Test - Borderlands 2

«Le bonheur est dans le loot...» , - 1 réaction(s)

Pandora n’a pas beaucoup changé...

Pandora nous réservera bien des surprises...

C’est ce qui te semble lorsque tu jettes un regard par la fenêtre hein ? Hé bien figure-toi que tu te trompes. Pandora est plus belle que jamais, elle est même loin l’époque où le cel shading avait été appliqué à la hâte en milieu de développement. Là le cel shading y est parfaitement maîtrisé et donne aux larges étendues de Pandora une atmosphère toute particulière gorgée de détails et de paysages sublimes. Les p’tits gars de Gearbox ont assuré et il faut voir les décors monstrueux que tu auras à parcourir durant ton voyage pour t’en rendre réellement compte. Les carcasses gigantesques de tôles froissées et d’acier montées par les bandits côtoient les rochers façonnés par le vent et les étendues arides ou enneigées où se terrent de terribles dangers. Ne t’inquiète pas, tu auras toujours à ta disposition des véhicules surarmés pour te déplacer plus rapidement et apprécier le paysage. Mais derrière ce cadre idyllique -si l’on excepte les cadavres épars, les nombreux déchets et la faune mortelle- se cache une terrible menace.

Les rencontres et les dialogues sont réellement trucculents !

C’est même peut-être la raison de ta présence ici. Mais tu as dû l’oublier. Il paraît que Pandora abrite une autre Arche que celle découverte par les quatre intrépides aventuriers du passé. Une Arche beaucoup plus grande, beaucoup plus puissante. Certains disent que tenter de l’ouvrir mettrait en péril la planète toute entière et même l’univers pour les moins optimistes ! C’est pour la trouver que tu es ici non ? Je me trompe ? Toi et tes copains ? Sinon le Beau Jack n’aurait pas tenté de vous tuer, il n’aime pas du tout que l’on mette le nez dans ses affaires et l’Arche c’est son affaire en ce moment. Il y a bien un groupe de résistants qui s’est créé il n’y pas si longtemps que cela, à la tête duquel on trouve Roland le Soldat du groupe qui essaye de lutter avec ses armes contre le Beau Jack et la compagnie Hyperion mais la cause semble être entendue... Sache que même si tu es nouveau dans le coin, les références à la précédente aventure, même si elles sont assez nombreuses, sont tout de même suffisamment subtiles pour ne pas altérer le plaisir que tu vas prendre à suivre une quête bien mieux maîtrisée et plus resserrée en termes de narration. L’aventure est mieux amenée, mieux rythmée et les quêtes secondaires mieux écrites avec en prime le délicieux ton de Borderlands oscillant entre humour gras et répliques hautes en couleurs ; elles sont à la hauteur des différents personnages que vous allez rencontrer ! Le doublage est tout bonnement excellent et pour une fois on n’aura pas envie de jouer avec eux à Chat-lumeau.

Un besoin de sortir ?

On aura encore douze « bazillions » d’armes à récupérer !

Tu as envie que je te détache ? Tu as sûrement raison, puis de toute façon je pense que tu meurs d’envie d’aller rejoindre tes copains. Vous vous déplacez toujours par quatre chez les chasseurs de l’Arche à ce que je vois. Même si un cinquième est arrivé depuis peu via DLC. Les changements ne sautent pas aux yeux mais il me semble en voir quand même quelques uns. Les gars de Gearbox ont fait un sérieux travail de rééquilibrage ; les classes, tout en gardant leurs spécificités, sont beaucoup plus plaisantes à jouer et nécessitent plus de technique à maîtriser. Les arbres de compétences, toujours séparés en trois branches, permettent d’éviter les clones et le choix de développement du joueur induira une vraie façon de jouer son personnage. Zéro, le nouveau “Chasseur” remplaçant de Mordecaï, pourra aussi bien devenir un ninja expert au corps à corps qu’un expert en fusil de sniper pour un grand écart complet dans sa façon de jouer. Axton, le Soldat, gardera sa tourelle mais le développement de son compagnon de route est beaucoup plus poussé, d’autant plus que celle-ci ne dispose plus d’un bouclier automatique. Maya, la Sirène est maintenant capable d’enfermer ses adversaires dans une bulle de stase très pratique pour les truffer de plomb. Et enfin Salvador, qui laisse de côté les poings de Brick pour se concentrer sur l’utilisation d’armes dans ses deux mains et devenir un véritable tank capable de transformer ses adversaires en un joli tapis de sang et de chair derrière ses pas.

Bilan

On a aimé :
  • Pandora plus belle que jamais
  • L’humour et les doublages particulièrement réussis
  • Un scénario consistant
  • Un gros travail d’équilibrage
  • La durée de vie phénoménale !
On n’a pas aimé :
  • Euh... quelques bugs
Le même en plus mieux

A première vue on pourrait croire à une suite sans grande originalité, une suite “sur rail” sans aucune surprise. Mais Borderlands 2 réussit le tour de force de nous montrer à quel point son grand frère n’était qu’un modeste brouillon et le résultat d’une terrible gestation d’un jeu miraculeusement sauvé en cours de développement. C’est bien simple tout ce que l’on pouvait reprocher à Borderlands premier du nom a été grandement amélioré, à commencer par son scénario bien plus consistant et intéressant à suivre, un univers plus varié et plus beau que jamais avec son cel shading maîtrisé, sa pléthore d’armes, ses classes rééquilibrées et affinées. C’est bien simple, il est difficile de lâcher sa manette une fois le sol de Pandora foulé tellement on est happé par son univers, son humour, ses personnages hauts en couleurs et l’immense plaisir que l’on trouve à en explorer les moindres recoins seul ou entre amis...

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Borderlands 2

PEGI 18

Genre : FPS

Éditeur : 2K Games

Développeur : Gearbox Software

Date de sortie : 21/09/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

Venez discuter sur le Forum Borderlands 2

1 reactions

XF Kephren

19 oct 2012 @ 20:07

Excellent test rien à dire de plus que ce qui est écrit si ce n’est que vraiment le jeux est top