Test - Gemini : Heroes Reborn

«Je n’suis pas un héros...» , - 1 réaction(s)

Si vous avez plus de 15 ans, vous devez certainement vous souvenir de Heroes, la série télévisée diffusée sur TF1 dans la deuxième partie des années 2000 et mettant en scène une jeune cherleader (incarnée par la belle Hayden Panettiere), le charismatique Hiro Nakamura ainsi que de nombreux autres personnes s’étant rendu compte qu’ils possèdent des pouvoirs surnaturels. Pourquoi je vous parle d’Heroes ? Tout simplement parce que Gemini : Heroes Reborn est un jeu en vue subjective qui n’est ni plus ni moins que l’adaptation vidéoludique de Heroes Reborn, la suite de la série Heroes.

Le syndrome de l’usine désaffectée

Il est pas beau mon champion ?
Il est pas beau mon champion ?

Nous incarnons donc Cassandre, une “évo” (entendre par là, une personne possédant des pouvoirs) qui s’ignore. Notre chère Cassandre décide, accompagnée de son ami Alex, de se rendre sur le site d’une ancienne usine ayant explosée. Pour faire dans l’original, celle-ci est à la recherche de réponses au sujet de ses parents disparus dont elle n’a aucun souvenir. Au terme d’une longue introduction très molle, notre duo découvre que l’ancienne usine est toujours gardée par des hommes armés et c’est suite à une situation de stress provoquée par une confrontation directe que notre héroïne va découvrir son pouvoir : elle peut voyager dans le temps.

Un peu comme Hiro, le Japonais de la série original, avec quelques différences cependant. Là où Hiro pouvait voyager dans le temps ainsi que dans l’espace, Cassandre possède, en plus de son pouvoir de voyage temporel (entre deux périodes bien distinctes uniquement), un pouvoir de télékinésie. Il fallait bien ça pour faire face aux méchants soldats qu’on va devoir affronter.

Un gravity-gun ? Pour quoi faire ?

Lancement dans : 3... 2... 1...
Lancement dans : 3... 2... 1...

C’est en combinant ces deux pouvoirs que notre fraîchement nommée héroïne devra se frayer un chemin et combattre les ennemis se présentant à elle dans cette usine, à l’instant présent comme dans la passé. Car si l’usine est, au jour d’aujourd’hui, dévastée par une explosion qui a eu lieu 6 ans plus tôt, elle était bel et bien fonctionnelle avant cette dernière. Ça tombe bien car c’est justement juste avant l’explosion que Cassandre peut se téléporter. Si c’est pas bien fait ça quand même.

C’est ainsi qu’on va être amené à découvrir nos pouvoirs. D’abord le voyage dans le temps avec des phases de plateformes, puis des phases de combat en ayant pour seules armes nos pouvoirs contre des soldats équipés de vrais fusils avec de vraies balles faisant des vrais trous. Quelle meilleure solution pour lutter contre des armes à feu que de jeter des tabourets à la figure de nos opposants ? Bien entendu, je schématise. Il est aussi possible de projeter les soldats les uns contre les autres ou de retourner leurs tirs contre eux. Ça c’est cool.

Et CRAC !
Et CRAC !

Ce qui l’est moins en revanche, c’est l’esthétique générale du titre. Dès le premier niveau, le constat est flagrant, le jeu n’est sauvé que par l’Unreal Engine 4 et son système d’éclairage. Les modèles 3D ne sont pas vraiment de toute beauté, les ennemis ont une skin unique selon leur comportement, les visages des personnages et les animations datent d’une autre époque. En fait, visuellement, on a affaire a un jeu old-gen et pas vraiment un beau. Il n’y a vraiment que l’éclairage naturel vraiment bien rendu. Dommage que l’on ne reste en extérieur que pendant la trop longue et trop molle introduction du jeu (pas loin d’une demi heure tout de même) car une fois arrivé dans le deuxième niveau, les lumières ne sont même plus là pour enjoliver ce tableau qui ne nous tiendra, de toute façon, pas en haleine très longtemps. En effet, il ne nous faut pas plus de 3 à 4 heures pour parcourir la totalité de l’aventure. Si on n’atteint pas non plus des extrêmes, c’est surtout la vitesse à laquelle défilent les niveaux qui est déconcertante. À moins qu’on ne soit tous des évo pouvant accélérer le temps, un niveau de 5 minutes, c’est quand même bien trop court.

Bilan

On a aimé :
  • Les pouvoirs rendent certaines phases vraiment intéressantes
On n’a pas aimé :
  • Pas bien beau
  • Pas bien long
  • Scénario pas très surprenant
Pas besoin de pouvoir pour revenir dans le temps

S’il n’est pas désagréable à jouer, Gemini : Heroes Reborn ne se démarque juste pas assez pour être vraiment recommandable. Rien dans ce jeu ne le rend unique. Bien entendu l’utilisation des pouvoirs de Cassandre est très intéressante, cependant tout est trop convenu. Le scénario est déjà vu mille fois, les ennemis ne sont pas assez diversifiés et on ne peut pas dire que le jeu est un véritable Apollon. Tout ceci accumulé fait quand même beaucoup. Soyons clair, je n’ai pas passé un mauvais moment sur Gemini. Après, de là à dire que je me suis amusé… C’est un pas que je ne ferai pas.

Xboxygen
http://www.xboxygen.com/IMG/moton1819.jpg?1450872174

Accueil > Tests > Tests Xbox One

Gemini : Heroes Reborn

Gemini : Heroes Reborn
PEGI 0

Genre : Aventure/Plates-Formes

Editeur : Imperative Entertainment

Développeur : Phosphor Games

Date de sortie : N.C.

Prévu sur :

Xbox One, Playstation 4, Steam

1 reactions

texazranger

24 fév 2016 @ 09:37

La série a mal finie , la nouvelle semble à chier donc tout est logique ....bon ça ne peut être pire que jumper ....