Test - Sniper Ghost Warrior 2

«T’as pas cent balles ?» , - 3 réaction(s)

Simo Häyhä, tout comme Franck Dubosc, vous le dira : le camping c’est génial pour tirer tout ce qui bouge.
C’est dans cet état d’esprit que cette discipline pratiquée par les couards et autres trouillards de toutes sortes dans les jeux vidéos, que Square Enix revient avec son titre de sniper. Et dans un univers où la concurrence se fait rare, car représentée uniquement par une autre série, Sniper Elite, il y a de quoi proposer des choses encore jamais vues et intéressantes en termes de gameplay.
Mais voilà, avec un premier opus relativement raté sur bien des points, Sniper Ghost Warrior 2 palliera-t-il les défauts de son prédécesseur qui n’était pas très folichon ?
Souriez, vous êtes en plein dans le viseur de ce test.

Dans la ligne de mire

Les décors aussi bien urbains que ruraux sont plutôt bons et détaillés
Les décors aussi bien urbains que ruraux sont plutôt bons et détaillés

Vous voilà dans la peau de Cole Anderson, soldat américain, et élite parmi l’élite des snipers. Votre mission est de stopper le vol et le trafic d’un virus extrêmement dangereux, puis de récupérer ledit virus afin d’empêcher un futur génocide. Cette mission vous enverra dans le présent, mais également dans votre passé à Sarajevo quelques années auparavant, durant la triste période sanglante qu’à connue la région.
En tout, ce seront 6 heures environ de jeu découpées en 3 actes (une région par acte), que vous proposera le titre. C’est peu, mais on se consolera comme on peut en se disant qu’il est possible refaire les missions pour améliorer ses performances, ou encore récupérer tous les secrets du jeu.
Et encore, c’est si vous n’êtes pas difficile car le jeu vous prendra par la main du début jusqu’à la fin, et vous laissera rarement être juge de la situation, ce qui fait qu’il n’y aura au final pas grand-chose à améliorer.
Vous êtes libre de vos déplacements, mais étant donné que le titre ne vous laisse qu’un chemin possible, ça ne vous laisse pas non plus une grande liberté pour aborder les situations selon votre humeur, ou ne serait-ce que pour varier un petit peu. Surtout que Cole est assez fragile, puisqu’une balle pourra le tuer ou le blesser plus ou moins gravement en fonction de l’endroit où il est touché par ses ennemis (armés d’automatiques, de semi-automatiques ou également de fusils de snipers). Par contre, chaque tir tuera instantanément vos ennemis, même si c’est leur gros orteil qui est touché.

Il faudra shooter un sniper niché dans cette tour.
Il faudra shooter un sniper niché dans cette tour.

De quoi déstabiliser le plus ouvert des scientifiques médicaux.
Il faudra donc faire preuve au maximum de discrétion, d’observation et de discernement afin d’arriver à vos objectifs.
Malheureusement, si le premier point est assez facilement réalisable, le discernement et l’observation sont une autre paire de manche.
La faute notamment à une interface et un marquage d’ennemis assez discrets. Surtout que curieusement, ce sera la galère pour repérer et marquer des ennemis avec votre lunette ou vos jumelles, alors que les opposants, avec des armes qui ne sont pas faites pour de la longue distance, feront mouche très facilement. Souvent même, dans l’incompréhension la plus totale, là où le joueur aura du mal à ne serait-ce qu’à les repérer, puisque aucun indicateur de dégât n’indiquera la direction d’où venait la balle qu’on vient de se prendre. Et les décors, plutôt chargés, rendront la recherche d’hostiles extrêmement difficile, bousillant un peu le concept de discrétion et de sniping, car le moindre coup à côté, et vous serez assuré de recueillir les « salutations » de tout ennemi environnant.

Bilan

On a aimé :
  • Prise en main rapide
  • C’est fidèle à la discipline qu’est le sniping
On n’a pas aimé :
  • Très linéaire
  • Des bugs plus ou moins embêtants
  • Y’a pas grand monde qui traîne sur le online
  • Le jeu est très léger en contenu
  • On a du mal à repérer l’action avec le manque de visibilité à la lunette. Une interface plus adaptée par des marqueurs aurait été tellement plus efficace
Balle de match

Ce n’est pas aujourd’hui que nos amis campeurs vont trouver fusil à leur doigt. D’une part à cause d’un jeu trop maigre en contenu, mais aussi à cause d’une visibilité et lisibilité de l’écran assez horrible. Bien des défauts auraient pu être réglés aisément en changeant de couleur les indicateurs, ou en laissant une plus grande marge de manoeuvre dans l’approche du jeu. Ce qui aurait rendu le jeu réellement agréable à jouer.
Mais là, il faudra donc se contenter d’un titre qui se retrouve les fesses entre les chaises arcade et simulation. Sachant qu’à côté, il n’y a pas vraiment de concurrence, ce titre pourra paraître comme un bon choix par défaut pour entrer dans l’univers des snipers, mais ça ne donne pas vraiment envie de se contenter uniquement de cela. Alors, à pas cher, combiné avec Sniper Elite V2 (à pas cher lui aussi), vous pourrez peut être assouvir votre passion pour le plantage de sardines et les soirées autour d’un feu de camp qui fait doucement crépiter des knackis à partager entre potes...

Accueil > Tests > Tests Xbox 360

Sniper : Ghost Warrior 2

Sniper : Ghost Warrior 2
PEGI 18 Violence

Genre : FPS

Éditeur : Square Enix

Développeur : City Interactive

Date de sortie : 15/03/2013

Prévu sur :

Xbox 360, Playstation 3, PC Windows

3 reactions

Snoopy92

24 mar 2013 @ 18:46

Moi perso j’ai aimer ce deuxième opus, rien a voir avec le premier

Vinc3iZ

24 mar 2013 @ 20:22

A non moi au contraire je l’ai trouvé super au début, très beau graphismes et tout et après une demi heures de jeux je commencais a trouvé ce jeux lassant et ennuyant du coup le Jeux est parti a la poubelle

Tieumatev

24 mar 2013 @ 22:12

Excellente la vanne d’intro ! :)