Call of Duty Vanguard : analyse du trailer avec un passionné de la WW2

«Beau travail de recherche» le 24 août @ 13:312021-08-24T15:07:53+02:00" - 2 réaction(s)

Après de longs mois de rumeurs, Call of Duty : Vanguard s’est enfin dévoilé via un premier trailer très impressionnant mettant en scène des batailles de la Seconde Guerre mondiale en Europe, en Afrique et dans le Pacifique. Contrairement à Battlefield V en 2018, Sledgehammer Games a opté pour une retranscription très réaliste de cette guerre à en croire ce premier trailer. Ici, pas de prothèses futuristes accompagnées de skins hors de propos ni de centaines de femmes sur le champ de bataille, simplement des hommes plongés dans l’horreur ainsi que quelques femmes sur le front de l’Est. Nous avons eu la chance de pouvoir décrypter ce trailer à l’aide d’un passionné de cette riche période de l’Histoire, ainsi que des documentations pour appuyer ses propos.

L’assassinat d’un soldat allemand par une femme russe

Le trailer s’ouvre sur des courtes scènes qui se dévoilent plus tard à travers de plus longues séquences, il n’est donc pas pertinent de relever les éléments tout de suite. Après que le logo Call of Duty Vanguard a fait son apparition, on aperçoit une séquence dans laquelle une femme escalade un wagon pour ensuite tuer un soldat allemand. S’il est difficile d’apercevoir son fusil sniper du fait qu’elle soit plongée dans l’ombre, notre passionné d’Histoire reconnaît un fusil Mosin, c’est-à-dire une arme russe. Cela n’a rien d’étonnant puisque la femme porte un bonnet de police de la même nation. On pourra clairement distinguer ces éléments plus tard dans le trailer. Au moment où elle saute pour mettre fin à la vie du soldat allemand, on remarque que ce dernier porte un casque modèle 42 avec une cocarde tricolore. Cela peut paraître étonnant puisque suite aux directives de 1943, il avait été demandé qu’elles soient retirées. Cependant, il est aujourd’hui possible de trouver des casques de cette époque qui en possèdent encore, ce fait n’est donc pas incohérent. On remarque aussi un boîtier de masque à gaz très bien dessiné, on sent que le studio s’est soucié des moindres détails. Enfin, du côté des autres armes présentes, la femme saute sur le soldat allemand avec ce qui semble être un couteau de combat M40 pour ôter la vie du détenteur d’un Mauser 98.

Le bombardement d’une ville européenne

Nous nous rendons par la suite dans une ville européenne non identifiée dans laquelle les Allemands sèment la terreur et exécutent des civils. On aperçoit dans le ciel une armada d’avions qui larguent des bombes au loin. D’après leur silhouette, on peut clairement en déduire que ce sont des Mosquitos, soit des appareils britanniques bimoteurs, mais qui ne sont pas destinés à survoler des villes à plusieurs avec une telle densité. Cela peut paraître étonnant puisque les bombardements britanniques étaient principalement effectués de nuit et se faisaient grâce à des quadrimoteurs comme des Lancaster ou des Halifax. Les bombardements de jour étaient plutôt orchestrés par les Américains avec des B24 ou des B17.

Vers de nouveaux horizons

Une nouvelle séquence s’ouvre sur des avions qui cette fois survolent le Pacifique. On reconnait sans problème les avions SB2C de l’armée américaine, soit des chasseurs biplaces utilisés à partir de porte-avions que l’on peut voir au loin sur le trailer. Après que son appareil s’est fait descendre par de la DCA, on peut remarquer le soin apporté au pilote dans sa fameuse mae vest, ainsi que ses goggles et son serre-tête Pacifique.

Direction l’Afrique du Nord maintenant pour admirer trois Britanniques dont un qui porte un béret gurkha porté à l’anglaise, puis une scène où des soldats sont transportés sur des tanks Crusaders. Lorsque l’action surgit, on peut apercevoir un Anglais équipé d’un fusil Lee Enfield attaqué par des Allemands reconnaissables grâce à leurs tenues typiques de l’Afrikakorps, leurs MP40 et leurs Mauser 98. Les casquettes portées semblent être des modèles 1943. Place à l’artillerie lourde pour finir cette séquence avec des Panzer IV camouflage Afrikakorps.

De retour sur le front de l’est

Nous retrouvons notre fameuse sniper femme du front de l’Est munie de son fusil Mosin. Elle s’apprête à tirer sur des Allemands que l’on reconnaît grâce à leurs casques M42, manteaux longs, boîtiers à masques à gaz et porte-pelles. Ils sont également accompagnés d’un blindé Sd.Kfz. Lorsque la sniper tire, nous nous retrouvons instantanément dans une autre scène en hiver avec un Allemand qui se fait abattre. On peut distinguer son casque neige, ainsi que son camouflage en draps découpés qu’il retient avec son tarnjacke.

Le souci du détail est poussé à l’extrême et nous sommes agréablement surpris puisque le trailer introduit cette fois un Finlandais portant un casque à tête de mort peinte sur le devant. Ce dernier, équipé d’une MG42 et d’un chargeur trommel, est allié avec les Allemands. Un officier allemand se montre ensuite avec sa casquette et son Luger du haut de son Sd.Kfz. 231.

Le front de l’ouest

Une nouvelle séquence s’ouvre sur des avions américains C47 avec des bandes noires et blanches, celles utilisées pour le D-Day. On y retrouve à bord des parachutistes américains prêts à rencontrer l’horreur de la guerre. Ces derniers se battent ensuite dans un bunker allemand. C’est d’ailleurs à cet instant que l’on peut savourer l’une des rares séquences de gameplay de ce trailer.

Entre ciel, mer et terre

C’est désormais au tour des Japonais de faire leur entrée. On aperçoit d’abord un porte-avion américain facilement reconnaissable grâce à ses ouvertures rectangulaires sous le pont. Ce dernier accueille de nombreux Helldivers s’apprêtant à décoller pour affronter les célèbres Zeros japonais. L’un d’eux se fera d’ailleurs carrément descendre par un simple Colt 1911 au moment où un pilote américain se retrouve avec sa mitrailleuse enrayée. C’est ensuite sur la plage que l’on peut constater la difficulté des Américains à avancer face à une défense japonaise acharnée. Ces derniers détruisent les Sherman à coups d’explosifs et accueillent l’infanterie à l’aide d’une Arisaka type 96 reconnaissable à son canon à torsade. On remarque d’ailleurs sur un soldat blessé que les Occidentaux portent des Buckle Boots, bottes typiques de la guerre du Pacifique. Malgré une mise en difficulté sur le terrain, un Helldiver parvient à larguer avec succès une bombe à hélice afin de détruire un porte-avion japonais.

Un mix de différentes batailles

Le trailer s’apprête à atteindre son grand final en nous montrant de nouveau différentes batailles de la Seconde Guerre mondiale. On aperçoit notamment un moulin enflammé, ce qui laisse grandement présager que nous assisterons à la bataille d’Arnhem en Hollande. Une nouvelle arme se montre dès lors que la parachutiste tire, en effet la Sten modèle MK1 fait son apparition. Notre chère sniper russe fait son retour avec sa chapka vareuse matelassée et sa cartouchière en cuir avec des coutures en Y, preuve une fois de plus que le studio s’est attaché aux moindres détails. Un nouvel avion allemand se montre pour la première fois, à savoir le célèbre Messerschmitt 109. Une bataille fait ensuite rage dans les rues d’une ville du front de l’Est. On reconnaît facilement des soldats soviétiques grâce à leurs casques réglementaires, mais aussi les couvertures pliées sur le sac à dos comme à l’époque napoléonienne. Les tatouages noirs semblent montrer une touche fantaisiste du développeur puisque ce n’était pas courant d’en avoir à cette époque et qu’ils étaient généralement bleus.

Enfin, le trailer se finit sur un largage de parachutistes par des C47 américains. La formation serrée des avions est volontairement exagérée, ceci au détriment du réalisme car cela facilite grandement le travail de la Flak qui peut alors abattre les cibles plus aisément. Au vu de l’impressionnante scène, on comprend que ce choix du studio a été effectué pour rendre la séquence bien plus dramatique.

Le souci du détail de Sledgehammer Games

La franchise Call of Duty est bien décidée à revenir avec un nouvel opus très réaliste. Ce premier trailer a permis de comprendre que Sledgehammer Games a bien pris soin de respecter de nombreux détails afin de plonger pleinement les joueurs dans cette riche époque historique. Il est évident que le studio a eu recours à des historiens afin de ne rien laisser au hasard et proposer une expérience qui ravira tous les passionnés de cette période. Cette analyse permet dans un premier temps d’imaginer quelles armes et véhicules seront présents dans le jeu. Call of Duty : Vanguard sera disponible le 5 novembre sur Xbox One, Xbox Series X|S, PS4, PS5 et PC.

Call of Duty : Vanguard

Accueil > News

Call of Duty : Vanguard

Genre : FPS

Éditeur : Activision

Développeur : Sledgehammer

Date de sortie : 05/11/2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Xbox One, Playstation 4, PC Windows

2 reactions

avatar

RyuJu

24 aoû 2021 @ 16:54

Salut ! Alors dans le C47, ce sont des parachutistes britanniques et non américains, ils portent une Denison Smock et un casque MK1 ou 2 (au passage, il n’y avait pas de noirs chez les parachutistes...), mais ils ont des parachutes US... Surement l’opération Market Garden en Hollande (sauf qu’ils sautèrent de jour et non de nuit comme dans le trailer...) La Sten qu’on voit à la fin est une MK2, qui a la crosse de travers (???), les parachutistes étaient d’ailleurs équipés en hollande de la Sten MK5 (avec crosse et poignée en bois). Sinon comme arme on voit le Lee Enfied n°4 MK1 dans les mains du para qui jette une grenade, donc ça c’est cool. Trailer beaucoup plus réaliste que celui de BFV (du grand n’importe quoi), fera t-il aussi bien que CoD 2 ou World at War ?

Voilà ;-) .

Tious

Rédaction

24 aoû 2021 @ 21:31

Hello @RyuJu, je prends en considération ton commentaire. Je vais aller me renseigner et modifierai l’article en conséquence. Merci ! :-))