Test - Rock of Ages 3 : Make & Break - Roulez jeunesse

«Have a break, make a world» , - 0 réaction(s)

Développé par ACE Team Software, Rock of Ages 3 : Make & Break est le troisième épisode d’une série assez originale. Elle mélange les genres en nous proposant de contrôler une pierre géante détruisant tout sur son passage, tout en y greffant des phases de Tower Defense. Assez méconnue du grand public et de nous-mêmes avouons-le, nous avons souhaité en apprendre plus sur cette saga et vous le partager.

Roulez à travers l’Histoire

Comme son nom l’indique, Rock of Ages 3 propose deux façons de jouer : créer et détruire. Pour la première, le jeu nous offre un éditeur de niveau dans lequel on peut réaliser ses propres parcours. Après un petit tutoriel sous les ordres de Napoléon Bonaparte afin d’assimiler les bases, il ne reste plus qu’à laisser son imagination faire le reste. L’éditeur est assez bien fourni et propose de nombreux éléments de décor, obstacles et autres pièges dans des styles et univers variés.

Il est possible de réaliser différents types de niveau et les plus sadiques pourront s’en donner à cœur joie pour offrir un challenge des plus corsés aux courageux joueurs qui s’y essaieront. Eh oui, qui dit éditeur de niveau dit aussi partage avec la communauté, ce qui selon l’implication de cette dernière pourra continuer de faire vivre le jeu des mois après sa sortie.

On entre à présent dans le vif du sujet, à savoir la partie destruction. Premier choix à faire : se lancer dans le mode histoire ou s’aventurer dans les niveaux créés par les autres joueurs. Pour nous, la décision était facile à prendre, le jeu n’étant pas encore sorti au moment du test, il n’y avait tout simplement pas de niveau disponible. C’est donc vers l’aventure principale que nous nous sommes dirigés. À noter que le jeu est entièrement jouable à deux joueurs en écran partagé et jusqu’à quatre en ligne.

Si vous n’êtes pas familier de la série, Rock of Ages nous fait vivre un voyage amusant à travers l’Histoire. Inspiré de l’humour british des Monty Python, on fait la rencontre de nombreux personnages historiques tels que Persée, César, Napoléon et bien d’autres encore. Raconté sous forme de saynètes de quelques minutes, on se prend au jeu et on sourit volontiers face aux situations cocasses auxquelles sont confrontés ces héros. On appréciera ou non cet humour mais celui-ci n’étant que l’enrobage, on peut très bien passer outre et savourer le jeu.

La progression de l’histoire se fait sous la forme d’une grande carte des océans sur laquelle sont disposés plusieurs pions. Ces derniers nécessitent une certaine quantité d’étoiles pour être déverrouillés. Une fois le montant acquis, on accède à quelques niveaux supplémentaires, lesquels nous octroient de nouvelles étoiles afin de débloquer d’autres pions, jusqu’à avoir entièrement complété la carte.

Ce système fonctionne pour un ensemble suffisamment varié notamment grâce à des environnements adaptés à la période historique où l’on se trouve, ainsi qu’à un grand choix de niveaux aux styles bien différents.

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs

Nous le disions en introduction, Rock of Ages 3 : Make & Break mélange différents types de gameplay. Ainsi, si le principe de base du titre reste de faire dévaler à toute allure sa pierre le long d’une piste semée d’embûches, le jeu propose différentes variantes.

On parlera tout d’abord des courses d’obstacles. Celles-ci se jouent en plusieurs manches et le but est simple : arriver au bout de la piste avant votre adversaire. Le premier à remporter deux manches l’emporte. Ensuite, on a les épreuves contre-la-montre, où aux commandes d’une bombe, il faut atteindre le plus rapidement possible la ligne d’arrivée. Plus original, on trouve le Skee-Boulet. Dans ce mode, il faut dévaler la piste tout en percutant des cibles pour marquer des points puis tenter de les multiplier en réussissant à viser le bon trou sur la rampe finale. Celui ayant le score le plus élevé au bout de trois manches gagne la partie.

Vient ensuite le mode Tower Defense. Ce dernier se déroule en deux phases, une première pendant laquelle on peut disposer des pièges sur la piste de notre adversaire (celui-ci faisant de même sur notre piste) afin de l’empêcher par tous les moyens d’atteindre les portes de notre château. Chaque piège coûte une certaine somme d’or que l’on peut récupérer sur la piste ou dans des mines et une fois qu’un piège a été posé sur une zone, celle-ci ne peut plus en accueillir même si l’obstacle est détruit. Une fois les défenses en place, on peut prendre le contrôle de son rocher et s’élancer sur la porte du château ennemi. Le premier à s’emparer du fort ennemi l’emporte. Variante de ce Tower Defense, on a le mode Avalanche. Ici pas de piste à parcourir, il faut survivre à des vagues de pierres ennemies en utilisant tous les pièges et obstacles à notre disposition.

Au début de l’aventure, on dispose de peu de pièges différents. Pour en déverrouiller de nouveaux, il faudra passer par les défis d’unités. Ces derniers reprennent exactement le même principe que le mode Tower Defense, mais avec un seul piège ou obstacle disponible. Une fois la victoire obtenue, ce dernier sera disponible pour nos prochaines parties. Attention, les conditions de réussite sont un peu différentes puisqu’il faudra détruire le dernier obstacle se trouvant dans le château ennemi pour valider la victoire. Ce n’est pas forcément très clair et la première fois nous sommes restés bloqués et un peu idiot une fois arrivé au fort adverse.

Ajouté à cela, on dispose aussi d’un mode Humpty Dumpty. Comme son nom l’indique pour ceux qui connaissent le personnage, on n’incarne non pas une pierre cette fois, mais un œuf. Le but est d’atteindre l’arrivée entier en évitant comme d’habitude pièges et obstacles. On a trois vies au compteur ainsi que des checkpoints pour ne pas recommencer au début après une chute malheureuse. La maniabilité est un peu différente puisque notre œuf est ovale et peut donc avoir des trajectoires parfois imprévues.

Enfin, Rock of Ages 3 nous propose aussi quelques combats de boss dans lesquels il sera nécessaire de briser certains de leurs points faibles pour les vaincre.

On termine en précisant qu’il est possible de débloquer différents boulets à utiliser lors des épreuves. Chacun dispose de ses propres statistiques (vitesse, puissance, poids, etc) qui pourront s’avérer plus ou moins efficaces selon le mode de jeu. De plus, si certains de ces boulets sont assez classiques, d’autres sont bien plus amusants tels qu’une pierre carrée ou encore une boule de moutons.

Propre et soigné

Visuellement, ce Rock of Ages 3 est une franche réussite. Il mélange des environnements 3D que sont notre boulet, les obstacles et quelques éléments de décors avec des éléments en 2D comme les personnages et l’arrière-plan. Le résultat est vraiment plaisant à regarder et offre une vraie identité visuelle au titre d’ACE Team Software. Les saynètes sont elles aussi en 2D avec des personnages sous forme de pantins articulés en carton et la façon dont ils sont animés retranscrit à merveille l’humour qui nous est apporté.

Les environnements sont aussi très variés et collent parfaitement avec la période historique que nous sommes en train de parcourir. Les décors, les couleurs, tout est cohérent et on sent bien la différence entre les décors de la Rome antique avec ceux de l’Inde par exemple.

Les musiques sont aussi de la partie pour renforcer cette immersion. Adaptées aux différents lieux, elles sont également très agréables à l’écoute. Mention spéciale aux quelques pistes de musique classiqueremixées sur un air plus rock.

Le coin des chasseurs : Rock of Ages 3 : Make & Break propose 21 succès pour 1000G. Une grosse partie d’entre eux devrait se déverrouiller naturellement en jouant, la difficulté étant principalement de réussir tous les contre-la-montre avec la médaille d’or, et par extension obtenir toutes les étoiles du mode histoire.

Bilan

On a aimé :
  • L’humour british inspiré des Monty Python
  • Un grand nombre de modes de jeu tous réussis
  • Visuellement très agréable à l’œil
  • L’éditeur de niveau et le partage à la communauté
On n’a pas aimé :
  • Rien du tout
Let’s roll baby

Nous sommes bien conscient que Rock of Ages 3 : Make & Break est un jeu de niche qui s’adresse à un public bien particulier. Pour les amateurs du genre, allez-y sans hésiter pour les autres plus hermétiques à ce type de jeu, on ne peut que vous conseiller de vous laisser tenter vous aussi. Le titre nous offre un humour très sympathique aux inspirations british tels que les Monty Python, et même s’il ne fera pas mouche chez tout le monde, le gameplay s’en chargera. Rock of Ages nous propose de nombreux modes de jeu tous très réussis et de types différents (Tower Defense, course d’obstacles, contre-la-montre et bien d’autres). En y ajoutant des décors mélangeant 2D et 3D, le titre se dégage une véritable identité visuelle aux environnements variés auxquels se marient à merveille les différentes musiques proposées. Vendu au doux prix de 29,99€, il serait dommage de s’en priver !

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Rock of Ages 3 : Make & Break

PEGI 12

Genre : Action

Editeur : Modus Games

Développeur : ACE Team

Date de sortie : 21/07/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch