Test - Light Fairytale Episode 1 : un RPG épisodique français

«Laissez-moi sortir !» , - 1 réaction(s)

Light Fairytale Episode 1 est développé par la société neko.works qui, malgré son nom, est française. Pour la petite histoire, le jeu est issu d’une campagne kickstarter qui a échoué, ce qui n’a pas empêché au projet d’aboutir. Ainsi, nous nous retrouvons face à un RPG qui se présente sous forme épisodique ; un format généralement utilisé pour les jeux narratifs ou les point’n click, dont on est en droit de se demander s’il se mariera bien avec un genre de jeu d’accoutumée bien plus long.

Ô mon beau ciel

Il y a beaucoup d’allusions de ce genre

On commence en incarnant Haru, un blondinet feignant et rêveur, accompagné de son amie Kuroko. Après quelques péripéties, on se rend rapidement compte que les protagonistes vivent dans une espèce de ville, entièrement sous terre. N’ayant jamais mis le nez à l’extérieur, notre gentil rêveur se met en quête de voir le ciel bleu dont il a entendu parler, mais qu’il n’a jamais vu. Mais pour cela il lui faudra affronter l’empire pour traverser le souterrain, et sortir... et c’est à peu près tout ce que propose ce premier épisode après quelques combats et une heure et demi de jeu environ.

Et c’est bien là le souci du format épisodique pour un RPG. Ce style de jeu a tendance à se mettre très lentement en place au niveau de l’histoire, il est donc très difficile aujourd’hui de dire si cette dernière pourra se développer de manière intéressante, ou non. On ne peut que remarquer que le jeu semble adorer les blagues et les allusions sexuelles, qui certes font sourire, mais, pour le moment, font surtout ressortir un côté très niais au niveau du scénario.

Il est possible de faire une deuxième partie en incarnant cette fois-ci Kuroko, le deuxième personnage. Cette seconde histoire, d’une durée équivalente, n’apporte pas grand chose en dehors de quelques scènes supplémentaires, car les deux protagonistes sont ensemble quasiment tout le temps.

Un RPG aux mécaniques classiques

Une interface simple à comprendre

Light Fairytale propose un système de combat au tour par tour. On ne peut rencontrer des ennemis que dans des zones bien spécifiques de la carte, et en nombre limité. Il est donc impossible de prendre de l’expérience indéfiniment. Impossible également de juger l’équilibre du jeu à l’avenir, la faute ici à une absence totale de difficulté dans ce premier épisode.

Concernant les combats en eux-mêmes, chaque tour est défini par un moment où on choisit l’action souhaitée, puis un autre où elle se réalise . Rien de bien original dans les choix, il est possible de sélectionner entre plusieurs attaques, ainsi que la cible. Petite particularité, après avoir pris plusieurs coups, le personnage en question aura accès à une nouvelle attaque. Bien que cela puisse sembler intéressant, le jeu impose l’utilisation de cette dernière lorsque la barre est remplie, au lieu de pouvoir la conserver pour une utilisation à un moment plus opportun.

Difficile d’en dire plus, car encore une fois, le format épisodique ne permet pas beaucoup de possibilités. Dans le cas présent, on se contente simplement de valider l’option d’attaque en boucle.

Visuellement répétitif

La ville souterraine où l’on passe la moitié du temps de jeu

L’un des défauts de ce premier épisode est la répétitivité des décors. Mais cela est principalement dû à la durée de vie d’une heure trente, et est donc justifié par l’histoire. Une espèce de petite ville souterraine aux allures d’usine à certains moments... et c’est tout. Bien que pas original, artistiquement on ressent tout de même une envie de faire quelque chose et par conséquent les décors ne sont pas vides.

Côté personnages, on se retrouve avec un design cartoon en mode chibi en jeu, et des artworks de personnages faisant très JRPG. On ressent très clairement l’inspiration japonaise à ce sujet.

Rien de transcendant donc, mais correct pour le budget qui n’est probablement pas très élevé suite à l’échec de son kickstarter. Espérons néanmoins plus de variété pour l’épisode 2.

Le coin des chasseurs : La plupart des succès demandent de faire une action avant, ou après un événement particulier, il faut donc faire attention à ne rien rater. Néanmoins, le jeu étant court, ce sont 1000G qui sont faciles à obtenir.

Bilan

On a aimé :
  • En français
  • Un système de combat classique, mais sympa
On n’a pas aimé :
  • Format épisodique pas adapté au genre
  • L’histoire semble niaise pour le moment
Premier essai correct pour un RPG français

La société française neko.works nous propose ici un RPG au tour par tour pas mauvais, mais qui a du mal à vraiment montrer ses qualités, la faute à une durée de vie très courte qui en montre peu. Il est donc évident que le format épisodique pour un RPG de ce type n’est clairement pas le meilleur choix. On reste sur sa faim, en ayant l’impression de n’avoir quasiment pas avancé ni dans le scénario, ni dans le développement des personnages. Il ne reste qu’à attendre le deuxième épisode et voir ce qu’il en est, en espérant qu’il sera plus intéressant.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Light Fairytale Episode 1

PEGI 0

Genre : Action RPG

Editeur : neko.works

Développeur : neko.works

Date de sortie : 13/09/2019

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

1 reactions

Spectree

01 fév 2020 @ 22:40

sympa, simpliste mais j’aime bien le style B-)