Test - The Surge

«The Surge…ou autrement dit : La Purge» , - 21 réaction(s)

Après Lords of the Fallen et sa jouabilité fort peu agréable, les Allemands de Deck13 étaient attendus au tournant. Qu’à cela ne tienne, un peu moins de 3 ans après, le studio nous faisait saliver devant les images et vidéos de leur petit dernier : The Surge. À l’instar de Lords of the Fallen, le petit frère nous promet un Dark Souls like mais cette fois futuriste dans un monde post-apocalyptique. Tout ça en ayant bien évidemment appris des erreurs du passé nous dit-on, mais est-ce que cela porte ses fruits ? J’espère que vous êtes prêt pour un retour vers le futur !

Pour un avenir meilleur

Sympa ton casque VR

Bonjour Warren, bienvenue chez Creo. Une entreprise révolutionnaire où tout est possible. Grâce à notre grand projet révolutionnaire Resolve, vous allez vous retrouver avec un exosquelette du plus bel effet sur le dos (et autres parties du corps plus ou moins sensibles) et allez pouvoir continuer votre job de technicien lambda au sein de notre industrie extra polluante où la technologie a pris le dessus. La Terre en a pris plein la face ? Pas grave, nous ne sommes plus dans les environs pour en souffrir puisque comme vous avez pu le constater à votre réveil, nous sommes au beau milieu de nulle part et bien sûr, il n’y a quasiment pas âme qui vive. Enfin si, il y a du monde, mais peut-on parler d’âme lorsque l’on voit ces monstres hybrides mi-homme mi-machine ? Chez Creo, nous avons développé le summum de la technologie mais nous ne gérons plus rien. C’est pour cela que c’est à vous, brave technicien sans importance, que revient la lourde tâche et l’insigne honneur de découvrir pourquoi tout est parti en vrille. Bienvenue chez Creo et le projet Resolve, pour ainsi dire les génies qui ont tout foutu en l’air !

Métro, boulot, robots

Un combat digne des plus grands stratèges !

Oh Warren, vous revoilà. Encore une fois, bienvenue chez Creo. Vous savez ce que l’on trame dans nos locaux désertés j’imagine…Non ? Mon Dieu, il faut vraiment s’occuper de tout ici. Vous ne pensez pas que j’ai assez de choses à faire avec tout ce chaos environnant ? Bon je vais vous expliquer, mais essayez de suivre et surtout de comprendre rapidement. Nous voilà donc dans le futur. Chez Creo, nous avons eu l’idée avant-gardiste de créer des exosquelettes hightech pour permettre à nos employés de travailler dans les meilleures conditions possibles. Travailler plus pour gagner plus comme on dit. Le petit souci, c’est que notre IA a oublié (volontairement ou non) de vous sédater lors de la pose de votre exosquelette et vous vous êtes retrouvé inconscient durant un temps indéterminé dans les ruines de nos usines. Notre méga-corporation devait sauver le monde mais elle a au contraire semé dévastation et mort à la surface de notre chère petite planète bleue qui est maintenant ravagée par le dérèglement climatique et les guerres. Nous nous sommes peu soucié de l’impact de notre industrie sur le monde et nous en subissons désormais les conséquences. Vous êtes là maintenant, héros, doté dans un premier temps d’un exosquelette de base que vous pourrez améliorer selon votre style de jeu. Vous devez découvrir ce qu’il s’est passé ici, ce que Creo a provoqué, qui est responsable de toute cette désolation à travers des fichiers audio disséminés un peu partout, à l’intérieur comme à l’extérieur ; les récits rapportés par les quelques survivants que vous croiserez et les interviews vidéo de la direction placardés sur tous les murs du complexe.

Sachez que vous n’aurez aucune indication pour trouver votre chemin et encore moins de map pour vous y aider. Enfin si, vous trouverez des maps rarissimes accrochées aux murs avec inscrit dessus « You are here » et les différents services et bureaux présents sur la zone (tout en anglais hein, quand on vous dit qu’on ne veut pas vous faciliter la tâche). Si vous êtes comme l’auteure de ce test et que vous n’avez aucun sens de l’orientation, vous allez sévèrement en baver, je préfère vous prévenir. Entre les couloirs labyrinthiques et les raccourcis planqués un peu partout, vous allez vous en taper des allées et venues. À force de tourner en rond, vous allez vous rendre compte que les zones se suivent et se ressemblent et de ce fait, vous aurez l’impression de ne pas avancer un brin. Mais si vous pensiez que se perdre était votre seul problème Warren, attendez de voir la suite…

Pas de bras, pas de chocolat

Bouge pas que je vise !

À compter de maintenant, vous aurez tout intérêt à ouvrir grand vos oreilles et suivre mes conseils mon grand, car se frayer un chemin à travers les nombreux ennemis qui peuplent notre complexe ne sera pas une mince affaire. Comme vous devez vous en douter, les combats seront difficiles, frustrants et exigeants. Vous êtes agile, il va sans dire, mais nos employés robotisés (à la fois mécaniques et organiques, quand ce ne sont pas tout simplement des machines) se montreront largement à la hauteur de vos multiples talents. Une esquive ratée ou un contre trop tardif et vous pouvez être sûr que votre adversaire ne vous laissera aucune chance, d’où le côté très punitif des affrontements et la perte soudaine de cheveux qui s’ensuit. Le gros avantage que vous pouvez attribuer à notre toute nouvelle mécanique de combat, c’est notre système de ciblage qui vous permettra de choisir quelle partie du corps de l’ennemi démembrer. Préférez-vous lui ôter un bras qui fait signe de faiblesse ou une jambe dont vous voulez absolument récupérer les pièces ou même améliorer la vôtre ? À vous de voir, le choix vous revient. Si vous aimez le corps-à-corps viscéral, vous allez être servi. Les combats seront fluides et dynamiques malgré le gros machin encombrant que vous vous trimballerez.

Cependant, le système de lock laissera fortement à désirer puisque vous aurez beaucoup de mal à cibler rapidement la partie du corps que vous désirez. Puis changer d’adversaire, n’en parlons pas ; cela s’avérera être une vraie plaie. Je vous le concède, c’est fort dommage de mettre à mal votre rapidité et vos réflexes alors que ce sont deux choses primordiales dans ce genre de lieux. Heureusement, vous aurez le droit de faire une petite pause, même en plein combat (contrairement à Dark Souls), si vous avez besoin de prendre l’air et vous calmer à la lumière brûlante du soleil. Mais s’il y a bien quelque chose qui va vous faire plaisir, Warren, nous en sommes conscients chez Creo, ce sont les exécutions. Après un certain nombre de dégâts infligés, votre barre d’énergie (et oui, encore une) se remplira et vous aurez l’occasion de porter un coup mortel et spectaculaire à votre adversaire. Mais n’oubliez pas, pensez à vérifier votre taux d’endurance, c’est crucial. Si vous ne checkez pas ça, à force d’asséner des coups à tort et à travers, coups qui consomment drastiquement l’endurance, vous risquez grandement de n’avoir plus rien pour attaquer et surtout pour parer et là, attention à la déculottée cul nu. Cette garde bloquée, qui insinue donc que vous ne pourrez absolument pas vous déplacer du moment que vous vous protégez, consomme aussi de l’endurance donc gare à l’utilisation que vous en faites. Cela dit, le petit avantage de ce contre bloqué, c’est que le dash devient beaucoup plus réactif et intuitif puisque vous aurez la possibilité de contrer les coups hauts en vous baissant et les coups bas en sautant comme une gazelle. Pour faire court, ne pas avoir le cardio nécessaire, ça ne pardonne pas !

Mon Meca moi

Meca droit devant

Sachez, Warren, que lors de votre progression, vous accumulerez dans votre inventaire de nombreuses pièces détachées que vous récupérerez soit sur la chair à pâté qu’est devenu votre ennemi, soit dans des coffres ou alors cachées dans des endroits improbables. Comme toutes les bonnes choses ont une fin, si vous vous faites lamentablement dézinguer par un ennemi, vous perdrez tous les débris amassés jusqu’alors et il ne vous restera plus qu’à vous retaper la route jusqu’à eux et à travers les adversaires pour les récupérer, ennemis qui respawn à chaque fois que vous mourrez ou que vous vous rendez dans une station OPS ; station où vous pourrez trouver un établi pour la fabrication de votre stuff et une station médicale où vous soigner et modifier vos implants, mais nous en parlerons plus tard. Comble de l’angoisse ? Vous avez un minuteur pour retourner à l’endroit où votre malheureux corps gît et où vous retrouverez vos chères pièces bien aimées. Au-delà de ce temps, vous perdrez tout. Autant vous dire que vous avez tout intérêt à les mettre de côté à la première station OPS croisée sur votre chemin pour ne pas vous pendre de rage avec un câble qui traine dans le coin. Pour ce qui est de la fabrication mon ami, rien de plus simple : mettez une portion de débris que vous avez glanés tout au long de votre périple, ajoutez une pincée de parties du corps de vos adversaires démembrés et mélangez le tout. L’idée sera donc soit d’améliorer une pièce d’équipement trouvée, soit de la détruire et en construire une autre à votre goût qui se basera sur votre propre style de jeu. Pas si vite Warren ! Revenez ici, je n’ai pas fini. La compagnie Creo vous a gentiment fait don et fixé un implant neural sur le crâne. Vous pourrez y rajouter des modules, trouvés un peu partout comme les pièces détachées, qui amélioreront votre personnage de manière significative en boostant ses dégâts physiques, augmentant le nombre de doses d’injection de santé que vous pouvez porter ou votre niveau d’endurance. Pas de gain de niveau dans nos locaux cher ami, il vous faudra améliorer le niveau du noyau énergétique qui sert à stabiliser votre exosquelette et vous y accrocher comme une moule à son rocher. Je m’explique : chaque équipement ou module requiert une certaine place sur votre exosquelette donc vous avez tout intérêt à réfléchir à ce que vous allez choisir selon votre style de jeu et les emplacements libres. Évidemment, plus le stuff est puissant, plus il sera gourmand en taille donc pensez-y !

L’hybride, c’est l’avenir

Vous auriez pu ranger quand même !

Warren, ne soyez pas pressé je vous prie. Parlons maintenant de la décoration et de l’agencement de nos locaux. J’ai dépensé sans compter ! Les cinématiques sont très belles, je n’ai rien à redire là-dessus, et les graphismes sont vraiment pas mal en considérant l’époque dans laquelle on vit. Mais le level design, quant à lui, laisse à désirer. Comme dit précédemment, vous aurez l’impression de parcourir toujours les mêmes couloirs et pièces dans chaque niveau et cette impression de déjà-vu amplifiera cette sensation de vous perdre continuellement. Puis chez Creo, vous aurez le sentiment de vous promener dans un vrai survival horror avec nos couloirs sombres que vous ne pourrez traverser que grâce à la lampe torche de votre armure. Puis nos employés ont la fâcheuse tendance à s’amuser à surgir de derrière des portes ou des caisses. Jumpscares assurés ! Même si nous les avons rappelés à l’ordre à cause des coups fatals qu’ils peuvent vous porter sans prévenir et qui pourraient, par la même occasion, vous tuer sans que vous ne puissiez rien y faire, ils n’en font qu’à leur tête…Mais si je peux me permettre, je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer que votre voix me disait quelque chose. Mark Wahlberg ? Ah oui en effet. La ressemblance est frappante, c’est très réussi. Mais nous ne sommes pas en reste je vous rassure, tous nos employés ont une belle voix suave et un réalisme sans borne quant à leur naturel. Enfin, pour ce qu’il y a de dialogues, nous n’allons pas chipoter…Maintenant que j’y pense, nous avons vraiment servi à quelque chose chez Creo. Grâce à nous, vous avez de quoi réfléchir sur l’impact que nous avons tous sur le climat, l’emprise des intelligences artificielles sur nos vies et j’en passe. Ne nous remerciez pas, nous faisons ça pour l’humanité.

Bilan

On a aimé :
  • L’idée du ciblage dynamique
  • Les exécutions badass
  • Les combats fluides et instinctifs
  • Le thème qui donne à réfléchir
On n’a pas aimé :
  • Le lock un peu moisi
  • Les jumspcares punitifs
  • Les objectifs très flous (voire absents)
  • Les zones sans points de repère évidents (d’où la perdition)
Ça ressemble à Dark Souls…mais de loin

Vous l’aurez sûrement deviné, comparer The Surge à Dark Souls est une grave erreur. Peut-être dans le fond mais pas dans la forme. Le bébé de Deck13 est rageant certes, mais cependant moins exigeant que son prédécesseur. Malgré tout, ce serait mentir que de dire que The Surge n’est pas élitiste car il s’adresse incontestablement aux hardcore gamers de premier rang et s’avérera peu abordable pour les petits nouveaux ou les impulsifs. On reconnaît très bien la patte du studio et la ressemblance frappante avec Lords of the Fallen mais il faut avouer que les Allemands ont mis les bouchées doubles pour améliorer leur approche du jeu même si certains aspects gâcheront malheureusement le paysage. En bref, The Surge reste un jeu de grande qualité avec sa personnalité propre et mérite, rien que pour son thème qui laisse à réfléchir, que l’on s’y attarde. Il sera indéniablement un vrai régal pour les adeptes du genre et les persévérants qui s’éclateront sans nul doute pendant une vingtaine d’heures.

Accueil > Tests > Tests Xbox One

The Surge

PEGI 0

Genre : Action RPG

Editeur : Focus Home Interactive

Développeur : Deck 13

Date de sortie : 16/05/2017

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows

21 reactions

texazranger

19 mai 2017 @ 11:55

Le respawn d’ennemis sur des lieux déjà visités, c’est naze, ça j’ai jamais compris pourquoi...bah j’attendrai(le jour et la nuit j’’attendraiii), une version total à bas prix, car le trip chair/metal j’adore.

HazardElika

19 mai 2017 @ 12:06

... Je ne t’adresserai plus jamais la parole. JAMAIS !

Mr Moot

Rédaction

19 mai 2017 @ 13:32

Mmmh je suis intéressé par ce type de jeu maos pas sûr d’avoir la patience, que faire ?

brontoz

19 mai 2017 @ 15:11

Oui j ai compris ton charabia t inquiete pas lol Du coup j ai avance pas mal mais eux me font toujours autant suer

texazranger

19 mai 2017 @ 15:18

@HazardElika : hein ?

HazardElika

19 mai 2017 @ 17:15

@brontoz Ouais ils restent tout de même chiant >_<

@texazranger Dalida ça va pas être possible désolée

texazranger

19 mai 2017 @ 18:43

Parole parole parole....j’me casse sur mars...

HazardElika

19 mai 2017 @ 19:05

Mon Dieu ça y est on touche le fond

Mr Moot

Rédaction

19 mai 2017 @ 22:41

Oh non fallait faire pas parler de toucher le fond en présence du Texan -idem avec bastoune-, parce là ça peut dégénérer !!

texazranger

20 mai 2017 @ 00:14

@mr moot : tu me parais bien jeune pour avoir connu cette époque, ça sent le pipeau ton histoire, le pipeau !