Test - XCOM Enemy Unknown

«Space Stratégie Invaders » , - 4 réaction(s)

Le premier jeu de la série UFO/X-Com date de 1994 et à l’époque j’avais 22 ans et j’étais beau ! Euh non… Enfin si, mais je veux dire à l’époque il fit grand bruit en créant ce genre si particulier, mêlant gestion et stratégie au tour par tour, mais surtout une nouvelle façon de basher de l’alien n’impliquant pas un scrolling horizontal ou vertical ! Les plus vieux d’entre ceux qui ont tâté de la bête à l’époque sur Amiga et PC (surtout sur Amiga, faut pas déconner !) ont eu un sentiment de trahison à l’annonce d’un FPS X-Com. Puis, à ce sentiment succéda un sentiment d’excitation mêlée d’appréhension à l’annonce de ce remake/reboot, même si le fait que Firaxis s’en occupe augurait plus du bon que du mauvais. Puis enfin, à cette sensation se succéda un sentiment de bouteille de whisky qui m’allait être offerte quand Jarel me demanda à titre exceptionnel de reprendre du service pour Xboxygen et de faire ce test car il était surchargé de travail (alors qu’il ne faisait que jouer a Borderlands 2). Mais pour en revenir au sujet, il est évident qu’X-Com Enemy Unknown, est plus un reboot qu’un remake. Ceci étant dit, la question est de savoir si Firaxis a réussi le pari de rebooter cette série culte tout en gardant l’âme de l’original.

Le Jour ou la terre m’arrêta

La terre est envahie !!!!

Les aliens débarquent, et ils ne sont pas contents. Ma théorie personnelle est que les ondes radios se propageant dans l’espace, ils viennent de recevoir un des films d’Uwe Boll et que cela les a rendus très, très en colère. Du coup les Nations Unies ont décidé de créer un organisme spécifique chargé de contenir et d’endiguer la menace : l’Extraterrial Combat (X-Com de son petit nom).

Le jeu se déroule en deux phases, la gestion de la base et les missions de terrain. Représentée de côté à l’image d’une fourmilière, la partie gestion se passe dans votre base où il vous faudra gérer ressources et panique au niveau mondial. Quant à la partie mission de terrains, elle se fera en vue 3D isométrique sur des cartes générées aléatoirement. Firaxis a habilement utilisé l’Unreal Engine tout en bloquant la vue afin qu’elle soit fidèle à la vue du jeu original.

Heureusement on a de quoi les recevoir !

En ce qui concerne les modes de jeu, il est bien sûr possible de choisir la difficulté mais le mode Homme de fer devient indispensable quand on y a goûté, tellement il ajoute de l’intensité à la partie tactique. Il est indépendant de la difficulté et fait que le jeu n’utilise qu’une seule sauvegarde. Chaque erreur tactique et/ou mort de soldat est de ce fait définitive et rajoute une pression plus que palpable aux actions de terrain de votre escouade. Le mode normal/Homme de fer semble donc un bon compromis pour débuter pour peu que le joueur ne soit pas un complet débutant. Passé le tutorial, il vous sera demandé de choisir parmi divers emplacements pour votre base, ceux-ci ayant leurs propres avantages, et certains n’étant débloqués qu’à partir de la deuxième partie.

La soupe aux choux

Votre base se présente dans un superbe plan coupé...

En ce qui concerne la gestion de votre base, différentes sections vous seront accessibles : Science, Ingénierie, Caserne, Hangar, Salle de Surveillance et bien sûr, la Salle de contrôle. Je ne vais pas tout détailler dans les moindres euh… détails mais il vous incombera d’effectuer des recherches qui permettront d’améliorer la base, les armes et les armures et de construire de nouveaux bâtiments, gérer ses soldats et leur équipement, explorer de nouveaux mondes étranges, de nouvelles civilisations… Ha non, pas ça. En pratique, vous allez dire bonjour à votre scientifique préféré qui vous crie dessus parce que vos hommes ont disséminé au lance roquette des bouts d’aliens façon puzzle. Elle vous demande par exemple de capturer un extraterrestre vivant pour l’interroger et bien-sûr vous propose d’effectuer des recherches qui vous prendront un certain temps. La finalisation de ces recherches varie selon ce que vous récupérerez sur le terrain, vos recherches précédentes, le nombre de scientifiques et de laboratoires (à construire en ingénierie).

Aucun arbre de recherches scientifiques n’est disponible dans le jeu. Cela semble plutôt logique vu que l’on est en territoire inconnu en étudiant ces technologies extraterrestres, mais vu que le jeu a gardé cet aspect « course contre la montre » ; cela devient handicapant car certaines recherches sont condition sine qua non pour éviter le game over. Ceci dit, cela respecte l’esprit original du jeu. Une fois les recherches effectuées, vient l’ingénierie. Vous pourrez produire armes et armures pour vos hommes (et intercepteurs), et de nouveaux bâtiments pour votre complexe. La caserne, quant à elle, vous laissera la possibilité de recruter de nouveaux hommes, de modifier leur apparence, de les renommer, de gérer leur équipement et compétences et faire évoluer vos capacités de commandement (nombre d’hommes sur le terrain, temps de récupération des blessés…).

Rien de tel qu’un petit entrianement...

Le hangar, quant à lui, vous permet de construire et déployer vos intercepteurs, et la salle de surveillance, elle, de vérifier le niveau de panique, de lancer vos satellites et de revendre certaines ressources au marché noir, euh non au marché gris. Bien sûr, tout cela n’est pas gratuit et coûte de l’argent (mais pas seulement), et cet argent vous est fourni par les différents pays membres du projet X-Com. Le point le plus sensible du jeu se trouve donc dans la salle de surveillance. Le niveau de panique des différents membres d’X-Com sont détaillés dans cette section. Si ce niveau de panique arrive à son maximum a la fin du mois, le pays quitte le conseil et vous retire son financement. Si 8 pays quittent le conseil, c’est le game over assuré ! Mais de toute façon, la perte de trop de pays vous paralysera, financièrement parlant, bien avant. Ensuite, vient la salle de contrôle où le joueur se doit de scanner le globe terrestre, le temps passe alors en accéléré et des événements aléatoires surviendront ainsi que certaines missions particulières que le Conseil vous donnera. Par exemple, dans le cas de détection d’un OVNI, vous devrez envoyer votre intercepteur pour tenter de l’abattre, puis envoyer votre équipe sur place. Les pays peuvent aussi vous demander de l’aide, et il vous faudra choisir avec soin quel pays vous aiderez selon son niveau de panique et la difficulté de la mission. Quoi qu’il en soit, cela vous conduira sur le terrain.

Bilan

On a aimé :
  • La maniabilité adaptée
  • Un UFO/X-Com !
  • Le mode Homme de Fer
  • Des cartes aléatoires...
On n’a pas aimé :
  • … mais toutes sur le modèle « action rapide »
  • Les doublages
  • La notice anecdotique
  • Multi limité
  • Pas d’ancienne version en bonus
The Thing

Quand on apprécie le genre, on est certes plus indulgent au vu de la rareté de ce type de jeux, mais objectivement, le pari de la remise au goût du jour de la licence est réussi. Certes, le jeu à été simplifié mais sans que cela devienne simpliste : les divers aspects de ce qui fait un X-Com sont là et bien là avec une interface quasi-parfaite pour un contrôle au pad sur nos consoles préférées. Seuls les intégristes du jeu de 1994 seront réellement déçus par une certaine simplification du jeu originel. Pour le reste, le seul choix que l’on peut trouver dommageable est celui de mettre uniquement des cartes tactiques réduites dans le but de fournir une action plus instantanée et non d’alterner parfois avec des cartes plus grandes. Ceci enlève ce qui faisait une des forces du premier X-Com, à savoir les longs silences angoissants où la pression montait toute seule. Il s’agit de la seule vraie grosse déception. Les aspects sonores ou encore la modélisation des personnages sont certes perfectibles, mais au final on est devant un bon jeu tactique et un vrai retour en force de la licence. Vivement une suite !

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

XCOM : Enemy Unknown

PEGI 18 Violence

Genre : STR

Éditeur : 2K Games

Développeur : Firaxis Games

Date de sortie : 12/10/2012

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

4 reactions

work44

26 oct 2012 @ 18:50

Sympa le test. J’ai craqué pour ce jeu il y a une semaine après avoir fait la démo, en me disant que ca allait m’occuper quelques jours en attendant Halo 4. Et je dois avouer que je kiffe. Totalement novice sur cette série, j’ai lancé en Ironman/Normal. Tout va bien durant les 1ères heures de jeu. Je monte 2-3 colonels dans mon escouade. Puis je tombe sur un vaisseau rempli de sectopodes, berserker et autres élites. R.I.P toute ma team. Pas de recharge possible. Depuis, pas moins de 4 escouades complètes ont rejoint le cimetière. J’ai dû me résigner à jouer en facile pour éviter le game over. Ca m’apprendra à jouer trop agressif.

Rone

26 oct 2012 @ 19:19

Amateur du tour par tour, j’ai bien aimé la démo, et j’attendais le test avant de me décider à l’ajouter (ou pas) sur ma short liste. Et bien voilà, maintenant il est dessus.

Jarel

Rédaction

27 oct 2012 @ 09:29

Il ne faut surtout pas jouer agressif ! La moindre erreur est fatale et les pertes sont irrémédiables. Merci à Al pour m’avoir aidé au passage ! ^^

avatar

fletch

27 oct 2012 @ 10:01

De rien vieux :)L’agressivité est d’autant plus a proscrire que dés qu’on se sent un peu à l’aise les aliens sortent un nouvel ennemi bien plus dur. Il faut savoir mettre les recherches prioritaires de coté pour améliorer armement et armure. Allez j’y retourne !