Édito - Le Smart Delivery Xbox, à l’encontre des Remastered et en faveur des joueurs

«Le genre de pratique à encourager» le 23 juillet @ 18:302021-07-23T10:29:39+02:00" - 6 réaction(s)

Revenons huit ans en arrière. Microsoft et Sony sortaient leurs consoles de nouvelle génération, la Xbox One et la PlayStation 4, qui s’étaient toutes deux armées de quelques exclusivités pour favoriser un démarrage des ventes en trombe : Ryse : Son of Rome, Forza Motorsport 5, Dead Rising 3, Killer Instinct chez le constructeur américain, et Killzone : Shadow Fall et Knack du côté nippon. Si cette génération a plutôt bien débuté, elle a rapidement connu une pratique dont les joueurs en gardent un goût amer : les versions remasterisées (Remastered).

La rétrocompatibilité au service des joueurs

Fonctionnalité très appréciée de la Xbox 360, de la PlayStation 3 Fat, ou encore de la Wii U, la rétrocompatibilité permet de jouir de ses jeux d’ancienne génération sur une console plus récente. Si cela peut paraître logique d’un point de vue éthique, toutes les consoles n’ont pas toujours bénéficié d’une rétrocompatibilité totale avec au moins la génération précédente.

Cet état de fait est assez déplorable dans le sens où un joueur devrait pouvoir profiter de son héritage vidéoludique sans pour autant être forcé à conserver sa vieille machine. Les joueurs PC, habitués à relancer en toute quiétude leurs anciens titres, ont d’ailleurs tendance à se moquer de leurs camarades consoleux dès lors que ces derniers se réjouissent de l’arrivée de cette fonctionnalité.

Si la Xbox One ne proposait pas de rétrocompatibilité au lancement, les ingénieurs de Microsoft sont vite parvenus à y remédier dès 2015. En effet, Phil Spencer annonçait sur la scène de l’E3 qu’un premier catalogue de jeux Xbox 360 serait jouable sur Xbox One dès la fin de cette même année. Plusieurs années plus tard, des jeux Xbox Original ont commencé à être intégrés au programme de rétrocompatibilité. Cependant, bien avant cela, les joueurs devaient repasser à la caisse pour profiter d’anciens jeux.

Un marché inondé de Remastered

Moins d’un an après la sortie des consoles de la génération 2013, les premières versions Remastered de jeux faisaient surface. Si elles étaient plutôt bien reçues, puisqu’elles permettaient de redécouvrir des productions dans des conditions optimales, c’est-à-dire comportant des améliorations visuelles, généralement un framerate à 60 FPS et l’ensemble des contenus additionnels intégrés, les joueurs ont vite fait face à un sentiment d’overdose.

Rien qu’en 2014, nous eûmes droit à : Sleeping Dogs Definitive Edition, Saints Row IV : Re-Elected, DmC Devil May Cry Definitive Edition, Metro : Redux, Tomb Raider Definitive Edition...

Avec un peu de recul, ce qui dérangeait réellement, c’était le sentiment que les développeurs cherchaient à renflouer les caisses à partir de jeux déjà rentabilisés depuis des années. Cela avait de quoi énerver, encore plus pour les Remastered fainéants, puisqu’une simple rétrocompatibilité aurait laissé le choix aux joueurs qui n’avaient pas forcément envie de payer à nouveau leurs jeux plein pot, alors qu’ils possèdent déjà le jeu d’origine, voire les extensions et cerise sur le gâteau, ne pouvaient pas conserver leur ancienne progression. Beaucoup d’éditeurs n’hésitèrent pas à profiter abondamment des Remastered peu travaillés, on pense en particulier à Capcom qui édita à nouveau presque toute la saga Resident Evil à l’unité, plutôt que de tout regrouper dans une collection.

Des Remastered justifiés, les premiers pas vers des pratiques saines

Heureusement certains éditeurs furent généreux, à commencer par Microsoft. Si 2014 signait seulement le début de cette pratique, les joueurs Xbox One s’attendaient d’après les rumeurs de l’époque à l’annonce d’une refonte totale de Halo 2 lors de la conférence du constructeur américain à l’E3.

À la plus grande surprise de chacun, c’est finalement Halo : The Master Chief Collection qui fut confirmé, une compilation regroupant toutes les aventures du Major, ainsi que toutes les cartes multijoueur de ces opus, sans oublier bien sûr la refonte totale de Halo 2, ainsi que certaines cartes multijoueur de cet épisode retravaillées pour proposer une expérience inédite. Si les autres opus ne bénéficient pas de ce gros travail de remasterisation, ils s’offraient tout de même le luxe de tourner en 60 FPS. Cette même compilation s’est aujourd’hui étoffée pour intégrer Halo 3 ODST, Halo Reach, le Baptême du feu, et même des cartes inédites pour Halo 3 ! Rappelons que cette compilation était vendue au même prix que certains Remastered qui ne proposaient qu’un unique jeu. Elle a pu ranimer la flamme de Halo grâce à la redécouverte du multijoueur de chaque opus.

En plus de certaines versions Remastered généreuses, la rétrocompatibilité des jeux Xbox 360 évoquée précédemment a permis de mettre en lumière de nouvelles pratiques saines. Lors de ce même E3 2015, Gears of War Ultimate Edition était annoncé. À défaut de proposer une collection comme celle du Master Chief, cette refonte du premier épisode de Gears of War était accompagnée de codes de jeu du reste de la saga, à savoir Gears of War 2 , Gears of War 3 et Gears of War : Judgment .

On a également pu retrouver cette pratique chez d’autres éditeurs, avec par exemple Dark Souls qui était offert pour tout achat de Dark Souls 3. Les codes étaient d’ailleurs fournis dans les boîtes pour les versions physiques, ce qui voulait dire qu’avec un vendeur sympa dans un magasin d’occasion, il y avait la possibilité de récupérer des codes inutilisés pour faire découvrir Dark Souls aux copains et copines !

La rétrocompatibilité a donc amené une alternative aux Remastered, donnant le choix aux joueurs. Nous évoquions ainsi le cas de Dark Souls qui a intégré le catalogue de jeux jouables sur Xbox One, mais il faut aussi savoir qu’il a aussi eu droit à une version Remastered en 2018. Aucune solution unique n’est imposée aux joueurs pour ce titre, ils ont le choix parmi deux propositions selon leurs exigences.

Le Smart Delivery : les Remastered, mais en mieux

Si la précédente génération fut marquée par les Remastered, le début de la neuvième l’est par le Smart Delivery. Cette fonctionnalité permet de jouir de son jeu acheté sur Xbox One, mais aussi sur Xbox Series X|S et dans de bien meilleures conditions, le tout en conservant sa sauvegarde, le contenu acheté et en pouvant passer d’une version à l’autre en toute sérénité.

C’est CD Projekt qui s’est lancé en premier dans l’aventure en annonçant que Cyberpunk 2077 supporte cette fonctionnalité. La grosse mise à jour next-gen est d’ailleurs toujours attendue pour cette année et sera donc offerte pour les possesseurs de la version One ! D’autres éditeurs et petits développeurs prennent également le temps de sortir des mises à jour next-gen gratuites, ce qui permet en général aux joueurs de profiter de meilleures résolutions, de textures plus fines et d’un framerate plus élevé ! On retrouve donc pour cette nouvelle génération l’équivalent de ce que proposait les éditions Remastered de l’ancienne génération, mais gratuitement, en conservant nos sauvegardes, et avec la possibilité de continuer l’aventure sur Xbox One pour ceux qui laissent par exemple leur vieille console chez les beaux-parents pour que la journée soit moins longue.

Il est tout de même amusant de constater qu’il y a quelques années, les joueurs payaient principalement pour un confort supplémentaire, bien souvent mineur, alors qu’aujourd’hui les développeurs le proposent généralement gratuitement avec en plus des améliorations plus significatives.

Cette option a été largement supportée, même par des éditeurs majeurs qu’on aurait pu croire avides d’argent, notamment avec des jeux comme Assassin’s Creed Valhalla ou plus récemment Double XP pour CoD World at War. On pourrait donc considérer le Smart Delivery comme un remplaçant de luxe des Remastered, sauf que cette fonctionnalité est gratuite, qu’elle permet de conserver sa sauvegarde, mais n’offre malheureusement pas tous les contenus additionnels. Cela laisse un autre choix supplémentaire aux joueurs puisque les studios en profitent pour ressortir leurs jeux dans des bundles complets comprenant toutes les extensions et le jeu de base, mais à un tarif plus raisonnable que par le passé. C’est par exemple le cas de Metro Exodus Complete Edition proposé à 40 euros.

Une pratique encourageante dans le sens des joueurs

On lit souvent que l’industrie du jeu vidéo devient de plus en plus néfaste, que tout est fait pour soutirer l’argent des joueurs. Cet exemple prouve le contraire et montre bien que d’une génération à l’autre, les mentalités changent.

On peut aujourd’hui considérer que les Remastered à gogo sont de l’histoire ancienne et que le ras-le-boll des joueurs a été entendu. Cependant, certaines pratiques non éthiques sont encore à déplorer dans le jeu vidéo, notamment les loot boxes, les systèmes pay-to-win ou encore les microtransactions dans des jeux payés au préalable, mais nous y reviendrons une autre fois. Et en ce qui concerne le Smart Delivery, certains acteurs, tels EA et Activision, ne jouent pas le jeu et tiennent absolument à prélever plus d’argent chez les joueurs pour qu’ils accèdent aux versions next-gen de leurs jeux déjà achetés. Ces derniers mois, de nouvelles pratiques se mettent en place, l’industrie ajuste ses modèles. Quoi qu’il en soit, que vous souteniez ou non une pratique, n’oubliez pas de le faire savoir en votant avec votre porte-monnaie !

Xbox Series X

Accueil > News

6 reactions

kajjun

23 jui 2021 @ 22:09

Pas sûr que Sony s’arrêtera de faire des remasters/remakes à gogo.

avatar

EverFish

23 jui 2021 @ 23:20

Merci pour cet article. C’est vrai qu’on en mange du remaster et il y en a des très bons (MEle ou Halo) et puis les très mauvais. Je ne suis pas contre de payer une 2ème fois si ça vaut vraiment le coup. Mais dans le cas des jeux Activision et EA, pour moi c’est du vol.

avatar

like an animal

24 jui 2021 @ 06:23

Aujourd’hui, avec un abonnement au Game Pass je ne peux de toute façon pas trouver le temps pour les remasters. S’il y a une vraie plus-value OK à l’image d’un resident evil 2 par exemple mais juste pour des FPS en plus ou un jeu plus beau, bof, surtout quand il n’y a qu’une génération d’écart.

tryclo999

24 jui 2021 @ 06:43

Quant on voit la qualité de la retro de la série Ninja Gaiden sur série XS, il n’y a aucun intérêt a acheter la version remastered, pire celle-ci est censuré et tourne moins bien que la retro 360... Xbox fait vraiment plaisir aux joueurs avec cette retro et quant on voit les petits prix de pas mal de nouveaux jeux sur le store de Microsoft, ya pas a dire mais leur politique commercial est écxéllente. Merci Xbox !

PaT Chevaliers

24 jui 2021 @ 10:27

Remastered, mais en mieux ? Moi je dis que 85% de ces Remastered ne sont pas au niveau ! que c’est aussi la solution de facilité pour beaucoup d’éditeurs... toutefois, certain sortent du lot, et ils peuvent vraiment apporter une plu-value visuelle, des chargements améliorés, etc. Mais globalement, ils sont peu nombreux effectivement à réellement en bénéficier.

De plus, souvent ce sont des titres sortis sur la gen précédente et le gap est quasi inexistant ou peu visible ! Repasser à la caisse ? ok mais uniquement quand cela est pertinent, sinon ? non merci !

avatar

alaindc

24 jui 2021 @ 14:54

Des remasters de qualité comme Mafia 1 valent le prix d’achat, vu la quantité de travail qu’ils ont déployés, mais c’est très rare.

La rétrocompatibilité, et le smart delivery sont extraordinaire. Dommage que certains éditeurs refusent de jouer le jeu, soi en faisant payer un surplus pour avoir droit aux versions lastgen + nextgen. Certains, comme le jeu de moto, sont pire, car l’achat des deux versions est à plein prix, séparément.