Test - Transformers : La chute de Cybertron

«Optimus Prime Minister» , - 0 réaction(s)

Comme c’est devenu la coutume, chaque été voit arriver un nouvel opus vidéoludique de Transformers. C’est l’occasion de méditer sur soi-même, nos transformations aussi bien internes qu’externes, ou même celles en chaise. Cette année, profitant du fait qu’il n’y a pas de film qui sorte en salles, ce titre nous emmènera à nouveau sur Cybertron pour narrer l’histoire de l’exode des Autobots et des Decepticons sur la planète Terre, un peu comme si c’était un retour vers le passé...

Le passé n’est apparemment pas passé

Sur les passages d
Sur les passages d'infiltration, ils seront la plus redoutable menace.

Brisons le suspense tout de suite, le jeu n’étant pas dans la continuité scénaristique du précédent opus, mais de celui qui était là avant (Les guerres pour Cybertron sorti en 2010), on a l’impression d’une sorte de régression dans ce TPS, tout en conservant certaines améliorations de Transformers 3. Et forcément, comme c’est le même développeur, on peut s’assurer que certains choix sont plutôt mauvais, à commencer par le système de corps à corps pour lequel on retourne à un simple coup unique et lourd au lieu du petit combo agréable qu’offrait le précédent Transformers 3. Même si précisons-le bien, le coup reste quand même moins lourd que sur Les Guerres pour Cybertron. Les armes reviennent avec des munitions limitées, mais contrairement au dernier Cybertron, les munitions et les différentes armes seront assez fréquentes sur les 13 missions du jeu pour ne pas tomber en rade de boulettes.

La découverte de l
La découverte de l'existence du système solaire, et plus particulièrement de la Terre et de ses ressources

La dernière régression majeure vient du fait de la relative inutilité des modes véhicules, qui en dehors des phases aériennes ne servent à rien du tout. Mais à côté de cela, on conserve une technique fort agréable (bien qu’avec quelques petits défauts) avec ses animations un peu partout pour rendre les environnements plus vivants, les effets spéciaux travaillés, et une IA adverse, agressive, mais qui tentera de se positionner en fonction du joueur. La prise en main reste plutôt agréable, mais souffre du syndrome de demi Gears of War, j’y reviendrai plus bas. Pour chaque mission, vous contrôlerez un, voire plusieurs de ces robots guerriers, changeant au fil de l’histoire et qui appartiendront à la faction des Autobots ou à celle des Decepticons. Les fans purs et durs seront également contents de voir les Dinobots de la partie le temps d’une mission à la fin du titre, puisque vous aurez la possibilité d’incarner Grimjaw, le T-Rex et Swoop, le ptéranodon le temps d’une ultime mission avant l’affrontement final.

Bilan

On a aimé :
  • La customisation de personnage en multijoueurs
  • Visuellement agréable
  • La variété des personages qu’on contrôle au fur et à mesure de l’histoire
On n’a pas aimé :
  • Les transformations n’ont pas vraiment d’utilité
  • Code réseau pas vraiment extra
Retour vers le passé

Après un épisode qui comblait plein de lacunes de son prédécesseur, ce nouveau Transformers, fait un petit retour en arrière sur certains points. Pas un saut assez important qui lui ferait bénéficier d’une note moyenne, mais suffisamment pour lui préférer de peu Transformers 3. Ce Transformers : La chute de Cybertron n’en reste pas moins un petit titre agréable à jouer pour combler une dizaine d’heures de votre vie de joueur, mais ne vous laissera pas de souvenir transcendant. Donc si vous souffrez d’amnésie chronique ou que vous vous ennuyez beaucoup en attendant la période de fin d’année qui va bientôt poindre de son nez, pourquoi ne pas se transformer ?

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Transformers : La Chute de Cybertron

Transformers : La Chute de Cybertron
PEGI 12 Violence

Genre : Action

Éditeur : Activision

Développeur : High Moon Studios

Date de sortie : 24/08/2012
Date de sortie XO : 8/08/2016

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3