Test - Clavier ASUS ROG Azoth - Ça tape juste et fort

«L’argent vif des Philosophes» , - 4 réaction(s)

L’univers du clavier mécanique custom concerne une poignée de passionnés qui sélectionnent soigneusement chaque élément matériel afin d’obtenir un accessoire correspondant parfaitement à leur goût et à leur habitude de jeu. Comme toute passion, celle-ci à un coût significatif qui ne la rend pas des plus accessible pour le commun des gamers.

Avec son clavier sans fil 75 % ROG Azoth, Asus souhaite ouvrir ce marché à un public plus vaste en offrant une solution complète à un prix abordable au regard de la prestation. En effet, en plus de sa conception modulable, un kit d’outils accompagne ce clavier permettant ainsi de s’essayer à la customisation, mais aussi d’entretenir son matériel. Reste encore à justifier son tarif de 299,99€ pour les non-initiés. Nous avons eu l’occasion de mettre les doigts sur cet accessoire afin d’évaluer la proposition et vous en présenter un test complet.

Tout est dans la boîte

Tout d’abord, il faut préciser que le ROG Azoth peut être livré en deux coloris, noir ou blanc, et que le modèle AZERTY (objet de ce test) possède quelques différences avec la version QWERTY. La première est que les capuchons de touches en PBT, réputé plus durable, font place à des pièces en ABS, matériau plus fragile et qui, lorsqu’il se patine, engendre des reflets brillants. Asus rassure toutefois sur ce point en mettant en avant un traitement spécifique de la matière pour en assurer la longévité. La seconde, plus notable, est que notre version est dotée de switch ROG NX Snow et non de ROG NX Red, mais nous y reviendrons plus en détail un peu plus loin.

Comme indiqué en introduction, l’Asus ROG Azoth est un clavier premium et cela se voit jusque dans son emballage robuste. On retrouve de plus, à l’arrière de la boîte, l’exposé de l’ensemble des fonctionnalités du produit et de ses éléments de conception. On constate ainsi que la marque a fait un gros travail d’acoustique pour gommer le principal défaut des claviers mécaniques. Ainsi, une première couche d’isolation en silicone filtre le bruit de frappe, une deuxième en mousse absorbe en grande partie l’onde sonore et la troisième strate en silicone qui tapisse le fond du boîtier empêche son rebond et donc l’écho.

Côté connectivité, trois modes d’utilisation s’offrent à nous. Les puristes pourront bien entendu profiter du câble USB (USB-C vers USB-A) de deux mètres pour une utilisation filaire permettant de plus une recharge simultanée du produit. Pour une connexion sans fil élargie (trois connexions simultanées possibles), le Bluetooth est bien évidemment présent. Enfin, les joueurs exigeants peuvent compter sur une liaison radio de 2.4 GHz, couplée à la technologie propriétaire Speed Nova à faible latence grâce à un dongle USB subtilement rangé dans le châssis du clavier. Le passage de l’une à l’autre de ces possibilités se fait très simplement à l’aide d’un petit interrupteur placé sur la droite de la tranche supérieure de l’accessoire.

Il est temps à présent de se saisir de l’objet et de le sortir de son écrin. Dès la prise en main, on constate que ses 1 170 grammes ne passent pas inaperçus. Associé à sa plaque en métal brossé, le produit dégage immédiatement une impression de grande robustesse. On ressent très bien le côté premium de la conception et des matières. Reste à savoir si à l’usage ce poids ne devient pas un défaut lors de son transport.

Côté disposition, Asus a intelligemment mis à profit l’espace en aérant les touches afin de bien séparer les commandes de fonction et de direction des autres. Même si l’on est sur un format réduit (format 75 %), le positionnement reste agréable pour une utilisation quotidienne. Le clavier se dote également d’un écran OLED multifonction placé en haut à droite. L’affichage de ce dernier est très largement personnalisable et la navigation entre les différentes fonctions et informations se fait de façon très intuitive grâce à une molette à trois positions et au bouton incorporé à la tranche droite du clavier.

Pour terminer cette vue d’ensemble, nous nous attardons sur l’arrière où quatre inserts en silicone assurent la bonne tenue du produit sur le support de travail. Enfin, deux patins escamotables à deux positions permettent d’influer sur l’inclinaison de l’accessoire, offrant ainsi trois possibilités de réglage.

L’offre est enrichie par un set ultra-complet d’outils pour s’essayer à la customisation de son clavier, mais également pour en faire l’entretien. On retrouve deux pinces, l’une pour retirer les capuchons de touches, l’autre pour extraire les switchs remplaçables à chaud, qui ne sont donc pas soudés à la carte comme sur la grande majorité des claviers grand public. On entend déjà les trois puristes au fond de la salle qui crient au scandale. C’est un grand sujet de discussion chez les adeptes de claviers custom, mais avec des interrupteurs 3 pins pouvant être modulés 100 fois sans présenter de risque de mauvaise connexion, on est loin de pouvoir justifier à un néophyte qu’il doit prendre des cours de soudure parce que c’est ainsi que les “vrais customisers” font.

Asus a également joint tout le nécessaire pour pouvoir ouvrir les switchs et les lubrifier afin d’en assurer l’entretien. Trois interrupteurs de rechange sont aussi inclus, ce qui permet de voir venir et de ne pas avoir peur de se rater lors de son premier démontage. Nous avons été agréablement surpris par la qualité de ce kit qui n’est pas qu’un argument commercial pour se démarquer de la concurrence, mais une réelle intention de proposer une solution premium complète.

Un logiciel tout-en-un

Les habitués de la marque seront en terrain connu puisque c’est par le logiciel Armoury Crate, commun à tous les produits Asus récents, qu’il faut passer pour personnaliser le ROG Azoth. Pour les néophytes, commençons par le tour du propriétaire pour faire les présentations. Tout d’abord, il est à noter que le produit est compatible Aura Sync et qu’il peut donc s’intégrer en un clic à votre univers Asus et en reprendre sa personnalisation RGB. Nous regrettons toutefois que cette fonctionnalité bride le clavier qui perd alors ses possibilités de configuration, notamment en interdisant l’usage de plusieurs profils (cinq personnalisables en plus de celui par défaut) .

Le premier service offert par le logiciel est la mise à jour des micrologiciels et des drivers utiles au bon fonctionnement de notre Azoth et de son dongle. Ce dernier peut d’ailleurs assurer la liaison radio d’une souris compatible en même temps que celle du clavier. C’est toujours appréciable de libérer un port USB sur son PC.

En plus d’un mapping très complet permettant d’attribuer diverses fonctions telles que le lancement d’application ou l’exécution de raccourcis Windows, la solution logicielle gère la création de macros. Petit plus, il est aussi possible de les enregistrer à la volée directement depuis le clavier. Par contre, on regrette que l’accessoire ne soit pas doté d’un “mode tournoi” afin de les désactiver facilement.

Puisque l’on est au rayon des touches, examinons les réglages de la molette à trois positions associée à l’écran Oled. En plus de ses fonctions de base permettant de gérer le multimédia et de contrôler l’intensité de l’éclairage et les effets lumineux, il est également possible de mapper ses trois positions pour leur attribuer pléthore de raccourcis. Libre à chacun de s’approprier cette fonctionnalité selon ses besoins ou ses habitudes.

Même si les usages de cette touche multimédia sont bien utiles, il est quand même indispensable de passer par le logiciel propriétaire pour y effectuer une vraie personnalisation du RGB dans les moindres détails. Chacun pourra trouver son bonheur parmi la multitude d’effets et de couleurs. On regrette juste que la configuration ne soit pas plus poussée avec une gestion de cet éclairage par secteur (hors Aura Sync), voire même, soyons fous, touche par touche. Puisque le clavier dispose d’une LED pour chacune d’elles, cette option aurait pu s’envisager. Il faut toutefois avouer que le rendu de l’éclairage est d’une grande qualité, que nous avons peu croisée ailleurs.

On se rattrapera avec l’écran Oled et la possibilité d’importer un GIF, que le logiciel convertit pour qu’il puisse être défini en tant qu’animation personnalisée. Oui c’est gadget, mais pas plus que le RGB selon certains. L’écran, lui, ne l’est pas pour autant puisqu’il permet d’avoir accès en un clin d’œil aux informations système (température ou charge du CPU par exemple) ainsi qu’aux détails du contenu multimédia en cours de lecture. Pas besoin donc de widget supplémentaire ou de reprendre l’application musicale qui tourne en tâche de fond.

Pour clore la visite, nous faisons un passage dans le menu alimentation qui, sans surprise, permet de gérer les options d’économie d’énergie. Notons d’ailleurs que la seule donnée disponible concernant l’autonomie du ROG Azoth est l’annonce de plus de 2 000 heures garanties en liaison radio, hors utilisation du RGB et de l’écran Oled, chiffre difficilement vérifiable, vous en conviendrez. Nous avons donc pris le contre-pied de cette annonce afin d’évaluer la capacité du clavier quand tous les curseurs sont réglés au maximum et que la mise en veille est désactivée. Après 62 heures cumulées, nous avons consommé 90 % de la batterie. Pour ne pas l’endommager, nous n’avons pas poussé plus loin l’expérience. Après huit heures de charge pour revenir à 100 % de sa capacité, nous avons repris un usage plus “classique”. Après 6 jours en condition d’usage normal (8 h de bureautique et 2 h de jeu en moyenne), le clavier dispose encore de 63 % de batterie. Une autonomie somme toute très généreuse qui permet une utilisation sereine du produit.

Point visé, point touché

Après plusieurs heures de test, tant sur PC que sur Xbox Series, nous sommes totalement conquis par le clavier ROG Azoth. Les commandes sont ultra-réactives et, peu importe le mode de connexion, aucune latence ne vient entacher notre partie. Nous avions quelques appréhensions concernant le choix des switchs, mais le modèle NX Snow, qui dispose d’une course maximum plus faible que la version Red (3,6 mm contre 4 mm pour le modèle NX Red), est finalement de notre point de vue plus performant, notamment sur les jeux nécessitant des frappes rapides et répétées tels que les MMO ou les jeux d’action. Les stabilisateurs dont sont dotés les grandes touches remplissent parfaitement leur office et, peu importe leur angle d’activation, elles ne perdent jamais en réactivité.

La conception acoustique du clavier se révèle très efficace et il n’y a effectivement aucun écho. Le bruit très “thocky” (grave) des switchs NX Snow est très agréable à l’oreille. Bien que les interrupteurs soient pré-lubrifiés, nous avons mis à profit le kit fourni pour appliquer une dose supplémentaire de lubrifiant. Nous avons constaté une très légère amélioration sonore, mais également un gain de fluidité en mode traitement de texte. Même si celle-ci est vraiment à peine perceptible, nous ne regrettons pas le long moment passé à effectuer cette opération. Par contre et juste pour pinailler, la touche espace reste un peu plus bruyante que les autres malgré la présence de mousses acoustiques additionnelles sous celle-ci.

Côté utilisation bureautique, malgré notre préférence pour les claviers full size, nous avons apprécié produire nos différents contenus avec le ROG Azoth. Asus semble avoir trouvé le bon compromis pour une utilisation au quotidien du produit. Point important pour certains, moins pour d’autres, le clavier n’est pas livré avec un repose-poignets. Nous n’avons cependant pas ressenti ce manque à l’usage. L’ergonomie se suffit à elle même sans que cet accessoire soit indispensable, du moins selon notre expérience et nos goûts personnels. Nous avons également apprécié la possibilité de configurer plusieurs profils en fonction de nos usages, d’autant que la transition de l’un à l’autre se fait en un éclair grâce à un raccourci clavier. Le passage de MacOs à Windows se fait tout aussi aisément d’ailleurs.

Bref, cet Azoth dispose de tous les arguments pour convaincre et confirmer qu’Asus maîtrise son sujet. S’il fallait lui trouver un défaut, nous pourrions mettre en doute le choix du matériau de la molette multimédia. Sa matière plastique d’aspect un peu fragile dénote vraiment avec le rendu de qualité et de robustesse de la plaque métallique dans laquelle elle se loge. Nous pourrions aussi polémiquer sur le poids du clavier, mais pour être honnête il n’a aucunement été handicapant pour son transport, malgré ses nombreux allers-retours entre le domicile et le bureau durant notre test.

Enfin, nous ne pouvions conclure ce test autrement qu’en abordant le champ des possibles qui s’offre à vous. Le ROG Azoth possède de solides bases et se suffit déjà à lui-même. Cependant, il est aussi le candidat idéal pour être le terrain de jeu de vos expérimentations. Avec une belle panoplie de switchs compatibles, il y a de quoi faire. Et pourquoi ne pas se laisser tenter par un set de keycaps personnalisés tant qu’on y est.

Testé sur Xbox Series X|S et PC.

Bilan

On a aimé :
  • La compatibilité MacOs
  • L’isolation sonore très efficace
  • La grande réactivité des switchs
  • La performance de la liaison sans fil, peu importe le mode choisi
  • Le poids assurant une bonne stabilité…
On n’a pas aimé :
  • ...mais qui pourrait nuire à sa facilité de transport pour certains
  • La molette multimédia de qualité moindre par rapport au reste
Un amalgame d’or et d’argent

Curieux au départ de découvrir les arguments d’Asus pour justifier le prix de son clavier sans fil ROG Azoth, nous sommes à présent totalement convaincus par la proposition. Le choix des matériaux et du profil des interrupteurs transpire la qualité et la performance. Que ce soit lors de parties endiablées ou en usage bureautique, cet accessoire accomplit sa mission sans jamais faillir. Le logiciel propriétaire de personnalisation semble au départ peu intuitif, mais il se révèle finalement simple d’utilisation. Le set d’outils accompagnant l’Azoth est très complet et il est judicieusement pensé pour accompagner les premiers pas d’un néophyte dans la customisation et l’entretien d’un clavier mécanique. L’écran Oled, quant à lui, trouve rapidement sa place dans nos indispensables tant son utilité est réelle au quotidien. C’est pour nous un sans faute de la part d’Asus qui a réussi à dompter le mercure pour faire monter la température.

Accueil > Tests > Tests matériel

4 reactions

avatar

Znarik

10 fév 2024 @ 17:45

j’aurais voulu savoir si dans les tests de ce genre de claviers et sur des claviers/souris de façon générale, s’ils sont compatibles ou non avec la Xbox. j’hésite toujours régulièrement à me prendre un pack MnK pour certains jeux.

keysersoze11

Rédaction

10 fév 2024 @ 19:59

Bonjour @Znarik, le clavier est bien compatible Xbox. Comme précisé à la fin de l’article, il a été testé sur console et PC 😉

Si vous voulez savoir si votre jeu préféré est compatible nous vous invitons à consulter notre article dédié

https://www.xboxygen.com/News/36011-Liste-complete-des-jeux-Xbox-compatibles-clavier-et-souris-115-jeux

kajjun

11 fév 2024 @ 19:38

Dommage qu’à ce prix qu’il manque des lettres française avec leur accent et le « œ » incontournable.

avatar

Znarik

12 fév 2024 @ 10:55

@keysersoze11 merci !! Je n’avais pas lu entièrement je l’admets. :)