Test - Hotshot Racing - Une lettre d’amour aux jeux de course Arcade

«Mets la gomme !» , - 3 réaction(s)

Ahhh, les salles d’arcade. Voilà ce qu’il manque dans le paysage vidéoludique ! Des grosses machines flamboyantes aux néons clignotants. De superbes répliques de voitures de course qui vous invitent à vous mettre au volant, avant de vous coller le nez sur un énorme “INSERT COIN”, histoire de vous rappeler l’appétit insatiable de ces grosses bécanes pour le fond de votre porte-monnaie. Et pourtant, même dans un monde où ces grosses machines se font rares, l’expérience arcade elle, n’a pas disparu. Plus de 4 ans après avoir dévoilé le premier trailer d’Apex Racing, l’ancien nom du projet qui avait vu sa campagne Kickstarter échouer, la lumière est au bout du tunnel pour les Londonniens de chez Lucky Mountain Games puisque le jeu, renommé au passage Hotshot Racing, sera enfin disponible le 10 septembre prochain sur PC, PS4, Xbox One et Switch, et sera également inclus dans l’abonnement Xbox Game Pass.

DÉJÀ VU

Difficile pour Hotshot Racing de masquer ses inspirations : nous sommes en plein dans la période des jeux de course Sega des années 90. Visuellement d’abord, on est sur une esthétique très particulière d’aplats de polygones sans textures, très largement inspirée de Virtua Racing. Pour le gameplay, on est plus dans le drift à outrance, façon Outrun 2. Une ré-interprétation de ces classiques plus que bienvenue, surtout quand on sait que le dernier excellent portage de Virtua Racing n’est disponible que sur Switch, et que toutes les versions d’Outrun 2 ont disparu des stores suite à la fin de l’accord entre Sega et Ferrari. D’ailleurs, ces inspirations ne viennent pas de nulle part, le jeu ayant été développé en collaboration avec Sumo Digital, longtemps en charge de tous les portages de ces grands classiques de l’arcade.

Ces gars, c’est plus fort que toi

Hotshot Racing propose une expérience très classique mais complète, avec plusieurs modes de jeu. Les “Grand prix” d’abord, qui permettent de s’affronter pour le podium sur un enchaînement de 4 circuits, et bien sûr le sempiternel “Time Trial” et ses classements en ligne qui risquent de faire le bonheur des amateurs de performance.

En plus des courses classiques, deux modes de jeu viendront pimenter les parties multijoueur. “Fonce ou explose” d’abord, qui forcera les joueurs à maintenir une vitesse moyenne qui ira crescendo, sous peine de vous transformer en bombe sur roues. Un autre mode intitulé “Policier et voleurs” propose des courses-poursuites plus virulentes, où un joueur incarnant la police devra “capturer” des voleurs pour les transformer à leur tour en policier, un peu à la manière d’un mode zombie.

Les quatre environnements proposés contiennent chacun quatre circuits, soit un total de 32 tracés si on compte le mode mirroir, et autant de véhicules disponibles. À noter, les développeurs ont prévu du contenu post-lancement, sans plus de précisions pour l’instant. On espère ainsi voir débarquer des nouveaux circuits et modes de jeu. Lors de nos sessions de test, le multijoueur en ligne semblait fonctionner correctement, et le chat vocal est bien sûr de la partie pour agrémenter vos courses de quelques éclats de voix bien sentis après une queue de poisson peu réglementaire.

Daytooooonaaaaaa

Une fois les mains posées sur le volant, ce qui surprend immédiatement, c’est à quel point le tout semble familier, mais avec un feeling qui lui est propre. Si le drift au frein à main se déclenche encore plus rapidement que dans Outrun 2, il est également un poil plus difficile à manier et changera beaucoup en fonction du véhicule utilisé. Ce qui fera véritablement le sel de ces dérapages interminables, c’est la présence d’un boost temporaire et très puissant, que vous pourrez justement charger en effectuant les dérapages les plus longs possible. Petite subtilité, un impact trop violent annulera la charge du boost. Vous devrez donc choisir en permanence entre tenter de prendre un virage serré sans appuyer sur le frein, ou essayer de déraper juste ce qu’il faut pour obtenir le petit morceau de charge qu’il vous manque avant le prochain boost. Autre point important : l’aspiration en collant un autre véhicule est très largement exagérée, et vous transforme presque en catapulte, ce qui permet des retournements de situation très réguliers. Ajoutez à cela le fait qu’il est impossible de savoir de combien de boosts disposent vos adversaires, et vous obtenez des rebondissements dignes d’une carapace bleue dans Mario Kart à chaque tour de circuit, ce qui donne un gameplay parfaitement adapté au multijoueur.

Au niveau des performances, le rendu est très agréable : le jeu tourne à 60 fps sans jamais sourciller, que ce soit sur Xbox One S ou Xbox One X. Sur Xbox One X, le framerate reste stable à deux joueurs, et tombe à 30 fps à partir de trois. Malgré une simplicité apparente du style graphique, les environnements sont en réalité très détaillés, et les circuits sont globalement assez agréables à parcourir, même si on pourra éventuellement leur reprocher un léger manque de folie ou d’originalité. Coté bande son, les compositions electropop de Jason Heine n’hésitent pas à nous rappeler ces sonorités qui fleurent bon les années 90, et pour cause, ils ont été réalisés spécifiquement à l’aide de synthétiseurs et de launchpad d’époque, par un passionné de retrogaming et grand amateur de cette époque glorieuse.

Ajoutez à cela une voix-off tout aussi inspirée des classiques du genre, et vous obtenez un cocktail relativement efficace, à défaut de transcender l’expérience.

Le coin des chasseurs : avec 50 succès au compteur, les amateurs de complétion pourront s’y donner à cœur joie. Beaucoup de succès se débloqueront au fil du jeu, mais il faudra s’essayer à tous les véhicules et tous les circuits pour réaliser tous les petits défis. Le plus dur sera de finir premier sur toutes les coupes en expert… bonne chance !

Bilan

On a aimé :
  • Un vrai jeu de caisse arcade en 2020
  • Beau et fluide
  • Rapide et fun
On n’a pas aimé :
  • L’interface trop classique
  • Léger manque d’originalité dans les pistes
Mets la gomme

Hotshot Racing est un véritable cadeau aux fans de Sega et aux nostalgiques des salles d’arcade dans les années 90. Après un développement long et visiblement chaotique, le jeu sort enfin du placard, et n’a pas oublié d’enfiler son plus beau costume. Au top techniquement et visuellement, immédiatement fun et drôle, le titre de Lucky Mountain Games et Sumo Nottingham est une réussite sur de nombreux aspects. En solo pour aller chercher les trophées et les meilleurs temps, ou en multi pour remplacer ce bon vieux Mario Kart, Hotshot Racing mérite largement votre temps et vos deniers.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Hotshot Racing

PEGI 0

Genre : Courses

Éditeur : Curve Digital

Développeur : Lucky Mountain Games et Sumo Digital

Date de sortie : 10 Septembre 2020

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch

3 reactions

Spectree

08 sep 2020 @ 21:04

Scud race, ridge racer et tant d’autres...

lacrasse

11 sep 2020 @ 21:44

Testé tout à l’heure, un peu déçu, je m’attendais à mieux à quand un vrai retour de ridge racer....

lunatic56400

12 sep 2020 @ 14:28

Visuel ou sonore ce jeux me rappel beaucoup de souvenir