Test : Destiny 2 Shadowkeep : On revient sur la première saison

«Hello Darkness my old friend» , - 0 réaction(s)

“Il est sérieux Rhagan à sortir son test de Shadowkeep alors qu’on est déjà à la saison 2 ?”, c’est sûrement ce que vous vous êtes dit en voyant cet article apparaître dans votre timeline. Une sorte de mini-anachronisme, dans la course à l’actualité, tel un Vex voyageant dans le temps au travers des différentes simulations de réalité. Le fait est que Destiny 2, affublé d’un modèle économique flambant neuf, demande plus que jamais du temps pour être juger. Mais de toute façon, vous ne m’avez pas attendu pour y jouer ?

C’est pour quand les Ténèbres ?

Il y a beaucoup de choses à dire sur les nouveautés de Destiny. De la nouvelle extension à l’offre gratuite, en passant par son système de saisons, nous allons tout passer en revue. Pourquoi ne pas commencer par le scénario de cette campagne du Bastion des Ombres ?

Eris est de retour

La Ruche est de retour sur la Lune et Eris Morn a besoin de notre aide. Oui, oui : Eris Morn est revenue ! Cette dernière fait appel à nous pour percer le mystère qui entoure le retour de nos ennemis des profondeurs ainsi que les apparitions, appelées Cauchemars, qui les accompagnent. Tantôt des âmes de gardiens tombés au combat, tantôt des ennemis redoutables revenus d’entre les morts pour nous faire la peau, nous passons une bonne poignée d’heures à essayer de découvrir d’où ces derniers viennent. Tout au long de la précédente extension « Renégats », Bungie n’a eu de cesse de teaser une arrivée imminente de Savathûn, la soeur d’Oryx. Désolé de briser vos espoirs mais ce ne sera pas pour cette fois. Et même en dehors de cette petite déception, le scénario nous laissera un goût amer en bouche tant il n’aboutit, pour l’instant, nulle part.

Néanmoins, cette extension se veut plaisante à jouer. C’est avec un plaisir non dissimulé qu’on retourne sur la Lune. Cette dernière a bien changé depuis notre dernière visite même si on y reconnaît toujours ses lieux emblématiques que l’on redécouvre avec des étoiles de nostalgie plein les yeux.

Objectif Lune !

Fort heureusement, cette extension ne se contente pas de proposer un scénario décevant sur une destination déjà vue. Destiny nous apporte aussi quelques activités, parmi lesquelles : un nouvel assaut, les chasses aux cauchemars ou encore le donjon Le Fossé de l’Hérésie. Ce dernier est la vraie nouvelle activité de cette extension même si elle reprend le principe du Trône Brisé apparu avec l’extension « Renégats ». Pour le reste des activités annexes, on est sur du classique farm de frags ou de ressources pour looter de nouvelles armes légendaires et exotiques ou pour atteindre le niveau maximum de lumière et vraiment profiter des armures 2.0. Entre autres...

Au cœur de la Guardian Fashion Week

Les armures 2.0 sont vraiment un grand pas en avant

C’était un des changements majeurs annoncés pour faire plaisir aux joueurs de Destiny : la révision du fonctionnement des armures. Désormais, on peut dire que looter une armure plutôt qu’une autre n’a plus énormément d’impact (en dehors des exotiques bien entendu) sur le gameplay. Désormais tous les bonus sont dûs aux mods que l’on équipe sur ses armures. D’ailleurs, une fois qu’un mod est acquis, il peut maintenant être utilisé sans crainte de ne plus pouvoir le looter par la suite puisqu’il peut être retrouvé dans l’onglet Collection. Pour en finir avec les attributs des armures, on note le retour tant attendu des caractéristiques de force (attaque de mêlée), de discipline (grenade) et d’intelligence (super) en tant qu’attributs aléatoires faisant donc monter à 6 le nombre de statistiques d’armures puisque l’agilité, la résistance et la régénération sont toujours de la partie.

On peut personnaliser l’apparence de nos équipements beaucoup plus facilement

L’autre gros focus sur les armures était mis sur la personnalisation visuelle de celles-ci avec l’arrivée des ornements universels. Si l’on pensait pouvoir équiper n’importe quel style sur notre armure, pour par exemple se la raconter avec un visuel du jugement des neufs sur un set d’Intrus du Gambit, il n’en est rien. Seul les ornements des armures de l’Avant Garde, de l’Épreuve, de la bannière de fer ou celles achetées chez Everversum (converties en ornements en septembre) peuvent être utilisés comme apparence. Même si l’effort est louable on reste un peu sur notre faim car on en aurait aimé plus.

Un jeu pour toutes saisons

L’arrivée de l’an 3 de Destiny marque aussi un tournant dans son économie globale car en plus d’une version payante sur laquelle nous reviendrons plus tard, le jeu adopte désormais un système de saison omniprésent. En effet, comme on a pu s’en rendre compte, les saisons de l’année dernière tenaient plus du DLC au rabais déguisé que de véritables saisons pensées comme telles.

Cette fois, en plus de l’extension Shadowkeep, Bungie a démarré la nouvelle saison une seule petite semaine après le coup d’envoi. Signe s’il en faut du changement de politique opéré par le studio américain. Au menu de chaque saison, un battlepass, des quêtes exotiques, de nouvelles activités ainsi qu’une nouvelle storyline.

Le jeu a connu un certain succès lors du lancement de Shadowkeep

Pour la saison des Éternels, nous devions combattre les Vex sur la Lune ainsi que dans le Jardin Noir pour contrer leur invasion. Au fil des semaines, nous avons vu un portail se construire petit à petit derrière Ikora. On se disait alors que l’activité de l’Offensive Vex allait s’offrir un finish de toute beauté pour les deux dernières semaines de la saison. Il n’en fut rien. L’activité est restée la même de bout en bout. Seul le boss a évolué puisque c’est l’Esprit Éternel que l’on a affronté dans ces ultimes assauts. Malheureusement, ce changement de boss n’avait qu’un intérêt scénaristique puisque ses mécaniques sont restées les mêmes. On est d’ailleurs très déçu par la mise en place de ces saisons. Dans ses longs billets estivaux, Luke Smith parlait d’événements ponctuels comme peut le faire Fortnite à chaque changement de saison. En réalité, il n’en est rien puisque nous n’avons droit qu’à une brève cinématique d’introduction.

Tous les personnage ont été augmentés au niveau 750 avec l’arrivée de Shadowkeep

Scénaristiquement, cette saison n’a donc rien apporté de nouveau à première vue, excepté pour les fans de lore qui recoupe toutes les infos contenues dans les légendes et les triomphes comme l’a, une fois de plus, fait Playbox dans sa dernière vidéo. Fort heureusement Bungie a montré pour la première fois une excellente maîtrise du calendrier puisque, durant cette saison, nous avons eu droit à, littéralement, un évènement spécial par semaine. Qu’il s’agisse de la récurrente Bannière de Fer, de l’arrivée d’une nouvelle activité (raid, donjon, festivité d’Halloween) ou de quêtes exotiques, il ne s’est pas passé une semaine sans que le jeu n’essaye de nous remettre devant la télé pour jouer.

Serment D’Ériana était l’arme exotique donnée dans le Battle Pass de la saison des Éternels

Comme si cela ne suffisait pas, l’instauration d’un battlepass pousse aussi à jouer. Avec quelques armes exclusives, un ornement exotique au niveau 100 ainsi que deux sets d’armures, dont le deuxième ne commence à se débloquer qu’à partir du niveau 75, il y a vraiment de quoi faire. Dans le fond, les personnes aimant farmer le jeu pour débloquer tout ce qui est possible et imaginable sont clairement la cible de ce système de saisons puisque même les plus voraces qui, habituellement, dévore le contenu du jeu sans prendre la peine de l’apprécier en à peine quelques jours sont tenus sur la longueur par le calendrier imposé. Ce n’est pas très fair-play mais c’est efficace car cela permet aux joueurs moins acharnés de ne pas être immédiatement noyés sous le contenu.

Un modèle économique complexe mais généreux

Les nouveaux joueurs auront de quoi faire avec New Light, même en ne déboursant pas un seul centime

Comment évoquer cet An 3 de Destiny 2 sans parler de New Light ? Pour ceux n’ayant pas tout suivi en détail, New Light est la version gratuite de Destiny 2. Cette version nous fait débuter notre aventure avec la toute première mission d’introduction de Destiny premier du nom. Autant dire que la nostalgie est au rendez-vous. Une fois celle-ci complétée, direction la tour pour notre gardien. Après avoir parlé aux différents protagonistes de la tour qui nous donnent des quêtes pour avoir de quoi faire, nous sommes libres de voyager où bon nous semble. Toutes les campagnes de l’an 1 (la Guerre Rouge, la Malédiction d’Osiris et l’Esprit Tutélaire) peuvent même être jouées et rejouées en allant parler à Amanda Holliday dans le hangar.

Proposer ce contenu de manière gratuite est une nouvelle excellente initiative de la part de Bungie après l’activation du cross-save. En effet, par exemple un ami ayant un personnage niveau max sur PS4 peut, s’il a une Xbox, lié ses comptes Xbox et PS4 et profiter de la version gratuite pour venir faire du PVP avec nous. Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres mais à titre personnel, j’utilise la version gratuite sur PC pour jouer avec un collègue le midi aux activités ne nécessitant pas l’extension.

Le cross-save ça change la vie pour les gros joueurs

Économiquement, comment ça marche ? Entre les extensions, les saisons et la version gratuite, il y a de quoi se perdre. Il faut voir Destiny 2 et ses DLC de la première année comme un ticket d’entrée gratuit. Derrière, il est possible d’acheter les extensions Renégats et/ou Shadowkeep pour avoir une campagne scénarisée supplémentaire. Ou sinon il est tout à fait possible de profiter du système de saison à l’unité sans forcément avoir besoin de passer à la caisse pour les extensions pour profiter des activités de saison et des quêtes exotiques par exemple. Il est d’ailleurs bon de noter que si les extensions sont vendues sur les stores des constructeurs (Xbox, Playstation et Steam) et ne sont donc pas liées au compte Bungie, il faut les acheter sur toutes les plateformes sur lesquels vous voulez en profiter. À l’inverse, les saisons sont mises à disposition dans la boutique in-game contre 10€ et sont donc liées au compte Bungie. Quand une saison est achetée sur Xbox, elle est donc disponible sur toutes les plateformes liées à ce compte. Un peu comme Destiny, c’est assez tortueux mais dans le fond, c’est quand même avantageux.

Le coin des chasseurs : Petite déception cette année puisque l’extension Shadowkeep n’apporte aucun nouveau succès au jeu. Le constat est d’ailleurs le même pour les saisons. Il faut donc toujours se contenter des 23 succès du jeu comptant pour un étrange total de 1240G. Les succès concernant les doctrines des 3 classes sont d’ailleurs très faciles à obtenir maintenant puisque toutes les doctrines sont déverrouillées à la création d’un personnage. Il est donc grand temps pour les personnes allergiques à ces affreux Titans de compléter leurs succès !

Bilan

On a aimé :
  • Retourner sur la Lune
  • Le battlepass
  • Les armures 2.0
  • Une très belle maîtrise du calendrier
  • Le cross-save
  • Le nouveau modèle économique
On n’a pas aimé :
  • Shadowkeep ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick
  • L’Offensive Vex décevante
  • Les ornements universels assez limités au final
Avant tout pensé pour les fans

On ne va pas se le cacher, malgré l’ouverture de son modèle économique, Destiny 2 se concentre désormais sur sa fanbase. L’objectif est simple, écouter les retours de son noyau dur pour proposer l’expérience qui correspondra le mieux aux attentes tout en essayant d’attirer de nouveaux joueurs grâce à sa version gratuite et ses saisons peu onéreuses. Concernant Shadowkeep, même si le déroulement scénaristique de la campagne était intéressant, on garde un vrai goût d’inachevé lorsqu’on repense à sa conclusion. La Saison des Éternels, elle, apporte une vraie modularité dans la façon de jouer grâce à un calendrier bien maîtrisé et un battlepass accrocheur. Malheureusement, une fois de plus, Bungie se prend les pieds dans le tapis lorsqu’il s’agit de raconter son histoire, que ce soit sur la forme ou sur le fond. Ceci étant dit, Osiris a besoin de nous sur Mercure. Mais ça, c’est une autre histoire…

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Destiny 2

PEGI 0

Genre : FPS

Éditeur : Activision

Développeur : Bungie

Date de sortie : 06/09/2017

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows