Test - Diablo 2 : Resurrected - L’enfer est-il pavé de bonnes intentions ?

«Attention chérie ça va looter» , - 0 réaction(s)

Ces soirées-là … On drague on branche, toi-même tu sais pourquoi. Souvenez-vous : l’été 2000, le monde découvre Moi Lolita, Yannick est en tête des charts, mais comme beaucoup de joueurs, la seule chose que j’ai branchée cet été-là, c’était mon PC. Des heures entières à tabasser des monstres dans des donjons, et pour beaucoup, la découverte du jeu en ligne.

“Déjà 20 ans ?!” me direz-vous, peut-être est-ce à cause de la longévité exceptionnelle dont a bénéficié Diablo 2, maintenu à jour jusqu’en mars 2010.

Alors que les joueurs attendent fébrilement 2022 et l’arrivée du quatrième volet et de sa déclinaison mobile (non, Diablo Immortal n’est pas une hallucination collective), Activision Blizzard s’est mis en tête de nous fournir un petit casse-croûte pour patienter, baptisé Diablo 2 Resurrected.

La reine du Baal

Si Diablo 2 tient toujours une place importante dans le cœur de nombreux joueurs, c’est tout simplement car il s’agit d’un classique absolu. Pierre angulaire du hack’n slash, le titre de Blizzard North a posé des bases immuables pour tout un genre, et s’y replonger en 2021 permet de se rendre compte à quel point tout semble familier, et ce malgré le poids des années. Et pour cause : Diablo 2 original tourne uniquement avec une résolution de 640x480 ou 800x600 sur PC, le tout bloqué à 25fps. Autant dire que sans écran cathodique vous risquez de vous brûler la rétine sur une machine moderne.

Pour cette nouvelle mouture, ce qu’il reste de Vicarious Visions a mis les petits plats dans les grands, l’aspect visuel étant ici irréprochable. Il ne faut pas chercher bien loin pour s’en rendre compte, cette nouvelle version propose un mode classique qui permet via une combinaison de touches de basculer sur les graphismes d’origine. Le travail de remise au goût du jour saute alors aux yeux, et on ne vous cache pas avoir activé la fonction devant chaque nouveau monstre, chaque nouvel environnement. On découvre alors que les nouveaux modèles 3D sont très fidèles aux sprites d’origine, si bien que l’intention artistique de base ne semble que très peu affectée. Les environnements ont eux aussi bénéficié d’un traitement soigné, et de nombreux détails viennent agrémenter le terrain, toujours sans dénaturer l’ambiance originelle.

RT si t’es Tristram

Outre l’aspect visuel qui est, disons le une franche réussite, c’est surtout grâce à son gameplay toujours aussi efficace que Diablo 2 parvient à rendre les joueurs captifs, comme un dealer qui vous refourgue les premières doses gratos.

Si Diablo 3 était un excellent jeu, il n’arrivait pas à reproduire cette ambiance si singulière, plus sombre et mélancolique. En revanche, le jeu avait réussi l’exploit de transformer une licence exclusivement PC en une expérience console solide, si ce n’est préférable à la version PC dès lors que vous aviez quelques copains dans le canapé.

Un jeu pensé pour la console donc, ce qui n’était évidemment pas le cas du deuxième volet, et c’est là que les choses se compliquent : Diablo 2 Resurrected n’est pas une ré-imagination moderne du jeu, mais bel et bien un lifting graphique de luxe qui souhaite conserver au maximum le gameplay de son époque, avec toute sa rugosité. Nous pouvons par exemple citer son inventaire rikiki, et le mini-jeu de Tetris permanent qu’impliquait le jeu original, nous obligeant à laisser des tonnes de loot par terre pour ne pas nous retrouver coincés rapidement. Alors quand Diablo 2 Resurrected nous propose pour ça un curseur à déplacer au joystick sur un menu qui n’occupe plus 50, mais 100% de l’interface, on peut se poser des questions sur la pertinence de ce mode de contrôle.

Et pourtant, manette en main, l’expérience fonctionne. D’abord parce que le déplacement de votre avatar au stick semble presque plus naturel que cliquer sur le décor pour se déplacer. De plus, le studio a eu la bonne idée de permettre d’intégrer 6 sorts ou actions via les touches de la manette, 12 au total avec un changement de “palette”. En résulte dès lors un gameplay plus varié, avec des combinaisons auparavant difficiles à envisager.

Le reste de l’interface a également été revu, et si le tout fonctionne, on ne pourra s’empêcher de trouver l’ensemble relativement grossier, pour ne pas dire moche, esthétiquement parlant. La navigation au sein de ces menus n’a rien de naturel, et on passera les premières heures les yeux plissés sur le bas de l’écran pour essayer de se souvenir de quelle touche fait quoi. Ce phénomène est amplifié par certains choix ergonomiques douteux (Il faut, par exemple maintenir X pour effectuer une vente auprès d’un marchand car si l’on appuie brièvement, on jette l’objet par terre)

Salut étranger.

Si la critique est facile, adapter sur console un monument du jeu PC n’avait rien d’une partie de plaisir, et après le désastre de Warcraft 3 Reforged, les joueurs étaient en droit de s’inquiéter. Force est de constater que le résultat est tout de même à la hauteur, le plaisir manette en main est bien là, et c’est peut-être le principal. Notre seul véritable regret concernant les versions console est l’absence injustifiable du navigateur de serveur, présent sur PC et complètement absent de cette version, alors qu’il s’agit d’une part importante de l’expérience. On devra ici se contenter d’un matchmaking selon quelques critères, peut-être plus ergonomique, mais qui semble étrange tant on note pour tous les autres aspects une volonté de maintenir l’expérience originale.

On ne va pas réécrire l’histoire ici, Diablo 2 est de toute façon un excellent jeu, et que vous soyez un vieux briscard des baal run ou que vous souhaitiez découvrir ce classique pour la première fois, Diablo 2 Resurrected saura vous combler des heures durant.

Test réalisé sur Xbox Series X

Bilan

On a aimé :
  • Le rendu visuel absolument superbe
  • La vision d’origine préservée
  • L’excellente bande-son remasterisée
On n’a pas aimé :
  • Pas de co-op en local
  • Pas de cross-play
  • Pas de server browser
  • Quelques couacs ergonomiques
  • Des lags et déconnexions au lancement
C’est dans les vieux cubes Horadrim qu’on fait les meilleures soupes

Diablo 2 Resurrected est un numéro d’équilibriste : comment préserver la vision originale d’un titre vieux de 20 ans, tout en l’adaptant à un public ayant connu depuis une suite, et le tout à la manette ? C’est le défi osé que s’est lancé Blizzard et ses équipes, et là où beaucoup attendaient l’accident industriel, le résultat même imparfait laisse quand même le sourire aux lèvres. Nous ne pouvons que vous conseiller de bien réfléchir au choix de votre version si vous avez la possibilité de jouer sur PC, cependant l’expérience console reste tout à fait satisfaisante. Un classique parmi les classiques, une valeur sûre pour les amateurs de hack’n slash.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Diablo II : Resurrected

Genre : Action

Éditeur : Blizzard Entertainment

Développeur : Blizzard Entertainment

Date de sortie : 23/09/2021

Prévu sur :

Xbox Series X, Playstation 4, Steam, Switch