Jeux vidéo : les enfants qui jouent ont des facilités sur certains types de fonctions cérébrales

«Jeux vidéo : les enfants qui jouent ont un avantage sur certains types de fonctions cérébrales» le 3 janvier @ 11:412023-01-03T11:58:32+01:00" - 1 réaction(s)

Malgré l’évolution des mentalités et l’ouverture du monde du jeu vidéo dans notre société, certains à priori persistent quant à leur impact sur les enfants. Indéniablement, une pratique excessive peut mener à des addictions et des comportements déviants, mais les jeux peuvent avant tout être des vecteurs de socialisation et même avoir un impact positif sur les capacités motrices et de mémorisation des enfants.

Les enfants jouant aux jeux vidéo auraient une meilleure mémoire et un meilleur contrôle moteur

C’est ce que nous révèle cette étude inédite menée par le National Institute on Drug Abuse basée sur l’étude Adolescent Brain Cognitive Development (ABCD) lancée en 2018 aux États-Unis sur des milliers d’enfants.

Sans pour autant que des liens concrets soient établis concernant l’amélioration des capacités cognitives des enfants jouant aux jeux vidéo, ces résultats réfutent quelques idées reçues et posent de nouvelles questions.

Nora Volkow, la directrice du National Institute on Drug Abuse, a déclaré que « Cette étude nous permet de mieux comprendre les liens entre les jeux vidéo et le développement du cerveau ».

En 2018, l’étude Adolescent Brain Cognitive Development (ABCD) a été lancée sur 2217 enfants afin d’étudier le développement de leur cerveau jusqu’à l’âge adulte. Ces enfants passaient régulièrement des tests divers et variés basés sur l’évaluation de l’imagerie cérébrale, les tâches cognitives, l’étude de la santé mentale ou encore des examens de santé physique.

L’étude ABCD a séparé les enfants en deux groupes, ceux jouant au moins 21h par semaine et les non-joueurs ne jouant jamais aux jeux vidéo. Les joueurs occasionnels n’ont pas été inclus dans l’étude.

Après différents tests mesurant l’attention, le contrôle des impulsions et la mémoire, les résultats ont montré que les enfants jouant aux jeux vidéo avaient une activité cérébrale plus soutenue dans les régions du cerveau impliquant l’attention et la mémoire. Notons également qu’aucune différence n’a été constatée entre les deux groupes au niveau de la santé mentale, réfutant certains à priori répandus.

Il reste encore à découvrir les causes concrètes et détaillées de cette différence entre les deux groupes d’enfants. Les jeux vidéo pourraient bel et bien améliorer les capacités cognitives des enfants, mais il existe deux biais principaux. Le premier concerne le fait que les enfants ayant déjà de meilleures capacités motrices et de mémorisation pourraient être davantage attirés par les jeux vidéo. Le second concerne le type de jeux vidéo auxquels les enfants jouent, car ce paramètre n’est pas pris en compte dans l’étude. Kirk Welker, neuroradiologue à la Mayo Clinic, déclare que « de grandes lacunes dans nos connaissances sur ce sujet persistent » encore.

À long terme, cette étude peut tout de même permettre de plancher sur de belles innovations et notamment des jeux vidéo qui traiteraient les problèmes cognitifs des enfants. L’entreprise Akili Interactive développe notamment un jeu vidéo sur ordonnance pour traiter le TDAH. Du côté de DeepWell Digital Therapeutics, il s’agit de trouver la valeur thérapeutique des jeux déjà existants. Bref, le jeu vidéo a de l’avenir et on espère voir des innovations de ce type se développer pour étendre l’impact positif de l’industrie vidéoludique sur l’éducation et la médecine, entre autres.

Avatars

Accueil > News

Avatars

Editeur : Microsoft

Développeur : Rare

Date de sortie : 19/11/2008

1 reactions

avatar

PtitBiscuit

03 jan 2023 @ 12:33

Je suis sûr depuis longtemps que les jeux-vidéo peuvent développer certaines fonctions cognitives de façon positive, et je le constate moi-même. Les jeux peuvent également être un excellent medium pédagogique pour certains élèves. Néanmoins il faut être vigilant, parce que pour certains publics (sans doute + nombreux qu’on le croit) ayant un terrain défavorable sur certains aspects, l’excès de jeux-vidéo reste un symptôme dommageable ; avec un trouble de la personnalité, des troubles de l’attention, des comportements addictifs, ou une tendance à l’isolement, il faut faire attention ! Je dis ça parce que j’imagine aisément que ceux qui se « servent » de ce genre d’articles pour justifier un comportement ne sont pas forcément ceux à qui ils sont destinés (les aspects politiques et sanitaires ne doivent pas être confondus). Les jeux-vidéo c’est bien, mais l’addiction ça fait mal.