Test - Sega Mega Drive Classics

«Nineties Powa» , - 0 réaction(s)

Hé Nico, tu viens jouer chez moi mercredi prochain ? Y’a mon copain d3t qui ramène plein de jeux Mega Drive, que des bombes apparemment ! Ma mère a racheté du Banga et des Froot Loops, on pourra même écouter le CD 2 titres de East 17 pendant qu’on joue. On va trop s’éclater !

RANGE TA CHAMBRE

Si la notion de guerre des consoles a pas mal évolué depuis la mort de Sega en tant que constructeur, les années 90 étaient un véritable champ de bataille entre ce dernier et Nintendo. Guerre dont nous étions les valeureux combattants, les cours de récré étant souvent le terrain de joutes verbales pour savoir quelle console était la plus mieux, d’abord. Je vous rassure, ce paragraphe n’a aucunement la prétention de répondre à cette question, mais plutôt de vous faire sentir le doux parfum Malabar que dégage cette époque dans laquelle mon expérience de joueur a commencé à se forger.

Du Offspring en musique de fond et on est bon !
Du Offspring en musique de fond et on est bon !

C’est d’ailleurs en s’appuyant sur cette nostalgie que l’équipe de d3t nous propose un menu de sélection sortant un peu du lot. En effet, plutôt que de se contenter d’un basique choix de jeux dans un carrousel austère, on a droit ici à une modélisation d’une chambre d’ado avec une télé cathodique, une bonne vieille stéréo, des posters et bien entendu la fameuse Sega Genesis première génération. Certes la modélisation de ladite pièce n’est pas incroyable, mais elle a le mérite d’être là et de rendre la navigation plus agréable. Outre les classiques options audio et de configuration de manette, vous pouvez customiser certains paramètres de l’émulateur. Si certaines options graphiques sont dispensables, comme l’horrible lissage de pixels qui donne l’impression que l’image a été peinte à la gouache, d’autres se révèlent sympathiques. Par exemple, la possibilité d’incurver l’écran de la télé pour renforcer l’impression de jouer sur un CRT. Moi qui ne suis pas très fan de ce genre de gadgets, je dois avouer que l’effet est assez bien rendu. Pour les geeks du hardware, le jeu offre la possibilité de désactiver la limite des sprites de la console, soi-disant pour plus de performance, bien-que je n’aie pas remarqué de réelle différence avec l’option cochée. Pour finir, il existe une option miroir qui inverse l’image horizontalement mais qui adapte fort heureusement les contrôles de déplacement. Option que je déconseille à tout joueur dyslexique qui risque de saigner du nez au bout de deux minutes. Notons également que certains jeux sont jouables en multijoueur en ligne. Malheureusement, je n’ai trouvé aucune partie à rejoindre, mais je pense honnêtement qu’un Golden Axe ou un Streets of Rage se savoure avec ses potes dans la même pièce.

Le petit « plus » Periglioni
Le petit « plus » Periglioni

Après avoir fini de trier nos Pogs et nos Kinis dans nos barils de lessive Omo, c’est le moment de nous rapprocher de la bibliothèque où trône fièrement notre ludothèque Mega Drive.

ET 1, ET 2, ET 3D BLAST !

Choisir un jeu était un moment sacré pour moi. De nos jours, notre collection est souvent éparpillée sur des disques durs, d’autant plus que l’offre est beaucoup plus fournie et accessible qu’auparavant.

Barrez-vous, cons de mimes !
Barrez-vous, cons de mimes !

Les jeux qui composent ce Sega Mega Drive Classics sont bien alignés sur les étagères, rangés par ordre alphabétique, ce qui ravit le maniaque que je suis. En sachant que vous pouvez aussi vous créer une liste de favoris qui s’affichera sur le côté. On voit donc la cartouche s’insérer dans la console, et vous avez la possibilité de l’éjecter ou de faire un rizette… pardon, un reset en cours de jeu. Ça ne change pas la face du monde vous me direz, mais l’équipe de chez d3t aurait pu se contenter d’un horrible menu à la manière de la compil’ sortie sur 360, c’est donc à souligner.

Manette en main et pixels devant les yeux, le tout est propre. Aucune latence à signaler, vous pouvez également jouer en fullscreen, même si je recommande de conserver l’aspect 4:3 originel. Force est de constater que le charme opère toujours autant. On se surprend à lancer une partie rapide de Golden Axe ou de Space Harrier 2 et de voir jusqu’où on peut aller, les réflexes reviennent très vite ! L’une des grosses particularités de ce Classics, c’est le mode avance et retour rapide. À l’aide des gâchettes hautes, vous pouvez à loisir soit accélérer n’importe quel jeu, soit reculer dans le temps, à la manière des flashbacks de Forza. Un saut mal calculé dans Sonic ? Pas de problème ! Un pouvoir lancé par erreur dans Shinobi ? Aucun souci ! Les puristes ignoreront cette feature, qui se révèle quand même pratique pour des joueurs occasionnels. Tout comme le fait de pouvoir faire une sauvegarde et un chargement rapide à l’aide du joystick droit.

Ni vu ni connu j
Ni vu ni connu j'tembrouille

Sega Mega Drive Classics porte bien son nom, puisqu’il réunit pas de moins de 53 hits de la console noire. Cependant, il faut souligner que bon nombre de ces jeux étaient déjà présents sur la compilation sortie en 2009 sur 360. L’intérêt est donc très relatif si vous possédez encore la galette (et la console) chez vous. Autre point noir, et non des moindres, certains titres brillent par leur inexplicable absence. En effet, en parcourant les rangées de jeux on est surpris de ne pas voir y figurer Ecco The Dolphin ou encore Castle of Illusion. Pire encore, que dis-je… sacrilège ! Nos yeux arrivant à la lettre S, on voit donc logiquement Sonic 1, qui précède Sonic 2, puis Sonic 3… D Blast. Sonic 3D Blast. Pas de Sonic 3. Quelle est cette diablerie ? D’autant plus que le troisième opus de la saga est présent sur la version PC de la compilation, tout comme Ecco d’ailleurs. Choix très discutable de la part de l’éditeur. Ajoutons à cela l’absence totale de bonus et de contenu à débloquer qui auraient pu légitimer la trentaine d’euros demandés pour ces classiques 16 bits.

Bilan

On a aimé :
  • Menu du jeu sympathique
  • L’avance et le retour rapides
  • Options de personnalisation sympas
  • Beaucoup de hits...
On n’a pas aimé :
  • ... mais de grands absents !
  • Aucun contenu bonus
  • Cher pour aucun contenu spécial
Pas encore la compil’ indispensable

Sega Mega Drive Classics porte bien son nom. Son interface en forme de chambre d’ado, les nombreuses options graphiques, le mode avance et retour rapide le font un peu sortir du lot mais l’absence curieuse de certains titres pourtant présents sur la version PC, aucun contenu bonus pour un prix assez élevé l’empêchent de le rendre indispensable, il reste juste classique.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2401.jpg?1530525755

Accueil > Tests > Tests Xbox One

SEGA Mega Drive Clasics

SEGA Mega Drive Clasics
PEGI 12

Genre : Action

Editeur : SEGA

Développeur : d3t LTD

Date de sortie : 29/05/2018

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows