gears of War se doit, à chaque nouvel épisode, d’être l’étalon graphique de la console mais aussi d’être un bon jeu. Le jeu est attendu au tournant sur tous les tableaux. Si la série a toujours su tenir son rang techniquement, certains épisodes ont pu décevoir. Qu’il s’agisse de Gears of War Judgment ou, dans une moindre mesure, de Gears of War 3 et 4, tous les épisodes n’ont pas fait l’unanimité. Une chose est sûre, c’est que, comme l’indique son changement de nom, Gears 5 est décidé à changer cela !

Du rythme, du rythme et encore du rythme

Pour des millions de joueurs, Gears of War c’est avant tout une campagne solo épique qui réserve son lot de moments forts, glorieux ou émouvants. Que ce soit l’invasion des krylls, le duel contre le kraken ou encore le funeste destin des époux Santiago, la série a toujours su marquer ses joueurs d’une manière ou d’une autre en plus d’avoir su imposer son gameplay atypique. Le maître du cover shooter a fait des émules et a posé son empreinte sur l’histoire du jeu vidéo.

Malheureusement, on est obligé de passer par un long tutoriel avant de commencer
Malheureusement, on est obligé de passer par un long tutoriel avant de commencer

Pour ce Gears 5, le défi est donc de réussir à allier climax, rythme et excellence du gameplay. Manette en main, la formule est rodée, certains iront même jusqu’à dire rouillée. Nous ne rejoignons pas l’avis de ceux-là. Bien sûr, la formule a vécu. Cependant il ne manque qu’une petite étincelle pour remettre la machine sur la voie grande vitesse. Gears of War Judgement était l’épisode de trop sur Xbox 360 ? Sûrement. Gears of War 4 était trop classique ? Pourquoi pas. Pour être tout à fait transparent, nous avions quelques doutes au moment de se lancer dans la campagne de ce Gears 5. N’allait-il pas être “juste” une suite de plus ? Qu’allait-il vraiment apporter à la série ? Quelle serait sa valeur ajoutée ? Alors... par où commencer ?

The Coalition propose au joueur de gérer lui-même son rythme grâce à de nouvelles zones ouvertes
Un coup de mou Chapie ?
Un coup de mou Chapie ?

Non, Gears 5 ne révolutionne pas la série. Le gameplay repose sur les bases de Gears of War 4. Un peu plus rapide que ses prédécesseurs sur Xbox 360, le jeu possède tout de même le même socle : énormément de tirs à couvert et des milliers (millions) de balles qui fusent dans tous les sens. Les fans et les détracteurs de la série sont donc ici en terrain connu. Cependant, le jeu propose une vraie intensité telle qu’on ne l’a plus connue depuis le second épisode. On produit de la charpie de locuste à un rythme si élevé que l’on ressent régulièrement le besoin de faire un petit break avant de repartir au combat. Sur ce point, Gears 5 fait montre d’une grande maîtrise puisqu’après un départ tambour battant, le jeu arrive à alterner les moments de grande intensité avec d’autres un peu plus calmes. On ira même plus loin en disant que The Coalition propose au joueur de gérer lui-même son rythme grâce à de nouvelles zones ouvertes. C’est d’ailleurs dans une de ces zones ouvertes que le jeu fait preuve d’un petit “relâchement scénaristique”. Il faut dire que les 8 ou 9 premières heures de jeu nous abreuvent tellement d’éléments forts que certains passages peuvent paraître assez plats à côté… avant de repartir encore plus fort !

Drôle de soirée...
Drôle de soirée...

Lorsqu’on a appris que Gears 5 allait intégrer ces zones dans lesquelles il serait possible de faire des missions annexes ainsi que débloquer de nouveaux éléments servant à la progression de nos capacités (nous y reviendrons plus tard), nous n’étions pas du tout convaincus. Cependant, les missions secondaires sont très bien fichues et procurent le même feeling que les missions principales tout en étant plus courtes et scénaristiquement moins poussées. Cependant, le gameplay de Gears n’étant pas taillé pour l’ouverture, on a pu observer de nombreux murs invisibles dans ces zones annexes, c’est un peu dommage. Concrètement, on peut découvrir un camp d’autochtones désert, où le seul indice qu’on y trouve nous pousse à nous rendre en d’autres emplacements pour élucider le mystère des événements passés. Une fois la mission lancée, il n’est aucunement question de “récolter 10 carottes” ou de “tuer 15 locustes”. Il s’agit de points d’intérêt sur la carte où nous attendent généralement des combats comme on les aime. Pour s’y rendre, le jeu nous propose d’utiliser un skiff, un moyen de transport hybride entre surf et voilier. Les sensations de pilotage sont très plaisantes on y voit défiler de magnifiques paysages.

JPEG - 322.9 ko

Les missions annexes sont aussi le moyen privilégié pour parfaire nos habiletés au combat. Si les personnages principaux n’ont pas de capacités spéciales, Jack, le robot volant que l’on a l’habitude de côtoyer depuis des années dans Gears of War, possède des capacités uniques permettant de se sortir de bien des situations. Par exemple, Jack possède un scanner permettant de mettre en surbrillance les ennemis de la zone dans un certain rayon. C’est très pratique pour préparer un affrontement ou pour découvrir la position d’un sniper. Par ailleurs, cette capacité peut être améliorée grâce à différents points de compétence trouvés ça et là pour, par exemple, augmenter son rayon d’action, améliorer sa vitesse de rechargement ou encore mettre en surbrillance les armes et munitions lorsqu’on arrive à sec. Bien entendu, de nombreuses autres capacités sont de la partie et sont presque indispensables à la réussite de certains affrontements, comme le flash de Jack par exemple, qui aveugle les ennemis et peut les immobiliser quelques secondes ou les faire sortir de leur couverture. Nous n’en dévoilerons pas plus ici mais notre petit robot ajoute une sacrée profondeur au gameplay alors qu’il n’aurait pu être qu’un gadget.

Le nouveau standard technique de la Xbox

Il est possible de jouer jusqu
Il est possible de jouer jusqu'à 3 joueurs sur le même écran. Le troisième joueur contrôle Jack

Il y a tellement à dire sur ce Gears 5... Notamment sur ce qu’il envoie dans les mirettes. A-t-on besoin de préciser qu’il pose un nouveau standard graphique sur Xbox ? C’en est presque devenu la norme. À chaque nouveau Gears of War, les limites de la console sont repoussées. On pourrait y être habitué, ou presque s’en lasser, mais il n’en est rien. Ce Gears 5 “envoie du teraflop” tellement fort qu’on y succombe encore une fois. Tout y est, les couleurs, les fluides, l’éclairage, la modélisation irréprochable et, enfin, la fluidité. En effet, on y est : Gears 5 tourne enfin en 4K et 60fps sur Xbox One X sans avoir besoin de choisir l’un ou l’autre. On ne boude pas une seule seconde et le jeu parvient toujours à nous surprendre même après de longues heures passées sur la campagne. Que ce soit grâce à de nouvelles conditions météo, des éclairages toujours plus réalistes ou encore une mise en scène alliant tout ce que le jeu fait de mieux, notre mâchoire s’est décrochée bon nombre de fois et nous ne sommes pas loin de penser qu’on ne fera pas plus beau sur Xbox avant la prochaine génération.

On passe par un éventail de sensations très large qui nous fait dire que ce Gears 5 possède l’une des campagnes solo les plus abouties de l’histoire de la série.
Comptez 12h pour venir à bout de la campagne et quelques-unes de plus pour les missions annexes
Comptez 12h pour venir à bout de la campagne et quelques-unes de plus pour les missions annexes

C’est d’ailleurs sur la mise en scène que Gears 5 a le plus progressé. Le jeu a très clairement passé un cap et propose quelques séquences mémorables qui se placent très haut dans l’histoire de la série. La Xbox manquait de jeux capables de fournir du grand spectacle ? Gears 5 débarque à grands coups de tatanes pour montrer qu’il peut être LE titre qu’il manquait à la console. Tout y est : la mise en scène hollywoodienne, le scénario bien travaillé, la surprise, l’émotion. On passe par un éventail de sensations très large qui nous fait dire que ce Gears 5 possède l’une des campagnes solo les plus abouties de l’histoire de la série. Par contre, on a beau entendre dire que “Gears 5 est le meilleur point d’entrée pour tout nouveau joueur”, on a sincèrement des doutes quant à la compréhension des joueurs découvrant la série alors que le nombre de liens et références faites aux anciens épisodes est incalculable. Gears of War 4 pouvait être un bon point d’entrée mais pas vraiment Gears 5.

Revenons quelques années en arrière (attention spoiler de Gears of War 4 pour ceux ne l’ayant pas terminé). À la fin de Gears of War 4, Kait retrouve sa mère qui avait été enlevée par les locustes. Avant que celle-ci ne meure, elle lui confie le médaillon familial que sa propre mère lui avait elle-même transmis. Kait retourne le médaillon pour dévoiler… un symbole locuste ! Fondu au noir, générique et fin. Dans Gears 5 ? Eh bien… Kait entreprend de poursuivre sa quête de vérité concernant ce mystérieux médaillon pendant que la CGU se prépare, une nouvelle fois, à la guerre. On contrôlera donc, tour à tour, JD Fenix et Kait dans leurs aventures.

Du sang, toujours plus de sang
Du sang, toujours plus de sang

En plus de sa mise en scène fortement améliorée, Gears 5 se dote de bien plus de cinématiques d’excellente qualité intensifiant encore un peu plus les enjeux. Le problème ? Les sous-titres ne peuvent pas être désactivés durant celles-ci et ils sont complètement à côté de la plaque. S’ils collent à l’action la plupart du temps, il y a beaucoup de moments où les sous-titres retranscrivent une action déjà passée au chapitre ou acte précédent ou même, quelques fois, des dialogues futurs ! Si l’on prend l’habitude de ne plus lire ces sous-titres non voulus, cela reste extrêmement gênant. Espérons qu’une mise à jour vienne corriger ça au plus vite, il serait dommage que les possesseurs du Xbox Game Pass voient leur expérience amoindrie, car le jeu mérite vraiment le coup d’œil.

Quid du multi : Le timing entre la réception du review-code et la levée de l’embargo étant extrêmement court, nous avons préféré séparer le test en 2 parties. La première concernant la campagne et la seconde, prévue pour les jours à venir, traitant de l’intégralité de la partie multijoueur.

Bilan

On a aimé :
  • Le nouveau standard technique de la console
  • Le rythme explosif
  • Toujours au top du cover shooter
  • Scénaristiquement haletant
  • Jack, indispensable
  • Disponible directement et pour toujours dans le gamepass
On n’a pas aimé :
  • Le sous-titrage complètement buggé
  • Pas mal de murs invisibles dans les zones ouvertes
IN-DIS-PEN-SA-BLE

Si la trilogie originale était incontestablement reconnue, Gears of War 4, lui, avait divisé. Gears 5 entend bien rectifier le tir en étant irréprochable. Le contrat est presque rempli puisqu’en dépit d’un bug de sous-titrage ou d’une légère baisse de forme au milieu de la campagne, cette dernière se veut être particulièrement brillante. Le scénario, la mise en scène et le gameplay, tout y est. Si on y ajoute des niveaux ouverts débouchant sur des missions annexes qui ont le mérite d’être satisfaisantes et de récompenser le joueur, ainsi que le soutien de Jack durant les combats, on obtient un titre à la campagne tout simplement indispensable !

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2373.jpg?1560315819

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Gears 5

Gears 5
PEGI 0

Genre : TPS

Éditeur : Microsoft

Développeur : The Coalition

Date de sortie : 10/09/2019

Prévu sur :

Xbox One, PC Windows

13 reactions

texazranger

04 sep 2019 @ 15:23

Un grand merki pour le test rhaganazielle, vivement demain !!!

lacrasse

04 sep 2019 @ 15:48

Finalement un bon cru... C’est dl j’attends

Blondin

04 sep 2019 @ 17:09

J’avais beaucoup aimé le 4. Je l’ai surement déjà dit, mais j’avais aimé son coté « introductif », son rythme mesuré qui allait crescendo, son coté « premier volet d’une grande trilogie ».

Hâte de me plonger dans ce cinquième épisode en tout cas. Je me refais les quatre premiers avant (j’en suis au 3 B-) ), et comme j’ai réussi à ne rien me spoiler du 5 (j’ai du voir 3 minutes de la campagne et quelques vidéos du multi... Oui, je suis assez fier de moi ! :’-)) ), à moi la découvert, les surprises, et les claques dans la gueule.

LoveTartiflette

04 sep 2019 @ 17:38

Merci pour le test :)

Vivement demain !!! Et les jours qui vont suivre

GigaTRIPELX

04 sep 2019 @ 20:22

On verra bien une fois en main ;)

snake74500

04 sep 2019 @ 20:41

Si la campagne est aussi réussie et bonne que vous le dites j’ai vraiment hâte. La série avait besoin d’un renouvellement au niveau de son gameplay. Hâte de poser les mains dessus

avatar

Benny

04 sep 2019 @ 23:19

@GigaTRIPELX pour une fois que tu crache pas sur le jeu c’est étonnant... enfin si un peu :o)

GigaTRIPELX

05 sep 2019 @ 02:10

Je crache pas, juste que j’ai été un peu decu du 4eme opus, bon les retour du 5 sont élevés (tests etc) maintenant reste a voir une fois en main pour juger ce 5eme opus après il est clair que je suis un peu dur j’avou, je veux tellement la réussite pour les licences Xbox, bref on verra bien..

avatar

LIONS Ready

06 sep 2019 @ 02:50

Hâte de tester, sa s’annonce être du lourd, merci pour le test,, vu le manque de com de Crosoft sur le jeu et notamment la campagne, je suis ravi de savoir que Gears 5 est un très bon cru, maintenant plus qu’à tester la bête... Inclus dans le game pass, chapeau et merci Microsoft

ETRE HUMAIN

06 sep 2019 @ 11:25

Je ne suis qu à l acte 2 et putain c est une tuerie c est un gears qui se déguste. A voir en complet. Une dinguerie. Ils ont osé coalition et c est tout bon premier gears que je ne rush pas.

12