Test - Terraria

«Quelle mine tu fais !» , - 0 réaction(s)

Pinaaaaaage !

Les couleurs et le design rappellent un certain plombier sur NES.

Vous pouvez cependant aborder le monde à plusieurs avec vos amis. Cela vous permet d’amasser des ressources plus facilement, d’aborder les ennemis plus aisément, mais aussi d’explorer aussi bien horizontalement que verticalement, les mondes gigantesques (en taille maximale) qui se présenteront à vous. Pour les têtes brûlées, vous pourrez aussi vous battre entre joueurs et récupérer les ressources des autres, si le propriétaire de la carte active l’option PvP.
Malheureusement, pour bénéficier de cette option multijoueurs, il faudra que ce soit uniquement avec des gens dans votre liste d’amis, diminuant d’autant les possibilités de trouver des personnes avec qui partager ces aventures. Pour ceux qui ont encore des amis physiques, le jeu offre une possibilité de jouer sur un même écran. On aurait préféré avoir le choix de rencontrer de nouvelles personnes sur le jeu, plutôt qu’on nous impose ce genre d’option pour contrer l’éventualité où un joueur inconnu mette le bazar dans votre monde.
Visuellement, c’est très old school. Le jeu se base sur le concept de quadrillage. Chaque case pouvant être minée ou remplie par un bloc, afin de mettre en œuvre les constructions les plus folles.
Le jeu étant initialement un titre PC, il a fallu passer par la case adaptation pour la manette.

Naviguer dans les menus n’est pas aussi aisé que dans Minecraft.

Dans l’ensemble, le système réussit assez bien à retranscrire la souplesse et la réactivité de la souris, tout en offrant la possibilité d’avoir sa précision en appuyant sur le joystick droit.
Malheureusement, la souris se fait regretter durant les passages entre minage et combat (les monstres ne vous laisseront pas tranquille pendant que vous creusez) reste assez délicat, puisque le mode précision n’est pas hyper réactif à la rapidité d’exécution.
De même, le changement d’outil ou d’armement nécessite un très léger temps pour être possible, mais c’est largement suffisant pour prendre cher face à un monstre coriace avec votre pioche en fer, alors que votre boomerang n’est que d’une case d’inventaire rapide à côté.
La navigation dans les menus et les échanges sont assez calamiteux, la faute à un manque de souplesse et de possibilités. Là où Minecraft avait à peu près bien réussi sa transition vers la manette, Terraria se heurte à quelques sévères difficultés de navigation.

Te mine pas pour ça !

En PVP ou tous ensemble, il y a de quoi faire pour chacun dans ce vaste monde.

Le jeu souffre de quelques ralentissements. Quelques fois très légers (généralement juste avant une sauvegarde automatique), d’autres fois plus gênants, avec ou sans aucune réelle raison (l’obtention de succès fera ramer le jeu méchamment pendant un petit moment). Et puis bon, admettons que quelque chose puisse faire ramer un titre : on est quand même loin d’un jeu visuellement et techniquement parfait pour qu’on puisse fermer les yeux sur ce point, puisque c’est de la 2D pixelisée vraiment à l’ancienne, rien à voir avec des titres 2D comme peuvent l’être Shank. Cela reste toutefois plaisant et agréable à regarder, avec des couleurs chatoyantes et un chara design qui fait penser à du dessin animé, mais la direction artistique pixelisée risque de rebuter les plus superficiels d’entre vous.
Construire n’est pas tout. Le jeu, ou plutôt les monstres tenteront de tuer les personnages, PNJs inclus. Il vous faudra alors soit les défendre, soit leur fournir des logements assez solides et protégés (via la topographie, ou des pièges par exemple) pour leur permettre de survivre, pendant que vous taquinez du slime, jusqu’au lever du jour.

Chaque morceau d’écran représente un joueur en local (jusqu’à 4)

Car un PNJ mort, c’est un PNJ dont il vous faudra vous passer pendant quelque temps avant l’arrivée de son successeur. Et comme chaque PNJ aime bien son petit confort personnel, il faudra absolument un logement par PNJ si vous voulez qu’il ait un abri, une fois le soleil couché, et accessoirement qu’il puisse vous offrir quelques objets différents à la vente selon le moment de la journée.
Plus vous remplirez certaines conditions, plus vous aurez de PNJs qui arriveront dans votre village pour vous fournir marchandises et services. Cela va de l’infirmière au démolisseur (bombes, dynamite, grenades), en passant par le marchand classique ou l’artisant qui vous aidera à crafter des objets et récolter de nouvelles recettes de craft avec vos plus récentes trouvailles.
Pour ceux qui finiront les boss, vous pourrez recommencer dans une difficulté supérieure, où de nouveaux boss bien différents de votre précédente partie vous attendront de pied ferme. Mais ça, c’est si vous avez envie de vous prendre la tête avec des boss, alors que l’exploration et la chasse aux trésors vous appellent...

Bilan

On a aimé :
  • Le design Old School
  • L’ambiance
  • Les options de construction très nombreuses
  • La faune plus variée, et moins atypique que celle de Minecraft
On n’a pas aimé :
  • Les ralentissements
  • Les cafouillages de navigation à la manette
  • Ne pouvoir accéder qu’à des mondes d’amis
Insérer ici humour gras qu’on trouve sur un chantier de construction

Venu tout droit du monde du PC, Terraria se pose enfin sur consoles. Malgré une adaptation vers la manette un peu maladroite, ce titre se posera comme étant une sérieuse alternative à ceux qui trouvent que Minecraft manque de réel but. Cependant, ces deux titres en deviennent complémentaires, surtout grâce à leurs approches différentes. Terraria, optant pour un gameplay 2D, sera sensiblement plus accessible dans ses déplacements et ses combats. Même si concrètement, il apportera un challenge beaucoup plus épais que son concurrent, permettant d’accueillir des joueurs plus bourrins dans le merveilleux monde des jeux de construction.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Terraria

PEGI 12 Violence

Genre : XBL Arcade

Éditeur : 505 Games

Développeur : Engine Software

Date de sortie : 27/03/2013
Date de sortie XO : 14/11/2014

Prix : 1200 MsP

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Xbox Live Arcade, Playstation Network