Test - FIMBUL - Road to Jötunheim

«Skål» , - 0 réaction(s)

Ah le Danemark, terre natale de la petite sirène, mais aussi de nos anciens voisins les Vikings. C’est de ces derniers qu’il est question dans FIMBUL. Petit cours d’histoire, ce nom provient du mot “Fimbulvetr” qui dans la mythologie nordique correspond au grand hiver de trois ans qui précède le Ragnarök (à savoir la fin du monde) au cours duquel le jeu prend place. Ce dernier est développé par le studio danois Zaxis et est un jeu d’action/aventure qui met en scène l’univers de la mythologie nordique et les affrontements entre vikings.

De Midgard à Jötunheim

On incarne Kveldulver, un guerrier viking qui doit se rendre à Jötunheim et y récupérer un artefact pour empêcher le terrible Ragnarök. Au programme de ce périple, des combats contre des trolls, des jotuns et des groupes de bandits, mais aussi des rencontres plus amicales avec des clans vikings et quelques villageois, le tout dans des décors enneigés très agréables visuellement grâce au moteur graphique Unity.

Rien de tel qu
Rien de tel qu'un bon petit feu pour se réchauffer

Pour atteindre Jötunheim, notre héros dispose de trois armes différentes : une hache, une épée ou une lance (celle-ci peut être lancée sur vos ennemis) et deux types d’attaques (lourde, rapide). Le gameplay reste plutôt classique : on frappe un ennemi par-ci, on pare l’attaque d’un autre par là, on esquive celui qui s’est glissé derrière et on embroche l’archer qui se tenait au loin d’une lance ramassée sur les corps encore chauds de ses compagnons. Cependant, les combats ne sont pas assez variés et l’inefficacité de l’attaque lourde bien trop lente et de la hache trop peu puissante oblige à jouer uniquement le combo épée/attaque rapide si l’on veut se débarrasser des ennemis sans trop de difficultés. Heureusement, les combats de boss apportent un élément de gameplay supplémentaire qui dynamise un peu l’action et apporte une fraîcheur bienvenue au jeu. Contre eux, inutile de chercher l’affrontement au corps-à-corps, en effet les attaques directes sont inefficaces. Pour espérer les vaincre, il faut se saisir d’une lance et la leur jeter lorsqu’ils sont vulnérables (marqués par un rond rouge). Alors seulement il est possible de se ruer dessus et de les blesser. La narration se fait intégralement sous forme de bandes dessinées (on aimera ou non le style visuel). Le jeu propose aussi un système de choix à la fin de chaque boss vaincu : lui laisser la vie sauve ou le tuer. Attention, il ne faut pas s’attendre à une révolution dans la suite de l’histoire, l’impact de vos choix est minime. En effet, la seule conséquence est la présence ou non de certains personnages dans le combat final.

Un voyage difficile

Ça va saigner !
Ça va saigner !

Malheureusement, la route vers Jötunheim et le sauvetage du monde nordique est laborieuse à parcourir. Plusieurs passages du jeu souffrent de coupures de son, la caméra est assez capricieuse et il n’est pas rare de devoir affronter vos ennemis avec une rangée de pins en premier plan, ou de voir le héros partir au loin sans que la caméra ne le suive. On peut louer l’effort du studio danois de proposer une traduction française dans les bandes dessinées, mais la traduction est une véritable catastrophe et les phrases n’ont aucun sens. Cela impacte directement la compréhension de l’histoire et on est très vite perdu, en particulier à propos des liens entre chaque personnage. Qui plus est, il ne faudra que quelques heures pour atteindre le boss final et terminer FIMBUL après un long affrontement sans saveur. Côté succès, le jeu en propose 13, assez faciles, ils se débloquent simplement en progressant dans l’aventure. La difficulté résidera dans le courage nécessaire pour refaire le jeu une deuxième fois en faisant des choix différents.

Bilan

On a aimé :
  • Les décors
On n’a pas aimé :
  • Traduction française catastrophique
  • La caméra qui n’en fait qu’à sa tête
  • Passages sans sons
Un voyage à Helheim

Les jeux traitant du folklore et de la mythologie nordique n’étant pas légion, FIMBUL peut se faire une place dans la ludothèque de certains passionnés. Cependant, il faudra passer outre les nombreux défauts dont il souffre et qui peuvent être rédhibitoires pour les non-initiés. FIMBUL possède une certaine richesse dans son histoire et ses paysages, mais au tarif salé (29.99€) auquel il est vendu, le joueur est en droit de se voir proposer une expérience de jeu plus agréable et plus passionnante. Il est donc difficile de recommander FIMBUL, mais pour les passionnés de culture nordique pourquoi ne pas se laisser tenter lorsque le prix aura baissé.

Accueil > Tests

Fimbul

Fimbul
PEGI 16

Genre : Action RPG

Editeur : EuroVideo Medien GmbH

Développeur : ZAXIS Games

Date de sortie : 28/02/2019

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch