Plus de 200 sociétés de jeu vidéo chinoises acceptent les restrictions du gouvernement

«L’État assoie sa domination sur la culture» le 24 septembre @ 16:232021-09-24T17:30:07+02:00" - 0 réaction(s)

Cela fait quelques semaines que l’actualité du jeu vidéo évolue rapidement en Chine, jour après jour. Récemment, nous vous avions décrit les restrictions que le gouvernement voulait mettre en place pour limiter les dérives et les addictions au jeu vidéo, notamment chez les jeunes chinois. Il se trouve que l’État s’est fait entendre puisque plus de 200 sociétés de l’industrie du jeu vidéo chinois entendent respecter ces mesures et s’autoréguler dans la distribution de contenus vidéoludiques.

Une censure qui s’intensifie

C’est Reuters qui rapporte l’avancée de ces discussions entre les entreprises chinoises et l’État. La CGIFC, une association commerciale proche de l’État, a parlé au nom de l’industrie du jeu vidéo en déclarant que ces dernières s’autoréguleraient et prendraient en compte les mesures du gouvernement Chinois. Parmi ces 213 entreprises, on retrouve notamment les deux pontes que sont NetEase et Tencent.

Par conséquent, les signataires de cet accord ont notamment annoncé qu’ils utiliseraient la reconnaissance faciale pour identifier les mineurs jouant en dehors des heures autorisées, une méthode que Tencent a introduite dans ses propres titres plus tôt cette année. Ils ont également promis de mettre un frein aux contenus qui déforment l’Histoire ou encouragent les comportements « efféminés », une pratique que le gouvernement chinois a ciblée dans d’autres médias de divertissement.

Des restrictions liberticides

Les restrictions que l’État avait instaurées étaient déjà relativement impactantes : 1 h de jeu maximum pour les jeunes de moins de 18 ans les vendredis, samedis et dimanches ; dépenses dans les jeux limitées à 400 yuans par mois soit 52,00 €. Plus récemment, l’État chinois a lancé une plateforme permettant aux joueurs de dénoncer les entreprises, les sites et les jeux ne respectant pas ces mesures.

Il est clair que le gouvernement chinois utilise le prétexte de l’addiction et de la santé des jeunes pour endiguer toute ouverture au monde extérieur, or la culture est justement un vecteur central d’ouverture. Le jeu vidéo crée du lien entre les personnes et transmet des idées, des valeurs et des images sortant du quotidien et de l’ordinaire des jeunes chinois. En restreignant ce domaine qui était encore peu régulé, l’État contrôle désormais strictement presque tous les médias distribués en Chine.

Le gouvernement a conscience de l’influence de la culture et du jeu vidéo sur les foules et il sait ce qu’il fait en restreignant l’accès à ce domaine. Nous verrons comment évolue cette situation inédite en Chine, menaçant quelques-unes des dernières libertés qu’avaient les chinois et mettant en danger un pan majeur de l’industrie et de l’économie.

Xbox Series X

Accueil > News