Test - Shantae Half-Genie Hero

«La mauvaise moitié» , - 0 réaction(s)

Shantae est de retour et a très envie de briller de mille feux après sa campagne Kickstarter terminée avec 776 084 $ collectés. Nul besoin de présenter en longueur WayForward qui développe ses jeux tranquillement depuis les années 2000, mais rappelons au moins que la petite génie aux cheveux violet en est à son quatrième opus. C’est, par ailleurs, le premier épisode à débouler directement sur console de salon. Pour marquer le coup, exit la 2D avec ses sprites tout pixelisés et place à des personnages en 2D d’une grande finesse évoluant sur des fonds en 3D. Mais est-ce que cela suffit pour faire de ce Half-Genie Hero un jeu meilleur que les précédents ?

Enshantaé mademoiselle

You should not paaaaasssss
You should not paaaaasssss

Tout débute la nuit où Shantae est extirpée de son sommeil par une voix. Celle-ci la guide jusque chez son oncle, plus précisément dans le sous-sol de son atelier où notre demi-génie trouve une lumière étrange. De là, un mal inconnu est libéré et au petit matin la ville est assiégée par des pirates. Voilà de quoi poser les bases d’une grande aventure puisque Shantae est en charge de la protection du village.

Dit comme ça, le jeu donne l’impression d’avoir une écriture et un déroulement soigné. C’est en effet le cas. Pour un simple jeu d’aventure/plate-forme, on peut dire que ses développeurs se sont donné la peine de broder un peu plus qu’auparavant l’univers de leur génie. On recroise ainsi certains personnages et ennemis connus de la série, mais on constate surtout l’envie de rythmer par ce biais l’histoire avec plusieurs arcs. On se retrouve en effet avec une quête dite principale entrecoupée de quêtes secondaires dans lesquelles il faudra aider des gens du village, lieu qui sert de hub. Le rythme en tout cas est bon même si cela donne un jeu un peu bavard pour pas grand-chose par moment.

Metroidvania ultra

Sponsorisé par la bière Delirium Tremens
Sponsorisé par la bière Delirium Tremens

Shantae brille plus par son côté Metroidvania que par sa partie plateforme. En effet, les niveaux ne proposent rien de bien fou lorsqu’il s’agit de sauter dans tous les sens. La conception des levels est vraiment orientée sur l’aspect puzzle d’un Metroid, à savoir qu’il faut disposer du bon pouvoir pour accéder à certaines zones cachées. La collecte d’items tant principaux que secondaires étant de la partie, vous imaginez bien qu’il y a beaucoup de secrets à trouver dans chaque niveau.

Mais quels sont les pouvoirs d’une génie ? La transformation, pardi ! Bon, ok, ça aurait pu être plus foufou mais son don lui permet de prendre la forme de différents animaux : araignée, chauve-souris, souris, éléphant… Si cela apporte de la variété sur le papier, on déplore le manque de pertinence de certains pouvoirs sous-exploités et aussi du sentiment de doublon apporté par d’autres. La chauve-souris permet de voler en ligne droite, par exemple, mais une fois que l’on débloque la forme d’oiseau libre de ses déplacements, quel est l’intérêt de réutiliser la première ? Pire encore, l’araignée doit servir, à tout casser, une fois dans le jeu puisqu’elle permet de trouver des zones en s’accrochant au plafond mais l’oiseau permet aussi de le faire. Dans l’ensemble, cela donne un sentiment d’un jeu mal pensé qui a voulu faire trop de choses. La faute sûrement au financement via Kickstarter où chaque palier était une nouvelle mission avec une nouvelle transformation. C’est d’autant plus dommage que certaines énigmes sont plutôt cools.

Chaaauuuud cacao
Chaaauuuud cacao

En dehors des transformations, Shantae dispose tout de même de sortilèges d’attaque ou de défense. Elle peut ainsi, entre autres, être entourée de lames tournoyantes ou d’un bouclier la rendant invincible tant qu’elle dispose encore de mana. Booster certains sorts à fond contribue alors à dérégler complètement la difficulté du jeu. Acheter le pouvoir qui ralentit la consommation de mana est la certitude que chaque boss, déjà pas bien dur, sera plié en moins d’une minute avec le bon combo de sortilège, sans même être blessé. Dommage. Après, libre à vous de ne pas en utiliser pour ne pas retirer tout le challenge de ces affrontements.

Génie sans frotter

Big boobs. Euh, boss !
Big boobs. Euh, boss !

Si le début de l’aventure laisse présager du bon (avant que l’on se rende compte du problème des pouvoirs), c’est aussi parce que graphiquement le jeu assure bien. Les environnements 3D ne détonnent pas avec les personnages en 2D et les animations sont bien fluides et détaillées. Les décors sont variés et rythmés par des musiques agréables et dynamiques. Alors, certains pourront regretter les pixels et les mélodies rétro mais il ne s’agira là que d’une question de goûts.

Le charme opère aussi via le ton des dialogues et la loufoquerie de certaines situations. Dommage cependant que la traduction soit vraiment moyenne, réalisée à grands coups de Google trad et parsemée en plus de fautes de frappe. Cela finit par donner à ce Shantae un goût de bâclé qui l’empêche d’être un jeu que l’on retiendra, surtout si on a joué à Shovel Knight ou Ori avant.

Ce rêve bleeeuuuu
Ce rêve bleeeuuuu

Dernier point sur la difficulté du jeu qui semble bien mal dosée. Dans l’ensemble, le jeu est plus simple que les précédents, sauf qu’à certains moments, on se coltine des passages en mode die&retry plutôt mals branlés et pas du tout gratifiants. Malgré tout, ceux sur qui le charme opère et que les soucis de conception ne dérangent pas, si après avoir fait moult allers-retours dans les niveaux vous n’êtes pas lassés, sachez que le jeu est taillé pour le speed-run. Un mode se débloque à la fin dans lequel Shantae dispose des principaux pouvoirs afin d’aller très vite et passer sous la barre des 2h pour en voir le générique de fin. Avis aux amateurs donc.

Bilan

On a aimé :
  • Joli et bien animé
  • Quelques énigmes sympas
  • Prise en main aisée
  • L’ambiance
On a moins aimé :
  • Le déséquilibre des pouvoirs
  • Difficulté très mal dosée
  • Manque de folie dans le level-design
  • Il faut aimer les allers-retours incessants
Iz no good !

Shantae Half-Genie Hero aurait pu être tellement mieux s’il ne souffrait pas de défauts de conception évidents. Ne brillant jamais vraiment dans son level-design, le côté Metroidvania tombe un peu à plat, la faute à un manque d’ambition ou de recul. Sûrement aussi à cause du financement participatif donnant l’impression au jeu d’avoir des couches branlantes rajoutées sur une base pourtant saine. Dans l’état, il n’est pas non plus désagréable d’y jouer et occupera bien deux soirées mais face aux cadors du genre, difficile de le conseiller à quelqu’un d’un tant soit peu exigeant. Dommage pour Wayforward qui aurait pu étendre sa base de fans.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton2093.jpg?1488222863

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Shantae : Half-Genie Hero

Shantae : Half-Genie Hero
PEGI 12 Violence

Genre : Action/Beat them up

Éditeur : WayForward

Développeur : WayForward Technologies, Inti Creates

Date de sortie : 20/12/2016

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, PC Windows, Wii U, PlayStation Vita