Test - River City Girls - Un beat’em all à l’ancienne

«Girl Power !» , - 0 réaction(s)

Développé par le studio WayForward, River City Girls est un beat’em all en 2D qui s’inscrit dans la lignée des jeux de la saga Kunio-Kun. Pour la petite histoire, cette série qui date de 1986 appartenait au studio Technōs Japan fondé par les papas de Double Dragon. Elle a ensuite été rachetée par Arc System Works (l’éditeur de River City Girls) qui a choisi de nommer les jeux sortis sur le marché américain et européen, River City et non Kunio Kun. Ce nouveau jeu a donc une sacrée parenté et forcément les amateurs du genre l’attendent au tournant.

Attention au Kunioping !

Habituellement dans les jeux de la saga nous incarnions Kunio-Kun (qui a donné son nom à la série), mais ici il prendra la place de la princesse qu’il fallait à l’époque délivrer. En effet, Kunio-Kun et son ami Rikki sont kidnappés. C’est alors à leurs petites copines Kyoko et Misako de serrer les poings et de partir bastonner à droite à gauche pour les retrouver.

Donnez moi un K... Donnez moi un Y... un O... un K... un O !
Donnez moi un K... Donnez moi un Y... un O... un K... un O !

Le titre nous propose ainsi de parcourir plusieurs tableaux qui contiendront chacun de plus en plus d’ennemis à mesure que l’on progresse dans l’histoire jusqu’à un boss. Un schéma tout à fait classique et efficace, mais qui ne laissera pas le temps de souffler. Les adversaires apparaissent à l’infini bien que l’on puisse changer de zone (sauf lors de certains passages où elle est verrouillée tant que tous les ennemis n’auront pas été battus). Côté gameplay, on retrouve une multitude de coups et de combos à placer en combinant coups rapides et lourds. Le déblocage de nouveaux mouvements se fait en montant de niveau ou en les achetant au dojo (petit clin d’œil, il est tenu par Jimmy Lee, l’un des protagoniste de Double Dragon).

Il n
Il n'a pas l'air très commode

En plus des différentes attaques que l’on peut effectuer, on a à sa disposition tout un arsenal d’objets à ramasser pour fracasser les crânes des ennemis allant de la simple balle de baseball au banc public, en passant par les adversaires eux-mêmes. Bien évidemment il sera aussi possible d’esquiver en se déplaçant et de parer (et même déséquilibrer l’ennemi si l’action est effectuée au bon moment). Tous ces éléments mis ensemble, River City Girls est véritablement un très bon beat’em all avec un système de combat riche en possibilités. Cependant, là où le bât blesse, c’est qu’il est aussi très difficile. Les ennemis peuvent rapidement devenir nombreux et si par malheur ceux-ci nous enchaînent l’un après l’autre, la vie descend très vite. Et celle-ci ne remonte pas seule, il faudra trouver de quoi se soigner sur les adversaires ou en boutique. Et que dire des combats de boss ? S’ils sont tous soignés, ils sont aussi très compliqués à vaincre. Il va falloir s’armer de patience et apprendre minutieusement les patterns de leurs attaques pour en venir à bout. Bien que l’on puisse recruter certains ennemis une fois vaincus pour qu’ils nous aident en combat, River City Girls n’est clairement pas à mettre dans toutes les mains !

En plein dans les pixels

Pour leur jeu, WayForward ont choisi d’utiliser le pixel art. Mais bien qu’il soit réussi et très joli, nous avons trouvé dommage de prendre le parti de ce style visuel qui commence à se montrer lassant de par sa sur-utilisation. C’est d’autant plus regrettable que le titre nous offre de magnifiques cinématiques dignes des films d’animations japonais à plusieurs moments. Il aurait été bien plus agréable d’en bénéficier pendant tout le jeu. Heureusement, il reste très réussi que ce soit sur sa bande son très pop, très rythmée ou sur son visuel avec ses couleurs flashy et le chara-design des différents protagonistes. Les ennemis sont variés avec chacun son type d’attaques, les combos sont jolis à regarder de même que les environnements.

Surtout ne pas faire de bruit !
Surtout ne pas faire de bruit !

On note cependant quelques soucis, en particulier sur le moyen de changer de zone. En effet, une fois à la limite de l’écran il faut appuyer sur la touche X. Or cette touche est aussi celle qui sert à donner les coups rapides. Conséquence, il devient fréquent de quitter la zone en voulant frapper un adversaire. On peut aussi regretter un manque de visibilité au niveau de la profondeur. Ainsi les quelques phases de plateformes ou même esquiver une attaque ennemie peuvent se montrer plus ardues que prévu.

Enfin, River City Girls propose 29 succès pour un total de 1000G. Plutôt classiques, la plupart se débloquent en progressant naturellement dans le jeu. Pour le reste, il s’agit d’actions à effectuer ou d’objets à collecter. En somme, une majorité des succès peut être obtenue sous condition de venir à bout de l’histoire.

Bilan

On a aimé :
  • La bande-son et les visuels
  • Un système de combat fidèle à l’ADN de la saga...
On n’a pas aimé :
  • … mais difficile et qui pourra rebuter les nouveaux venus
  • le pixel art
Fidèle à la série

River City Girls devrait ravir les fans de la série ainsi que les amateurs de beat’em all à l’ancienne. Pour les autres, la difficulté du jeu pourra les rebuter et mettra leur patience (et leurs manettes) à rude épreuve. Le choix de partir sur deux personnages féminins tout en donnant un esprit plus “Pop” au jeu nous a paru être une réussite. Reste à voir si cela plaira aussi aux fans de la première heure.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

River City Girls

River City Girls
PEGI 0

Genre : Action/Beat them up

Editeur : Arc System Works

Développeur : WayForward

Date de sortie : 05/09/2019

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Switch