id Software revient sur la fin de la saga du Slayer et la suite pour Doom

«Une conclusion épique» le 18 mars @ 14:102021-03-18T15:52:26+01:00" - 0 réaction(s)

La seconde partie du DLC Doom Eternal : The Ancient Gods est disponible aujourd’hui et vient clôturer l’histoire du Slayer. Le directeur du jeu Hugo Martin et le producteur exécutif Marty Stratton sont revenus sur la fin de la saga trilogique de notre tueur de démons favori dans une interview accordée à Game Informer.

Une arme et une conclusion dignes du Slayer

La seconde partie du DLC The Ancient Gods introduit le Hellbreaker, le marteau avec lequel les Slayers mettront en bouillie le crâne des démons. À côté de sa capacité à dégager les ennemis et vous créer de l’espace, il permettra de les étourdir pour en drainer plus de ressources et de munitions.

Comme le marteau de Thor, le Hellbreaker se mérite et vous devrez le recharger en enchaînant les glory kills et les tirs sur les points faibles des démons. Valen, que l’on croise dans l’histoire principale du jeu, possédait le même marteau et la possibilité de s’en équiper est un plaisir que les développeurs ont anticipé pour les joueurs.

id Software envisageait depuis 2016 une trilogie avec Doom 2016 et a introduit le Dark Lord qui devait devenir l’antagoniste final. Avec l’épisode de 2016 et Doom Eternal, le DLC The Ancient Gods conclut la trilogie de cet arc et le studio s’en dit satisfait. Cette seconde partie marque la fin de l’arc du Slayer et le producteur exécutif du jeu promet un final d’une qualité sans précédent, non seulement dans l’histoire de la licence mais également pour le studio.

id Software au sommet de son art

Le directeur du jeu révèle que la quasi entièreté des deux DLC a été développée en télétravail. Mais si les développeurs y ont perdu la connexion rapide d’un bureau et la commodité des réunions en présentiel, ils ont tout de même pu livrer un contenu de qualité avec The Ancient Gods et ont en fait profité du temps restreint pour être plus performants.

Depuis le reboot de la licence en 2016, id Software a eu le temps d’affûter son Creuset pour proposer la meilleure expérience de jeu possible et à ce sujet, Martin appuie le propos de Stratton lorsqu’il revient sur l’étendue du monde de Doom. L’expérience de jeu dans le noyau de Mars où on fait exploser des planètes et saute d’astéroïde en astéroïde au gré des évènements est inédite dans la licence. Le directeur ajoute qu’une narration de l’ampleur du dernier titre n’était pas encore possible sur Doom 2016 car le studio n’en avait pas encore les capacités, mais que le conflit entre le bien et le mal va enfin atteindre son apex à l’issue d’Eternal.

Que réserve le futur pour Doom

The Ancient Gods partie 2 conclut certes la fin de l’arc du Slayer, néanmoins, cela n’exclut pas l’arrivée de préquelles ou des histoires alternatives au sein du Doom Universe comme on a pu en voir dans d’autres licences ou les comics, comme le souligne Hugo Martin.

Ce second DLC amène avec lui des améliorations graphiques et quelques itérations sur la météo mais il ne s’agit que de l’ébauche d’une pleine optimisation. En effet, Martin révèle que le traitement next-gen, qui comprend du ray tracing, ne devrait plus tarder à arriver et concernera Doom Eternal exclusivement pour commencer.

>

Doom Eternal

Accueil > News

Doom Eternal

PEGI 0

Genre : FPS

Éditeur : Bethesda

Développeur : id Software

Date de sortie : 20/03/2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows