Test - Mafia III

«Les pieds dans le ciment» , - 10 réaction(s)

Malgré un deuxième opus plutôt moyen, la licence Mafia dispose toujours d’une aura assez forte pour faire partie du clan des jeux en open-world sur lesquels il est bon de garder un œil. La campagne promotionnelle était intense, ce qui laissait présager la mise à disposition de gros moyens pour le tout jeune studio Hangar 13. Est-ce que le titre est à la hauteur de ses ambitions, de son héritage et de l’attente qu’il a suscitée chez les joueurs ? Rien n’est moins sûr.

Laisse pas Treme ton fils

Le gang au grand complet
Le gang au grand complet

Dans l’univers de la Mafia, il n’y a pas cinquante solutions de scénario possible. Surtout quand il s’agit d’un jeu en open-world, proposer l’ascension d’un personnage en bas de l’échelle est devenu un gimmick aussi évident que fatigant. Et c’est bien ce que nous propose ce Mafia III.

De retour de la guerre du Vietnam, Lincoln Clay est un jeune black violent et entouré de mauvaises personnes, ce qui l’attire irrémédiablement vers le crime. Le traditionnel cliché de l’ancien militaire permet de justifier sa maîtrise des armes, de la stratégie et son goût pour le sang. Après s’être fait doubler par le mafioso local causant la mort de tout son gang suite à un casse rocambolesque, il se décide à prendre les armes pour faire la seule chose qu’il a apprise de toute sa vie : faire la guerre. Aidé de son ami Donovan, un agent farfelu aux motivations un poil faciles, il va reconquérir chaque quartier de la ville pour buter sous-fifres, capos et boss, cliniquement, sauvagement et sans réfléchir. Bien sûr, il a un ami prêtre qui viendra poser les questions d’ordre moral pour garder à l’écart Familles de France.

Ça chatoie beaucoup !
Ça chatoie beaucoup !

La qualité de narration de la série est quelque chose qui lui permet de briller pour le plus grand plaisir des cinéphiles avides de clichés qui parleront alors de références. Entrecoupée de flash-forward filmés façon reportage, la narration prend son temps et se donne la possibilité d’amener une certaine tension, tout en permettant aussi d’apporter des éléments de compréhension sur les personnages et l’époque dans laquelle ils évoluent (la fin des années 60, après l’assassinat de Luther King). En plus, cela permet de varier les points de vue pour raconter une histoire somme toute assez classique mais efficace. On ne peut pas nier le travail d’écriture sur les dialogues et l’univers construit pour l’occasion, car c’est le seul point sur lequel il est difficile d’attaquer le jeu, même si cela n’est pas parfait, assurément. La mise en scène est un peu en retrait sur pas mal de scènes de dialogue mais certains moments sortent un peu du lot pour démontrer un certain soin apporté par les développeurs à leur jeu. Quoi qu’il en soit, on ne pourra que constater le travail réalisé sur la reconstitution d’une époque où le racisme est omniprésent et fait aussi froid dans le dos que ce que l’on peut lire dans les journaux actuellement. Malheureusement, le jeu n’apporte jamais réellement de réflexion face à cela. Dommage.

Mesdames, je vous vole votre Playboy. Ça ne vous dérange pas, j
Mesdames, je vous vole votre Playboy. Ça ne vous dérange pas, j'espère ?

Là où l’histoire aurait pu briller et gagner en profondeur, voire prendre aux tripes, elle se plante lamentablement à cause du découpage du jeu usant de mécaniques trop répétitives. Pendant toute la première partie du jeu, assez longue, on enchaîne les missions les unes après les autres allant à la rencontre d’une nouvelle personne et réalisant de basses besognes pour être dans ses bonnes grâces. Tel le début d’un Final Fantasy XIII en mode couloir, le joueur se lassera bien vite d’aller d’un point A à un point B pour tirer sur tout le monde, voler quelque chose, saccager des marchandises. Et d’un coup, le jeu devient un peu plus intéressant, permettant de partir à l’assaut du gang de mafieux que Lincoln rêve de voir anéanti. Davantage de missions secondaires, plus de personnages, plus de choix pour le joueur, le jeu prend une autre tournure. Hélas, les travers reviennent très vite là où l’on pouvait commencer à se dire que ça pouvait enfin décoller. Il y a au final très peu de missions qui sortent de la routine pour varier les séquences de gameplay.

Non monsieur l
Non monsieur l'agent, ce ne sont pas mes traces de pneu

Tout le jeu propose de manière originale et intelligente de mettre à mal un gang qui détient tous les quartiers de la ville. En toute logique, Lincoln voudra s’attaquer au business en lui-même pour perturber ses ennemis et les pousser à se manifester personnellement afin de leur tomber dessus. C’est l’occasion pour les développeurs de dépeindre tous les habituels gagne-pain de la mafia allant du traitement des ordures aux jeux d’argent en passant par les différents trafics d’alcool et j’en passe. Seulement dans les faits, on commencera toujours par s’atteler à des micro-missions indiquées sur la carte avant de tomber sur un sous-fifre un peu plus intéressant que l’on pourra tuer ou recruter et ainsi de suite jusqu’au chef de quartier. Manque de bol, souvent cela se résume à faire des allers-retours pour s’infiltrer en quelques minutes (le level design offre souvent des issues qui mènent directement à l’objectif), faire sa sale besogne et repartir aussitôt. On passe limite plus de temps à rouler qu’à agir vraiment. Le comble de l’ennui revient à ces missions qui nous renvoient illico dans le lieu que l’on vient juste de nettoyer. Dès qu’il y a un entrepôt un peu plus grand que les autres, on peut être sûr que c’est là qu’un chef se pointera. C’est complètement con dans le sens où l’on maîtrise déjà l’environnement et qu’on aura trouvé tous les chemins pour nous simplifier la tâche. En résumé tout le concept aurait pu être bien, mais il est malheureusement trop rébarbatif pour que l’on se prenne complètement au jeu et s’intéresse à ce qu’il raconte. D’autant plus que le nombre de personnes à zigouiller est si impressionnant qu’au bout d’un moment on ne cherchera même plus à savoir qui est qui tellement tout cela risque de nous passer complètement au-dessus de la tête.

The adventures of Bayou Silly

Attention chérie, ça va trancher !
Attention chérie, ça va trancher !

Qui dit jeu en open-world, ne dit pas jeu bac-à-sable. Et c’est bien là le souci avec la licence. Si les joueurs s’attendent encore à avoir de vraies missions secondaires intéressantes, des activités annexes, ce genre de choses qui le rapprocherait plus d’un GTA, ils seront bien déçus. La campagne promo du jeu n’avait jamais mis l’accent dessus alors il ne faudra pas s’étonner plus que de raison du relatif vide de New Bordeaux. Si la ville est crédible, offrant un terrain de jeu assez large avec ses bayous et ses différents quartiers aux ambiances variées, elle n’est pas au centre du jeu comme elle aurait pu l’être dans GTA. Elle n’est qu’un contexte pour raconter une histoire. Ainsi, on passera son temps à rouler sans s’intéresser vraiment à ce qui s’y déroule, d’autant plus qu’elle manque singulièrement de vie ou de scènes de vie pour que l’on s’y sente dépaysé. Ce ne sont pas les quelques dialogues entre des PNJ qui suffiront à nous immerger. La seule chose qui nous pousse à l’explorer, c’est la collecte de deux catégories d’items : les fusibles et les collectibles. Les fusibles sont un peu à part car ils servent à pirater le réseau téléphonique pour obtenir sur la map l’emplacement des autres collectibles et la position des ennemis. Oui, c’est un peu la méthode Ubisoft. Si les magazines, vinyles, etc. n’apportent rien et nous obligent à visiter des ruelles et des garages qui se ressemblent tous, le marquage des ennemis perd lui aussi de son intérêt au bout d’un moment puisqu’ils seront toujours indiqués sur la carte via un bonus.

C
C'est une vraie boucherie là dedans.

En effet, la première partie du jeu servant à se faire des alliés, ceux-ci resteront aux côtés de Lincoln tout le long du jeu pour proposer leurs services. Livraison de voiture express, de munitions et d’armes, collecte d’argent ou même possibilité de brouiller les radios de la police, le choix est vaste et pratique. En plus de cela, se débloqueront des capacités avancées comme la possibilité de porter plus de munitions, de tuner les voitures, de marquer des ennemis et toutes sortes de choses qui simplifieront la vie de Lincoln. Comme rien n’est jamais gratuit avec les gangsters, ces services sont disponibles si nos amis nous aiment. Pour cela, il faudra leur accorder des quartiers pour qu’ils puissent faire leur business sans les froisser. C’est bien une des rares idées intéressantes de ce Mafia III de laisser le joueur gérer vraiment son territoire en big boss.

Dans la brume électronique

Non, je ne veux pas voir ça, « Double-Bite ».
Non, je ne veux pas voir ça, « Double-Bite ».

Pour lutter contre le crime organisé, rien de tel qu’un militaire accompagné de son agent spécial bourré de gadgets. C’est aussi une facilité pour les développeurs d’apporter des possibilités au joueur sans perdre la cohérence de l’univers. Les téléphones portables n’existant pas en 1968, il faudra compter sur le talkie walkie spécial de Lincoln pour appeler renforts et livraisons de matos. Le piratage du réseau téléphonique, comme vu plus haut, permet d’expliquer le marquage des ennemis présents sur le terrain et aussi savoir à l’avance les mouvements de l’ennemi. Tout cela nous rappellerait presque la série The Wire. En revanche, l’explication de la présence d’un GPS est passée à la trappe. Parmi les choses qui ne sont pas bien logiques et cohérentes, on peut aussi citer la perte de la moitié de notre cash en cas de mort, non expliqué ici par les frais d’hôpitaux comme dans GTA. Non c’est comme ça, on divise par deux et basta. Soit.

La bourse ou la vie ?
La bourse ou la vie ?

Si la conduite est agréable sans plus, et prend bien en compte le comportement particulier des voitures de l’époque, il est difficile d’avoir envie de se promener en ville pour le plaisir. Et on ne pourra pas non plus compter sur le scénario pour profiter du feeling arcade de celle-ci dans des courses-poursuites effrénées. Peut-on se satisfaire pour autant de la partie gunfight et infiltration du jeu pour en avoir pour son argent ? Oui et non. Le feeling des armes est correct sans plus, même si la violence est assez marquée pour être parfois jouissive. Les ennemis ne sont pas bien intelligents et ne prendront que rarement le joueur par surprise en le contournant, préférant se planquer dans un coin pour se faire canarder de loin. Même quand on a changé de position depuis belle lurette, ils attendent qu’on leur explose la tronche à distance avec un fusil - ou même une arme de poing qui fait preuve d’une puissance folle. Plus démesurée encore, la violence au corps à corps. Lincoln est un vrai sauvage qui arrache des trachées façon Rambo, plante à répétition sa lame dans des têtes, éventre des mafieux respectant la méthode des bouboules et la boubouche,... un vrai festival de la tripaille. Point négatif, les combats à mains nues sont moins évolués que dans le 2 : on tape, on esquive, c’est tout. Par ailleurs l’IA des ennemis étant à chier, l’infiltration est particulièrement ratée. Il suffit de se planquer derrière une caisse, siffler un petit coup pour attirer le premier ennemi, le choper depuis sa couverture même de super loin et re-siffler pour que son collègue, avec qui il était pourtant en train de discuter au début, se pointe et finisse par s’étouffer avec son sang. Affligeant. En tout cas, cette violence contre les sbires lambdas rend encore plus improbable le choix laissé au joueur d’épargner la vie de leurs patrons ou de les tuer. Le seul moment où le jeu devient vraiment jouissif, c’est lorsqu’on débarque en plein rassemblement du Klan alors qu’on se fait traiter de nègre à tous les coins de rue depuis 15 heures et qu’on se venge en balançant une grenade au milieu de ce gros tas de crétins arriérés de sudistes. À noter que pour les chefs affiliés au Klan, le joueur n’aura pas la possibilité de les épargner en les recrutant, Lincoln leur tranchant la gorge directement.

Un flou dans la mafia

Jour nuit jour nuit jour nuit
Jour nuit jour nuit jour nuit

Si l’IA est une catastrophe en soi, ce n’est pas la seule carence technique dont fait preuve le jeu. Mafia III est dramatiquement moche. C’est le genre de production qui laisserait croire que Watch Dogs était en avance sur son temps. Les effets de lumière sont immondes, même pas digne de GTA IV, les textures sont floues et l’aliasing est prononcé. Mais que dire aussi de ces pop-in et pop-out des éléments assez déconcertants ? Rouler vite, c’est se rendre compte à quel point le jeu peine à afficher les choses qu’il essaie de cacher le reste du temps dans une sorte de brouillard flou. Les paysages du bayou sont dégeulasses avec des arbres et buissons en béton armé indestructibles dignes d’un jeu de la génération précédente avec en plus un rendu de l’eau des marécages médiocre. Les vidéos promotionnelles étaient vraiment bullshitées à mort.

Je suis flou de toi, New Bordeaux
Je suis flou de toi, New Bordeaux

En plus de cela, le jeu se paie des bugs improbables de physique foireuse, de scripts qui se déclenchent mal... Il suffit parfois de laisser sa voiture à un endroit pour rentrer dans un bâtiment et la chercher comme un con pendant un temps parce qu’elle s’est téléportée ailleurs. Et si je parlais de l’IA des ennemis durant les gunfights, que dire de celle de la police, incapable de nous retrouver dans une ruelle à 10 mètres de notre crime. Afin de jouer avec les nerfs du joueur, on notera aussi les points de respawn à des kilomètres du lieu de décès, l’obligeant à reprendre les mêmes routes encore et toujours. Pour couronner le tout, on ne s’étonnera même pas des nombreux crashs (une quinzaine durant tout mon test). Vraiment, l’expérience de jeu est plutôt pénible. Ce n’est pas l’OST, qui rassemble tous les standards du classique rock des 60’s que l’on a déjà entendus 50 fois ailleurs, qui sauvera la mise non plus. Tout n’est qu’un beau gâchis qui aurait mérité encore des mois de travail avant de se présenter à nos yeux, même s’il propose un framerate pas trop à la ramasse. Dans un jeu où l’on peut passer son temps à récolter des fusibles partout, c’est vraiment dommage de nous faire péter un plomb à ce point sur des carences techniques aussi prononcées.

Bilan

On a aimé :
  • VO cool et VF honorable avec des dialogues bien écrits
  • Histoire efficace
  • L’ambiance de l’époque bien retranscrite
  • L’univers cohérent
  • Une violence qui fait mouche
  • L’OST des grands standards…
On n’a pas aimé :
  • … trop évidente
  • Redondant au possible
  • IA à la rue
  • Technique déplorable
  • Une collection de bugs impardonnables
  • Ville sans âme et sans distractions
Mafia Blues

Mafia III ne fera pas date, bien au contraire. S’il dispose de quelques petites bonnes idées et d’une histoire correctement racontée qui pourrait nous le faire aimer, son bilan techniquement déplorable donne plutôt envie de le déconseiller. Et il ne faut pas se leurrer, ce ne sont pas des patchs qui viendront l’améliorer tant il y a du travail. Sans être totalement déplaisant à jouer car il offre des sensations brutes assez jouissives par moment, il faudra faire abstraction de beaucoup trop de points noirs pour avoir envie de savoir ce qu’il advient de Lincoln au bout de sa vendetta sanglante.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton892.jpg?1461068685

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Mafia 3

Mafia 3
PEGI 0

Genre : GTA-Like

Éditeur : 2K Games

Développeur : Hangar 13

Date de sortie : 7/10/2016

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

10 reactions

veve81

18 oct 2016 @ 14:55

Moi il me tente bien ce jeux, non evidement c est pas gta !! Mais bon peut importe !!

Blondin

18 oct 2016 @ 15:01

Ville sans âme et sans distractions

En fait c’est ça qui me rebute surtout, encore plus que les bugs etc... Parce que c’est ce qui fait en grande partie la magie d’un GTA ou d’un Red Dead.

D’un autre coté faut reconnaître que j’ai adoré LA Noire, qui dans la catégorie « ville sans distractions » est pas loin de remporter la palme, mais j’ai trouvé l’écriture et l’ambiance tellement exceptionnelles...

Bref, je me laisserais peut être tenter, mais plus tard, quand il sera à 15 ou 20 balles.

tomzati

18 oct 2016 @ 16:05

Pour ma part l’ambiance est certes importante pour l’immersion mais le plus dommageable c’est quand même une réa à la ramasse au point de nuire à l’histoire et surtout une IA aux paquerettes qui gâche tout le plaisir de jeu ! (sans parler de la redondance des mission).

Je comprend pas pourquoi les devs ont toujours pas assimilé qu’une IA de m***e ça peut te pourrir tout un jeu même si à côté de ça il parait parfait....

C’est marrant parce que le côté « on met plus de temps à se taper le voyage en voiture jusqu’au lieu de la mission que le temps de la mission elle même » j’avais déjà parfois ce sentiment dans GTA 5 (problème récurent des cartes immenses surtout quand il s’agit d’aller voir un contact qui t’envoie à l’autre bout de la map pour récupérer un colis à lui ramener après !) donc si là c’est pointé aussi cela me fait d’autant plus peur...

Eboux

18 oct 2016 @ 16:29

@Tomzati > Disons surtout qu’il n’y a pas de taxi pour écourter les A/R. Ce qui est bien frustrant quand on en croise en plus.

avatar

nomad

18 oct 2016 @ 19:01

Bon jeux ,pas le jeux du siècle,mais bien.Comme 90℅ des sorties actuels,c’est vite oublier

XzyKoS

19 oct 2016 @ 12:31

1h de jeu et je l’ai lâcher.. Étant très fan de Mafia 2 je suis énormément déçu de ce 3ème opus.

La qualité graphique est vraiment désastreuse, il est moins beau, moins vivant et aussi moins jouissifs dans la conduite que Mafia 2 ! Et même avec la conduite en simulation c’est pas terrible, franchement les open world ont vraiment beaucoup de mal avec la conduite.

lacrasse

20 oct 2016 @ 07:10

commencer,mais un peu laché,quelques heures dessus et oui déçu quand meme,j’ai adoré le 2,mais là,je sais pas,on accroche moins,c’est pas ultra mauvais,mais c’est juste un bon jeu,sans plus,y sera pas dans mon top des jeux de l’année..... la place numéro uno est déjà prise par forza horizon 3 qui lui c’est the tuerie !!!

avatar

GigaTRIPELX

23 nov 2016 @ 15:55

GTA IV est la référence en terme de conduite en open world ! bien évidment la conduite des anciens GTA sortis avant le IV, même les épisode PSP ont tous une conduite exemplaire, pourquoi ont ils modifié tout ça ! Rien compris depuis,.. Sleeping dog, Watch dog, GTA V, Mafia III, Watch dogs 2.. ?? que passa ? .. cette conduite qui fait jouet.. pff qu’ils fassent un retour au source, car ils régressent au lieu d’évoluer dans ce milieu.. sa sent pas bon, pourtant ils ont les moyens de le faire à la forza par exemple !

avatar

GigaTRIPELX

23 nov 2016 @ 15:56

En gros, Mafia III n’est pas un jeux fini.. triste !

avatar

GigaTRIPELX

23 nov 2016 @ 15:56

En gros Mafia III n’est pas un jeux fini.. triste !