Test - Karateka

«Kakaraté» , - 0 réaction(s)

Égéries de toute une génération, l’Atari, l’Apple II, l’amstrad CPC ont été dans les premières machines ludiques populaires qui ont vu passer des légendes aujourd’hui oubliées pour la plupart. Et lorsqu’une de ces légendes décide de revenir sur le devant de la scène grâce à un remake sur le Xbox Live, il n’en faut pas plus pour l’attendre au tournant pour enfin revivre le passé. Karatéka est son nom, le combat est sa légende.

Kata

L’amoureux transit, le moins puissant des combattants, mais le plus gratifiant.

Karatéka est un des premiers Beat Them All ayant jamais existé. Le concept de l’époque reste toutefois assez éloigné de ce à quoi nous avons droit de nos jours, puisque ce n’étaient qu’une succession d’affrontements singuliers qui faisaient la richesse du jeu. Et tout cela, dans le but de sauver une demoiselle du seigneur maléfique du coin. Dans ce remake, le concept ne bouge pas. Vous enchaînerez une certaine quantité de combats en un contre un vous permettant de progresser et d’atteindre le palais d’Akuma, le seigneur maléfique du royaume qui a capturé la charmante Mariko. Vous commencerez alors dans la peau de son amoureux à la vie courte et aux coups modérés. Prenez garde à ne pas perdre vos affrontements, sinon l’amoureux mourra et ce sera un moine qui prendra la relève, plus fort et avec une vie plus conséquente. Et si ce dernier trépasse à son tour, ce sera la brute qui aura pour tâche de récupérer la belle grâce à sa résistance importante et sa vitalité à toute épreuve.

Ne vous y fiez pas, on ne peut qu’avancer sur un chemin précalculé

Cette progression permet de rendre le jeu plus facile au fur et à mesure des échecs, mais le mérite n’en est que moindre une fois la tâche accomplie. Commençons donc par le rafraîchissement visuel. Le jeu n’a vraiment plus rien à voir avec celui de l’époque, puisque les personnages sont très bien modélisés, les environnements ressemblent à autre chose qu’un pâté de pixels en 2 couleurs, et la 3D fait son entrée en scène pour rendre le tout plus réaliste et spectaculaire. Le résultat est très satisfaisant, même si un peu d’aliasing vient faire coucou par moments. Esthétiquement le titre est également une réussite, faisant sans peine penser à de l’animation japonaise. En fait, pour les connaisseurs, cela serait plus un mélange qui tendrait visuellement vers quelque chose de proche de Samurai Jack (production américano-japonaise diffusée sur Cartoon Network il y a quelques années de cela). Les animations sont cependant en deçà de ce qui se fait actuellement avec quelques saccades lors des enchaînements. Et pour cause...

Cata

Même les piafs ne vous aiment pas.

Le jeu version remake, en fait, se rapprochera plus du rythm game que d’un vrai Beat Them All, et encore du mauvais genre de jeu de rythme : répétitif et lourd. Vous n’êtes tout d’abord pas libre de vos mouvements, puisque vous ne pouvez qu’avancer sur un sentier unique. Impossible de reculer, ou de faire des pas de côté. Lors des combats, le même schéma est de rigueur, puisqu’il faudra d’abord bloquer les attaques en rythme parfait avant de pouvoir porter des coups à son tour. Impossible d’avoir l’initiative ou de se dépêtrer de cette spirale morne, contrairement au jeu original qui proposait de vrais combats dynamiques. Les combos ne sont pas vraiment nombreux, puisque vous pouvez enchaîner poings et pieds de la manière dont vous le souhaitez, mais de manière très temporaire (le temps qu’il ne soit plus “sonné” de votre parade), et comme vos mouvements sont assez lourds, il sera dès lors impossible de combattre efficacement à votre guise.

Le moine est un bon compromis bien efficace.

Il y a bien la présence de l’attaque chi, qui ne sera disponible qu’après un certain nombre de séquences réussies, mais son utilisation, à cause de cette routine des combats, devient assez rare et ne devra servir que comme dernier recours. Le jeu n’est pas bien long, puisqu’il se bouclera en une petite demi-heure, et chaque ennemi utilisant le même nombre d’attaques et sur le même rythme, la rejouabilité pour finir avec les 3 combattants (donc 3 niveaux de difficultés si vous avez bien suivi) n’est pas très grande. Reste alors la possibilité de progresser pour faire des combats parfaits (ne pas se faire toucher) et grossir votre score, mais cela ne prendra pas non plus beaucoup de temps pour qui a un bon sens du rythme. Reste alors une musique d’ambiance relativement calme, relevée de ses coups de tambour pour souligner l’action et qui saura apporter toute la philosophie du karatéka.

Bilan

On a aimé :
  • Visuellement attractif
  • Musiques apaisantes
On n’a pas aimé :
  • Ultra court
  • Ultra linéaire
  • Mouvements lourds
  • Système de combat peu adapté
Qu’a raté

Karateka est le genre de jeux qui appartient à une autre époque, et qui aurait peut être bien fait d’y rester. Non pas que le jeu soit vraiment mauvais, car le remake est visuellement et techniquement réussi, mais plus qu’il dénature en partie son propre style de jeu et n’atteint pas la cheville des standards actuels des Beat Them All en termes d’amusement. Ici, on a le droit qu’à une succession de combats singuliers, où la rigueur et le rythme sont nécessaires pour progresser. Cela aurait été probablement accueilli à bras ouverts, il y a une quinzaine d’années, mais un titre comme ça qui laisse une certaine lassitude, alors qu’à côté on a des Beat Them All qui fournissent plus d’amusement en quantité et en qualité, peut-être avec moins de philosophie, certes, mais pour un jeu qui coûte 800 MS points ce n’est vraiment pas suffisant. On ne peut même pas le conseiller aux vieillards qui voudraient rester dans leur époque où ils étaient l’élite d’une communauté méprisée de tous, puisque le titre n’a plus grand chose à voir avec le jeu auquel il rend hommage dans ce remake pour se situer bien en deçà de ce dernier. Les autres, qui n’ont jamais touché au premier Karateka, en garderont un goût amer dans la bouche et dans leur portefeuille, tant le jeu ne satisfait pas par son gameplay.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Karateka

PEGI 12 Violence

Genre : XBL Arcade

Éditeur : D3Publisher

Développeur : Liquid Entertainement

Date de sortie : 14/11/2012

Prix : N.C.

Prévu sur :

Xbox Live Arcade