Test - Obduction - Mystère en Terre inconnue

«Make it Home» , - 0 réaction(s)

Développé par le studio Cyan Worlds, déjà papa du bien connu Myst, Obduction est un jeu d’aventure parsemé d’énigmes tout comme son grand frère. Sorti tout d’abord sur PC en 2016 suite à une campagne Kickstarter réussie, il a ensuite posé ses valises sur Playstation 4 en 2019 pour enfin arriver il y a peu sur Xbox One.

Bienvenue chez vous

L’histoire du jeu commence par une simple balade sylvestre, rapidement interrompue par une étrange lumière dans le ciel. À mesure que l’on progresse dans les bois, celle-ci s’approche de plus en plus jusqu’à ce qu’elle vienne s’écraser à nos pieds et se révéler être une graine. Soudain, cette dernière s’ouvre, nous immobilisant jusqu’à ce que l’on s’évanouisse. À notre réveil, on ne peut que constater que nous avons été transporté dans un autre monde dont on apprendra plus tard qu’il s’appelle Hunrath.

Bienvenue sur Hunrath

Seul, on est invité à explorer cet endroit pour comprendre où l’on se trouve et comment rentrer chez soi. En chemin, on tombe sur quelques messages holographiques du maire local qui nous présente les lieux d’un air enjoué. Pourtant, à la vue délabrée qui s’offre à nous, on comprend vite qu’il s’est passé quelque chose de grave. En progressant un peu, on rencontre l’unique rescapé de la ville : CW. Il nous explique brièvement que nous ne sommes pas le premier humain à avoir été amené ici et que ce monde est connecté à trois autres sur lesquels se trouvent des races extraterrestres. Sur chacun de ces mondes, se trouve un arbre qu’il faut hydrater afin de le régénérer et le reconnecter au Cœur. Il nous confie alors la mission d’aller sur les mondes de Soria, Kaptar et Maray pour y trouver les arbres et les ressourcer afin de pouvoir rentrer sur Terre.

Sacré terrier

Le scénario est assez convenu, mais il est efficace et donne un but à notre aventure. Cependant, en se donnant la peine d’ouvrir les yeux et fouiller à droite à gauche son environnement, on tombe sur de nombreux documents. Sans être essentiels pour comprendre l’histoire, ils offrent de nombreux détails, en particulier sur les extraterrestres peuplant les autres mondes et sur leurs rapports avec les humains d’Hunrath. Bien plus que de simples collectibles, ils permettent ainsi de développer l’univers proposé.

Le titre s’offre aussi le loisir de proposer deux fins, bonne et mauvaise, en fonction d’un choix juste avant de quitter ce monde. On peut aussi considérer qu’il en existe une troisième, même si on est plus proche d’un game over pour celle-ci.

Au doigt et à l’œil (enfin presque)

Dans Obduction, on se déplace à la première personne avec la possibilité de bouger un curseur pour interagir avec notre environnement. Il est ainsi possible de manipuler et observer différents objets (même si cela n’apporte aucun intérêt pour progresser) ou encore déplacer des leviers, ouvrir des portes, taper des codes, et même voyager dans un chariot de mine. Avec ces différentes possibilités, on est amené à résoudre des énigmes logiques pour progresser dans l’aventure. Simples au début, elles deviennent de plus en plus difficiles et font rapidement travailler les méninges. On pense notamment aux énigmes des téléporteurs et du labyrinthe sur Maray qui risquent de faire mal à la tête.

Attention de ne pas tomber

Autre difficulté, le jeu ne propose pas de carnet, d’inventaire, de boussole ou de carte qui pourrait nous permettre de nous repérer ou de se souvenir de la tâche à effectuer. La mémoire est ainsi mise à rude épreuve elle aussi puisqu’il faut faire de nombreux allers-retours entre les quatre mondes en se souvenant des chemins à utiliser. Heureusement, en progressant, on déverrouille des raccourcis permettant de se déplacer plus facilement.

Globalement, la prise en main est plutôt bonne même si on peut regretter l’absence de saut auquel on est habitué dans la plupart des jeux aujourd’hui. On peut aussi avoir quelques soucis de précision en voulant pointer un petit objet à l’aide du curseur, notamment l’espèce de radio russe se trouvant sur Kaptar et ses touches minuscules.

Un univers Myst-ifiant

Visuellement, Obduction est assez joli. Il présente de beaux paysages bien variés entre les quatre mondes. On passe ainsi de zone désertique à une forêt luxuriante presque tropicale, pour ensuite se diriger dans un monde montagneux rempli de machines et engrenages pour terminer sur un endroit volcanique.

Maray et sa végétation luxuriante

Tous ces lieux sont détaillés et remplis de nombreux éléments offrant une faune et flore convaincante. Malheureusement, ce bon tableau est quelquefois gâché par des effets totalement ratés nous ramenant des années en arrière, comme une explosion honteusement réalisée que l’on pourrait croire directement sortie des années 90.

Les terres dévastées de Soria

Les développeurs ont aussi utilisé une parade plutôt astucieuse pour éviter de modéliser et animer les personnages humains. Il n’y a aucun modèle 3D, il s’agit en fait de scènes filmées avec de vrais acteurs puis incrustés intelligemment dans le jeu. Plutôt sympathique !

Pour la partie sonore, le jeu nous offre quelques rares musiques pas désagréable (sans être mémorable non plus), tout en nous laissant le plus souvent uniquement avec les bruits de notre environnement comme le son des oiseaux ou de l’eau qui s’écoule. Cela n’est pas un défaut et contribue à renforcer cette sensation de solitude.

Enfin, si le jeu tourne relativement bien nous avons tout de même ressenti plusieurs ralentissements durant notre partie. C’est assez dommage, d’autant que ce n’est pas un étalon graphique et que nous sommes sur Xbox One X.

Le coin des chasseurs : Obduction propose 14 succès à débloquer. Si la majorité se déverrouille simplement en progressant dans l’histoire, certains sont manquables et demandent quelques actions supplémentaires. On notera aussi un succès plutôt particulier puisque pour le réussir, il est nécessaire de disposer d’un code donné par les développeurs. Or, ce code n’était offert qu’aux personnes ayant backé le jeu en donnant au minimum 850$ lors du Kickstarter. Heureusement, avec le bon guide, il est possible de trouver l’un de ces codes et avoir le succès, mais le procédé n’en reste pas moins déroutant.

Bilan

On a aimé :
  • Des environnements jolis...
  • Un scénario plaisant
  • Des énigmes qui font réfléchir
On n’a pas aimé :
  • ...mais gâchés par quelques maladresses
  • Quelques ralentissements
Mystère Résolu

Obduction propose une belle aventure qui pourra donner un peu de fil à retordre à notre cerveau. Il met en scène une histoire classique de prime abord, mais qui se révèle bien plus riche si l’on se donne les moyens d’ouvrir les yeux. En plus de ses nombreuses énigmes, le titre nous offre aussi de beaux paysages bien variés même si l’on regrette quelques maladresses qui viennent ternir le tableau. Obduction est un bon choix pour les amateurs du genre et devrait les tenir occupés pendant plusieurs heures.

Accueil > Tests

Obduction

PEGI 12

Genre : Aventure/Réflexion

Editeur : Cyan Inc.

Développeur : Cyan Inc.

Date de sortie : 10/04/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Steam