Test - Borderlands

«+15% de fun par rafale» , - 11 réaction(s)

Borderlands fait un peu mine d’outsider devant les mastodontes qui se bousculent à la veille de Noël, mais faut-il pour autant l’ignorer ? Je serais tenté de dire non, premièrement parce que ce n’est pas une énième suite que nous ont pondue les gars de Gearbox Software -connus pour les Brother In Arms-, et deuxièmement car nous avons là un mixe de FPS et de Hack’n’slash assez couillu. Reste à voir si ces deux arguments de poids ne nous cachent pas une soupe indigeste perlée de grumeaux.

  C’est pas la joie mais presque

Votre histoire commence avec une arrivée en bus des plus fracassantes. L’introduction, de par sa mise en scène et la musique de Cage the Elephant l’accompagnant, laisse espérer une ambiance des plus funky. Et effectivement, Borderlands est un jeu typé post-apocalyptique, mais qui reste quand même loin d’un Fallout 3 déprimant de gris. Ici, les couleurs pètent, le soleil est omniprésent et le graphisme est la première chose qui vous marquera en lançant le jeu. Rien d’ébouriffant techniquement parlant, on note même des chargements de texture tardifs, mais l’esthétique générale est très réussie et très propre, avec un effet crayonné proche du cell-shading. Un style qui se combine très bien avec l’ambiance du titre, très porté sur le second degré avec quelques personnages charismatiques, ou tout du moins bien dérangés, sans compter sur les multiples références cinématographiques disséminées ici et là. La bande son, que l’on doit au trio Jesper Kydd - Cris Velasco – Dikiciyan, est elle aussi très réussie. Les musiques plutôt discrètes collent bien aux grandes étendues de la planète, et surtout, les ennemis, comme votre personnage ou certains PNJ, accompagneront l’action de répliques bien senties.

Sans parler de mon pote CL4P-TP, véritable cousin de Wall-E, que vous croiserez en train de chanter, danser le moonwalk, geindre, etc, avec des doublages français de très bonne qualité. Mention spéciale pour les multiples gags mettant en scène ce petit robot, auxquels vous pouvez assister en flemmardant sur le menu principal.

  Bienvenue à Pandore

Passons maintenant rapidement sur le scénario, car malheureusement, ce n’est clairement pas ce qui vous poussera à avancer dans le jeu : vous incarnez un chasseur de prime fraichement débarqué sur la planète Pandore où se trouve, d’après les légendes, un artefact mystérieux. Vous êtes guidé par une étrange femme qui vous apparaitra sous forme d’hallucinations, vous guidant dans ce monde ouvert où se disputent plusieurs factions. Vous enchaînerez ainsi plus d’une centaine de quêtes, vous faisant parcourir les différentes régions de Pandore.

Ces régions sont représentées par des zones de taille variable, complètement ouvertes et que vous pourrez, après 1h de jeu, parcourir à bord de véhicules à la conduite très proche du warthog. Ces zones, plutôt réussies, se résument souvent à de vastes étendues quelque peu désertiques, mais vous visiterez aussi par exemple des zones en intérieur ou les docks d’un port de pêche. C’est d’ailleurs uniquement lors de vos changements de zones que vous rencontrerez des chargements, qui seront plus ou moins longs selon que vous avez installé le jeu dans votre console, ou que vous êtes l’hôte de la partie ou non, mais toujours raisonnables. A noter qu’il est possible d’activer un changement de zone sans sortir de son véhicule, ce qui vous évitera de longues escapades pédestres jusqu’à la prochaine station Autoloc. Vous pourrez également, plus loin encore dans le jeu, vous téléporter directement d’une zone à l’autre.

Bilan

On a aimé :
  • le mélang FPS/Hack’n’slash réussi
  • la bonne intégration de la coopération
  • l’ambiance générale, les animations, CL4P-TP
  • la durée de vie
  • les compétences spéciales
On a pas aimé :
  • un scénario en retrait, des quêtes vues et revues
  • les véhicules perfectibles et limités à deux places
  • le lance-roquette beaucoup plus impressionnant qu’efficace
  • presque aucune personnalisation pour l’apparence du personnage
Un joli coup critique

Un dîner presque parfait que nous propose là Gearbox avec ce Borderlands, une recette copieuse et bien au point qui devrait plaire quelle que soit votre façon de jouer. Certains pourront lui reprocher de ne pas proposer dès le début une aventure allant jusqu’au niveau 50, nous obligeant ainsi à recommencer le jeu, mais si vous êtes allé au bout du parcours 1 alors il y a de fortes chances pour que vous refassiez avec plaisir ce parcours 2. On ne peut qu’espérer voir Gearbox se remettre aux fourneaux, avec pourquoi pas cette fois-ci un véritable RPG en guise de plat principal !

Xboxygen 4.43 sur 5, note basée sur 14 évaluations.
http://www.xboxygen.com/IMG/moton299.jpg?1390066488

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Borderlands

Borderlands

Genre : FPS

Éditeur : 2K Games

Développeur : Gearbox Software

Date de sortie : 23/10/2009 (Europe)

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

11 reactions

ConteVador

11 nov 2009 @ 10:32

Jolie boulot de Gearbox ils sont pioché leur idée dans tout un tas de jeux mis sa dans un shakeur mélangé le tout et on obtient Borderlands,ils ont laissé quelque pépins mais ces tellement bon qu’on leur pardonne ;-)

avatar

neko

11 nov 2009 @ 11:49

Pour moi Broderlands c’est, avec Resistance 2 (mode coop), exactement ce que j’attends d’un mode online : une coopération vitale. Rien que pour ça le jeu a toute ma considération, même si bien sûr le jeu est perfectible (je ne suis pas aveugle non plus).

De plus l’ambiance graphique et le coté RPG apporte enfin quelque chose par rapport à tous ces FPS clonés à la chaine. Reste à voir si il va résister au raz de marée Call Of Duty...

avatar

Apollon13

11 nov 2009 @ 11:55

je donnerai quand même un petit moins niveau ambiance :

Les pnj sont quand même rare, totalement impassibles, immobiles... On fait les quêtes pour eux, ils ne changent pas d’un poil d’attitude... Quand même très très figé de ce coté la... En peu surprenant.

Petit moins quand on refait le jeu en coop, certains endroit son carrément bordélique, avec des ennemis qui réapparaissent de partout, pendant très longtemps... Pas toujours très très fun ça

Kevyn

11 nov 2009 @ 12:01

Très bon test, rien à dire ça m’a donné vraiment envie. En tout cas le jeu a l’air génial et c’est clair qu’étant fan de FPS il faudra que je me le prenne. ;)

jaireimy

11 nov 2009 @ 12:20

Désolé pour ceux qui n’aiment pas trop lire, mais j’ai voulu faire un truc bien complet pour mon 1er test, peut-être trop ^^

Jarel

Rédaction

11 nov 2009 @ 12:44

Vivement le 2 ! En tout cas j’ai du mal à décrocher de ce jeu et j’attends impatiemment sa première extension !

Achilles

11 nov 2009 @ 15:05

ah oui jaireimy, 5 pages pour ton premier test, tout de meme. Tu t’es laché là :) Mais tout fan du jeu se doit de le lire, de long en large. Comme perso je ne suis pas fan de FPS, je passe.

Sympa le petit nouveau logo « Coup de Coeur »

11 nov 2009 @ 16:38

Il n’est pas nouveau ce logo “coup de coeur” ^^

>> Nouveauté : les Coups de Cœur

avatar

neko

11 nov 2009 @ 17:25

@ Apollon13 : je parlais d’ « ambiance graphique », c’est à dire du Cell Shading et des effets qui vont avec. Sinon effectivement la populace n’est pas très varié... ni très jovial...

avatar

Apollon13

11 nov 2009 @ 17:43

ah mais je suis tout à fait d’accord de ce coté la ya rien à redire (ou pas grand chose en tout cas). Mais c’est quand même regrettable qu’ils aient pas aussi soigné la populace à mon gout.

12