Test - Ghostbusters

«On croise les effluves pour rire ?» , - 2 réaction(s)

Après quelques années de silence radio, les Ghostbusters reviennent pour botter les fesses des fantômes et lâcher des vannes bidons. Préparez vos packs à protons et vos pièges à fantômes : vous êtes la nouvelle recrue !

Who you gonna call ?

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est Ghostbusters, il s’agit d’abord d’un film à succès traitant de scientifiques qui chassent les fantômes, spectres et autres créatures spectrales. Une suite vit le jour et là encore, ce fut un carton bien mérité. La recette ? Des acteurs de talent reconnus tels que Bill Murray ou Dan Aykroyd, des scénarios accrocheurs, une bande son culte et un humour omniprésent déstressant la trame sérieuse de l’histoire, grâce à des vannes bien placées. Ghostbusters à été bien plus que cela avec entre autres produits dérivés, dessins animés, comics, et bien sûr jeux vidéo sur de nombreux supports…

Maintenant que vous avez rattrapé le coche de la culture, nous pouvons passer à ce qui nous intéresse ici : Ghostbusters : The Videogame. Vous vous retrouvez après les évènements des films dans la peau de la nouvelle recrue de l’équipe. Votre rôle principal est de tester le nouveau matériel sur le terrain afin de pouvoir y apporter des modifications ou quelques réglages. Bien évidemment, beaucoup avant vous s’y sont essayés, et tous ont risqué gros. C’est pour cela que vos nouveaux alliés ne prendront même pas la peine d’apprendre votre nom et vous affubleront de noms doux, comme noobie, le bleu, le nouveau, le futur cadavre… Bref, on commence déjà dans la bonne ambiance !

Et bonne ambiance il y a malgré les faits graves qui se passent à New York, puisqu’en dépit des attaques de fantômes, du retour de créatures déjà vaincues et autres ennuis financiers, vous serez tout le long du jeu accompagné d’un ou plusieurs acolytes qui feront la conversation dans des dialogues ou des monologues parfois drôles, parfois hilarants. Et en VOST, joués par le cast original je vous prie ! On voit immédiatement que les scénaristes originaux (Dan Aykroyd et Harold Ramis) se sont lâchés tout en respectant les personnages et l’univers d’origine. Des clins d’oeils aux films sont également parsemés un peu partout dans le jeu. Ainsi, vous croiserez la peinture de Vigo, Bouffe-Tout, la bibliothécaire, Bibendum, mais aussi des lieux connus comme la caserne ou encore l’hôtel que nos chasseurs préférés ont dévasté dans le premier film.

Slime

Le jeu se présente comme un TPS dont la partie visuelle est somme toute correcte avec ses effets de lumière et autres effets spéciaux efficaces. Seuls les protagonistes, qui ont un léger effet plastique, auraient pu être plus soignés, même si les expressions faciales sont là encore plutôt convaincantes. Du côté des animations, pas grand-chose à redire, si ce n’est quelques très légères baisses de framerate, ainsi que quelques animations un peu raides, comme les chutes ou la réanimation. Mais dans sa globalité, l’aspect technique tient la route. Et ce ne sont pas les décors à 90% destructibles qui vont dire le contraire !

Le niveau sonore est un des gros points forts du jeu avec le cast original, bien sûr, mais aussi la bande originale des films qui viendra rythmer de manière efficace l’aventure. Le jeu requiert cependant des chargements assez longs, et l’installation sur le disque dur sera nécessaire pour les raccourcir de manière assez conséquente. Passons maintenant au gameplay, gros morceau s’il en est. Premier constat : il n’y a aucune jauge de quoi que ce soit sur votre écran : tout est sur votre proton pack (à l’exception du choix des armes et de l’argent, lorsque nécessaire). Observez-le bien parce que c’est l’élément central du jeu. Il vous servira à détecter dans quel mode il est configuré, votre jauge de santé, et le niveau de chauffe de votre pack.

Vous aurez au total 4 modes d’armes aux caractéristiques et applications différentes pour votre pack à protons. Ce dernier sera amélioré par Egon au fil de votre avancée, et chaque mode d’arme se décline en deux variantes. Vous vous retrouverez donc avec la lance à proton et son mode secondaire , la boule de boson (une décharge concentrée de protons), la lance à slime, le rayon à particules, le rayon meson et quelques autres joyeusetés. Vous passez d’un mode à l’autre grâce à la croix directionnelle.

Les actions que vous pourrez effectuer sont assez vastes : tirer, attraper et déplacer avec votre lance, esquiver, courir, refroidir votre pack pour éviter la surchauffe, et utiliser le Psykotensiomètre afin de voir ce qui n’est visible à l’œil nu et scanner toute trace spirituelle. Ce dernier sert également d’interface de pause et sera capable de vous donner des informations (en fonction de la précision de vos scans, vous aurez plus ou moins de données) sur les fantômes et éléments scannés. Vous aurez enfin un bref aperçu de vos statistiques médicales, financières, et pourrez acheter de précieuses améliorations pour augmenter l’efficacité de votre matériel.

Bilan

On a aimé :
  • C’t’ambiance de fou, fidèle aux œuvres originales
  • Gameplay intéressant et qui change un peu ce que l’on peut avoir dernièrement
  • Effets spéciaux fichtrement sympas
  • Un mode online assez varié
On n’a pas aimé :
  • Un peu court
  • Des choix marketing très discutables et handicapants
  • Quelques animations ratées
On est v’nus, on l’a vu et l’il l’a eu dans l’cul !

Ghostbusters est un jeu à licence plutôt réussi arrivant a retranscrire l’univers, l’ambiance , et l’humour des œuvres originales avec brio tout en apportant sa dose d’originalité. Le titre devient incontournable pour tous ceux qui ont aimé les films Ghostbusters, et juste intéressant pour les autres qui auront probablement de plus grandes priorités à l’heure actuelle. On regrettera juste qu’Atari ait fait un mauvais choix marketing d’exclusivité, privant l’Europe de jouir pleinement de ce jeu.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Ghostbusters

Ghostbusters

Genre : Action

Editeur : Atari

Développeur : Terminal Reality

Date de sortie : 06/11/09

2 reactions

streptos

24 nov 2009 @ 18:20

Surprenant sachant qu’il avait été très mal accueilli sur PS3.

avatar

thegnou

24 nov 2009 @ 18:35

Aux vues des autres tests je suis étonné de votre note ! De la à jeter un œil sur ce jeu, il n’y a qu’un pas ;)