Test - Xbox One S, la console HDR et son lecteur Blu-Ray 4K UHD

«La Slim regonflée» , - 25 réaction(s)

C’est lors de la conférence E3 2016 que Microsoft a dévoilé officiellement la Xbox One S dans le but de donner un nouveau coup de jeunesse à la Xbox One, notamment à travers un design revu et une entrée en matière dans le monde de la haute résolution 4K avec la compatibilité HDR. La console est vendue en trois gammes de prix qui se démarquent par des tailles de disque dur différentes. A ce jour, seule la version 2To est disponible en magasin depuis le 2 août au prix de 399€ et suivront très prochainement la version 1To (349€) et enfin le modèle 500Go qui sera proposé à 299€.

Découverte de la Xbox One S

Le première chose qui frappe avec cette Xbox One S, c’est son design épuré et sa couleur de base qui est désormais le blanc contrairement à Xbox One originale. La qualification de “slim” n’est vraiment pas usurpée puisqu’elle est 40% plus petite, alimentation comprise, que son aîné dont on gardera en mémoire le gros format style magnétoscope accompagné d’un bloc d’alimentation très imposant. Avec la Xbox One S, on est réellement dans le svelte et il est vraiment agréable de ne retrouver qu’un seul câble électrique fin pour la brancher sur le secteur. Concernant le bruit et la chauffe éventuelle avec une alimentation intégrée, la console a un comportement tout à fait normal sur les deux points.

Outre sa taille, la console bénéficie de quelques ajustements tels que le bouton de marche qui devient un bouton poussoir efficace et sobre, même avec le rétroéclairage. Sur la Xbox One classique, on a droit un bouton sensitif qui était parfois trop sensible si on avait le malheur de passer son doigt trop proche de celui-ci ou bien, pour les plus soigneux, avec un plumeau anti-poussière. Toujours sur la façade avant de la machine, un petit bouton rond se présente à côté du mange-disque qui sert tout simplement d’éjection et qui reprend le style rond de la grille qu’on retrouve sur la carcasse ; un peu de cohérence ne fait pas de mal. Et enfin, cette façade est complétée par une base noire comprenant le capteur infrarouge, le bouton de synchronisation des manettes et accessoires ainsi qu’un port USB bien plus pratique d’accès que sur le précédent modèle.

Avec une réduction de la taille de 40%, on se doute que des sacrifices ont dû être faits mais finalement pas tant que ça puisque le seul retrait à retenir, et il ne va pas chagriner grand monde, c’est la perte du port Kinect. Si vous voulez toujours profiter de votre capteur/caméra, vous devez acheter un adaptateur port Kinect/USB. A noter que les possesseurs de la Xbox One avec Kinect bénéficient d’un programme pour obtenir l’adaptateur gratuitement. Toujours sur la façade arrière, l’autre changement notable, et celui-ci est positif, c’est la taille de la prise secteur. Comme évoqué un peu plus haut, l’alimentation est présente à l’intérieur de la console et elle permet d’obtenir une prise secteur de petite taille pour brancher le câble fin électrique. Enfin, on retrouve les traditionnelles prises réseau, S/PDIF, HDMI 2.0a IN, HDMI 2.0a OUT et 2 ports USB 3.0.

Pour terminer sur les présentations, la Xbox One S version 2 To est livrée avec un socle permettant de la positionner à la verticale ainsi que d’un câble HDMI compatible High Speed pour la compatibilité vidéo 4K vers votre téléviseur.

Test de la manette Xbox One S

Un autre élément important dans le contenu d’une console, c’est sa manette. Le pad de la Xbox One S a été légèrement revu et si l’on regarde globalement son design, on ne distingue pas de grandes différences. Toutefois, quelques ajustements ont été apportés et le plus significatif, c’est son revêtement pour la paume des mains. Un léger grip en plastique avec de petites aspérités a été mis en place ; malheureusement, cette surface antidérapante texturée n’a pas la qualité de celles des manettes Elite ou encore des éditions Forza 6 et Lunar White. Néanmoins, on apprécie l’effort apporté et cela reste plus confortable que la manette originale. La sensibilité des sticks est également corrigée puisqu’ils sont maintenant un peu plus robustes pour les rotations. Les boutons Menu et View sont très légèrement différents à la pression mais cela reste très subtile et on notera la présence, sans surprise, d’une prise jack 3,5 mm pour l’insertion d’un micro/casque. Enfin, vous pourrez utiliser cette nouvelle manette Xbox One S avec vos appareils Windows 10 Anniversary compatible bluetooth en mode sans-fil, le processus de connexion se déroule sans accroc. Au final, la manette reste dans la bonne continuité de ce qui était déjà proposé avec quelques retouches d’amélioration.

Test de la Xbox One S avec les jeux

Microsoft a profité de ce nouveau modèle de Xbox One pour lui injecter un petit boost de performances techniques de son GPU puisque ce dernier passe à une fréquence de 914 MHz contre 853 MHz. Évidemment, cette augmentation ne permet pas de révolutionner les capacités de la console mais elle a le mérite de permettre des améliorations sur les jeux ayant une résolution dynamique et un framerate non verrouillé. Par exemple, on a pu tester sur Project Cars le gain que peut proposer la Xbox One S et le jeu est bien plus stable niveau framerate alors que sur la Xbox One originale, il est régulièrement en souffrance.

Ce gain de performances permet de proposer l’upscale 4K de vos jeux. C’est à dire que les jeux vont être lus dans une résolution de 2160p par votre TV UHD au lieu du traditionnel 1080p. Sur ce point, la Xbox One S assure bien le job. Sur les quelques jeux que nous avons pu tester, le rendu est très satisfaisant ; notamment sur Forza 6 qui se retrouve un peu plus en valeur avec des couleurs plus toniques (tout dépend de votre TV UHD et de vos réglages) et une finesse des textures légèrement améliorée. L’upscale va faire son effet sur les jeux qui sont déjà techniquement beaux mais cela ne va pas rendre un jeu plus joli s’il ne l’était pas originellement. Si l’on veut un vrai gap technique, il faudra plutôt patienter jusqu’à l’année prochaine avec l’arrivée de la Xbox Scorpio ou utiliser un PC capable de faire fonctionner les jeux développés en 4K natif.

On évoquait en introduction la compatibilité HDR (High Dynamic Range), pour laquelle on vous invite à lire ou relire notre dossier explicatif ; cette technologie va être employée sur certains jeux tels que Forza Horizon 3, Gears Of War 4 et NBA 2K17. Malheureusement, il ne nous est pas possible de tester cette technologie en mode jeu puisqu’il faut attendre la sortie de ces derniers courant septembre.

Xbox One S, le lecteur vidéo 4K et Blu-ray 4K UHD

Le lecteur Blu-ray 4K UHD est indéniablement la plus grosse nouveauté de cette Xbox One S. Microsoft surprend en proposant ce nouveau type de lecteur et fait de la Xbox One S (version 500Go du moins) le lecteur Blu-ray 4K UHD le moins cher du marché, rien que ça. L’atout n’est pas négligeable et cela permet d’entrer de pied ferme dans l’environnement vidéo 4K. mais avant de vous lancer, il est important de consulter la compatibilité 4K et HDR de votre téléviseur dans les paramètres de la console. La console va valider une liste de critères de compatibilité comme vous pouvez le constater sur les images ci-dessous. Malheureusement, les technologies 4K-UHD sont assez complexes et les constructeurs ont mis en place plusieurs normes. Il se peut donc que certaines télés ne possèdent pas tous les critères que supporte la console. Pour résumer, si vous voulez utiliser de façon optimale l’expérience UHD, votre TV 4K doit être capable de supporter le HDR 10 bits et le 4K 60Hz.

Xbox One S, Xbox Scorpio et TV 4K, HDR : notre dossier qui explique tout

Si vous ne remplissez pas tous les critères, vous lirez les films UHD sans le mode HDR ; ce qui n’est pas une grosse perte à ce jour. En effet, la différence du contenu 4K avec ou sans HDR est variable suivant les sources vidéos sur les quelques films blu-ray 4K HDR qu’on a pu tester :

Deadpool semblait être propice à un bon transfert 4K et HDR mais l’apport de la très haute résolution ne saute pas yeux si on le compare avec sa version blu-ray classique qui offre déjà une très belle image. Puis dans le cas d’un upscale 4K de votre Blu-ray, là encore la console fait le job. Le détail apporté par la résolution 4K se justifie sur la profondeur de champ et sur certains gros plans de notre fantasque héros.

Batman vs Superman est lui aussi estampillé HDR, et étant donné les scènes sombres que propose le film, c’est une bonne opportunité pour illustrer ses bienfaits. Le HDR met en valeur les noirs ainsi que les parties obscures et par rapport au Blu-ray, on distingue plus de précision même si là encore, il n’y a pas une différence fulgurante entre la version 1080p et 4K. En ajoutant aussi le grain imposé par le réalisateur, qui ne donne pas l’effet clinquant que peut donner généralement la très haute résolution.

The Revenant, qui est clairement sublime, affiche une très belle image en 4K, tout comme avec le Blu-ray classique d’ailleurs, et c’est là que l’on peut regretter le format cinémascope imposé par les réalisateurs. Les images seraient plus impressionnantes en plein écran alors qu’avec les bandes noires, l’effet est moins resplendissant. D’ailleurs le menu du Blu-ray UHD est en plein écran avec les images du film et là, la qualité visuelle impressionne ! Bref, vous ne serez pas déçu par la copie 4K.

Le contraste avec la chaleur de Mad Max et son environnement désertique est intéressant. Visuellement, le film est un chef d’oeuvre et il est forcément intéressant de le voir en 4K avec les effets HDR. C’est le seul des quatre films à disposition qui montre une différence significative entre le 4K HDR et la version 1080p. Sur le blu-ray classique, le visuel est très bon mais les couleurs sont très lumineuses, voire trop flashy, notamment sur les paysages désertiques même si c’est en quelque sorte une direction artistique assumée. Tandis que sur la version UHD, avec le traitement HDR, le visuel est beaucoup plus sobre et cela rend une image bien plus naturelle. Ajoutons à cela un niveau de détail important au point de voir le moindre caillou par terre, ce que ne fait pas aussi bien l’habituel Blu-ray. Au final, certains pourraient apprécier le film dans sa version “flashy” ou préférer au contraire la version plus sobre du 4K. Entre vous et nous, c’est une histoire de goût.

La Xbox One S rend une copie très satisfaisante de sa fonction lecteur Blu-Ray HD via son application dédiée, même si cette dernière n’est pas exempte de tout reproche. Notamment au niveau des informations en live du débit des images, de la résolution et du débit audio. Sur ce dernier point, l’application affiche en effet une information erronée. Sur tous les Blu-ray UHD testés, le format audio indiqué en temps réel était le Dolby True HD avec un débit audio avoisinant les 5Mbits. Ce résultat ne peut être exact puisque la console n’est, à l’heure actuelle, pas en mesure de fournir à votre ampli du son HD (Dolby True HD, Atmos ou encore DTS Master HD). Microsoft a évoqué la possibilité de permettre la diffusion de ces formats audio par l’intermédiaire du mise à jour, on espère que cela sera possible. Car s’il faut retenir un gros défaut de la Xbox One S, c’est la non prise en charge des derniers formats audio alors que sa concurrente le fait très bien.

Le Blu-ray 4K n’est pas la seule source possible pour visionner cette haute résolution. La console permet de visionner les contenus 4K et HDR du service Netflix, chose qui n’est pas disponible sur tous les appareils ayant cette application. Le catalogue Ultra HD 4K augmente régulièrement avec des séries phares telles que Stranger Things, House Of Cards, Daredevil ou encore des documentaires. Le contenu HDR est quant à lui très éphémère avec seulement la série Marco Polo et 3 films de bas niveau. De plus le rendu HDR en streaming n’est vraiment pas pertinent par rapport à la version Ultra 4K et il est donc difficile de distinguer cette plus value. Mais sur ce dernier point, cela dépend de la qualité technique mise à disposition par Netflix.

L’autre service de streaming 4K disponible est tout simplement Youtube qui permet de visionner les vidéos dans cette résolution. Un bon nombre de vidéos sont disponibles pour voir à l’oeuvre les capacités de votre TV UHD.

Microsoft propose un service de vidéo à la demande avec toute une gamme de films, séries, documentaires ou encore clips vidéo, mais il est dommage de ne retrouver aucun contenu UHD dans le catalogue. Cela aurait été une bonne opportunité de promouvoir la 4K alors que d’autres services concurrent proposent ce genre de format en VOD. On espère que ce manque sera comblé prochainement.

Enfin, la console intègre un player vidéo pour lire vos médias stockés sur une clé USB ou via un partage réseau. Malheureusement, le player n’est pas très fiable et il est quasi impossible de lire un MKV en 2160p ou même en 1080p sans rencontrer un plantage. C’est vraiment dommage que cette instabilité ne soit pas corrigée avec la Xbox One S et de ce fait, on attend impatiemment l’arrivée de l’application universelle compatible Windows 10 de VLC sur la console.

Interface

L’interface de la Xbox One S reste identique à sa grande soeur avec les traditionnelles tuiles et sections sous un système Windows 10. Étant donné que la console est techniquement un peu plus véloce, la navigation est un poil plus fluide et les temps de chargement des menus gagnent légèrement en efficacité.

Avec la sortie vidéo 4K, l’interface reprend donc cette résolution pour un affichage un peu plus net et clair que la version 1080p. Par contre, il est regrettable qu’il soit impossible de mettre une image fond d’écran d’une résolution 4K ou de faire des captures d’écran au-delà des 1080p habituels. On espère que Microsoft proposera cette possibilité de capture via une mise à jour de la console.

Pour terminer, la console est capable de prendre en charge par l’intermédiaire de la sortie HDMI In un décodeur TV et/ou la TNT via l’adaptateur USB qui est relié à votre antenne. Le fonctionnement est globalement identique à la Xbox One classique et l’apport de l’upscale 4K est insignifiant. Le service a le mérite d’exister pour, si vous le souhaitez, regarder la TV en incrusté dans le coin de l’écran pendant que vous jouez et également pour enregistrer un programme TV.

Bilan

On a aimé :
  • Le design et le gain de 40% en taille
  • Le lecteur Blu-ray 4K UHD le moins cher du marché
  • L’upscale 4K et la prise en charge du HDR
  • L’alimentation comprise dans la console
  • Le léger gain en puissance technique
On n’a pas aimé :
  • Le player vidéo USB pas du tout au niveau
  • Pas de capture d’écran possible en 4K
  • Peu d’intérêt si on ne possède pas de TV 4K
  • Pas de prise en charge des formats audio HD
  • Absence d’un micro-casque
Une nouvelle version Xbox One qui nous prépare à l’avenir

Avec la Xbox One S, Microsoft propose une vraie nouvelle version de la Xbox One avec une taille réduite de 40%, un design sexy et moderne, et de la nouveauté avec notamment l’apport de la 4K en streaming ou par l’intermédiaire de son lecteur Blu-ray UHD. De ce fait, elle devient le lecteur Blu-ray 4K le moins cher du marché tout en ayant une très bonne qualité de traitement d’image, ce n’est clairement pas un lecteur low-cost. Toutefois, la console pourrait encore offrir une expérience plus forte pour home-cinéphiles avec la possibilité de prendre en charge les formats audio HD, mais on est en droit d’espérer les retrouver via une future mise à jour. En attendant, elle traite fort bien les formats classiques Dolby Digital et DTS. La manette a également eu droit à des ajustements, certes mineurs, mais appréciables, et surtout sur la compatibilité sans-fil avec les appareils Windows 10 Anniversary.

Si vous possédez déjà la Xbox One sans téléviseur 4K, le passage à l’achat de cette Xbox One S n’est pas opportun sauf si évidemment vous avez un grand besoin de place ou bien parce que vous ne supportez plus de voir la poussière sur la carcasse noire de votre actuelle Xbox One.

Son achat est bien plus justifié si vous possédez déjà une TV 4K. La Xbox One S vous permettra d’entrer dans cet environnement de très haute résolution principalement pour le contenu vidéo car pour le moment, les jeux ne sont pas encore disponibles nativement en 4K sur les consoles et il faut donc se contenter d’un (bon) upscale 4K. La future Xbox Scorpio sera, quant à elle, en mesure vous fournir de vraies résolutions 4K-UHD sur les jeux lors de sa sortie en fin d’année 2017.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1365.jpg?1465864267

Accueil > Tests > Tests matériel

Xbox One

Xbox One


Xbox One : Jeux, prix, sortie, toute l’actu !

Date de sortie : 22/11/2013
Date de sortie Xbox One sans Kinect : 09/06/2014
Date de sortie Xbox One S 2To : 2/08/2016
Date de sortie Xbox One S 500Go/1To : 23/08/2016

Venez discuter sur le Forum Xbox One

25 reactions

annihilplus

24 sep 2016 @ 09:32

Merci pour ce test qui me fiche le bourdon car ma femme ne veut pas que je me la prenne, la scorpio me suffira l année prochaine ( qu elle me dit !). Enfin il y a quand même 1 an a attendre.

jmabate

24 sep 2016 @ 10:17

merci de votre retour.

le lecteur UHD est d’un excellent rapport qualité prix concernant l’image (http://www.lesnumeriques.com/lecteu... ; http://www.audiovideohd.fr/tests/46...) mais le manque de prise en charge des formats audio déjà proposé par l’arrivée du blu-ray est tout de même incroyable.

le rendu HDR doit d’abord avoir la prise de vue avec cette technologie ! j’ai peur de voir arriver des stikers HDR un peut partout sans pour autant proposer de la vrai HDR et simplement appliquer un filtre le simulant !

dans l’ensemble, je trouve dommage qu’il faut avoir un écran 4k compatible HDR (donc d’un certain prix) pour bénéficier du peut de gap qu’elle propose, mais je trouve la proposition 4k ready de MS intéressante. Nous rentrons vraiment dans l’ère de la 4K, mais le prix des TV n’est pas encore à la hauteur de la One S voir de la PS4 pro.

concernant la One S, avons nous un retour des ventes aux US la concernant ? est ce que les américains sont sensible à la 4K ? la PS4 Pro ne proposant pas de lecteur UHD, peut signifier que les ventes de blu ray UHD restent marginales !

avatar

Le Tactical

24 sep 2016 @ 10:50

Bravo pour le travail effectué sur les capacités de la console. Pour ma part j’ai pré-commandé la version Gear of War 4 edition collector. En attendant la futur Xbox ( Scorpio ).

avatar

Krycek

24 sep 2016 @ 12:52

Je comprend pas si on a une TV 4k SANS HDR, il n’y a pas de différence d’image ??

SauroneMX338

Rédaction

24 sep 2016 @ 13:11

@Krycek

Tu profiteras de l’upscale mais pas du meilleur rendu au niveau des nuances de couleurs ;)

avatar

Krycek

24 sep 2016 @ 13:16

ok merci. sinon autre chose, je croyais que les TV 4k faisaient nativement de l’upscale à partir de 1080p. En quoi est-ce différent de l’upscale de la console ?

Tomchoucrew

Rédaction

24 sep 2016 @ 15:34

@Krycek Effectivement si on a une TV 4K, la TV upscale déjà le contenu, peu importe d’où il vient (si on branche une Game Boy à la TV, on aura une image 4K ^^). La qualité de l’upscale est par contre différente selon les traitement. Certains appareils, que ce soit une TV, une console, une box, un lecteur Blu Ray, etc... upscalent plus ou moins bien un contenu en 4K.

Darlink60

24 sep 2016 @ 15:49

Cette console est intéressante si on ne possède pas la Xbox One de base.

Apres comme toute les versions slim, même si celle ci apporte tout de même quelques améliorations, je ne me vois pas repasser à la caisse sachant que la Scorpio sortira fin 2017. Je préfère voir se que va donner la Nintendo NX dans quelques semaines

Jonyboy

24 sep 2016 @ 16:08

@Krycek : Je rajoute à la réponse de Tom que plus on traite l’image en amont, meilleur est le résultat. Cela permet d’éviter que la TV ne traite un signal plus ou moins altéré par son passage au travers de composants ou de câbles hdmi dont on a souvent l’habitude de négliger ou sous-estimer l’importance. Qui plus est cela permet d’alleger les traitements de la TV et donc de sensiblement améliorer l’input lag. Bref, je recommande toujours de privilégier les traitements des sources, comme un lecteur BR ou cette fameuse One S ;-)

@JCC : Au rayon des specs techniques, petite correction, la One S ne dispose pas d’un capteur infrarouge, mais d’un diffuseur (IR Blaster) permettant le contrôle des autres appareils du salon ! Je crois que c’était Kinect qui se chargeait de cette fonction sur la One originale...

avatar

Pure

24 sep 2016 @ 19:50

si j’avais l’écran et si y avait pas la Scorpio j’aurais kécra

123