Test - Splinter Cell Conviction

«Je savais que Boo était dans le coup !» , - 8 réaction(s)

Waiter

Heureusement que le jeu est un peu plus souple que les précédents opus, permettant de vous mouvoir et de vous extirper de situations délicates grâce à la deuxième grosse nouveauté du soft : votre dernière position connue. Quand vous vous faites repérer par l’ennemi, ce dernier vous suivra du regard et tentera de vous poursuivre. Si vous arrivez à le semer, votre « silhouette » apparaîtra au dernier endroit connu par l’ennemi et ce dernier, ainsi que les éventuels renforts, iront prudemment inspecter cet endroit. Vous avez un certain laps de temps (le temps qu’il inspecte le dernier endroit connu) pour essayer de prendre l’ennemi à revers en toute sécurité et l’éliminer.

Pouvant sembler anodin, ce système est particulièrement efficace pour établir des stratégies rapidement ou pour détourner l’attention et frapper par derrière. Il faut dire aussi que malgré le fait que vos ennemis soient alertes au moindre faux pas de votre part, ils n’ont pas non plus inventé l’eau chaude avec des fois quelques comportements étranges, mais dans l’ensemble l’IA reste correcte. L’interaction avec le décor n’est pas en reste, puisqu’il vous est toujours possible de regarder sous les portes, de les ouvrir, d’agir avec les interrupteurs, d’ouvrir des fenêtres, de vous suspendre à des tuyaux, sauter ou glisser par-dessus des obstacles… Et tout cela avec la simple utilisation du bouton A ! A première vue, cela apporte de la praticité, mais dans les faits, l’ensemble reste confus lorsque plusieurs éléments d’interaction sont très proches. Lorsqu’on sait qu’il faut souvent agir avec rapidité pour rester inaperçu, se faire repérer à cause d’une mauvaise action prise en compte est rageant.

De même, des fois, la visée des armes à feu, bien que réaliste, est un peu lente et imprécise en pleine action, même au corps à corps, ce qui est déjà beaucoup moins compréhensible. A quelques moments du jeu, vous pourrez interroger vos ennemis de la manière la plus subtile possible du genre « « Oups j’ai glissé et mon genou s’est retrouvé dans tes testicules », « Oups t’as glissé et ta face se retrouve grillée contre la plaque de cuisson chaude », « Oups t’es mort ». Efficace et beaucoup moins couteux en recherche et développement et en production de sérum de vérité.

L’aspect visuel du jeu est très propre et détaillé et le level design est inspiré, permettant d’adopter plusieurs approches différentes à une même situation. Qu’elle soit bourrine ou discrète, il y en aura pour tous les types de jeu. La prise en main est simple et ne nécessitera que peu de temps d’adaptation, que ce soit pour se déplacer d’une cache à l’autre, ou pour faire place nette dans les environs. La durée de vie en solo n’est pas énorme, puisque vous bouclerez le jeu en entre 6 et 8 heures en fonction de votre style de jeu. Cependant, le soft vous permet de recommencer les niveaux terminés afin de réitérer vos prouesses dans des niveaux de difficulté différents ou pour réaliser un des nombreux défis internes au jeu. Ces derniers vous permettent de gagner des points qui serviront de monnaie du jeu pour améliorer votre équipement offline et online.

Bilan

On a aimé :
  • Contrôler Sam est enfin un plaisir sans balais anal !
  • L’aspect un poil plus bourrin, mais toujours aussi libre
  • Aucune carence technique
  • Mode Online qui prolonge l’expérience de l’aventure solo
On n’a pas aimé :
  • Gadgets technologiques absents durant une bonne partie du jeu.
  • Quelques cafouillages de gameplay contextuel
  • L’aspect infiltration est bien moins marqué qu’avant
Perfect Cell

Il était attendu au tournant, et il n’a pas raté son virage. Splinter Cell Conviction propose une approche différente dans la franchise afin de permettre tout style de jeu. L’aspect infiltration restant quand même important, le pari des développeurs de proposer un renouvellement de la licence cohérent et efficace dans cet univers est globalement réussi. On regrettera quelques cafouillages dans l’action contextuelle et quelques petits soucis de visée qui font tache dans cette expérience plutôt convaincante, ralliant ainsi les fans avec les austères à la licence. Il ne reste plus qu’à voir si cet épisode n’était qu’un simple écart, ou si la franchise va continuer à évoluer positivement.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Splinter Cell Conviction

Genre : Action/Infiltration

Editeur : Ubisoft

Développeur : Ubisoft

Date de sortie : 15/04/2010

Prévu sur :

Xbox 360

Venez discuter sur le Forum Splinter Cell Conviction

8 reactions

Rafom

22 avr 2010 @ 14:33

Merci pour le Test !

Le plus gros defaut du jeu c’est qu’ils s’appelle « Splinter Cell », pour ceux qui sont fan de la série, passez votre chemin si vous voulez retrouver le Sam Fisher d’antan. Par contre si vous savez a quoi vous attendre vous ne serez pas déçu de ce jeu !

« Contrôler Sam est enfin un plaisir sans balais anal ! » Il a jamais eu un balais dans le cul enfin sa c’est mon avis !

BELiN

22 avr 2010 @ 15:08

Étant fan de splinter depuis longtemps je reconnais que pour le coup Sam a bien changer, mais j’ai comme même pris du plaisir a finir le solo. Par contre le jeux retrouve toutes ses lettres de noblesse en coop, en plus mon binôme est le même qu’a l’époque de pandora. Mais il est vrai que plus je jou a la coop, plus le versus me manque. Sinon pour la durée de vie en coop ya de quoi fair si comme moi vous voulez tout finir en réaliste ya du taf.

avatar

Mighty

22 avr 2010 @ 15:12

pour moi l’essence de ce jeu se situai justement dans la recherche et l’aproche completement libre de la magniere d’avancer, d’attaquer, de s’infiltrer, et on peu meme plus deplacer les corps qu’on a elliminés, pour ma part j’ai ete extremement decu, on parle deja d’un prochain opus, j’espere qu’il vont revenir a l’essence du jeu !, et que le proverbe « chassez le naturle et il revien au galop » se verifiera ! je ne suis pas du tout critique en general mais la !, fallai marquer le coup

Bigben

22 avr 2010 @ 15:35

Bilan On a aimé :

* Contrôler Sam est enfin un plaisir sans balais anal ! * L’aspect un poil plus bourrin, mais toujours aussi libre * Aucune carence technique * Mode Online qui prolonge l’expérience de l’aventure solo

On a aimé :

* Gadgets technologiques absents durant une bonne partie du jeu. * Quelques cafouillages de gameplay contextuel * L’aspect infiltration est bien moins marqué qu’avant”

En fait, vous aimez tout :-))

22 avr 2010 @ 15:45

:-)) Nous ne sommes pas difficiles ^^

C’est corrigé, merci pour la remarque.

avatar

thegnou

22 avr 2010 @ 16:02

Je n’ai jamais apprécié les précédents épisodes et je me faisait une joie de l’aspect moins infiltration de cet épisode mais force est de constater qu’il faut toujours se mettre à l’abri. :(

Bref comme vous le dites ca reste quand même un splinter cell .... je retourne sur Unreal III :->

Stéphan

22 avr 2010 @ 21:08

Thegnou, moi aussi je n’ai jamais vraiment apprécié les Splinter Cell (mais plus pour la rigidité de Sam que pour l’aspect infiltration). Le double agent était sympa. Mais là, force est de constater que la sauce prend. Avec le jeu tu peux aussi la jouer bourrin. Par contre, faut être équipé avec du matos de bourrin pour assumer ce rôle et pas rester uniquement avec un simple pistolet avec silencieux.

Si t’as l’occasion de t’y essayer, n’hésites pas, tu pourrais être surpris.

diez979

01 mai 2010 @ 12:17

Fan de la première heure, j’attendrai ce Sam Fisher avec impatience. Force est de constater que le résultat est presque à la hauteur de mes espérances.

Bien que pas assez développé, le scenario reste prenant pour ceux qui connaissent le personnage de Sam Fisher. Je préférai tout de même la tronche du père à la dérive présenté en 2007. On s’y habitue facilement...

La première chose que j’ai tenté après avoir tué un ennemie, c’est de cacher le corps. MERDE on ne peut plus. On comprends finalement pourquoi assez rapidement. Sam Fisher n’a plus le temps. C’est un homme blasé qui n’a plus qu’une raison d’exister, découvrir la vérité sur la mort de sa fille.

L’aspect infiltration est beaucoup moins présent. Mais uniquement quand le mode facile et Standard. Afin de profiter pleinement de l’aspect dominateur de la série, le niveau réaliste est là pour ça.

L’aventure principale est courte, mais peut être réalisée de diverses manières ; infiltration, action ou les deux. L’aventure Coop est un vrai régale et les mode de jeu proposer pour Archer et Kestrel sont nombreux. A cela vient s’ajouter les défis PEC qui proposent un challenge plutôt sympa.

En gros pour voir la fin de l’intégralité des options que propose le jeu, je pense à environ 20h de jeu.

Un très très bon jeu. Un Sam Fisher très classe.