Test - Dragon Ball Z : Battle of Z

«T’as les boules, hein ?» , - 0 réaction(s)

...tention au tronc !

On peut personnaliser les stats de ses persos...

Si vous avez lu attentivement le début de ce test, vous aurez remarqué le « à peu près », lorsque je parlais de narrer l’histoire. Et cela vient de ce choix curieux de forcer au choix de 4 personnages, dont certains n’ont normalement pas de rôle dans l’histoire originale. Mais pour comprendre cela, il vous manque une donnée importante : les essais. Chaque personnage, selon sa puissance de base, se voit attribué un nombre d’essai. Ce qui donnera un total d’essais pour toute votre équipe, entre 0 et 8 KOs possibles avant le Game Over fatal. On a là un système peu souple qui ne s’adapte pas en fonction de l’ennemi, du nombre de persos qu’on a, ou des persos boostés. Et c’est souvent synonyme de ragequits quand on doit compter sur cette IA totalement pourrie pour nous épauler. Encore plus aberrant : même si vous et plusieurs alliés êtes en vie et pimpants, du moment qu’il y a un KO après que le compteur ait atteint 0, c’est toute l’équipe qui perd. Tout bonnement aberrant.

... mais également leurs couleurs !

Heureusement pour les joueurs, le titre est avant tout pensé multijoueurs, et vous pourrez vous passer de ces boulets si vous arrivez à trouver des joueurs en local ou online, et qui veulent bien vous recueillir pour avancer dans les missions. La seule différence entre ce mode Solo et le mode Coopération est qu’en coopération on peut choisir le personnage que l’on souhaite sans restriction et que le titre dévoile enfin toute son ampleur et l’amusement, si vous avez de bons alliés, prend enfin place dans les bourres-pif et les décharges d’énergie. Au fil de vos victoires, vous rassemblerez des cartes et des objets qui permettront de faire évoluer vos personnages en suivant de nombreux critères. Enfin plutôt de les améliorer plus ou moins légèrement, car fondamentalement les écarts de puissance ne changeront pas vraiment et un personnage pas terrible le restera (quand on vous dit que vous servez à rien, Yamcha et Guldo !).

… la claire fontaine, m’en allant promener !

Tiens, Krilin vient de jouer avec l’IA !

Techniquement parlant, le titre est à peu près honorable. Pas moche, mais ça aurait pu être mieux et surtout plus fidèle. Car si les personnages correspondent à l’univers original, les décors, bien que jolis dans l’ensemble (si vous ne les regardez pas de trop près), adoptent un autre style. Ils font plus « sérieux » et moins colorés. Le jeu propose un système de lock d’adversaire tellement baboulifiant que j’en perds mes mots. Ou plutôt, j’en perd mes mots polis. Était-ce si difficile que ça de mettre au point un système de lock de personnage potable ? Parce que quand on se prend une nuée d’attaques de la part d’un adversaire impossible à locker pour contre attaquer, il n’y a qu’un seul mot qui vient en tête : Frisbeeeeeeeeee ! Oups ! J’ai oublié qu’on parlait de DBZ, donc je vais la refaire. Hem... Hem ! Parce que quand on se prend une nuée d’attaques de la part d’un adversaire impossible à locker pour contre-attaquer, il n’y a qu’un seul mot qui vient en tête : Kienzan ! Et ce n’est pas la caméra qui va contredire qui que ce soit. Les amateurs de la licence se rappelleront probablement de la caméra un peu fofolle quand on est trop près des limites ou des décors (destructibles ou pas) dans les Raging Blast. Et bien, ici on a affaire à sa grande sœur : la caméra totalement frapadingue ! Et elle ne va vraiment pas nous donner de répit, combiné avec le système de lock.

Les adversaires géants demanderont endurance et coordination

Commencera alors une sorte de ballet dansant où personne ne touchera personne à cause d’une caméra placée sous drogues excitantes et des adversaires qui se ratent en permanence. La bande son, elle, est très inégale. On peut bien sûr toujours compter sur la qualité des voix japonaises. Les voix anglaises sont également disponibles, mais ne blasphémons pas je vous prie. Les musiques ne sont pas les originales, même si le remix electro de « Head Cha La » donne plus une certaine envie de vomir, que de chanter. Le reste des musiques qui accompagnent les batailles est tout de même potable, mais on ne peut que soupirer de ne pas être bercé sous la douce mélodie de Hikari no Willpower, We gotta Power, ou encore bien d’autres thèmes qui ont bercé l’enfance de nombreux d’entre vous. Viennent ensuite les bruitages. Fidèles, durant les phases de jeu, les développeurs ont par contre oublié de ne pas rendre ceux du menu assourdissant. Un complot venant de survivants de l’Armée du Ruban Rouge qui se seraient reconvertis dans l’appareillage auditif ? Probablement. Ca y est ? Vous pensez avoir une bonne vue d’ensemble du titre et ça n’a pas l’air vraiment fameux ? Pas encore ! Il nous reste encore le meilleur (ou le pire, allez savoir) à traiter : le casting et le reste du multijoueurs. Et ça arrive, à peu près tout de suite.

Bilan

On a aimé :
  • L’approche multijoueurs du titre
  • Le système Genki
On n’a pas aimé :
  • La caméra totalement barge
  • Le système de lock inefficace)
  • Manque tout plein de persos
  • Un système d’essai tout nase
  • Certains personnages humiliés
... réserver à ceux qui ont des amis !

Dragon Ball Z : Battle of Z, n’est pas un très bon jeu en solo. La faute à des mécaniques très axées multi, mais tentant tout de même d’apporter quelques originalités vis à vis de ce qu’on a l’habitude d’avoir avec cette licence. Quant au multi, il est plutôt réussi, malgré certains défauts techniques et conceptuels, et permet quand même de dégager un certain fun en s’offrant des affrontements violemment intenses jusqu’à 8 joueurs. Si vous cherchez un jeu DBZ dans la lignée des Ragin Blast, passez votre chemin, les sensations procurées par Battle of Z sont complètement différentes et sa progression solo risquerait de vous horripiler grandement. Si, par contre, vous souhaitez un titre multijoueurs sympa et différent des énièmes Call of Battlefield, et que la licence d’Akira Toriyama ne vous rebute pas, il pourrait être intéressant d’y jeter un coup d’oeil ne serait-ce que pour imaginer ce que pourrait être un titre plus ambitieux dans son approche multijoueurs. Espérons seulement qu’il ne faudra pas cette fois trouzemille suites pour enfin avoir un jeu abouti et complet.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Dragon Ball Z : Battle of Z

PEGI 12

Genre : Combat

Éditeur : Namco Bandai

Développeur : Namco Bandai

Date de sortie : 24/01/2014

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PlayStation Vita