Test - Lost Words : Beyond the Page - Une aventure touchante

«C’est votre dernier mot ?» , - 0 réaction(s)

Déjà sorti sur Stadia l’année dernière, Lost Words : Beyond the Page arrive à présent sur nos consoles. Développé par le petit studio Sketchbook Games, composé d’une dizaine de membres, ce premier bébé a déjà remporté de nombreuses distinctions entre 2017 et 2019. Nous l’avions découvert lors de l’E3 2019, et nous avions pu poser nos mains sur le jeu, qui nous avait laissé une très bonne impression. Le sentiment est-il toujours le même aujourd’hui ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans ce test.

Cher Journal...

Lost Words : Beyond the Page nous fait suivre l’histoire d’Izzy, une petite fille qui couche sur papier ses pensées et ses émotions dans son journal intime. Sans rentrer dans les détails pour ne pas tout vous dévoiler, l’histoire est vraiment touchante. Explorant la joie, elle nous montre également l’appréhension et l’expérience du deuil chez un enfant. Choc, déni, colère, tous les stades bien connus de cette terrible épreuve sont parfaitement retranscrits.

Difficile de rester de marbre devant ce scénario si simple, mais pourtant si réel. La narration, portée par une vétérante de l’industrie : Rhianna Pratchett, est excellente. Pour information, elle a notamment travaillé sur Mirror’s Edge (2008) ou encore Tomb Raider (2013) et Rise of the Tomb Raider (2015).

En plus des confidences de la fillette dans son journal, le jeu nous propose en parallèle de suivre l’histoire que s’invente Izzy. Ce second pan du scénario se déroule dans le monde imaginaire d’Estoria et nous permet d’assister aux aventures d’une héroïne qui se voit confier la lourde tâche de devenir la gardienne de son village et des lucioles qu’il héberge. Cependant, après l’attaque d’un dragon, le hameau est dévasté et les lucioles éparpillées dans la nature. Notre héroïne se lance ensuite dans la quête de retrouver le vil cracheur de feu et de l’arrêter, tout en retrouvant les lucioles en chemin.

On pourrait penser que suivre deux histoires différentes soit compliqué, mais il n’en est rien. En fait, en progressant dans le jeu, on se rend compte que les aventures de l’héroïne d’Estoria sont en fait une sorte de reflet de ce que vit Izzy dans le monde réel. On ressent vraiment l’impact du deuil qu’affronte la petite fille via son récit, jusqu’à éprouver une certaine forme d’empathie pour les deux personnages.

Enfin, Lost Words nous propose également quelques choix à faire lors de nos péripéties dans le monde imaginaire. Bien que ces derniers n’aient pas de véritables conséquences sur le déroulement du scénario, ils influent tout de même sur le nom et l’apparence du héros, quelques décors et quelques dialogues. Cela ne donne pas véritablement de rejouabilité au titre, mais permet au moins de personnaliser son histoire.

Les mots, points d’orgue du gameplay

Lost Words : Beyond the Page est avant tout un jeu de plateforme et d’aventure en 2D. En revanche, il propose un gameplay assez original puisque basé sur les mots. Allant de paire avec les deux pans du scénario, on peut diviser la façon de jouer en deux parties.

La première correspond aux moments de rédaction dans le journal intime. Lors de ces chapitres, on dirige Izzy qui parcourt les pages du journal en sautant de mot en mot. Certains ne forment que des plateformes, tandis que d’autres mis en valeur par de la couleur permettent de faire apparaître des dessins ou éléments liés à l’histoire narrée en même temps par la fillette. Parfois, il faut déplacer certains mots pour interagir avec un dessin (le mot ouvrir sur une armoire par exemple) ou les mettre dans l’ordre pour former une phrase.

La seconde partie, se déroulant à Estoria est plus classique de ce qu’on a l’habitude de voir dans les jeux de plateforme. On évolue dans différents environnements, sautant par-dessus les différents obstacles se dressant sur notre chemin. En revanche, ici aussi, les mots ont de l’importance. Au fil de notre aventure, notre héroïne obtient un carnet dans lequel sont conservés certains mots. Ces derniers nous sont ensuite utiles pour progresser et faire fi de certaines embûches. Par exemple, nous pouvons utiliser le mot “Casser” pour détruire des blocs de pierre ou des troncs d’arbre bloquant notre chemin. Par contre, n’attendez pas de challenge à ce niveau, les casse-tête ne sont jamais très compliqués.

Les deux phases de jeu s’enchaînent plutôt bien, cependant le gameplay ne se renouvelle pas assez et pourrait lasser à la longue. Heureusement, le titre sait rester suffisamment court pour nous maintenir captivé par la narration sans trop prêter d’attention à ce côté redondant. Comptez entre 5 et 6 heures pour voir le générique de fin.

Les émotions passent aussi par la musique

Une histoire touchante ne serait rien sans une bande-son maîtrisée pour l’accompagner. L’équipe de Sketchbook Games semble l’avoir bien compris puisque les musiques utilisées remplissent parfaitement leur rôle. Si le scénario sait déjà comment nous prendre par les sentiments, les mélodies, principalement jouées au piano, amplifient le tout.

Pour aller de paire, les doublages sont excellents. Ils sont convaincants et restituent avec justesse les émotions que ressent Izzy / l’héroïne durant l’aventure. Précisons tout de même que bien que les voix soient en anglais, l’ensemble des textes sont très bien traduits en français. L’inverse aurait été problématique dans un jeu où les mots sont la pièce maîtresse.

Pour en rajouter une couche, Lost Words nous propose aussi des visuels léchés qui viennent également décupler l’émotion que l’on ressent. Au niveau du journal intime, ce sont de nombreuses aquarelles apportant couleur ou ténèbres selon le sentiment que doit nous procurer l’instant. Tandis que pour les parties se déroulant à Estoria, le titre nous offre des environnements variés (forêt, désert, volcan ou encore profondeurs marines) et très jolis.

N’ayons pas honte de le dire, le savoureux mélange du scénario, de sa bande-son et de ses visuels risque de vous mettre la larme à l’œil.

Test réalisé sur Xbox Series X

Bilan

On a aimé :
  • Une histoire touchante
  • Une bande-son excellente
  • Des visuels magnifiques
  • Un gameplay original...
On n’a pas aimé :
  • ... mais qui peine à se renouveler
Un récit touchant, page après page

Lost Words : Beyond the Page nous avait laissé une bonne impression lors de l’E3 2019, celle-ci se confirme maintenant que nous avons pu voir l’entièreté du titre. Le jeu nous offre un scénario touchant, sublimé par des musiques et des visuels magnifiques qui nous transmettent un joli panel d’émotions et pourquoi pas quelques larmes. Son gameplay original basé sur l’utilisation de mots pour progresser est également un bon atout, bien qu’il peine à se renouveler au cours de l’aventure. Cependant, malgré ce petit défaut, Lost Words : Beyond the Page est un jeu que nous vous conseillons les yeux fermés. En tout cas, nous suivrons attentivement les prochaines sorties du studio en espérant d’autres perles de ce genre.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Lost Words : Beyond the Page

PEGI 0

Genre : Aventure/Réflexion

Éditeur : Modus Games

Développeur : Sketchbook Games, Fourth State

Date de sortie : 06/04/2021

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam, Switch