Test - Les Schtroumpfs 2

«Une vraie cataschtroumpfe !» , - 11 réaction(s)

Honteux. Je ne vais pas schtroumpfer par des chemins détournés ni schtroumpfer de diplomatie pour dire ce que je pense de ce jeu édité par Ubisoft. Tout ce qu’il nous propose est un manque de respect total vis à vis des parents, des grands-parents, des oncles et tantes qui auront acheté Les Schtroumpfs 2 en pensant faire plaisir. Que l’on ne s’y trompe pas, il s’agit là d’un énième jeu de commande, traité par dessus la jambe, fait à l’arrache, saupoudré d’un gameplay inepte et d’une grande dose de mauvaise foi. Laissez-moi vous schtroumpfer cette catastrophe qui donne envie de prendre un gros sac de salsepareille avariée pour les balancer sur le premier schtroumpf qui passe...

Lalala schtroumpf lala !

Tout commence dans un village des Schtroumpfs bien vide...
Tout commence dans un village des Schtroumpfs bien vide...

Tout avait pourtant bien commencé. En cette chaude matinée de juillet, le facteur, souriant et transpirant, m’avait amené un jeu coloré et tout à fait adapté à ces écrasantes journées de vacances que l’on passe en famille à l’intérieur, volets fermés, en attendant l’hypothétique fraîcheur du soir. Les Schtroumpfs 2 allaient sûrement procurer à moi et à mes enfants quelques bons moments de jeu en famille. Même sans être un cinéphile convaincu par la dernière prestation de schtroumpfs sur grand écran, et ce n’est pas peu dire, l’arrière de la jaquette montrait des visuels propres, colorés et particulièrement soignés. Puis Ubisoft m’avait déjà emballé sur une autre adaptation de film d’animation nommée Tintin qui parvenait à être amusante, didactique, très soignée et tout à fait adaptée aux jeunes joueurs de ma famille qui avaient à l’époque 6 et 3 ans. Comble du bonheur, en regardant un peu plus attentivement la jaquette je découvris qu’il serait possible d’y jouer jusqu’à 4 en coopération ! Joie !

Tout commence dans un village des Schtroumpfs bien vide...
Tout commence dans un village des Schtroumpfs bien vide...

La sieste du début d’après-midi étant une institution chez nous, je me décide à tester le jeu seul pour commencer et d’attendre leur réveil ou leur fin de repos afin de pouvoir leur proposer cette aventure avec moi. Le jeu se lance et le début fait poindre un sourire sur le coin de mes lèvres. C’est plutôt joli et l’ambiance sonore s’avère très satisfaisante. Je me retrouve alors à choisir un schtroumpf pour commencer l’aventure. Une aventure qui part sur les chapeaux de roues vu que la schtroumpfette s’est fait enlever par l’horrible Gargamel et qu’il faudra la libérer, et ce le jour même de son anniversaire ! Horreur ! Dans la confusion générée par ce rapt, le Grand Schtroumpf se fait bousculer et lâche par inadvertance les cristaux de téléportation qu’il tenait à la main -on ne sait pas ce qu’il comptait en faire vu qu’il préparait le gâteau d’anniversaire- et ces cristaux tombent dans la bouche des schtroumpfs qui les avalent ! Mais bon rien de grave car le Grand Schtroumpf précise que cela leur servira à trouver la Schtroumpfette... ouf. On passe sur le scénario capilotracté qui est très secondaire dans ce style de jeu. Les schtroumpfs qui ont avalé les cristaux pourront être choisi pour partir à l’aventure.

Comment ça le jeu n
Comment ça le jeu n'est pas très lisible ?

On en compte quatre au début du jeu, cinq autres schtroumpfs seront déblocables au fur et à mesure de son avancée dans le jeu. Chaque schtroumpf a une capacité spéciale, le Grand Schtroumpf lance une fiole de potion qui paralyse les animaux contrôlés par Gargamel, le Schtroumpf Maladroit peut tomber et libérer les animaux s’il les touche, le Schtroumpf Grognon peut briser les cailloux au sol, le Schtroumpf Coquet paralyse lui aussi les animaux. Les pouvoirs sont assez redondants et les niveaux ne permettent en rien une utilisation complémentaire de ces capacités. Maintenant parlons du jeu...

Un schtroumpf de massacre...

Mais où est donc charlieschtroumpf ?
Mais où est donc charlieschtroumpf ?

La première chose qui choque lorsque l’on commence le premier niveau est son rendu visuel. C’est bien simple on joue avec un schtroumpf qui ressemble à un timbre poste. Les visuels présents à l’arrière de la boite présentent un écran de jeu grossi dix fois !!! Sur une grosse télévision ça passe, mais sur une petite le jeu devient un véritable calvaire microscopique ! Pour un jeu de plate-forme où les sauts ont une certaine importance cela devient vite injouable et illisible pour les plus jeunes joueurs. A ce niveau là, on pourrait parler de publicité mensongère vu que les visuels ne présentent pas le rendu final du jeu. Je vous avais parlé de honte au début du test et cela se poursuit par la suite.

Il faudra éviter les pièges, les créatures et ses partenaires !
Il faudra éviter les pièges, les créatures et ses partenaires !

Visuellement le jeu semble avoir été pensé pour séduire les papas adeptes de jeu de plates-formes des années 90. Un unique décor en fond d’écran, des animaux interchangeables suivant le niveau (on change juste les couleurs et leur déplacement), des pièges sortis d’on ne sait où (les rochers tombent du ciel), les plates-formes sont toutes identiques avec un même aplat hideux. J’ai eu l’impression de revenir 20 ans en arrière sur mon Atari ST et jouer à ces mauvais jeux de plate-forme qui fleurissaient à l’époque. Même si le schtroumpf se manie bien, même si les sauts s’avèrent précis, enchaîner 5 niveaux identiques d’un même monde est un véritable calvaire. Le deuxième monde enfonce le clou, vu qu’il s’agit d’un autre monde de forêt ou seuls les tons des couleurs changent !!! Honteux ! Alors on saute de plate forme en plate forme, on récupère des baies qui font office d’anneaux à la Sonic -se faire toucher par les animaux ou tomber nous fait perdre toutes nos baies mais on ne meurt pas-, on saute sur les animaux pour s’en débarrasser, on essaye de récupérer quelques pièces en or cachées pour débloquer des schtroumps qui ne serviront à rien à part faire joli dans le village tout pauvre des schtroumpfs, etc... Tout cela dans 6 mondes de cinq niveaux chacun se terminant par un boss, autant vous dire que même si le jeu est court il semblera particulièrement long à finir. D’autant plus qu’il vous faudra finir certains niveaux plusieurs fois pour débloquer tous les schtroumpfs non jouables du jeu.

Six mondes pour quatre forêts, les schtroumpfs ne seront pas dépaysés !
Six mondes pour quatre forêts, les schtroumpfs ne seront pas dépaysés !

Alors peut être que je suis trop dur avec ce jeu, que je n’arrive pas à voir le plaisir qu’il peut procurer au public qu’il cible, c’est à dire mes enfants. Au réveil de la sieste je leur propose donc de se joindre à moi pour une petite partie en famille, en prenant soin de ne pas leur dire tout le mal que je pense du jeu. Tout sourires, ils prennent place sur le canapé et se saisissent de leur manette et nous commençons à jouer en famille. Et c’est à ce moment là que je m’aperçois que l’équipe de développement des Schtroumpfs 2 doit fumer de la salsepareille en papier roulé. En coopératif, chaque Schtroumpf fait rebondir l’autre dès qu’ils se touchent. Oui vous avez bien lu. Dans un jeu de plate forme miniature, où l’on doit sauter avec un minimum de précision pour ne pas tomber, se prendre un piège ou se faire toucher par un animal, à chaque fois que deux schtroumpfs se touchent ils s’envoient balader aux quatre coins de l’écran. Soyons clair, à deux c’est frustrant et injouable dans certains niveaux où la précision est de mise comme le premier niveau du monde 3 où l’écran monte tout seul et chaque chute entraîne la mort, à trois ou quatre c’est tout simplement injouable dès le premier niveau. A cela se rajoute le manque total de lisibilité avec une palme d’or décernée au troisième monde pour son décor surchargé et ses animaux microscopiques, ce qui n’aide pas vu que les schtroumpfs sont difficilement identifiables entre eux et que même en rajoutant une petite pastille colorée suivant le joueur au dessus de leur tête la confusion règne en maître. Mon plus grand enfant de 7 ans a tenu 3 niveaux, mon plus jeune de 4 ans a abandonné de frustration dès le premier.

Bilan

On a aimé :
  • L’ambiance sonore
  • Le jeu est court
On n’a pas aimé :
  • Injouable en coop
  • Une action microscopique
  • Une conception en retard de 20 années
  • Inadapté pour les enfants, ridicule pour les plus grands
Encore un mauvais coup de Gargamel !!

Gargamel n’a pas fait qu’enlever la Schtroumpfette ! Il a aussi demandé aux développeurs de WayForward de sortir le plus mauvais et le moins inspiré jeu de Schtroumpfs possible. Fier de cette mission, ces p’tits gars ont rudement bien bossé pour nous donner ce qui se fait de pire en action monotone, en coopératif complètement loupé, en action microscopique et illisible et en level design insipide ! Les Schtroumpfs 2 arrivent en très bonne place au panthéon des mauvais jeu, on peut même dire qu’il s’agit là d’un travail d’orfèvre en médiocrité. Gargamel doit être ravi du résultat, vu que cela plombe totalement le capital sympathie que l’on peut avoir pour ces petits êtres bleus mangeurs de salsepareille ! Cela constitue de plus une bien mauvaise pub au film d’animation prévu sur nos écrans pour le 31 Juillet. On peut rester toutefois bien dubitatif quant à la présence d’Ubisoft dans cette galère. Comment Gargamel a-t-il pu faire pour qu’un gros éditeur comme Ubi réputé pour la qualité de ses productions puisse donner crédit à ce jeu de commande totalement loupé ? On espère toujours ne plus voir un tel jeu arriver sur les étals mais on sait malheureusement que cela ne sera pas le cas... nous, on ne vit pas dans le village des schtroumpfs.

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Les Schtroumpfs 2

Les Schtroumpfs 2
PEGI 7

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Ubisoft

Développeur : Wayforward Technologies

Date de sortie : Juillet 2013

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, Wii U

11 reactions

Snoopy92

28 jui 2013 @ 12:10

Et dire que c’est Ubisoft qui fait ce jeu, a mon avis il savais dés le depart qu’il n’y aurais pas grand monde sur ce jeu.

Jarel

Rédaction

28 jui 2013 @ 12:12

J’en profite pour faire une petite pub pour le Tintin d’Ubisoft qui était lui vraiment bien pour les gosses et leurs parents.

Steige

28 jui 2013 @ 13:30

@Snoopy92 : Ubisoft est l’editeur, encore heureux ^^ Le développeur est Wayforward Technologies ! (petite faute dans la fiche !)

Vinc3iZ

28 jui 2013 @ 13:41

J’ai quand même rit parfois en lisant ce test. Le comique de répétition ou l’air satirique bien placé ;)

Bron

28 jui 2013 @ 14:18

Bon, c’est pas facile sans les notes... J’achète ou pas ?!

Sanju

Rédaction

28 jui 2013 @ 16:02

TU LIS !

zoubair

28 jui 2013 @ 16:34

Bron, tu abuses :-))

Il suffit de lire le 1er mot du test quoi ...

Muse2003

28 jui 2013 @ 17:01

J’adore le « le jeu est court » dans la partie « On a aimé » xD

avatar

alaindc

28 jui 2013 @ 19:35

Certains jeux méritent un coup de coeur. Celui-ci aurait mérité un nouvel icône, pour jeu médiocre, genre une poubelle...

davidkenobi

Rédaction

28 jui 2013 @ 20:10

@steige : en effet c’est corrigé :)

@alaindc : je crois que c’est en débat à la rédac ^^

12