Au UK aussi, certaines boutiques boycottent la Xbox One avec le Xbox Game Pass

«Gameware n’est pas un cas isolé» le 30 janvier @ 13:492018-01-30T15:29:33+01:00" - 16 réaction(s)

Après la la chaîne Gameware qui dit arrêter de vendre des Xbox One après la grosse annonce du Xbox Game Pass, ce sont d’autres boutiques qui grognent, et notamment de l’autre côté de la manche, où certains revendeurs s’expliquent.

Pour le consommateur, c’est absolument fantastique. Pour nous, dans le commerce de détail, ça nous tue tout simplement

La position de Stuart Benson, gérant de la boutique Extreme Gamez dans le Leicestershire, est plutôt claire à ce sujet. Pour lui, cette annonce lui fait perdre tout son business Xbox du jour au lendemain.

Pourquoi les gens achèteraient un jeu d’occasion pour 12£ ou 15£ quand ils peuvent juste s’acquitter d’une dizaine de livres sterling et bénéficier d’un catalogue massif de jeux ? En effet, du jour au lendemain, ils ont effacé toute la valeur de notre entreprise et lui ont fait perdre toute utilité. Pourquoi devrions-nous les soutenir et vendre leurs consoles et accessoires si nous n’en tirons presque rien ? On ne gagne rien sur leur sélection numérique. C’est assez inutile pour nous. Nous devrions aller vers ceux qui nous soutiennent, en l’occurrence Sony.

Stuart Benson ne compte plus vendre de produits Xbox dans sa boutique. Il explique ne plus avoir de stock de consoles ou de manettes et qu’il aurait dû en commander mais qu’il ne le fera pas tant qu’il ne sera pas incité à le faire, à moins d’avoir quelque chose de vraiment peu cher à acheter.

C’est très frustrant, mais nous pouvons voir qu’ils ne se soucient pas du commerce de détail. Nous avons reçu une jolie petite plaque l’année dernière disant que nous sommes des revendeurs officiels de Microsoft, ce qui est un joli geste symbolique. Mais pour quelle raison, puisqu’ils ne nous soutiennent pas ?

Ce constat est globalement partagé par les revendeurs interrogés par Gamesindustry dont le sérieux n’est plus à prouver. Stephen Stangroon de la boutique Stan’s Games ajoute : « S’ils font ça, je ne me soucierai plus de stocker du matériel Xbox. Avec de la chance on ne gagne que 3£ ou 4£ sur les jeux Xbox One, comme le nouveau Monster Hunter. Ils vont tuer le marché de l’occasion et je pense que même le public n’appréciera pas au final. J’ai vendu un Monster Hunter ce matin et le mec l’a déjà ramené. »

Paul Lemesurier de la boutique Sholing Video explique qu’il est difficile de ne pas adhérer à la position de l’autrichien Gameware, surtout lorsqu’on ne bénéficie pas du soutien de Exertis, distributeur des produits Xbox au Royaume-Uni.

Le Game Pass va certainement avoir un effet sur les jeux first party Microsoft. Nous avons déjà dit à Exertis que nous ne prendront aucun Sea of Thieves. Pourquoi s’embêter alors que les supermarchés vont le vendre pour moins cher, que les vendeurs en ligne vont le proposer avant la sortie officielle (ce qui est une plaisanterie) et que maintenant Microsoft le donne sur le Game Pass pour dix livres ?

La majorité des exemples cités par Gamesindustry vont dans le même sens et cela montre un vrai malaise de la part des revendeurs, même si Christian Le Cornu de la boutique indépendante Seedee Jons tempère l’impact que ça aura sur son business. Pour lui, ce sont surtout les fans Xbox qui vont prendre le Game Pass et les jeux first party de Microsoft ne sont pas légion. Pour 20 jeux Playstation vendus, il ne vend qu’un ou deux jeux Xbox, ce qui ne va pas impacter grandement son business. Pour lui, le véritable danger se trouve dans la généralisation de ce genre de propositions. Si Ubisoft se lançait dans un tel dispositif, là ce serait dommageable. Il continuera de vendre des produits Xbox.

Paul Lesmesurier conclut avec un certain fatalisme : « Nous sommes dans cette industrie depuis 35 ans et nous en avons vu des changements au cours de toutes les générations. Ça va au-delà du Xbox Game Pass. Toutes les sociétés de jeux sont coupables de ne pas soutenir les indépendants et d’offrir des règles du jeu équitables : donnez-leur quelques années et il n’y aura que des supermarchés qui vendront FIFA et COD. »

Xbox One X

Accueil > News

16 reactions

tomzati

30 jan 2018 @ 13:57

Paul Lesmesurier conclut avec un certain fatalisme : « Nous sommes dans cette industrie depuis 35 ans et nous en avons vu des changements au cours de toutes les générations. Ça va au-delà du Xbox Game Pass. Toutes les sociétés de jeux sont coupables de ne pas soutenir les indépendants et d’offrir des règles du jeu équitables : donnez-leur quelques années et il n’y aura que des supermarchés qui vendront FIFA et COD. »

Bah voilà en fait le chemin tout tracé lié à la globalisation et à la dématérialisation du commerce. Je ne vois pas pourquoi ce serait le cas pour pleins de domaines et pas le JV après tout, même si je n’adhère pas du tout.....

mafaceenligne

30 jan 2018 @ 14:16

2020 ,ils vont parler du Xbox pass live ,fusion xbox live et du game pass pour 10 euros par mois .un accord entre EA et Microsoft pourrais faire du bien au porte monnaie des gamers !

Blondin

30 jan 2018 @ 14:31

Je comprend leurs craintes, et je les partage, mais ça reste une industrie, et ce n’est qu’une question de temps avant qu’un nouveau changement s’opère.

Quand j’étais gamin, si tu voulais une offre large, des prix intéressant et un conseil adapté, tu allais dans les boutiques spécialisées. Aujourd’hui, à part pour le conseil (encore que, ça dépend), tu t’orientes beaucoup plus facilement vers les offres en lignes, les grandes surfaces ou le démat.

Perso, jusqu’à il y a un an encore, je payais, presque volontiers, le coût supplémentaire d’un jeu dans une boutique spécialisée, c’était un peu ma contribution au « commerce de proximité », si on veut. Mais là, force est de constater que les différences de prix deviennent de plus en plus dingue : quand tu vois, par exemple, Destiny 2 ou le dernier Wolfenstein, quelques semaines après leur sorties, en grande surface à 35€ alors que Micromania les vends, en soldes, 59... Bon, je veux bien faire un effort, mais quand le delta entre deux boutiques, pour un jeu, est de 10, 20, voir 30 euros dans certains cas... Je vais encore chez Micromania, mais, beaucoup moins souvent qu’avant.

Le cas de figure s’est présenté pour les disquaires il y a dix ans, beaucoup ont fermé, certains on survécu en profitant de la fermetures des autres ou en s’adaptant, mais clairement les choses ont changé, et c’est aussi en train de s’opérer dans le JV. C’est vraiment malheureux dans un sens, mais la transformation du marché est en cours, et on ne l’arrêtera pas. Pour le meilleur et pour le pire. Clairement, MS y contribue, mais il n’est pas le seul.

Rone

Rédaction

30 jan 2018 @ 14:43

C’est dommage pour eux. Ouais. Les revendeurs ne vont plus soutenir Microsoft. Bha, comme depuis longtemps, non ? Qui met en avant les produits Microsoft ? Ou alors ceux qui sont interviewés sont les exceptions ? Dans toutes les boutiques que je connais, et c’était déjà le cas pour la génération précédente, c’est Sony qui est mis en avant, que ce soit dans la boutique ou dans la communication, et ce quel que soit l’actualité de MS. De temps en temps Nintendo suivant la mode du moment. Cela ne va pas changer grand-chose pour eux… On est dans le sens de l’histoire, ça fait bien longtemps que les jeux PC ne sont plus en boutiques, ou de façon ultra-marginale, logique de convergence, c’est la même chose pour les consoles. On aime ou pas, peu importe, c’est comme ça : demandez aux vidéo-club. Et la mort du marché de l’occasion ? Sérieusement ? Le game pass existe déjà, le PS Now de Sony, même s’il est techniquement médiocre, existe aussi et va dans le même sens, il y a des promos tout le temps. Cf notre dernier podcast sur « jouer pas cher », l’occase, en tout cas via magasins, est moribonde depuis déjà un moment.

avatar

The BatF4n

30 jan 2018 @ 15:18

+1 Rone

Qu’on m’arrête si je me trompe mais combien de joueurs vont encore en boutique spécialisée pour acheter des jeux d’occasion (voir neufs) « récents » ? (j’entends par là, pas du retro gaming/anciennes machines mais des jeux de la génération actuelle). On achète majoritairement ailleurs de nos jours : sites internet, Xbox Live (quand y’a des promos) etc... Et quand bien même, tant que le jeu est en boîte ; ce qui est toujours le cas quand on achète sur un site tel Amazon, Cdiscount, Priceminister etc... on a la possibilité de prêter le jeu ou de le revendre via leboncoin.

M’enfin...ça ça durera tant que les 2 options, à savoir boites ou téléchargement, existeront ou que Microsoft ne ressortira pas sa restrictions contre la revente et limitant le nombre d’amis de « prêtage »..

[...] le PS Now de Sony, même s’il est techniquement médiocre, existe aussi et va dans le même sens

Oui mais c’est « Saint Sony », donc chut, tout ce qu’ils font est forcément bon... :o)

lacrasse

30 jan 2018 @ 15:19

Rone a pas tord,la ou j’allais les jeux xbox sont en fond de magasin pas dur ke devant comme nin tendo ou plate station... Donc,au final ca va pas changer grand chose..

De toute façon,un jour ou l’autre,ca sera demat point final... Tu t’adapte et tu arrive peut être a survivre ou alors tu crève....

Olve360

30 jan 2018 @ 15:22

J’ai quand même du mal à comprendre comment tout ça peut être rentable... 120 euros par an c’est juste deux jeux AAA. Quel joueur régulier lambda se contente de deux jeux par an ??? Ou alors MS pense ne sortir qu’une grosse exclu par an ? Bizarre quand même comme réflexion.

J’imagine que les 10€ doivent d’une manière ou d’une autre être compensés par l’adhésion de ceux qui n’auraient pas franchi le cap de l’achat l’année de la sortie d’un titre. C’est sûr que de cette manière ils peuvent se garantir une présence massive des joueurs sur leurs jeux et puis un jeu tu décides de l’acheter ou pas, un abonnement c’est du pré-payé...

Enfin faut pas se leurer, j’adore MS depuis des années mais c’est une usine à pognon comme les autres, il y aura bien des contreparties quelque part (vers + de microtransactions ?? :S ) ou alors j’ai rien compris ^^

Bob Winner

30 jan 2018 @ 15:32

oui dans les années 90 j’étais un fidèle client des Microfolie’s ou Stock Games, les gars étaient passionnés et proposait des petites perles, des imports et autres trésors. Leurs conseilles étaient importants, internet n’existait pas et seul les revus nous informaient. Génération 4, Tilt, Etc... En 1999 j’ai voulu racheter un Stock Games, mais le vendeur que je connaissais depuis longtemps m’a dit « Le jeu en boite c’est bientôt fini, bientôt tous sera à télécharger » Un visionnaire le mec. J’arpentais le Bd Voltaire à Paris à la recherche de Trésors. Voilà aujourd’hui 2018 la distribution du jeu vidéo prends un chemin bien différent, et Sony ne rêve que de ça aussi à mon avis , mais comme souvent, attendent dans leur coin. Est-ce que c’est bien ? Est-ce mal ? De toute façon on sera bien obligé de suivre le mouvement.

killkuter

30 jan 2018 @ 15:36

ça me fait rire avec sony qui sort le PS now et les boutiques ne disent rien surtout qu’avec ça tu peux jouer aux jeux sony sur PC donc plus besoin d’aller leur acheter une playstation non plus mais là bah c’est pas grave... Il n’y a que Christian Le Cornu en fin d’article qui reste logique. Et désolé mais moi qui ne fonctionne presque que par l’occasion, et bien les jeux que je veux ne sont pas dans le game pass et ça ne changera pas les habitudes.

Vinc3iZ

30 jan 2018 @ 15:57

Certains emplois sont voués à disparaitre, moi ce qui m’embête le plus c’est que pendant que je vis en 2018 je vois des gens comme eux, qui sont toujours bloqués en 2008, Sony les soutiennent ? Pour encore combien de temps ? Netflix et Spotify ont changé l’industrie de la musique et du visuel. Les jeux vidéos n’ont pas eu cette transition encore, et là le progrès se met en marche, mais des gens veulent freiner le progrès ... C’est triste

12