Test - The Strange Story Of Brian Fisher - La cabane dans les bois

«On ne la voyait pas comme ça la cabane au fond du jardin...» , - 0 réaction(s)

The Strange Story Of Brian Fisher est d’abord sorti le 29 avril 2020 sur Steam pour débarquer sur Xbox One et Xbox Series X|S le 14 juin 2021. Édité et développé par Intetic, ce jeu est un puzzle game intrigant et captivant, mêlant découvertes scientifiques et énigmes, mais le premier jeu d’Intetic mérite-t-il de se triturer la cervelle pour autant ?

J’aurais vu ça plus lumineux comme bureau de travail

Je n’avais rien à faire là et pourtant, me voilà

Une réponse et je suis libre ? Mais quelle réponse ?!

Vous êtes Brian Fisher, détective par vocation, mais cette fois, l’enquête qui se déroule ici est beaucoup plus personnelle. En effet, il y a 20 ans de ça, votre père, un brillant astrophysicien, vous annonce qu’il a fait une incroyable découverte vouée à changer le cours de l’Histoire et qu’il compte en faire l’annonce officielle. Mais deux semaines plus tard, celui-ci disparaît subitement sans laisser aucune trace. Les recherches n’ayant rien donné, votre géniteur est présumé mort mais pour vous, la vérité est tout autre.

Ne venez pas me dire que c’est un professionnel qui a fait ces branchements !

Alors que vous vous promenez tranquillement dans un parc, quelqu’un vous assomme et lorsque vous vous réveillez, vous êtes enfermé dans une cage dans ce qui semble être un sous-sol. C’est ici que débute le chapitre 1 de The Strange Story Of Brian Fisher, déboussolé et aux mains d’un individu qui n’est clairement pas là pour vous offrir un café et des muffins. Mais tout bien réfléchi, vous veut-il vraiment du mal ?

Tout problème a une solution, il suffit de trouver laquelle...

Heureusement que j’ai un manuel. Quoi que...

Enfermé dans une cage, vous avez la chance de trouver une lampe torche et faites face à votre première énigme. Celle-ci sert en quelque sorte de tutoriel avec un indice proposé par le jeu et profitez-en car ce sera la dernière fois que vous serez aidé d’une quelconque manière. Maintenant que vous êtes sorti, une voix se fait entendre et la personne qui vous parle (et vous voit) en a après vous, ou plutôt, après ce que vous savez. Votre kidnappeur teste clairement vos capacités intellectuelles en vous confrontant à des énigmes plus ou moins compliquées. En effet, si ces puzzles ne sont pas forcément complexes, certains, dont un en particulier, sont tout de même retors (clin d’œil aux informaticiens qui se sentiront comme des poissons dans l’eau).

Bonjour, j’aimerais parler à un conseiller s’il vous plaît

Votre objectif principal est donc de sortir de cette cabane grâce à votre matière grise. Pour ce faire, vous devez trouver le code de la porte qui vous permet de sortir de ce Rubik’s cube géant mais attention, si vous essayez de rentrer le code au hasard, chaque erreur vous fera attendre avant la tentative suivante. Mieux vaut utiliser ce temps précieux à chercher la solution plutôt que miser sur le hasard (qui ne sera pas votre ami ici, soyez-en sûr).

Avoir un cerveau, c’est cool. Savoir s’en servir, c’est mieux.

Nous sommes d’accord sur le fait que c’est du charabia hein ?

Entièrement en anglais sous-titré, le titre se dote d’un excellent doublage même s’il manque parfois de naturel lors de rares passages. Malgré ça, on est vite happé par l’atmosphère sombre et pesante qui plane en ces lieux grâce à la lampe torche et son très bon jeu de lumière mais aussi à travers une bande-son parfaite pour l’occasion (mention spéciale à la musique d’introduction qui est une petite merveille) même si identique tout au long du jeu. Celle-ci ne passe qu’en fond et vous pouvez aisément ne plus y faire attention pour vous concentrer exclusivement sur les puzzles.

Il y a quelque chose à faire là, mais quoi...

Concernant le gameplay, il a le don d’être simple et efficace. Durant 3 à 4 heures, il vous suffit de ramasser les objets que vous trouvez et de les observer si besoin. De plus, vous pouvez, si vous le voulez, passer de la vue subjective à la vue objective comme bon vous semble et pour le coup, la vue à la première personne est clairement le choix opportun pour deux raisons : la première est qu’elle vous permet de voir les détails du jeu de façon plus précise (ce qui est primordial pour avancer) et la deuxième est tout simplement que vous avez l’air incroyablement idiot lorsque vous courrez et marchez accroupi. De ce fait, pour éviter de rire en vous voyant faire, le meilleur moyen est donc de passer à la vue subjective pour ne plus être diverti par votre démarche hasardeuse. Les graphismes, quant à eux, sont très bons même si le rendu du visage de Brian semble avoir été un peu laissé de côté niveau finition.

Testé sur Xbox One

Bilan

On a aimé :

  • La bande-son, surtout l’introduction
  • L’atmosphère oppressante
  • La durée de vie suffisante pour un premier chapitre
  • Les puzzles immersifs
  • Le scénario intrigant
On n’a pas aimé :
  • La manière bizarre qu’à Brian de courir
  • Un doublage qui manque parfois de naturel
  • Le jeu entièrement en anglais qui peut être un frein aux non-anglophones
Je dois sortir d’ici, mais après, que vais-je faire ?

The Strange Story Of Brian Fisher ne révolutionne pas le genre du puzzle game mais réussit toutefois à se faire une place, et non des moindres. Le titre d’Intetic est clairement réussi grâce à une atmosphère à la fois austère et creepy et sert d’entame à une série de jeux qui s’annonce captivante. Si le visage du héros semble grossier, les graphismes en général sauvent la mise avec brio et la bande-son, même basique, coche toutes les cases pour vous mettre dans l’ambiance. Sur 3 heures de jeu environ, selon votre faculté à résoudre les mystères, vous ne voyez pas le temps passer et au final, n’est-ce pas le but ? Vous occuper l’esprit et ne plus réfléchir à ce qui se déroule vraiment autour de vous ?

Accueil > Tests > Tests Xbox One

The Strange Story Of Brian Fisher

PEGI 3

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Intetic

Développeur : Intetic

Date de sortie : 15/06/2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Steam