Test - Bloodforge

«Du sang pauvre en fer» , - 1 réaction(s)

Depuis la déferlante God of War, les jeux sur les mythologies redoublent d’efforts pour creuser leur nid dans l’univers impitoyable du jeu vidéo, notamment du Beat Them All. Il devient alors nécessaire d’apporter sa petite touche personnelle afin de se démarquer de la concurrence. Dernier challenger en date : Bloodforge. Saura-t-il relever le défi ?

T’as tes règles ?

Le jeu est très sombre, accompagnant ainsi une histoire banale et des combats peu ambitieux.

Bloodforge vous met dans la peau de Crom, un barbare qui coulait des jours paisibles depuis qu’il avait décidé de se ranger et de fonder une famille. Un jour, son village fut réduit en cendres, et sa famille massacrée, sa femme ayant été tuée de ses propres mains, suite à une illusion. Il décide alors d’aller se venger contre les instigateurs de ce drame : les dieux ! Tous les dieux ne sont pas contre lui, heureusement, puisque certains lui prêteront leurs pouvoirs, boostables par le sang récupéré, pour aider Crom dans sa quête du bain de sang de la vengeance. C’est alors que les combats se suivent et se ressemblent tous, la faute à un bestiaire de créatures assez limité, et une mise en scène de l’action qui frôle l’hypotension tellement l’ensemble est mou. Crom dispose d’une vaste panoplie de coups et de combos pour chaque type d’armes : épée, marteau et griffes. La différence de chaque arme se fera surtout dans son poids et les dégâts infligés, même si, au final, on préférera pour cette aventure de quelques heures conserver l’épée et l’accompagner de l’arbalète qui servira aux attaques à distance.

Le bain annuel de Crom

Ne nous voilons pas la face, le jeu est loin de remporter les suffrages du jeu de l’année. La faute d’abord à sa caméra, qui suit le joueur, tel un caméraman bourré ayant la grâce d’un éléphant aveugle. Vous aurez donc, si vous êtes un peu chochotte sur les bords, une envie de vomir permanente, tellement l’effet visuel de la chose donne le mal de mer. Nous restons pourtant sur la terre ferme. La magie du jeu vidéo sans doute. De plus, de nombreux tremblements de caméra, allant des vibrations de peur jusqu’au cas plus sévère d’un symptôme parkinsonien, viendront gâcher l’action, notamment les combats. La jouabilité est également en faute, puisque le titre ne propose pas de lock d’adversaire, même semi-automatique, provoquant ainsi très souvent des affrontements qui se terminent dos à dos alors que les personnages se trouvaient bien de face. Crom, bien que particulièrement svelte pour certaines actions, est assez pataud dans l’ensemble et manquera de réactivité. On se demandera d’ailleurs l’utilité du bouton de saut, puisqu’il n’y a aucune plateforme dans le jeu et que très rares sont les attaques qui exploiteront ce bouton.

Crom à Nyon

Le premier boss du jeu, une simple formalité bien scriptée.

Le tableau n’étant déjà pas très flamboyant, n’ayez pas trop d’espoir pour la suite du portrait, puisque techniquement le jeu est très moyen. Les couleurs restent très sombres dans l’ensemble et renforcent le sentiment de manque de diversité des décors et des ennemis. Le jeu est très répétitif, malgré la quantité conséquente de combos, sur la totalité des 5-6 heures pour boucler le titre. De nombreux ralentissements viendront, de plus, gâcher un portrait pas si reluisant que cela. Mais que peut apporter le soft pour redorer son blason ? Pas grand-chose en fait, il ne fait que limiter la casse en faisant les choses sans ambition, le titre ne dégageant aucun charme propre avec notamment un héros sans charisme, et se baignant dans les bas-fonds des jeux trop moyens pour se faire une petite place à l’air frais. Ce n’est pas la bande son qui sauvera quoi que ce soit, puisque cette dernière reste timide. Les voix en anglais manquent de conviction et de sentiment. Crom qui cherche la vengeance est particulièrement calme comme gars qui découpe tout sur son passage, diminuant ainsi l’impact et l’implication du joueur dans sa quête d’yeux et de dents. Peut-être la faute au casting vocal qui donne une voix trop effacée, tentant de s’approcher maladroitement d’un effet sonore comme pour les films Batman de Nolan.

Le bain quotidien de Crom.

En dehors de sa campagne, le titre propose de rivaliser avec ses amis et d’autres joueurs grâce à une jauge de sang de comparaison qui apparaîtra en bas de l’écran pour vous situer par rapport à un joueur ciblé en particulier. Cette fonctionnalité, bien que sympathique, reste bien trop discrète pour en faire un argument de poids pouvant faire pencher la balance en faveur du jeu, les tableaux de classement étant depuis longtemps entrés dans les mœurs des joueurs. Il faudra donc peut-être se rabattre sur les défis, sorte de mode horde, qui bénéficieront de quelques réglages entre chaque round en fonction du sang récupéré, les rendant plus ou moins difficiles. Ces réglages pourront être envoyés aux amis en guise de challenge, et vos amis pourront en faire de même pour que vous tentiez de les pulvériser. Et même si l’idée est louable, les possibilités sont trop limitées pour que l’intérêt soit important sur la durée.

Bilan

On a aimé :
  • Le concept des duels
  • La variété des combos
On n’a pas aimé :
  • Trop pauvre sur tous les aspects
  • Répétitif
  • Première caméra-vomi dans un jeu vidéo
  • Gameplay bancal et peu ambitieux
Banal

Tel est le qualificatif que l’on pourrait apposer sur ce titre. Peu ambitieux, le jeu ne se démarque pas assez de ses concurrents, ni ne propose assez de profondeur de jeu, ni même une technique assez convenable pour en faire un titre qui tient la route et qui puisse être considéré comme un bon divertissement. Mais si vous prenez le risque de vous y essayer, vous n’aurez qu’une seule envie : le finir (ou le laisser tomber) et passer rapidement à autre chose.

Accueil > Tests > Tests Xbox Live…

Bloodforge

Genre : XBL Arcade

Editeur : Microsoft Games

Développeur : Climax Studios

Date de sortie : 25/04/2012

Prix : 1200 MsP

Prévu sur :

Xbox Live Arcade

1 reactions

joffrey

29 avr 2012 @ 21:53

j’ai joué 10 minute avec,quelle décéption,j’attendais beaucoup de ce titre :-/